Désinformer l’opinion : la stratégie délibérée des Libertariens, par Mark Karlin

Ouvert aux commentaires. Merci pour la traduction à Ronald Grandpey et 2Casa !

Misinforming the Majority: A Deliberate Strategy of Right-Wing Libertarians © Truthout

À quand remonte exactement l’emprise de l’extrême-droite sur la politique américaine ?

Nancy MacLean met en lumière les racines profondes et inquiétantes de ce projet caché — ainsi que son programme, mûri sur plusieurs décennies, de transformation des règles démocratiques — dans son dernier ouvrage, Democracy in Chains : The Deep History of the Radical Right’s Stealth Plan for America [La Démocratie Enchaînée : Le Plan Caché de l’Extrême-Droite pour L’Amérique].

Obtenez-le dès maintenant en souscrivant à Truthout!

Continuer la lecture de Désinformer l’opinion : la stratégie délibérée des Libertariens, par Mark Karlin

Partager

Retranscription – « Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014

« Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014. Merci à Marianne Oppitz !

Moi, personnellement, je suis dans une situation paradoxale, c’est-à-dire que les décroissants me considèrent comme l’un d’eux et que moi j’explique pourquoi ce n’est pas possible dans le cadre existant. Pourquoi est-ce que je dis que ce n’est pas possible dans le cadre existant ? Parce que je ne pense pas qu’on puisse appliquer un programme de type « décroissantiste » sans modifier de manière radicale la définition de la propriété privée dans nos sociétés. Continuer la lecture de Retranscription – « Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014

Partager

Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Billet invité. Sur son propre blog.

L’obsession américaine de l’accès aux ressources face à l’augmentation de la population humaine n’a pas diminué. Le fameux Paul Ehrlich qui a publié en 1960 The population bomb récidive. Toujours entouré de scientifiques, il lance cette fois-ci un cri d’alarme à propos de la disparition des animaux sur terre. En cause : les humains et leur manie de se reproduire et d’augmenter en nombre.

Continuer la lecture de Les malthusiens ont encore frappé, par Françoise Degert

Partager

Marx aujourd’hui (texte complet), par Dominique Temple

Billet invité. Reprend le texte paru sous ce titre ici en sept épisodes.

Introduction générale

Jamais le système capitaliste n’est apparu aussi puissant. Toutes les phases de son développement sont déployées sur la planète. Le capitalisme prétend plus que jamais contrôler la science, l’éducation, l’enseignement. La révolution socialiste n’a pas eu lieu. Continuer la lecture de Marx aujourd’hui (texte complet), par Dominique Temple

Partager

Marx aujourd’hui (VI) Travail humain ; valeur, par Dominique Temple

Billet invité.

III

Le travail humain

Marx soutient que le capitalisme d’un côté subordonne toute activité qu’elle soit scientifique, artistique ou critique à la croissance du profit de ses actionnaires, et que d’un autre côté il remplace le travail salarié par celui des machines, de sorte que chaque individu bénéficiant du temps de travail libéré devrait pouvoir se rendre maître de l’économie au bénéfice de tous. Continuer la lecture de Marx aujourd’hui (VI) Travail humain ; valeur, par Dominique Temple

Partager

Marx aujourd’hui (V) Mort et résurrection du capitalisme, par Dominique Temple

Billet invité.

II

Mort et résurrection du capitalisme

Quel fut l’avenir de ce système d’exploitation ? Le capitaliste réinvestit son profit en force de travail ouvrière pour augmenter son profit. Il y est contraint parce qu’il n’a pas d’autre solution que d’augmenter son capital pour faire face à la concurrence. Continuer la lecture de Marx aujourd’hui (V) Mort et résurrection du capitalisme, par Dominique Temple

Partager

TEDx Chambéry, « Un monde sans argent », répétition – Retranscription

Retranscription de la répétition de TEDx Chambéry, « Un monde sans argent ». Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour,

La première chose que je vais vous demander, c’est de venir avec moi et nous allons remonter le temps. Nous allons remonter de 80 années en arrière et nous allons nous déplacer aussi parce que nous allons nous retrouver à Cambridge, en Angleterre. Nous sommes dans les années 30 et nous sommes dans la chambre – dans son collège à King’s College – du grand économiste John Maynard Keynes. Continuer la lecture de TEDx Chambéry, « Un monde sans argent », répétition – Retranscription

Partager

Marx aujourd’hui (IV) La propriété privée, par Dominique Temple

Billet invité.

Le travail social

Marx rappelle que dans d’autres systèmes de production, le travail est un travail social car ce qu’il produit est la vie de la communauté. Continuer la lecture de Marx aujourd’hui (IV) La propriété privée, par Dominique Temple

Partager

LA SOCIÉTÉ ÉMERGENTE, MODÈLE À TERME DOMINANT ? par François Leclerc

Billet invité.

Les taux de la dette souveraine vont-ils rester très bas, comme c’est actuellement le cas, ou bien monter quand les banques centrales vont en donner l’exemple, comme la Fed l’a initié ? Dans le doute, ne vaut-il pas mieux prendre ses précautions se demandent les gouvernements ?

Continuer la lecture de LA SOCIÉTÉ ÉMERGENTE, MODÈLE À TERME DOMINANT ? par François Leclerc

Partager

Max Weber : Confucianisme et taoïsme IV. Pouvoir venu d’en-haut et structure familiale firent obstacle au développement en Chine d’un capitalisme industriel

Face à une autorité locale de fonctionnaires, le groupe familial, à l’étroite solidarité interne, demeura le réceptacle de l’identité ; il fit obstacle à une prolétarisation de ses membres et constitua, avec l’existence d’innombrables clubs, le rempart d’une certaine démocratie spontanée. Le peu de relations extérieures de la Chine, si ce n’est le commerce de la soie au mains de la maison impériale, le fait que les grandes industries relevait de manufactures d’État et l’absence d’un cadre juridique universel (le juge fonctionnait à l’intuition plutôt que comme le porte-voix de textes réglementaires ; le rôle d’avocat était joué par un représentant de la famille) empêchèrent qu’un capitalisme industriel se développe en Chine.

Continuer la lecture de Max Weber : Confucianisme et taoïsme IV. Pouvoir venu d’en-haut et structure familiale firent obstacle au développement en Chine d’un capitalisme industriel

Partager

Dopage au Tour de France : le microcosme toxique de la concurrence libre et non faussée, par Vincent Rey

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Le dopage des coureurs cyclistes perdure. Dernières avancée dans le domaine, le dopage génétique, consistant à envoyer des virus pour modifier directement le gène favorisant la production des globules rouges. On est donc passé de l’alcool, dans les premiers temps de la course, au « pot-belge » dans les années 1970 (1), à l’EPO dans les années Festina, puis à l’EPO « améliorée » par auto-transfusion dans les années « Armstrong ». On en arrive aujourd’hui à l’homme amélioré, grâce aux nouvelles méthodes issues de la thérapie génique.

Continuer la lecture de Dopage au Tour de France : le microcosme toxique de la concurrence libre et non faussée, par Vincent Rey

Partager

Max Weber : Confucianisme et taoïsme III. Le pouvoir en lutte contre la concentration des richesses

L’empire, le pouvoir central chinois, tenta au fil des siècles, essentiellement par l’impôt, d’empêcher la concentration des richesses et l’apparition avec elle de seigneurs (autour desquels se regroupaient spontanément pour obtenir une protection, les familles surendettées) qui contesteraient son autorité. Le relatif succès de l’empire, malgré de nombreuses hésitations au cours de l’histoire entre autoritarisme et laxisme, provoqua cependant au 18ème siècle, une explosion de la population rurale.

Continuer la lecture de Max Weber : Confucianisme et taoïsme III. Le pouvoir en lutte contre la concentration des richesses

Partager

Finance : L’ORTHODOXIE N’EST PLUS CE QU’ELLE ÉTAIT, par François Leclerc

Billet invité.

A défaut de la grande mise à plat qui s’imposerait, l’heure du doute a sonné. Deux discours sont tenus simultanément dans les allées du pouvoir : celui des adeptes de la religion féroce, comme dit Paul Jorion, qui n’en démordent pas, et celui des alarmistes qui comprennent que quelque chose cloche mais ne sont pas entendus.

Continuer la lecture de Finance : L’ORTHODOXIE N’EST PLUS CE QU’ELLE ÉTAIT, par François Leclerc

Partager

LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 24 février 2017. Merci à Pascale Duclaud, Olivier de Taxis, Marianne Oppitz et Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 24 février 2017 et cela signifie que dans 4 jours, le 28 février, il y aura 10 ans exactement que je tiens ce blog. Vendredi prochain, nous aurons dépassé l’anniversaire, donc je vais en parler un peu aujourd’hui. Continuer la lecture de LE BLOG DE PAUL JORION A 10 ANS : Un bilan – Retranscription

Partager

Le capitalisme est un pari sur le passé, par Jean-Baptiste Auxiètre

Billet invité.

Le capital représente le travail passé et non pas futur. Laisser à ceux qui ne travaillent pas ou ont cessé de travailler la plus grande part des revenus alors qu’ils représentent le passé et ne sont ni dans le présent, ni dans l’avenir, c’est là l’erreur du capitalisme présent. Cette logique était partiellement justifiée au début de l’accumulation au XIXème siècle mais elle n’est plus d’actualité.

Continuer la lecture de Le capitalisme est un pari sur le passé, par Jean-Baptiste Auxiètre

Partager

Intérêt individuel / intérêt collectif dans la gestion des stocks, par Salvator Dedaj

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

J’ai travaillé plusieurs années en tant qu’intérimaire (eh oui, on contourne régulièrement les lois sur l’intérim) au service approvisionnements d’une usine de moteurs.

Continuer la lecture de Intérêt individuel / intérêt collectif dans la gestion des stocks, par Salvator Dedaj

Partager

Compte-rendu de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, Paris : TempsPrésent 2016, par Madeleine Théodore

Billet invité.

Le livre de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, est un ouvrage qui devrait circuler entre toutes les mains, tant la synthèse de l’auteur sur le passage du libéralisme à son contraire, l’ultralibéralisme, aussi bien que sa réflexion critique nous semblent importantes pour comprendre l’impasse de notre société, de plus en plus impénétrable et par là ingérable.

Continuer la lecture de Compte-rendu de Claude Simon, L’idéologie néolibérale : ses fondements, ses dégâts, Paris : TempsPrésent 2016, par Madeleine Théodore

Partager

Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Billet invité

L’importance de la chose, la paix civile, mérite un rappel : le retour au statu-quo ante, la possibilité d’élire de nouveau des partis dits ‘de gouvernement’, n’est pas du tout assuré une fois les populistes de droite au pouvoir. Une fois établie l’évidence que leurs politiques de régression sociale et de repli nationaliste ne débouchent pas sur le plein emploi pour les gens ayant la bonne couleur de peau (nationalité, religion, etc.).

Continuer la lecture de Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Partager

You’re fired* !, par Roberto Boulant

Billet invité.

La vieille morale de nos grands-mères n’a plus cours. Il est devenu rentable d’enfreindre la loi pour peu que vous apparteniez aux classes dominantes. C’est déjà chose commune depuis longtemps pour le haut de la pyramide alimentaire, pour ces banksters qui pris la main dans le sac se contentent de fournir quelques sous-fifres à la justice en guise de victimes expiatoires, puis qui se remboursent sur la bête, pardon sur les employés et les clients, de l’amende infligée.

Continuer la lecture de You’re fired* !, par Roberto Boulant

Partager

Les bases biologiques de la morale ou de l’intérêt de l’altruisme chez les primates sociaux, par Roberto boulant

Billet invité

Une théorie scientifique se doit d’être explicative mais également prédictive. Et comme toute construction intellectuelle organisée en système, elle doit pouvoir se confronter à de nouvelles observations afin d’être confortée, précisée, ou même à l’occasion… invalidée ! Ainsi en va-t-il des cathédrales intellectuelles, comme le modèle standard en physique des particules par exemple, que théoriciens et expérimentateurs partout sur la planète s’acharnent à vouloir dynamiter (las, en vain jusqu’à présent). Continuer la lecture de Les bases biologiques de la morale ou de l’intérêt de l’altruisme chez les primates sociaux, par Roberto boulant

Partager