Trump vs. CIA + FBI : un combat de titans !

M. Trump mène ses affaires comme une entreprise dont le patron a le droit d’être le tyran implacable (rien ne l’interdit, n’est-ce pas ? malgré notre allégeance aux valeurs démocratiques). Mais pour le rayonnement extérieur de celle-ci, il lui faut nouer des alliances. M. Poutine a semblé à M. Trump, être un patron dans son genre : celui qui fait taire toute opposition par la vertu d’un visage cramoisi révulsé par la colère.

Manque de pot, deux institutions de son pays sont attachées non pas à la démocratie (ne rêvons pas, chers amis !) mais au sens de l’État tel qu’il est : son service de renseignements, la très brutale et centrée sur ses objectifs, CIA, et sa police : le FBI, ayant connu à ses débuts en tout cas, une dérive autocrate de 48 ans sous la houlette de son très paranoïaque patron : J. Edgar Hoover.

M. Trump (une âme simple) s’est dit : discréditons la CIA et le FBI durant notre campagne électorale, et lorsque nous serons au pouvoir, il nous suffira de ricaner chaque fois qu’elles ouvriront la bouche, et le tour sera joué ! (Ce qui a fait croire à M. Trump que ce qui nous paraît impossible à vous et moi, lui était possible à lui est une chose appelée « argent » dont il dispose en très grandes quantités).

M. Trump, tout occupé qu’il était à gérer ses casinos, n’a pas lu Machiavel et n’a pas tenu compte du coup d’une autre chose appelée elle : « poids des institutions », qui oppose à la détermination des grands hommes tels que lui, son inertie, si ce n’est sa volonté propre.

Si ça se trouve, de l’argent en quantité suffisante permet de terrasser poids des institutions et sens de l’État – mais peut-être pas ! Nous ne tarderons pas à découvrir la réponse, le combat de titans se déroulant sous nos yeux en live !

Partager :