Archives par mot-clé : William Shakespeare

Qui était en réalité William Shakespeare ?

J’ai voulu participer au débat en ce moment sur le site du quotidien Le Monde à propos d’une nouvelle hypothèse sur l’identité de Shakespeare : Et si Shakespeare était une poétesse italienne ? par Isabelle Mayault, le 6 décembre 2019.

Mon commentaire :

Le débat n’a pas lieu d’être : il a été établi dès le XIXe siècle que l’auteur « William Shakespeare » est en réalité Edward de Vere, comte d’Oxford. Il a été prouvé de la même manière que le soi-disant « Edward de Vere » était en réalité le dramaturge Christopher Marlowe. Quant à celui-ci, les prétendus mystères de sa vie (de sa mort en particulier) s’évanouissent aussitôt que l’on comprend que « Christopher Marlowe » n’est rien d’autre que le pseudonyme du philosophe Francis Bacon. Foin de tous les complotistes, le débat est depuis longtemps clos !

Partager :

« Confusion Now Hath Made His Masterpiece », by Duncan Sutherland

Billet invité.

Dear Paul,

I’m rather fond of Shakespeare myself, not least Macbeth. With reference to your post on Boris Johnson and the tragi-comic events which are unfolding in England on a daily basis, I think it is as well to bear in mind that intense existential national debates are now under way on both sides of the Anglo-Scottish border. Continuer la lecture de « Confusion Now Hath Made His Masterpiece », by Duncan Sutherland

Partager :

Boris Johnson, A Sorry Tale of Gullibility and Lust, by William Shakespeare

J’ai passé le début de la journée à lire tout ce que la presse britannique pouvait m’offrir en matière d’explications de la lutte de pouvoir au sommet du Parti conservateur depuis la victoire du Brexit le 23 juin.

Continuer la lecture de Boris Johnson, A Sorry Tale of Gullibility and Lust, by William Shakespeare

Partager :

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 8 AOÛT 2014

Sur Dailymotion, c’est ici.

La vidéo de la semaine dernière : Le temps qu’il fait le 1er août 2014

… et sa transcription

Annie Le Brun : Soudain un bloc d’abîme, Sade (Jean-Jacques Pauvert 1986 ; Folio)

Principes des systèmes intelligents (1989 : 2012)

« Le secret de la chambre chinoise »L’Homme, 150, 1999 : 177-202.

Le surmoi

Sigmund Freud : Malaise dans la civilisation (1929)

Les « esprits animaux » de Keynes

« Le temps qu’il fait » le 22 février 2013 au Théâtre du Rond-Point

Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009)

Le prix (2010)

 

Partager :

« VENUS » (2006), de Roger Michell et Hanif Kureishi

Quand meurent les gens que j’aime bien, vous avez dû voir que je prends un soin infini de découvrir une ou plusieurs vidéos qui leur rendront un vibrant hommage. Ce fut le cas pour Peter O’Toole vendredi de la semaine dernière.

Je vous avais choisi un clip de Venus, un film dont j’avais entendu dire le plus grand bien mais que je n’avais malheureusement jamais vu.

Le mal est réparé. La morale de cette histoire, c’est que tant qu’on n’est pas mort, on est toujours en vie. « Ô vieillesse ennemie ! », thème magnifiquement illustré ici.

Si vous n’avez pas vu Venus, texte de Hanif Kureishi, mise en scène de Roger Michell, essayez de le voir, c’est pour vous en convaincre que je rédige ce très bref compte-rendu.

Pour comprendre parfaitement la manière dont ces choses là sont dites dans Venus, il faut bien sûr être britannique – ou tout au moins l’avoir été à un moment de sa vie.


Continuer la lecture de « VENUS » (2006), de Roger Michell et Hanif Kureishi

Partager :

SHAKESPEARE MIS EN ONDES, par Un Belge

Billet invité. Deux réflexions sur mon intervention au théâtre du Rond-Point. La première par « Un Belge ».

La mémorable intervention de Paul Jorion, vendredi dernier au Théâtre du Rond Point, a débuté par un hommage à William Shakespeare, promu au rang d’incarnation divine, ni plus ni moins. Dieu se manifestant sous les traits d’un saltimbanque, on était d’emblée en pleine hérésie, ce qui promettait une joyeuse soirée. Et de fait, on a bien ri, mais pas seulement. Autre chose s’est produit, qui se passe (trop) rarement au théâtre.

On ne se réclame pas impunément d’une figure du passé aussi agissante que le créateur du Globe… D’autres en ont fait l’expérience. Par exemple, dans son livre « L’Espace Vide », le metteur en scène Peter Brook raconte avoir connu une singulière révélation lors de la commémoration, à Stratford, du quatrième centenaire de la naissance de Shakespeare. J’ai repensé à ce passage en cherchant à nommer ce qui venait d’avoir lieu, sur la scène et dans la salle du Rond Point… et dans mon salon de province grâce à la vidéo.

Continuer la lecture de SHAKESPEARE MIS EN ONDES, par Un Belge

Partager :