Archives par mot-clé : Nick Bostrom

Je n’arrête pas de décevoir ! (comment arrêter l’hémorragie ?)

Je vous ai raconté hier dans ma vidéo Transhumanisme : la notion de « dignité humaine » est-elle dépassée ?, la disputatio qui m’avait opposé le matin-même à l’Université catholique de Lille à Stefan Lorenz Sorgner.

Cet après-midi, un intervenant s’est déclaré déçu du fait que ni Sorgner, ni moi n’avions mentionné Pic de la Mirandole (1463-1494) à propos de la notion de dignité humaine. Or vous connaissez l’intérêt que je porte aux gens qui sont déçus par mon comportement, car leur déception m’attriste très très profondément.

J’ai alors fait remarquer à ce monsieur que dans son ouvrage consacré à la notion de dignité humaine : Menschenwürde nach Nietzsche: die Geschichte eines Begriffs (2010), Sorgner consacrait un chapitre entier (le chapitre 4) à Pic de la Mirandole. Ce sur quoi ce monsieur répondit qu’il n’avait pas été déçu par le fait que le nom du philosophe médiéval n’avait pas été prononcé mais parce que n’avait pas été mentionné ce que pensait de lui Nick Bostrom, le philosophe suédois de l’Université d’Oxford.

J’en ai déduit que l’intention première de cette personne était de s’affirmer déçue et qu’ensuite – à la guerre comme à la guerre ! – tous les moyens seraient bons pour prétendre avoir atteint son objectif !

Partager :
Email This Post Email This Post

Mark O’Connell, To Be a Machine (VII) L’esprit en tant que logiciel

Ouvert aux commentaires. Je crois savoir – pour en avoir écrit et produit – ce qu’est un logiciel. Sur la partie quincaillerie d’un ordinateur je sais très peu. Si j’ai commis ici des erreurs, soyez gentil(le) de me le signaler, je corrigerai.

Je vais terminer ce compte-rendu détaillé du livre de Mark O’Connell, To Be a Machine (2017) et dont j’ai dit tout le bien que j’en pensais en mentionnant une erreur qu’il commet, due me semble-t-il au manque de familiarité – très excusable pour un spécialiste de la littérature anglaise – avec l’informatique.

Pour les six premières parties de mon compte-rendu, cliquer ici.

Continuer la lecture de Mark O’Connell, To Be a Machine (VII) L’esprit en tant que logiciel

Partager :
Email This Post Email This Post

« Qui étions-nous ? » – Notre existence est seulement simulée

En sus de toutes les autres, une hypothèse est susceptible de rendre compte du pseudo-paradoxe de Fermi : si nous sommes seuls dans l’univers, c’est parce que son concepteur l’a voulu ainsi, qu’il s’agisse d’un Dieu de facture classique ou d’un programmeur extrêmement doué.

Continuer la lecture de « Qui étions-nous ? » – Notre existence est seulement simulée

Partager :
Email This Post Email This Post