Archives par mot-clé : Arthur Rimbaud

« Défense et illustration du genre humain » : un rapprochement par Thierry d’Armor

Lisant Défense et Illlustration du Genre Humain, je ne résiste pas à vous faire part d’une association d’idées qui m’est venue subitement à la lecture p. 244 dernière ligne du deuxième alinéa : « la vieille même histoire »

En effet, ça m’a rappelé le vers de Rimbaud dans Le Forgeron sur le thème de la révolte, comme vous le savez sûrement, celui du vers 39 :

– Mais Voilà, C’est toujours la même vieille histoire »

… et de continuer : « Mais je sais maintenant ! Moi, je ne peux plus croire … »

J’avais envie de vous le partager. Un lien de cause à effet ?

Continuer la lecture de « Défense et illustration du genre humain » : un rapprochement par Thierry d’Armor

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

RIMBAUD

Le 12 janvier 2012, je participerai à la Villa Gillet à Lyon à un débat avec Sophie Wahnich et Nicolas Baverez, sur le thème : « Quand le peuple agit : révoltes, révolutions, réformes ».

Le livre de Sophie Wahnich intitulé La longue patience du peuple. 1792. Naissance de la République (Payot 2008) débute par un poème d’Arthur Rimbaud.

« Morts de Quatre-vingt-douze… « 

 » … Français de soixante-dix, bonapartistes,
républicains, souvenez-vous de vos pères
en 92, …  »
…………………………………………………………………
Paul de Cassagnac
— Le Pays —


Morts de Quatre-vingt-douze et de Quatre-vingt-treize,
Qui, pâles du baiser fort de la liberté,
Calmes, sous vos sabots, brisiez le joug qui pèse
Sur l’âme et sur le front de toute humanité ;

Hommes extasiés et grands dans la tourmente,
Vous dont les cœurs sautaient d’amour sous les haillons,
Ô Soldats que la Mort a semés, noble Amante,
Pour les régénérer, dans tous les vieux sillons ;

Vous dont le sang lavait toute grandeur salie,
Morts de Valmy, Morts de Fleurus, Morts d’Italie,
Ô million de Christs aux yeux sombres et doux ;

Nous vous laissions dormir avec la République,
Nous, courbés sous les rois comme sous une trique.
– Messieurs de Cassagnac nous reparlent de vous !

Fait à Mazas, 3 septembre 1870

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail