Archives par mot-clé : AMAP

ÉLOGE DE LA GUINGUETTE : RÉPONSE À CRAPAUD ROUGE, par Jean-Luce Morlie

Billet invité. Réponse à Le prix de la liberté économique.

Bonjour. La socialisation des salaires me paraît, en effet, une voie de sortie hors des pièges du capitalisme, c’est-à-dire essentiellement l’horreur de l’acceptation d’une soumission par le travail pour l’obtention d’un revenu et d’autre part, l’aspiration de l’argent dans une boucle d’accumulation autant absurde que mortifère.

Comme évoqué par votre péroraison, « Prédateurs et accapareurs, ce sont les héritiers en ligne directe du mâle dominant qui propage ses gènes. », l’argent est en effet le pouvoir de prendre plaisir à faire faire quelque chose à quelqu’un d’autre (cf. Jorion, l’argent mode d’emploi). Pourtant, votre argument est bien près de verser dans le « racisme » : la classe capitaliste, expliquée par l’excès de testostérone programmée par les gènes ; ainsi, seules les motivations des capitalistes seraient mauvaises, ne faisons-nous pas partie de la même espèce ?

Continuer la lecture de ÉLOGE DE LA GUINGUETTE : RÉPONSE À CRAPAUD ROUGE, par Jean-Luce Morlie

Partager :

CIRCUITS COURTS ET COURTS-CIRCUITS, par zébu

Billet invité

« Nos clients des circuits courts en Europe payent par l’achat un prix généralement plus élevé que dans d’autres circuits de distribution. »

Dans Circuits courts, vente direct et construction des prix, Jean-Claude Balbot pose plusieurs constats, dont celui-ci, ajoutant par ailleurs que ces mêmes clients s’acquittent ainsi d’une double peine, payant tout à la fois un prix plus cher et les externalités imposées par le système agro-industriel au travers des subventions, sous forme d’impôts.

Pourtant, Patrick Mundler (Directeur du Département Sciences Sociales et de Gestion ISARA Lyon – LER) et Albane Audras (Alliance Paysans Ecologistes Consommateurs de l’Isère) ont démontré dans une étude récente que la formation des prix dans 7 AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) de la Région Rhône-Alpes tendrait à prouver le contraire : dans 63 % des cas, ce type de circuit court s’avère être moins cher que les autres modes de commercialisation (grande distribution, marché traditionnel, magasin bio, marché bio, magasin de producteurs). Si cette étude est limitée quantitativement, géographiquement mais aussi quant à sa saisonnalité, ces résultats ne manquent pas d’interroger. En fait, on obtient la réponse un peu plus loin, puisque l’étude intègre des prix minimaux et maximaux par type de commercialisation : les prix sont inférieurs de 13 % en moyenne pour la GMS (grandes et moyennes surfaces) et les marchés traditionnels aux prix des AMAP… pour les prix minimum de ces types de vente. À l’inverse, dans quasiment tous les cas (sauf pour les fruits et le pain sur les marchés traditionnels), les prix maximum sont égaux ou supérieurs aux pris des AMAP, parfois même du double (légumes) !

Continuer la lecture de CIRCUITS COURTS ET COURTS-CIRCUITS, par zébu

Partager :