Archives par mot-clé : Total Recall

Si vous avez besoin d’une religion… j’ai ce qu’il vous faut, le 3 avril 2021 – Retranscription

Retranscription de Si vous avez besoin d’une religion… j’ai ce qu’il vous faut, le 3 avril 2021. Bonsoir, nous sommes…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Vidéo – Si vous avez besoin d’une religion… j’ai ce qu’il vous faut

Philip K. Dick prophète

Mondes multiples et conscience, le 18 février 2009

Pourquoi nous avons neuf vies comme les chats, in Papiers du Collège International de Philosophie, Numéro 51, Reconstitutions, 2000, 69-80

The Tunnel Under the World, de Frederik Pohl, 1956

Partager :

Que peut-on savoir du réel ?, le 23 décembre 2020 – Retranscription

Retranscription de Que peut-on savoir du réel ?, le 23 décembre 2020. Bonjour, nous sommes le 23 décembre 2020 et…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

La tentation de l’interprétation “Total Recall”

Dans le film de Paul Verhoeven Total Recall (1990), inspiré d’une nouvelle de Philip K. Dick, le héros se laisse tenter par l’offre de Rekall, une firme de logiciel qui fait en sorte que vous halluciniez des aventures hors du commun. Mais quelque chose tourne mal durant l’implant du scénario fictif…

Question du coup pour le héros – qui se retrouve, entre autre, à la tête d’une rébellion sur la planète Mars – le cauchemar qu’il est en train de vivre à partir de là est-il la conséquence de l’accident qui a eu lieu durant l’implant ou bien cet accident n’est-il lui-même que le premier épisode du scénario époustouflant qu’il a acheté et le cauchemar éveillé qui est le sien est-il simplement la preuve de la bonne foi de la firme Rekall et des excellents services qu’elle offre ?

Je ne sais pas si vous êtes comme moi à la lecture de l’actualité d’aujourd’hui, je veux dire tenté par l’interprétation “Total Recall”, à savoir, ou bien qu’un abominable accident a eu lieu et que tout ce qui peut aller mal va, comme nous le constatons, de plus en plus mal dans un désastre au développement exponentiel, ou bien que quelqu’un quelque part met le paquet pour nous en mettre plein la vue, si bien que le jour où nous mettrons la clé sous la porte, nous nous dirons : “Une chose est sûre en tout cas : j’en ai eu pour mon argent !”

Partager :