Étiquette : austérité

  • Quelle différence entre le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et moi ?

    Quelle est la différence entre les politiques économique, monétaire et fiscale que recommandent le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et moi ?

    Aucune : nous préconisons exactement la même chose !

    Y a-t-il toutefois une différence ? Oui : depuis 2007, le FMI et la Banque Mondiale n’ont pas cessé de changer d’avis sur tout et n’importe quoi, reconnaître les bourdes monumentales qu’ils ont commises, etc. alors que je n’ai fait depuis cette époque dans mes chroniques dans Le Monde, L’Écho et Trends-Tendances qu’étayer davantage, illustrer par de nouveaux exemples tirés de l’actualité, les politiques économique, monétaire et fiscale que je prône imperturbablement depuis bientôt quatorze ans.… Lire la suite…

  • Bruno Colmant et Paul Jorion à l’Université catholique de Lille, le 23 janvier 2018

    Bruno Colmant et Paul Jorion à l’Université catholique de Lille, le 23 janvier 2018, interrogés par Didier Van Peteghem.

    Lire la suite…

  • AU FMI, UN VER DANS LE FRUIT, par François Leclerc

    Billet invité.

    Une cinquième colonne dormante aurait-elle été réveillée au sein du FMI ? Trois de ses économistes, dont le directeur adjoint de son service d’études, viennent de poser une mine à mèche lente sur le site officiel du Fonds.… Lire la suite…

  • ELSA, European Law Students’ Association, Pros and cons of austerity measures, à Strasbourg, le 1er décembre de 17h à 19h

    Austerity

    ELSA, « the European Law Students’ Association »

    « Pros and cons of austerity measures » qui se tiendra le mardi 1er décembre 2015 de 17h à 19h au Centre Européen pour la Jeunesse de Strasbourg, 30, rue Pierre de Coubertin – 67000 Strasbourg Wacken

    Je débattrai avec Thierry Burger-Helmchen, Professeur de gestion à l’Université de Strasbourg… Lire la suite…

  • Effondrement versus mutation (II), par Michel Leis

    Billet invité. Suite de Effondrement versus mutation (I).

    Il ne faut pas imaginer les scénarios de mutation comme un complot décidé en haut lieu par une oligarchie soudain consciente des nécessités du changement. C’est juste la convergence de décisions isolées, certaines sont dictées par une culture commune, d’autres par des impératifs qui finissent par s’imposer au plus grand nombre, d’autres encore obéissent à une logique et à des objectifs qui n’ont rien à voir, mais qui contribuent néanmoins à cette mutation du système, enfin, la frange la plus avancée du capitalisme voit dans le changement une opportunité de pérenniser et d’accroître les profits.… Lire la suite…

  • Le brûlot de Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse : un avertissement salutaire, par Jean-Pierre Pagé

    Billet invité.

    « Hébétés, nous marchons vers le désastre ». Ainsi commence la tribune de Arnaud Montebourg et Matthieu Pigasse, publiée dans le JDD du 7 juin 2015, comme un coup de tonnerre dans le ciel orageux de la zone euro. La présence, à côté du « trublion » Arnaud Montebourg, du « banquier » Matthieu Pigasse oblige, cette fois-ci, à considérer et prendre au sérieux ce texte. Il mérite, en effet, beaucoup plus que le mépris que lui a témoigné Stéphane Le Foll, porte-parole du Gouvernement, sur France Inter le 8 juin… Lire la suite…

  • La victoire de David Cameron, par Michel Leis

    Billet invité. Ouvert aux commentaires.

    La victoire de David Cameron aux élections en Grande Bretagne est un très mauvais signal adressé au monde politique. Avec la réélection de Merkel en 2013, elle tendrait à servir d’exemple à un personnel politique européen tout entier tourné vers l’accomplissement d’une carrière dans les sphères du pouvoir (je parle ici des partis traditionnels). Il suffirait d’une relative prospérité économique mesurée essentiellement par le taux de croissance (1,6 % en Allemagne et 2,6 % au Royaume-Uni pour une moyenne européenne à 0,9 %) et un taux de chômage (4,8 % en Allemagne et 5,5 % au Royaume-Uni contre 9,9 en moyenne européenne) un peu plus bas que dans le reste de l’Union Européenne pour emporter sinon l’adhésion, du moins le consentement de la majorité de la population et des classes moyennes en particulier.

    Lire la suite…

  • France 24 : La semaine de l’éco, Paul Jorion en duplex de Bruxelles, le vendredi 31 octobre de 15h15 à 16h

    L’émission de Stéphanie Antoine « La semaine de l’écho » sur France 24.

    J’ai un peu eu l’impression de mon côté d’entendre dans ce que disent certains autres intervenants les communications du ministère de la propagande. J’espère faire penser quant à moi au petit garçon qui voit passer l’empereur victime d’un courtisan trop flatteur.

    Lire la suite…

  • SORTIR DE L’IMPASSE, par Jean-Pierre Pagé

    Billet invité.

    Plus les années passent, plus s’accroît la sensation que l’Europe s’enfonce dans une impasse redoutable vers laquelle la dirige l’indigence des autorités de la Zone Euro. L’on a le sentiment extrêmement pénible que l’Europe est en train de reproduire le processus des « années 30 ». En témoignent plusieurs traits de la situation actuelle.

    En premier lieu, en ce qui concerne notre pays, l’obligation, à laquelle ses gouvernants se croient tenus d’obéir pour « rester dans les clous » de la voie tracée par les autorités de Bruxelles, de passer au crible toutes les composantes du Pacte résultant des accords sociaux signé après la Seconde Guerre Mondiale, qu’il s’agisse, par exemple, du régime de l’allocation-chômage dont l’actuel ministre de l’Economie a clamé haut et fort qu’il ne saurait constituer un tabou, de la remise en question du régime de l’emploi à vie des fonctionnaires, élément capital de la fonction de « service public, ou encore, de la prime à la naissance, clef de voûte de la politique familiale qui est l’une des « réussites françaises ».… Lire la suite…

  • LE MONDE : « Keynes nous jugerait sévèrement », lundi 6 – mardi 7 janvier 2014

    Ma chronique mensuelle : La leçon du vrai Keynes

    Que dirait Keynes revenu parmi nous des politiques économique et financière qui sont les nôtres ? Je parle ici du véritable John Maynard Keynes, et non des économistes contemporains que l’on appelle par facilité de langage, « Keynésiens » et dont la pensée est très éloignée, pour la plupart, de celle du Keynes historique.

    Il serait consterné, comme il le fut toujours, devant les politiques d’austérité et rejetterait avec horreur notre invocation sentencieuse d’un impératif de « compétitivité », l’aimable euphémisme auquel nous recourons pour désigner la politique cynique du « moins-disant salarial ».… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 28 NOVEMBRE

    Sur Youtube, c’est ici.

    La nouvelle définition de l’intérêt général… Lire la suite…

  • LA COTE D’ALERTE EST DÉPASSÉE, par Jean-Pierre Pagé

    Billet invité.

    Cela a retenti comme un coup de tonnerre ! un sondage concernant les élections européennes, le Front National devancerait l’UMP et le Parti Socialiste arriverait en troisième position.

    Et ce phénomène n’est pas spécifique à la France. L’hypothèse selon laquelle le regroupement des partis « populistes » dans l’Union européenne obtiendrait la majorité relative au Parlement européen l’an prochain ne saurait être écartée.

    Voilà à quoi ont mené bientôt quatre ans de politiques suicidaires en Europe. Et ceci ne peut pas être imputé uniquement à l’aveuglement néo-libéral des eurocrates de Bruxelles, mais résulte de la décision des chefs d’Etats et de Gouvernements réunis en Conseil.… Lire la suite…

  • L’actualité de demain : APRÈS LA GRÈCE, LE PORTUGAL ? par François Leclerc

    Billet invité.

    En attendant le tour de la Grèce, retardé le plus possible parce qu’encore plus dérangeant, le Portugal est de retour sur la sellette, n’ayant comme perspective que de suivre la même pente après avoir été longtemps présenté comme le bon élève de la classe. La Troïka a entamé sur place un nouvel examen des résultats du programme de rigueur, reporté étant donné la crise politique, tandis que le vice-premier ministre en charge du dossier, Paulo Portas, réclame un assouplissement de 4% à 4,5% des objectifs de réduction du déficit fin 2014, déjà demandé mais pas obtenu après deux assouplissements successifs, en septembre de l’année passée et mars dernier.… Lire la suite…

  • L’AFFAIRE REINHART ET ROGOFF OU LA « SCIENCE ÉCONOMIQUE ORDINAIRE »

    François Leclerc y a fait allusion dans un billet vendredi : l’une des nouvelles de la semaine dernière, c’est l’échec d’une tentative faite par une équipe d’économistes de l’université du Massachusetts à Amherst de reproduire les conclusions d’un article de Reinhart et Rogoff affirmant qu’une fois que la dette souveraine des États dépasse les 90% de Produit Intérieur Brut, une récession est inéluctable. Données manquantes, formules erronées dans le tableur Excel, conclusion extrapolant de beaucoup ce que révèlent les chiffres, toute la panoplie s’y trouve des vices de la « science » économique, dans son emploi comme ici de « science économique ordinaire »

    Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff sont les auteurs de This Time is Different.Lire la suite…

  • VENIR VOIR LA VIE À ATHÈNES, par Pierre Bousquet

    Billet invité.

    – « Viens à Athènes, viens voir la vie ici, c’est important de pouvoir témoigner… ».

    C’est ainsi, que répondant à l’invitation d’une amie pharmacienne à Athènes je suis arrivé en Grèce alors que les yeux de la communauté internationale était plutôt tournés vers Chypre.

    Que signifie concrètement une baisse de 25 % du P.I.B. en quelques années ? quelles sont les conséquences sanitaires d’un chômage de plus de 25 % (et de 60 % chez les moins de 25 ans), comment agir face à la pénurie de médicaments ?

    Et bien, j’ai été édifié.… Lire la suite…