Je n’arrête pas de décevoir ! (comment arrêter l’hémorragie ?)

Je vous ai raconté hier dans ma vidéo Transhumanisme : la notion de « dignité humaine » est-elle dépassée ?, la disputatio qui m’avait opposé le matin-même à l’Université catholique de Lille à Stefan Lorenz Sorgner.

Cet après-midi, un intervenant s’est déclaré déçu du fait que ni Sorgner, ni moi n’avions mentionné Pic de la Mirandole (1463-1494) à propos de la notion de dignité humaine. Or vous connaissez l’intérêt que je porte aux gens qui sont déçus par mon comportement, car leur déception m’attriste très très profondément.

J’ai alors fait remarquer à ce monsieur que dans son ouvrage consacré à la notion de dignité humaine : Menschenwürde nach Nietzsche: die Geschichte eines Begriffs (2010), Sorgner consacrait un chapitre entier (le chapitre 4) à Pic de la Mirandole. Ce sur quoi ce monsieur répondit qu’il n’avait pas été déçu par le fait que le nom du philosophe médiéval n’avait pas été prononcé mais parce que n’avait pas été mentionné ce que pensait de lui Nick Bostrom, le philosophe suédois de l’Université d’Oxford.

J’en ai déduit que l’intention première de cette personne était de s’affirmer déçue et qu’ensuite – à la guerre comme à la guerre ! – tous les moyens seraient bons pour prétendre avoir atteint son objectif !

6Shares