Boris Johnson, A Sorry Tale of Gullibility and Lust, by William Shakespeare

J’ai passé le début de la journée à lire tout ce que la presse britannique pouvait m’offrir en matière d’explications de la lutte de pouvoir au sommet du Parti conservateur depuis la victoire du Brexit le 23 juin.

Tout ce que j’ai pu apprendre se trouve déjà dans Shakespeare : Boris Johnson comme une combinaison à la fois tragique et dérisoire de Richard III et du Roi LearMichael Gove, l’auteur du croc-en-jambe qui le fit lourdement s’écraser au sol et nouveau prétendant au rôle de Premier ministre de la Couronne britannique, réincarnation du personnage de Brutus dans Jules César, à ceci près que son épouse Sarah Vine, chroniqueuse au Daily Mail, ressuscite une Lady Macbeth plus vraie que nature.

Les Anglais sont-ils à ce point imprégnés de culture shakespearienne, qu’ils soient incapables de concevoir l’histoire de leur vie sinon à l’instar d’un de ces héros inoubliables dont le Grand Will sut si bien décrire les détours de l’âme ? ou est-ce que celui-ci cartographia une fois pour toutes l’ensemble des figures que peut adopter la vie d’un sujet de l’insulaire Albion ? je ne saurais hélas me prononcer !

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta