Archives par mot-clé : taxes financière

Le temps qu’il fait, le 23 juillet 2010


Paul Jorion – Le temps qu'il fait le 23 juillet 2010
envoyé par PaulJorion. – L'actualité du moment en vidéo.

Le « financial overhaul » aux États-Unis – ce qu’il en reste

* La campagne contre Elizabeth Warren
* Le retour des subprimes !

La Hongrie contre le FMI : la taxe sur les établissements financiers

* Le populisme contre l’affairisme
* Errare humanum est… sed perseverare diabolicum !

Mr. Trichet et les « processus non-linéaires »

* Tests de stress, villages Potemkine et le retour de la confiance
* Confiance et vérité

Partager :
Email This Post Email This Post

BFM Radio, lundi 18 janvier 2010 à 10h46

La saignée

Vous vous souvenez de la saignée ? Le remède classique de la médecine occidentale avant le XIXe siècle. Beaucoup en sont morts. Mais que voulez-vous, on ne comprenait pas d’où venait la maladie, alors on incriminait à tout hasard l’excès de sang.

Nous sommes quelques-uns quand même depuis trois ans à expliquer ce qui n’a pas marché dans la finance : ce qu’il faudrait réparer, ce qu’il faudrait supprimer, ce qu’il faudrait mettre à la place. Nous avons répertorié les différents microbes, localisé les virus et les bactéries. Les politiques, le plus souvent, nous ont regardé avec des yeux ronds. Certains, quand même, ont secoué la tête d’un air entendu, donnant l’impression d’avoir compris. Ils se sont réunis en conclave pendant trois ans. Ils sont enfin sortis et ont dit avec une très grande solennité : « Le remède, c’est la saignée ! »

Ils auraient mieux fait de dire qu’ils ne comprenaient rien à nos explications. Qu’est-ce qu’il aurait fallu faire ? prendre des mesures en amont, à la source. Or ils ont fait exactement le contraire : ils sont allés se placer à l’embouchure du fleuve et ont déclaré : « Oh ! Il y a beaucoup trop d’eau ! On va en pomper une partie, on va taxer tout ça ! ».

Bien sûr, les banquiers les ont aidés à penser « Il y a trop d’eau ». Le monde où nous vivons est dans un pétrin épouvantable et pendant ce temps-là, les bonus dans le monde de la finance n’ont jamais été aussi élevés. Ce qui est une façon de dire aux politiques : « On a de l’argent en trop ! » à quoi les politiques ont obligeamment répondu : « Ne vous faites pas de souci : on va vous soulager ! »

Mais quelqu’un s’est-il demandé pourquoi les bonus des traders sont aussi élevés ? Quelqu’un s’est-il demandé pourquoi les patrons – surtout américains – des établissements financiers reçoivent des bonus aussi plantureux ? Apparemment non : la question est sans doute trop technique. Alors je me lance : les bonus des traders et des commerciaux sont des commissions. On ne simplifie pas trop en disant : c’est X % sur le bénéfice qu’ils font. Comment ont-ils fait pour réaliser ces chiffres d’affaire astronomiques ? Il n’y a pas dix mille manières : ou bien ils ont vendu quelque chose à un prix beaucoup plus élevé que cela ne leur avait coûté – et tant pis pour le gogo qui le leur a acheté, ou bien ils ont fait des paris très risqués, paris qu’ils ont gagnés – et tant pis pour celui en face qui les a perdus. Certaines de ces activités sont ce que Lord Adair Turner, le président de la FSA, le régulateur des marchés britanniques, a appelé des « activités socialement inutiles ». C’est sur cette base là qu’il faudrait trier. Au lieu de cela, on préfère taxer la finance au petit bonheur la chance.

Partager :
Email This Post Email This Post

L’actualité de la crise: quand vient le moment de présenter la douloureuse, par François Leclerc

Billet invité.

QUAND VIENT LE MOMENT DE PRESENTER LA DOULOUREUSE

Alors que le montant de l’addition de la crise n’est pas encore connu – car pendant les travaux, les dépenses continuent – la question de la facture qu’il va devoir falloir d’une manière ou d’une autre payer commence à devenir lancinante. Qui va la régler et comment ?

Il est pour l’instant encore considéré de mauvais goût de trop insister à ce propos, étant donné le caractère délicat de la chose, mais l’on y vient. Alors que les esprits sont déjà échauffés par l’attitude des managers des banques, qui s’apprêtent à nouveau à annoncer de nouvelles largesses extravagantes (à l’intention exclusive de leur management et de leurs traders). Nous amenant à nous demander s’ils font preuve d’inconscience. De manque de sens politique, diraient ceux qui cherchent à en faire preuve et à qui cela complique la vie. Ou, plus simplement, s’ils se croient tout permis et sont sûrs de leur fait, ce que l’on hésite à admettre devant l’énormité de la chose, et pourtant… Considérant, somme toute, que c’est leur dû et qu’ils n’ont de compte à rendre qu’à eux-mêmes. Car même leurs actionnaires, dont les dividendes sont minorés d’autant, sont mis devant le fait accompli, au nom d’un talent et d’un mérite qui pourrait sembler un peu usurpé, vu les circonstances.

Afin de tenter de répondre à un ressentiment profond envers les banques, dont ils craignent la montée, les gouvernements occidentaux disposent d’un épouvantail, qu’ils agitent régulièrement afin d’attirer l’attention : la taxation des bonus. Tous s’y essayent, Barack Obama s’apprêtant, selon un haut responsable Américain ayant requis l’anonymat, à suivre dans ce domaine ses collègues européens. Des commentaires peu charitables faisant cependant remarquer, à propos de la Grande-Bretagne qui a été en pointe à ce sujet, que les banques préfèrent payer les taxes que diminuer les bonus, et qu’il n’a de toute façon jamais été envisagé de leur part de diminuer le montant des bonus pour augmenter les crédits à l’économie, ce qui était l’objectif proclamé de la taxation…

Continuer la lecture de L’actualité de la crise: quand vient le moment de présenter la douloureuse, par François Leclerc

Partager :
Email This Post Email This Post