Étiquette : Valérie Trierweiler

  • Comment se torpille-t-on en imaginant faire le contraire ?

    Non, je n’ai pas lu entre hier et aujourd’hui un livre de 663 pages. Tout ce que je peux dire de l’ouvrage de Gérard Davet et Fabrice Lhomme : Un président ne devrait pas dire ça, c’est ce que j’en ai lu dans les journaux. Je m’abstiendrai donc soigneusement de dire quoi que ce soit de son contenu, je me contenterai de commenter à mon tour ce commentaire lu quelque part mais qui semble véhiculer le sentiment général de ceux qui ont lu le livre : qu’avec ses entretiens, le Président, « s’est torpillé ».… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 12 SEPTEMBRE 2014 (retranscription)

    Retranscription de Le temps qu’il fait le 12 septembre 2014. Merci à Olivier Brouwer.

    Bonjour, on est le vendredi 12 septembre 2014.

    Et vous avez dû voir, ça a commencé hier dans l’après-midi et ce n’est pas près de s’arrêter : il y a un certain nombre de billets, jusqu’ici par des auteurs qui apparaissent souvent sur le blog – et j’en ai encore deux ou trois en réserve parce qu’ils se sont accumulés rapidement – des billets qui sont essentiellement sur le thème : « Que faire, que faire, exactement ? » Et ce qui a provoqué ça, eh bien, il n’y a pas de mystère, c’est la venue du gouvernement Valls II.… Lire la suite…

  • Sexisme !

    Le mot « sexisme » est un mot que j’emploie avec parcimonie, la preuve en est qu’en sept ans de blog et en 4.822 billets (je viens d’aller voir !), je ne l’ai jamais utilisé.

    Il existe entre les êtres humains des rapports de force, des abus de pouvoir, des chantages, des harcèlements et des viols. Le fort les exerce sur le faible. Ma propre carrière dans la recherche scientifique (je ne dis pas dans l’enseignement supérieur, ce qui est une autre histoire) s’est interrompue parce que j’ai refusé un chantage sexuel à la titularisation de mon poste. Pourquoi je ne l’ai jamais mentionné jusqu’ici, préférant laisser un blanc bizarre dans mon curieux parcours de carrière ?… Lire la suite…

  • LE TEMPS QU’IL FAIT LE 5 SEPTEMBRE 2014 (retranscription)

    Retranscription de Le temps qu’il fait le 5 septembre 2014. Merci à Olivier Brouwer.

    Bonjour, on est le vendredi 5 septembre 2014, et c’est l’anniversaire de mon petit-fils William, qui a un an.

    Aujourd’hui je fais très vite, parce que je suis très très en retard, et si je veux que ce soit encore publié aujourd’hui, il faut que je fasse rapidement.

    Qu’est-ce qu’on fait ? Quatre livres : on parle de quatre livres.

    Ça c’est le premier, voilà, il est chez l’éditeur, ça s’appelle Paul Jorion et Bruno Colmant, Penser l’économie autrement (conversations avec Marc Lambrechts), et ça va démarrer comme un feu d’artifice le 10 septembre, c’est à dire la semaine prochaine.… Lire la suite…

  • Le temps qu’il fait le 5 septembre 2014

    Sur Dailymotion, c’est ici.

    Paul Jorion & Bruno Colmant, Penser l’économie autrement (conversations avec Marc Lambrechts), Fayard

    Michel Denisot, Brèves de vies, Fayard

    Blog de PJ, Sales et crasseux, le 4 septembre 2014

    Cécile Duflot, De l’intérieur. Voyage au pays de la désillusion, Fayard

    Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, Les arènes

    Welcome to New York (2014) d’Abel Ferrara

    Paul Jorion : « Le secret de la chambre chinoise »L’Homme 1999… Lire la suite…

  • Sales et crasseux

    Ces temps sont troublés et l’histoire s’accélère. Du coup, je lis un genre de littérature qui m’est très inhabituel : j’ai terminé de lire dans le train qui me mène vers Paris De l’intérieur. Voyage au pays de la désillusion, de Cécile Duflot. À la Gare Montparnasse j’ai acheté Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler.

    Dans mes efforts de comprendre « les temps qui sont les nôtres », j’ai en permanence une liste interminable de choses à lire de toute urgence, et je la recompose dix fois dans la journée. Depuis que je fais cela, des livres comme ces deux-là ne se sont jamais retrouvés là, aussi longue qu’ait pu être ma liste.… Lire la suite…