Archives par mot-clé : taxe sur la productivité des machines

Faut-il instaurer une taxe-robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018 – Retranscription

Retranscription de Faut-il instaurer une taxe robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018

Paul Jorion – Je ne l’ai pas appelée la « taxe robot », je l’ai appelée la « taxe Sismondi ». Et pourquoi ? Parce qu’il y avait ce socialiste de la première heure, Jean de Sismondi qui avait fait la réflexion suivante, à l’époque du luddisme justement, au moment où des gens cassaient des machines. Ça s’est passé dans un contexte un peu plus compliqué que celui qu’on raconte mais ça n’a pas d’importance. Il a dit la chose suivante. Il a dit : « Il est vrai que la machinisation – le remplacement de l’homme par la machine -, la mécanisation, c’est un processus historique ; il n’y a pas de raison qu’il y ait des gens qui en bénéficient et d’autres qui en soient les victimes. » Continuer la lecture de Faut-il instaurer une taxe-robot ? à la Sorbonne, le 31 mars 2018 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

Université Catholique de Lille, ACTU ECHO – PAUL JORION NOVEMBRE 2017

À quoi bon penser à l’heure du grand collapse ?
Le revenu universel de base
La gratuité
La taxe robot
La disparition du travail
L’Intelligence Artificielle
L’ISF

Partager :
Email This Post Email This Post

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 31 MARS 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 31 mars 2017. Merci à Pascale Duclaud !

Bonjour, nous sommes le vendredi 31 mars 2017 et vous l’avez sans doute vu, j’ai mis un avis aussitôt que sa compagne m’a appelé : François Leclerc qui nous fait une veille sur l’actualité – qui nous parle beaucoup de l’Europe, des aventures de l’Europe depuis pas mal d’années, qui nous parle de Fukushima, qui nous parle aussi des choses dont on parle très très peu dans les journaux (les migrations et les réfugiés) – et François Leclerc n’est pas bien. Il est à l’hôpital, dans un coma artificiel. Je vous tiendrai au courant. [P.J. : François Leclerc va aujourd’hui beaucoup mieux].

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 31 MARS 2017 – Retranscription

Partager :
Email This Post Email This Post

La Grande Dissolution ou la Grande Refondation ?, par Zébu

Billet invité.

Dans un article récent, un blog cite quelques chiffres issus d’une des études[1] du fameux cabinet conseil McKinsey & Co. concernant les gains de productivité et les processus d’automatisation en cours, dont certains auteurs ont pu récemment lors d’une interview évoquer la teneur : une ‘Grande Dissociation’.

Ces chiffres sont d’autant plus intéressants qu’il n’existe aucune étude sur les gains de productivité liés à ces processus, lesquels sont ‘insérés’ dans l’évaluation globale des gains de productivité.

Des chiffres d’autant plus intéressants que ces mêmes gains, du moins en Europe, sont en constante baisse pour tendre vers 0 ces dernières années, rendant incompréhensible une lecture de la productivité alliée à une disparition du travail : comment effectivement est-il possible que le travail disparaisse alors même que les gains de productivité eux aussi disparaissent ?

Continuer la lecture de La Grande Dissolution ou la Grande Refondation ?, par Zébu

Partager :
Email This Post Email This Post

McKinsey & Company : La Grande Dissociation

Une traduction de The Great Decoupling sur le site de McKinsey & Company. Plusieurs propos exprimés convergent avec ma propre proposition de taxe « Sismondi » sur la productivité des machines. Merci à Pierre-Yves Jacopin et Frankie Maindron pour la traduction.

 

La Grande Dissociation

L’avance rapide de l’apprentissage automatique (machine learning) présente un paradoxe économique : la productivité s’accroît, mais pas forcément l’emploi.

Septembre 2014
 
Alors que la technologie de l’apprentissage automatique (machine learning) progresse à un rythme exponentiel, quantité d’emplois très spécialisés, considérés autrefois comme le domaine exclusif des humains, sont de plus en plus exécutés par des ordinateurs. Que ce soit vu comme un progrès ou comme néfaste dépend de l’interlocuteur. Technologistes et économistes ont tendance à se diviser en deux camps, les technologistes croyant que l’innovation va guérir de tous les maux et les économistes craignant que les gains de productivité aient pour conséquence de cliver les populations en possédants et en non-possédants.

Continuer la lecture de McKinsey & Company : La Grande Dissociation

Partager :
Email This Post Email This Post

Penser l’économie autrement, Paul Jorion et Bruno Colmant, à paraître mercredi, le 10 septembre

Couverture choisiePenser l’économie autrement

(à paraître mercredi, le 10 septembre)

Paul Jorion : […] il existe une alternative qui avait été proposée par le philosophe économiste suisse Jean Charles Léonard de Sismondi (1773-1842). Ce qu’il avait proposé, c’est que tout individu qui est remplacé par une machine reçoive à vie une rente perçue sur la richesse que cette machine crée désormais à la place de celui qu’elle a remplacé.

C’est assez révolutionnaire. Mais qui va payer cette rente chère à Sismondi?

Paul Jorion : Il serait logique qu’en tenant compte de l’amortissement du robot, une partie du profit réalisé par l’entreprise irait, en sus d’aller aux actionnaires et à multiplier jusqu’à l’infini la rémunération des dirigeants comme c’est le cas aujourd’hui, à ceux qui ont été remplacés par la machine.

Bruno Colmant : C’est effectivement assez révolutionnaire. Cela signifie que les gains de productivité devraient être exclusivement versés aux travailleurs.
=========================================

La taxe « Sismondi » sur les gains de productivité est l’une des propositions phare de cet ouvrage. Je recopie ici les notes que j’avais prises durant ma lecture de « Sismondi et les origines de l’école critique », par Charles Rist dans le livre de Charles Gide & Charles Rist, Histoire des doctrines économiques depuis les Physiocrates jusqu’à nos jours, Paris : Sirey, 1909, pp. 197 à 229

Continuer la lecture de Penser l’économie autrement, Paul Jorion et Bruno Colmant, à paraître mercredi, le 10 septembre

Partager :
Email This Post Email This Post

VentsContraires.net – Paul Jorion : « Les machines pourraient financer une allocation universelle »

(I) « Nous nous débarrassons du travail de manière massive »
(II) « La personne remplacée par une machine n’en profite absolument pas »

Le Monde : Arithmétique et responsabilité, lundi 10 février 2014

Le Figaro rappelle aujourd’hui ma position sur la disparition du travail : Pourquoi il faudrait travailler seulement 3 jours par semaine, par Quentin Périnel

Partager :
Email This Post Email This Post

La colère est muette sous la camisole de la peur d’être encore plus pauvre, par rienderien

Billet invité.

La baisse du chômage est « mon obsession, mon combat » a déclaré début mai le président de la République, estimant qu’il n’aurait pas la crédibilité nécessaire pour briguer un deuxième mandat si le chômage ne baissait pas d’ici à 2017

François Rebsamen s’est fixé l’objectif de ramener le nombre de chômeurs sans activité « le plus près possible des trois millions » d’ici la fin du quinquennat de François Hollande en mai 2017

Monsieur le Président, c’est quoi le message ? Le plan ? Le programme ? Pour arriver à faire baisser le chômage ce qui vous donnerait le droit de vous représenter pour un second mandat et Monsieur le ministre du travail Rebsamen de vous congratuler de  »passer sous la barre  » des trois millions de chômeurs.

Moins de trois millions de chômeurs et tant pis pour ceux qui resteront sous la barre.

Continuer la lecture de La colère est muette sous la camisole de la peur d’être encore plus pauvre, par rienderien

Partager :
Email This Post Email This Post