Archives par mot-clé : Philippe Julien

Travailler avec un bon analyste

En réponse, à l’instant, à un analysant.

La difficulté dans un champ comme la psychanalyse, dont le fondateur est un génie sur le plan intellectuel et un champion hors-pair de la compréhension intuitive, c’est : « Comment faire en sorte que les héritiers soient véritablement à la hauteur, d’autant que la transmission ne peut se faire, pour un savoir en grande partie empirique comme celui-là, que par l’apprentissage auprès d’un maître ou d’une maîtresse ? »

Le processus étant décrit comme cela, il ne peut y avoir que déperdition, un peu du savoir originel se perdant nécessairement à chaque nouveau chaînon dans la transmission.

Pour que le savoir du fondateur et la part susceptible de se transmettre de sa pratique, ne se perdent pas entièrement en route, il faut qu’apparaissent périodiquement, comme jalons dans la chaîne, des refondateurs et refondatrices qui, non seulement font délibérément retour au message des origines, mais aussi le réinventent partiellement dans le nouvel esprit du temps, voire même, dans des cas exceptionnels, parviennent encore à améliorer l’apport de Freud dans quelques interstices, ici ou là.

J’ai eu la chance de cette exceptionnalité en devenant l’analysant de Philippe Julien. Bien sûr, cette chance est toute relative puisque c’est mon amie Judith Feher-Gurewich qui m’a dit, me faisant de gros yeux : “Il est passé par ici [Boston], il FAUT que tu ailles le voir !”.

Partager :

Mon activité de psychanalyste – mise à jour

J’ai réservé pour un analysant, la période du 22 au 28 avril, chez moi à Vannes. Je pourrai prendre 1 ou 2 autres personnes pour une séance quotidienne. Si cela vous intéresse, vous pouvez me contacter ici.

L’un d’entre vous m’ayant posé la question, j’ajoute ceci :

J’ai fait une première analyse avec Paul Duquenne (1971 à 73) de La cause freudienne (Lacaniens), mais ai été véritablement formé par Philippe Julien (1987 à 91) de l’École freudienne de Paris, puis de l’École lacanienne de psychanalyse (un article dans Marianne en 2000 dit de lui : « l’ancien jésuite Philippe Julien, qui a troqué son amour de Dieu pour celui du transfert… » ; j’ajouterai que la même sagacité l’y avait suivi).

Partager :