Il n’y a pas loin de la brioche à la Roche Tarpéienne

Enfin je me rappelai le pis-aller d’une grande princesse à qui l’on disait que les paysans n’avaient pas de pain, et qui répondit : « Qu’ils mangent de la brioche ».

        Jean-Jacques Rousseau, Les confessions, 1782

Lorsqu’on rapporte cette anecdote, qui témoigne à quel point les « élites » de toujours peuvent être éloignées des préoccupations quotidiennes du « commun », de toujours hélas lui aussi, et qu’on l’attribue erronément à Marie-Antoinette, on souligne du même coup que la distance peut devenir très courte entre la chute d’une princesse et ses sujets n’ayant plus de pain.

« Qu’ils mangent de la brioche », ce n’est pas seulement l’illustration de la morgue des puissants, c’est aussi un avertissement qui leur est adressé portant sur une histoire qui peut tragiquement tourner à leur désavantage, à titre individuel ou en tant que classe dans son ensemble.

Partager

Trends – Tendances, « Trump et la réciprocité, c’est ‘Aime ton prochain comme toi-même’ ou… ‘Oeil pour oeil, dent pour dent’ ? », le 23 février 2017

Sur le site de Trends-Tendances : « Trump et la réciprocité, c’est ‘Aime ton prochain comme toi-même’ ou… ‘Oeil pour oeil, dent pour dent’ ? »

Dans cette chronique, j’ai développé une réflexion qui m’était venue dans ma vidéo Le temps qu’il fait le 6 janvier 2017.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, « Trump et la réciprocité, c’est ‘Aime ton prochain comme toi-même’ ou… ‘Oeil pour oeil, dent pour dent’ ? », le 23 février 2017

Partager

« Se débarrasser du capitalisme est une question de SURVIE », premier retirage

Un premier retirage, alors que Se débarrasser du capitalisme est une question de SURVIE ne sera en librairie que lundi prochain, le 6 mars, comment est-ce possible ?

Les commandes des libraires précisément. Merci de votre confiance, Mesdames et Messieurs les libraires !

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Partager

Requiem pour François Hollande, par Stéphane Gaufrès

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

  1. INTROITUS

Le représentant des Français de 2012 à 2017 fut méprisé, tourné en dérision, humilié, et haï. Abandonné de tous, il n’a pas même osé prétendre à sa propre succession. Le président normal s’effondre dans le dernier et le pire des camouflets : l’insignifiance et l’oubli. Certains ont cru tirer gloire d’un bravache « je ne voterai plus jamais PS », feignant de découvrir sur le tard que le hollandisme n’était pas révolutionnaire. Donnez-lui le repos éternel.

Continuer la lecture de Requiem pour François Hollande, par Stéphane Gaufrès

Partager

CHINE – Droits de l’Homme. Prêcher en Chine (3) ? par DD & DH

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Nous avons vu combien la Chine a de difficultés à faire bon ménage avec le type de religion dont la chrétienne (surtout catholique) est le meilleur exemple : révélée, dogmatique, exclusive, prosélyte et importée de l’étranger. Or, cela ne nous apparaît pas clairement et sans doute avons-nous un peu de mal à l’imaginer, mais le « prêche » des Droits de l’Homme est perçu peu ou prou en Chine de la même façon. Continuer la lecture de CHINE – Droits de l’Homme. Prêcher en Chine (3) ? par DD & DH

Partager

LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 24 février 2017. Merci à Pascale Duclaud, Olivier de Taxis, Marianne Oppitz et Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 24 février 2017 et cela signifie que dans 4 jours, le 28 février, il y aura 10 ans exactement que je tiens ce blog. Vendredi prochain, nous aurons dépassé l’anniversaire, donc je vais en parler un peu aujourd’hui. Continuer la lecture de LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Partager

Film. Une nuit en Bretagne par Sébastien Le Guillou

Gérard Prémel, Film. Une nuit en Bretagne, Le peuple breton, le 26 février 2017

Le film « Une nuit en Bretagne » réalisé par Sébastien Le Guillou a été diffusé pour la première fois le 17 décembre dernier sur France 3 Bretagne.

Continuer la lecture de Film. Une nuit en Bretagne par Sébastien Le Guillou

Partager

« Appelez-moi vieux jeu si vous voulez… »

J’ai eu la chance d’assister un jour à Los Angeles à un spectacle de « Dame Edna », une loufoquerie du chansonnier Barry Humphries se faisant passer pour une bourgeoise australienne endimanchée à prétentions aristocratiques (partisans du « politiquement correct », s’abstenir !), qui faisait invariablement débuter son one (wo)man show par la formule : « Call me old-fashioned if you wish… », appelez-moi vieux jeu si vous voulez… avant de se mettre à débiter des horreurs (bon d’accord, très à gauche !) sur le mode de l’évidence et d’un ton suave !

Continuer la lecture de « Appelez-moi vieux jeu si vous voulez… »

Partager

LIED, « L’anthropocène : quels enseignements pour quelle action », le 28 février de 14 à 17 heures

     « L’anthropocène : quels enseignements pour quelle action »

Le 28 février de 14 à 17 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet de Paris-Diderot, 10 rue Alice Domon & Léonie Duquet 75013 Paris

Continuer la lecture de LIED, « L’anthropocène : quels enseignements pour quelle action », le 28 février de 14 à 17 heures

Partager

Paul Jorion – Sidération et prise de conscience : le genre humain et la menace de son extinction, le 19 mai 2016

Le 19 mai 2016, j’étais invité de l’Amicale de l’X, à l’École Polytechnique à Paris.

Le dernier qui s’en va éteint la lumière paraît en livre de poche le mercredi 1er mars.

Partager

Taxer les robots pour protéger l’humanité, par rienderien

Billet invité.
Nous avons déjà un train de retard dans la course à la mondialisation, submergés par la concurrence d’une main d’œuvre au prix le plus bas, qui a participé à vider le pays de sa capacité de production, laissant sur le pavé les plus vulnérables.

Continuer la lecture de Taxer les robots pour protéger l’humanité, par rienderien

Partager

Laszlo F. Földényi, Dostoïevski lit Hegel en Sibérie et fond en larmes, par Gaëlle Péneau

Billet invité.

« Dostoïevski lit Hegel en Sibérie et fond en larmes », comment ne pas se sentir immédiatement ému par le titre magnifique de ce livre ?

Continuer la lecture de Laszlo F. Földényi, Dostoïevski lit Hegel en Sibérie et fond en larmes, par Gaëlle Péneau

Partager