Archives par mot-clé : crise

Elizabeth Warren et le pétrin dans lequel on est

Parfois, il faut bien le dire, je me sens un peu seul… malgré votre présence à tous, dont je vous remercie. Je synthétise ce que je trouve comme information et je vous le communique. Aucune université n’a besoin de mes services, aucune compagnie ni aucun think-tank non plus, je n’ai pas d’autre titre que « blogueur » et auteur.

Alors cela me fait très plaisir de découvrir que quelqu’un ayant l’autorité de parler avec un grand drapeau derrière elle, Mme Elizabeth Warren, la présidente du TARP Congressional Oversight Panel, dit exactement la même chose que moi.

C’est en anglais bien sûr. Désolé pour ceux d’entre vous qui me maîtrisent pas cette langue, nous trouverons peut-être un moyen de traduire cela.

Partager :
Email This Post Email This Post

Les économistes inquiètent la reine d’Angleterre

La Reine d’Angleterre s’étant inquiétée que les économistes n’aient pas su prévoir la crise, dix économistes britanniques ou appartenant au Commonwealth, lui répondent que la science économique est devenue « une branche étroite des mathématiques appliquées, pratiquement sans relation avec le monde réel ». Ils réclament un élargissement de l’enseignement à d’autres disciplines dont la psychologie, l’histoire économique et la philosophie. J’ajouterai bien entendu personnellement à la liste, l’anthropologie, la sociologie et la science politique.

Parmi les signataires, Sheila Dow, que j’ai récemment citée dans Monnaie et crédit : le point de vue structuraliste, où j’expliquais que les conclusions auxquelles nous étions parvenues sur ce blog quant à la monnaie et au crédit, étaient très proches des positions du courant structuraliste, essentiellement représenté en Grande-Bretagne, et auquel Sheila Dow appartient. Ces conclusions sont rassemblées et développées dans « L’argent mode d’emploi », à paraître chez Fayard début novembre.

La lettre

In November 2008 the Queen asked why so few Economists had foreseen the credit crunch.

Ten leading British Economists write to Her Majesty, claiming that the training of economists is too narrow:
“Mathematical technique should not dominate real-world substance.”

During a visit to the London School of Economics in November 2008, the Queen asked why few economists had foreseen the credit crunch. Dated 22 July 2009, she received an answer from Professors Tim Besley and Peter Hennessy. This was widely quoted in the British press.

Continuer la lecture de Les économistes inquiètent la reine d’Angleterre

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de la crise : Nouvelle échappatoire vers le haut, par François Leclerc

Billet invité.

NOUVELLE ECHAPPATOIRE VERS LE HAUT

Le FMI s’essaye depuis quelques mois à son nouveau rôle, attribué par le G20 de Londres. Notamment lorsqu’il s’efforce au langage de la vérité, froissant parfois des ailes au passage, expliquant alors sur tous les tons et dans toutes les occasions que le redémarrage de l’économie ne sera pas possible tant que la situation du secteur bancaire ne sera pas assainie. Il vient de franchir un nouveau pas en annonçant la distribution à ses 186 Etats membres, dès la fin de ce mois et au prorata de leurs droits de tirage spéciaux, de 283 milliards de dollars de DTS (1).

Cela ressemble fort, à y regarder de plus près, à une échappatoire de plus. Comme s’il s’agissait de prendre le relais des mesures de création monétaire des banques centrales, car c’en est aussi une, afin de les soutenir à leur tour. C’est en effet le calme plat sur le front des banques centrales, la BoE britannique faisant exception en venant d’augmenter de 125 milliards de livres son programme d’achat d’actifs. Car la Fed prolonge son propre programme de 300 milliards de dollars jusqu’à octobre prochain, mais sans l’augmenter (il lui reste 90 milliards à engager), tandis que le Trésor US, afin lui aussi de contribuer à rassurer les investisseurs en T-bonds, annonce qu’il va émettre des TIPS indexés sur l’inflation (2). La BCE, bloquée sur ce terrain par les Allemands, ne bouge pas d’un cil et s’en tient à ses 60 milliards d’euros initiaux d’achats d’actifs, arrachés de haute lutte. Les banques centrales sont désormais figées dans leur attitude et multiplient les vocalises pour occuper leur terrain, passées d’abord de mesures « conventionnelles » à celles qui ne sont pas, ayant finalement rencontré dans l’utilisation de ces dernières des limites qu’elles ne peuvent pas franchir (contredisant dans les faits la fiction de leur indépendance vis à vis des Etats, ces derniers ayant tracé ces limites). Elles en sont aujourd’hui réduites au rôle d’animateurs et de pourvoyeurs financiers du marché interbancaire, dans lequel elles sont installées à demeure.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : Nouvelle échappatoire vers le haut, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de la crise : Dynamiques de la crise, par François Leclerc

Billet invité.

DYNAMIQUES DE LA CRISE

La chute libre du système capitaliste financier a été freinée (non sans mal et à quel prix), sa stabilisation reste à démontrer, mais la discussion sur ce qui va lui succéder ne fait que s’engager. Les événements historiques qui se déroulent sous nos yeux ont surpris par leur ampleur, ils vont au moins autant le faire par leur durée. Sans que l’on perçoive clairement, dès aujourd’hui, ce qui pourra en être l’issue. Avec au moins une certitude, sans que nous en rendions nécessairement compte : les faits que nous vivons sont déterminants, pour employer un mot démonétisé à force d’être utilisé, mais nous ne savons hélas pas en quel sens.

En référence à un autre récent événement tout aussi surprenant, symbolisé par une autre chute, celle du Mur de Berlin (et avec lui d’un système « soviétique » qui n’avait pour seul rapport avec ses soviets d’origine que le nom), il sera décidément dit de notre époque qu’elle aura été fertile en surprises. Celle-ci était tout aussi inattendue que la crise actuelle, et il a fallu se rappeler le rêve de Nabuchodonosor et de son « colosse aux pieds d’argile » pour comprendre qu’un système de domination qui apparaissait immuable ait pu s’écrouler aussi simplement, de lui-même.

Ne doit-on pas observer aujourd’hui le même phénomène ? Un système financier tout entier, expression triomphante et se voulant achevée du capitalisme, grièvement atteint par ses propres contradictions et ne devant son salut que grâce à des expédients et des soutiens financiers publics démesurés ? Comme s’il n’avait même pas été nécessaire, à nouveau, de le pousser pour qu’il tombe…

Le parallèle s’arrête là, mais la similitude est frappante.

Le débat est donc permanent à propos de ce qui va suivre, aucune référence historique n’étant là pour nous éclairer. La « science économique » ayant globalement failli pour avoir usurpé un statut qui n’est pas le sien ; ses concepts présentés comme intangibles n’ayant pas résisté à l’épreuve des faits, n’ayant rien su annoncer, ne pouvant donc plus rien prévoir.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : Dynamiques de la crise, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post