Archives par mot-clé : Tepco

À FUKUSHIMA, LES ROBOTS MEURENT AUSSI, par François Leclerc

Billet invité.

Les comparatifs se sont installés dans nos habitudes en toutes occasions. Et cela fait longtemps que leur champ déborde nos centres d’intérêt de consommateurs, afin de nous aider à choisir notre voiture par exemple, et qu’ils prétendent nous diriger vers tel ou tel hôpital ou établissement d’enseignement en raison de leurs performances ! En comparant nos performances avec celles des robots, nous avons depuis franchi une nouvelle étape avec à l’horizon la singularité, ce moment décisif du développement de l’intelligence artificielle où le progrès lui sera exclusivement attribuable.

Continuer la lecture de À FUKUSHIMA, LES ROBOTS MEURENT AUSSI, par François Leclerc

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

FUKUSHIMA : LA BATAILLE DE L’EAU CONTAMINÉE N’EST TOUJOURS PAS GAGNÉE, par François Leclerc

Billet invité.

Après un long silence, les coriums font si l’on peut dire surface. Tepco, l’opérateur de la centrale, a annoncé qu’un dispositif de localisation du combustible nucléaire fondu au fond de trois des quatre réacteurs de la centrale de Fukushima allait être testé prochainement. Il était temps, la catastrophe date du 11 mars 2011 – bientôt quatre ans – et leur localisation reste toujours un mystère. Répondre à cette question ne sera toutefois qu’un tout petit pas en avant, s’il est réalisé, car cela laissera entier le problème inédit de leur récupération, qui reste du domaine des intentions.

La routine s’est entre temps installée, dominée par la gestion de l’eau de ruissellement ou destinée au refroidissement des réacteurs, qui doit être stockée après avoir été contaminée. Interrompue par des pannes à répétition, la saga de sa décontamination se poursuit, mais elle n’est que partielle car le tritium lui échappe. Selon Tepco, la capacité de stockage totale d’eau contaminée va être augmentée et atteindre 800.000 tonnes. 2.000 tonnes d’eau sont désormais traitées quotidiennement, et 286.000 tonnes sont encore en attente de l’être. Devant la menace permanente que représente ce stockage terrestre dans d’immenses cuves, dans un pays soumis à de fortes secousses telluriques – une rupture de celles-ci pouvant inonder le site – l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) préconise avec insistance de déverser dans la mer l’eau une fois qu’elle a été partiellement décontaminée…

Continuer la lecture de FUKUSHIMA : LA BATAILLE DE L’EAU CONTAMINÉE N’EST TOUJOURS PAS GAGNÉE, par François Leclerc

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’actualité de demain : ÉPINEUSES QUESTIONS SANS RÉPONSE, par François Leclerc

Billet invité. Paul Jorion : La proposition que j’ai faite l’année dernière, d’un défaut généralisé des nations constituant la zone euro (ici et ) a d’abord été écartée d’un revers de main mais on commence à s’y intéresser et on m’invite à venir l’exposer en novembre devant le Parlement européen (j’en dirai plus à ce sujet très bientôt).

Évoque-t-on des questions épineuses alors qu’elles ne se posent pas ? On peut se le demander, à prendre connaissance de l’intervention de Christine Lagarde aux Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. Certes, elle ne parvient pas à « imaginer un instant que toutes les économies avancées se retrouvent au Club de Paris dans une perspective de restructuration des dettes globale » ; mais elle enchaîne en remarquant qu’un tel niveau moyen d’endettement n’avait de précédent qu’en 1880, à l’exception d’un intermède durant la seconde guerre mondiale, et constate que les dettes publiques se sont « considérablement alourdies à l’occasion des différents plans de relance mis en œuvre au cours de l’année 2009 en particulier ». Encore un membre de la cinquième colonne ? ce serait trop fort !

Sans trop s’avancer et pour prendre date, elle en a tiré comme conclusion que « il va falloir repenser un certain nombre d’éléments », en référence à des aspects économiques, financiers et juridiques qu’elle n’a pas identifiés plus avant, mais sur lesquels on sait que le FMI travaille déjà activement. Elle n’avait pas seulement en tête la solvabilité de la Grèce, qui se pose à nouveau, mais aussi le litige devant les tribunaux américains qui oppose le gouvernement argentin et un fonds vautour.

Continuer la lecture de L’actualité de demain : ÉPINEUSES QUESTIONS SANS RÉPONSE, par François Leclerc

Partager :
Recommandez par mail Recommandez par mail