Archives par mot-clé : MES

L’actualité de la crise : ILS VONT OUVRIR LES VANNES ! par François Leclerc

Billet invité

Les dirigeants occidentaux vont chercher à noyer l’incendie européen en déversant une masse de liquidités sur les banques et en multipliant les pare-feux afin de cantonner la crise obligataire. L’opération est planifiée pour se dérouler en deux temps.

En février d’abord, avec une nouvelle méga distribution de prêts à trois ans aux banques – une LTRO (Longer-Term Refinancing Operation) – dont il est estimé qu’elle pourrait doubler ou tripler en volume la précédente de décembre. Soit mille à mille cinq cent milliards d’euros pour la seconde vague.


Illustration par Sébastien Marcy

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : ILS VONT OUVRIR LES VANNES ! par François Leclerc

Partager :

TOUT SUR LE DERNIER TOUR DE VIS EUROPÉEN, par Éric Walravens

Billet invité. Le blog de l’auteur se trouve ici.

Tout le monde le reconnaît : les décisions européennes ont un impact toujours plus important sur l’économie, les lois, la vie quotidienne. La tendance est devenue évidente avec la crise de l’euro, qui amène les Etats à mettre en commun d’importantes compétences souveraines. Les citoyens et même leurs représentants élus continuent pourtant à ne s’intéresser que de loin, ou plutôt trop tard, à la politique européenne.
 Dans les parlements des pays membres, beaucoup de députés ne se sont pas encore remis des prérogatives qu’ils ont perdues avec l’entrée en vigueur d’un “semestre européen” et d’une législation dite “six-pack” (carton de 6 bières) : obligation pour chaque pays de présenter son budget à la Commission européenne dans un calendrier serré et sanctions à gogo pour les déficits, dettes et même déséquilibres jugés excessifs.

Mais, alors que l’encre de ces accords n’est pas encore sèche, beaucoup ne voient pas qu’un nouveau durcissement des règles est, déjà, sur le point d’être adopté.

  • Un traité de discipline budgétaire, négocié au pas de charge sous pression de l’Allemagne, sera discuté au sommet européen de ce lundi 30 janvier.
  • Un second traité instituant un Mécanisme européen de stabilité, sorte de fonds monétaire européen vient d’être finalisé (mais il doit encore être ratifié)
  • De nouvelles propositions (déjà rebaptisées “two-pack” en jargon eurobruxellois) visent à accentuer encore la surveillance des comptes nationaux par la Commission

Continuer la lecture de TOUT SUR LE DERNIER TOUR DE VIS EUROPÉEN, par Éric Walravens

Partager :

L’actualité de la crise : AU COEUR DES CONTRADICTIONS, par François Leclerc

Billet invité

Au marathon des négociations qui se poursuivaient depuis des semaines à propos de la restructuration de la dette grecque a succédé un sérieux bras de fer. Après avoir faussement “suspendu” les discussions la semaine précédente, Charles Dallara – le négociateur en chef côté créanciers – a pris samedi l’avion depuis Athènes pour venir négocier à Paris auprès d’interlocuteurs non identifiés. Arguant qu’il était arrivé au bout des concessions et en était à “la proposition maximale qui peut se faire dans le cadre d’un plan d’échange dit volontaire”. Un chantage au défaut sur la dette grecque, pour le dire directement.

Si cette position intransigeante devait être maintenue, il ne resterait plus aux dirigeants européens et au FMI qu’à soit mettre davantage au pot, soit exiger de nouvelles coupes et réformes du gouvernement grec pour compenser la partie des 100 milliards d’euros de diminution de la dette grecque que les banques n’effaceront pas. Toutes les parties au sein de la négociation évitent cependant soigneusement de formuler aussi clairement l’enjeu.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : AU COEUR DES CONTRADICTIONS, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de la crise : L’IMPROVISATION ÉRIGÉE EN RÈGLE, par François Leclerc

Billet invité

Angela Merkel l’avait annoncé : ce serait une erreur de s’attendre à ce que la crise soit réglée d’un coup de cuillère à pot ! Le discours ambiant consiste d’ailleurs à prédire une longue période d’austérité et de faible croissance, à laquelle il va falloir se résigner. Rien dans ce qui a été annoncé après sa rencontre avec Nicolas Sarkozy, en attendant la suite des événements de la semaine, ne permet de contredire cette perspective, elle est tout au contraire réaffirmée.

En conférence de presse, leurs deux allocutions ont d’abord valu pour ce qu’elles n’ont pas révélé. Une éventuelle intervention de la BCE sur la dette obligataire n’a pas été publiquement évoquée, au nom de la confortable jurisprudence de Strasbourg, qui veut désormais que les dirigeants politiques n’effleurent même plus la question. Si le refus des euro-obligations a été affirmé sans difficultés – elles n’auraient pas de sens, sauf si leur émission suivait une intervention de la BCE – le mystère reste donc entier à propos du rôle de la banque centrale.

Ce qui laisse à penser que le désaccord franco-allemand est également entier. Et que l’on se dirige vers la continuation de ce qui a été engagé, sous forme d’achats obligataires à la petite semaine pour éviter que le lait ne déborde, mais sans plus, au prétexte de ne pas inciter les gouvernements à relâcher leurs efforts afin de réduire leurs dettes. Angel Gurría, secrétaire général de l’OCDE, a cru pouvoir expliciter cette politique en considérant que la BCE pourrait augmenter ses interventions – sans en détailler la nature – « au fur et à mesure qu’il y a plus de discipline »…

Continuer la lecture de L’actualité de la crise : L’IMPROVISATION ÉRIGÉE EN RÈGLE, par François Leclerc

Partager :