Archives par mot-clé : James Clapper

« Trump vs. CIA + FBI : un combat de titans ! » mise à jour en date du 16 août 2018 de mon billet du 24 février 2017

Je commence par vous rappeler un billet publié ici il y a un an et demi. Je le fais suivre d’une mise à jour consistant en un commentaire de quatre captures d’écran de télévision hier dans la soirée.

Trump vs. CIA + FBI : un combat de titans !, le 24 février 2017 (Donald Trump est alors Président depuis 35 jours)

M. Trump mène ses affaires comme une entreprise dont le patron a le droit d’être le tyran implacable (rien ne l’interdit, n’est-ce pas ? malgré notre allégeance aux valeurs démocratiques). Mais pour le rayonnement extérieur de celle-ci, il lui faut nouer des alliances. M. Poutine a semblé à M. Trump, être un patron dans son genre : celui qui fait taire toute opposition par la vertu d’un visage cramoisi révulsé par la colère.

Continuer la lecture de « Trump vs. CIA + FBI : un combat de titans ! » mise à jour en date du 16 août 2018 de mon billet du 24 février 2017

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LA DÉFENSE DE NOTRE SOUCI (LÉGITIME) DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

Vendredi dernier, le Président Obama a déclaré qu’il comprenait notre souci (légitime) de protection de la vie privée. Il a même expliqué qu’une mesure qu’il avait prise pour la protection des « lanceurs d’alerte » aurait protégé Edward Snowden, si celui-ci avait respecté les formes. Joe Davidson, chroniqueur au Washington Post, nous explique cet après-midi (dans « Le commentaire ‘trompeur’ de M. Obama sur la protection des lanceurs d’alerte ») que « ce n’est pas tout à fait exact ». Quoi qu’il en soit, M. Obama avait précisé qu’il allait nommer à la Foreign Intelligence Surveillance Court, la cour secrète de Surveillance du renseignement étranger, un défenseur de notre souci (légitime) de protection de la vie privée. La nomination vient de tomber : il s’agit de M. James Clapper, dont la fonction présente est United States Director of National Intelligence, en français : Directeur du renseignement national des États-Unis.

Eh bien quoi ? M. Obama avait simplement dit qu’il allait nommer un défenseur de notre souci (légitime) de protection de la vie privée, il n’avait à aucun moment prononcé le mot « indépendance », et sur ces questions là, il vaut mieux nommer un expert que quelqu’un qui n’y comprend rien.

C’est comme en finance : quand il s’agit de mettre le secteur bancaire au pas, il vaut mieux nommer un ancien directeur de banque : on a comme ça quelqu’un qui sait au moins de quoi il parle. Et ça fait un chômeur potentiel de moins !

Avant-hier, dans BONJOUR MADAME LA TERRE, le dimanche 11 août 2013 à 8h39, je disais (je suis allé me réécouter pour vous dire ça texto) : « Je ne peux pas parler de tous les symptômes du capitalisme en effondrement : il y a trop, et tout ça n’est pas très intéressant : ce ne sont que les manifestations supplémentaires d’un système en bout de course », mais ça ne veut pas dire que je ne prendrai pas le temps, à l’occasion, de rapporter, comme ici, les cas les plus hilarants.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail