Étiquette : Zermatt Summit

  • SOMMET DE ZERMATT, AUJOURD’HUI 17 JUIN 2011

    Trois interventions passionnantes aujourd’hui : celle de Francisco van der Hoff, fondateur de Max Havelaar, apôtre du commerce équitable, celle de Jim Wales, fondateur de Wikipedia et celle de Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix, dissidente et persona non grata dans son pays, l’Iran.

    Van der Hoff s’est présenté comme essentiellement un fermier, insistant à très juste titre sur le fait qu’on comprend beaucoup mieux les choses quand on a les mains couvertes de terre (et j’ajouterai en me référant à ma propre expérience à la pêche : « ou dégoulinant d’eau salée »).

    Wales a présenté ses différents projets comme des contributions à l’avènement d’une transparence globale.… Lire la suite…

  • SUSAN GEORGE ET PAUL JORION : QUE FAIRE ?

    Ils ne s’étaient jamais rencontrés, c’est maintenant chose faite. Avant d’échanger leurs livres (1), se les dédicaçant réciproquement, ils ont parlé à bâtons rompus, à partir de l’actualité qui était ce jour-là le début du Forum de Davos, tentant ensuite de répondre aux questions : que faire, que proposer ? FL.

    Susan George : Réglons leur sort à Davos et au G20 que personne n’a élu, ni l’un ni l’autre. Le G20 est né de la crise qui a fait trembler le monde. J’étais à Londres lors du premier, nous étions 35.000 à manifester ; la presse du lendemain, de même que Gordon Brown, s’empressaient de souligner leur accord avec nous.… Lire la suite…

  • Zermatt Summit, 3 – 5 juin 2010

    On a demandé aux intervenants du Zermatt Summit, dont l’objectif était « humaniser la globalisation », quelles étaient leurs conclusions. Voici les miennes.

    Réponse à juan nessy :

    Au moment même où j’ai parlé du « centre » dans ce très court entretien, j’ai eu le sentiment d’une ambiguïté possible, en pensant à ceux qui en France se réclament précisément du centre. Pour ceux qui m’avaient entendu le jour précédent, il s’agissait d’une allusion au long passage de mon allocution où j’évoquais le dilemme de Keynes dans les années trente, tentant de définir une « troisième voie » entre la montée de deux extrémismes homicides et liberticides.

    Lire la suite…

  • BFM Radio, lundi 7 juin à 10h46 – « Humaniser la globalisation »

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    J’ai donc participé la semaine dernière à la première réunion du « Sommet de Zermatt » qui devrait se réunir dorénavant chaque année et qui, sous l’égide d’une « humanisation de la globalisation », vise à une moralisation de l’économie et en particulier, de la finance. J’ignore si les organisateurs étaient pleinement conscients de ce qu’ils faisaient en réunissant deux Cassandre notoires, Nouriel Roubini et moi-même, dans la table-ronde consacrée au thème : « La finance au service de l’économie ». Roubini a commenté les mesures en préparation aux États-Unis et en Europe, en disant : « Beaucoup trop peu, beaucoup trop tard ».… Lire la suite…