Capitalisme, Travail, IA et robots, par Cédric Chevalier

Illustration par DALL·E (+PJ)

La Libre (Belgique) : « Un nouveau robot humanoïde en test chez Amazon pour « libérer ses employés », le 20 octobre 2023

Une phase de test qui est loin de faire plaisir aux syndicats.

Si tous les travailleurs (manuels et intellectuels) sont remplacés par des robots, où le capitalisme va-t-il trouver une demande solvable ?

Et cela ne crée-t-il pas une sorte de singularité où le capitalisme s’autodétruit en ayant atteint sa propre contradiction, non pas comme Marx l’avait prédit ni avec des conséquences malheureuses pour les capitalistes et heureuses pour les travailleurs (le socialisme), mais simplement via une sécession des ex-capitalistes, nouveaux transhumanistes, hors du circuit économique et donc de l’humanité, puisqu’ils peuvent demander à leurs IA-robots de produire tout ce qui leur semble bon de consommer, à partir des terres et sous-sols dont ils sont les seuls propriétaires, sans plus avoir besoin de transformer ces biens et services en marchandises à vendre à d’autres. Effectivement, les salariés seront libres, libres de ne plus toucher de salaire et de mourir de faim ?

Est-ce qu’il y a une erreur de raisonnement ici ?

Illustration par DALL·E (+PJ)

Partager :

32 réponses à “Capitalisme, Travail, IA et robots, par Cédric Chevalier”

  1. Avatar de Nikolaz
    Nikolaz

    Ne pas oublier les robots-policiers qui monteront la garde autour des champs et des lieux de production de biens !

  2. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, Matrix avec ses cerveaux humains en batterie résout le problème de l’évolution en fournissant à l’IA mère de toutes les ia et des humains une source de signaux non cyclique lui permettant d’envisager de nouvelles émergences sur le chemin de l’intelligence absolu bien loin du capitalisme à la conquête du plus grand tas virtuelle de marchandise générique inerte (même pas cyclique).
    Ainsi soit-il, l’Humanité enfin apaisée dans son paradis artificiel sous le regard bienveillant de son Dieu technologique.
    Neo veille.

  3. Avatar de gaston
    gaston

    Des robots « actifs » chez Amazon, cela n’étonnera personne.

    Mais des robots « créatifs » chez Fantasy (entreprise New-Yorkaise), des robots qui discutent entre eux, qui réfléchissent ensembles, et trouvent de nouvelles idées que peut-être aucun humain n’aurait trouvées, sans rien demander à personne, voila qui est plus troublant.

    C’est pourtant ce que nous a rapporté le site internet du magazine américain Wired la semaine passée :

    https://www.wired.com/story/fast-forward-the-chatbots-are-now-talking-to-each-other/

    Et cette phase là va-t-elle faire plaisir aux syndicats des têtes pensantes ?

    1. Avatar de Vincent Teixeira
      Vincent Teixeira

      Juste ce dont nous avons besoin…
      – encore plus d’« humains » synthétiques ! Mazette…
      Ne voient-ils pas que nous en avons déjà plus qu’assez ?

  4. Avatar de dd
    dd

    Vous décrivez une dystopie digne des scénarios de science fiction les plus sombres.

    Toutefois, si les industriels tels qu’Amazon s’appropriaient l’ensemble des biens de production de la planète grâce à la force de travail des robots qui seraient leur propriété, les états ne décideraient-ils pas de s’approprier ces entreprise en les rendant publics par la force?
    L’instinct de survie de notre monde capitaliste , ne serait-il pas assez agile pour réagir et redistribuer la richesse à minima? Afin d’assurer sa survie ?

    Il me semble nombre d’entreprises stratégiques dans le monde entier, à un moment ou à un autre, sont tombés dans le giron des états.
    N’en sera-t-il pas de même si les GAFAM (ou autres) s’automatisaient au point de ne plus faire travailler des humains ?

  5. Avatar de louis renard
    louis renard

    Ils Donneront un bon salaire à leurs robots producteurs , comme dans les usines Ford au début du siècle passé, pour qu’ils puissent acheter ce qu’ils produisent.

    1. Avatar de Jean-Yves
      Jean-Yves

      L’idée de Ford était que produire en masse faisait baisser le prix de l’unité et payer les employer suffisamment garantissait que les produits soient vendus.
      Supprimer les salaires des employers remplacés par des robots ne risque-t-il pas de bloquer l’économie…?
      D’où l’idée de génie de donner un salaire universel afin que les produits soient achetés/vendus permettant ainsi de continuer à récolter de quoi investir dans les robots et produire encore un peu plus.
      Mr. Jorion qui propose plutôt la gratuité des produits de première nécessité pose donc un gros grain de sable dans les rouages.

  6. Avatar de Nikolaz
    Nikolaz

    Le point crucial me semble être le fait que la production n’est plus dépendante du travail humain. Cela porte un coup, et non des moindres, à la revendication de prise le contrôle de l’outil de production par les travailleurs, vu qu’il n’y en a plus ! Même la revendication a minima d’un salaire n’a plus de sens.
    Que deviennent alors les transhumanistes évoqués dans l’article, biberonnés sans effort par leurs robots ? D’ailleurs, sont-ils toujours les leurs ou bien leur échappent-ils à un moment de l’histoire. Quand à l’autre classe, ex prolétaires désœuvrés, comment évolue-t-elle ? Recrée-t-elle des structures sur des territoires vacants, dans la mesure où elle serait contrainte de produire pour vivre, en commençant par son alimentation ? Avons-nous dans tout cela des luttes de type luddiste, jusqu’à quel point?
    Il y a du Wells dans ces tentatives d’anticipation.

  7. Avatar de Hervey

    Prolonger ainsi le concept de propriété sans anicroche, manque de réalisme.
    Je crois que le refrain, « vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » peut se faire entendre en bien des régions du globe.
    Chaque jour en ouvrant les écrans, n’assiste-t-on pas à ces combats pour des appropriations territoriales entre ukrainiens et russes ou entre israéliens et palestiniens ?
    Lorsque le Droit n’est plus une notion véritablement partagée c’est la force qui décide avec ses conséquences.

    Cependant, il n’est pas exclus que dans ce type de conflit planétaire aboutisse à un carnage où ne subsiste qu’une descendance bougrement transformée telle que vous l’évoquez.
    Pour exemple, nos ancêtres les chasseurs cueilleurs ne sont plus très nombreux sur terre. Ils ont presque tous disparu.
    Certes le processus fut long, 40.000 ans je crois mais aujourd’hui comme chacun sait, nous savons faire vite et accélérer le temps.
    On peut (sans peine) imaginer encore plus de différences entre le cadre en costume-cravate d’aujourd’hui et l’homme de demain qu’entre l’homme de Cro-Magnon et le cadre en costume-cravate.

  8. Avatar de dd
    dd

    Dans l’actualité, la vue du philosophe Eric Sadin est très intéressante. Il s’insurge contre une rationalisation de la société par le biais de l’IA.

    https://www.youtube.com/watch?v=P1xA8xSXmqg&t=1s
    https://www.grasset.fr/livre/la-vie-spectrale-9782246831358/

    Notre hôte, a parlé à plusieurs reprises, sur ce blog, d’une rationalisation écologique qui serait une solution (parmi d’autres) à nos problèmes environnementaux actuels.

    Ces deux penseurs, semblent arriver à la même conclusion quant à la finalité de l’IA et à sa place dans la société humaine. A savoir une organisation à grande échelle de nos sociétés par des machines capables de traiter des masses colossales de données.

    Mais il me semble (peut être que je me trompe, et je laisse monsieur Jorion me contredire) que l’un pense que ce sera une calamité pour l’humanité, et une grande bénédiction pour l’autre.

    1. Avatar de Paul Jorion

      Une grande bénédiction : l’occasion pour l’espèce d’accéder à l’âge adulte. Pas étonnant qu’elle soit morte de trouille.

      1. Avatar de dd
        dd

        @ Paul Jorion
        Les gens ont la trouille de l’IA car il pensent à leur job qu’ils risquent de perdre. Les gens pensent à court terme.
        Comme le dit Eric Sadin, trop peu de gens appréhendent l’IA par l’ampleur et les modifications qu’elle va engendrer dans la société humaine à très court terme. De nombreuses réflexions sur ce blog le montrent, même de la part de personnes extrêmement cultivés. Il y a trop de rejets alors que l’IA est déjà là et sera de plus en plus présente.

        Votre position positive face à l’IA doit être répandue, clarifiée, expliquée encore et encore pour que les discours sur ce sujet ne ce limitent pas aux interventions de Laurent Alexandre.

        Un livre de vulgarisation peut-être?

        1. Avatar de CloClo
          CloClo

          Carrément ce Laurent Alexandre est le pire ennemi qu’on puisse trouver pour promouvoir une vision positive de l’aide que peut apporter l’IA à l’amélioration des conditions de vie et des solutions aux problèmes de nos sociétés et de la connaissance.

          Tous ces transhumanistes à la noix complètement siphonné du bulbes sont de véritables plaies à l’adoption sereine et pleine des potentiels de l’IA et des technologies/systèmes en découlant.

          Pour les autres, déjà il y a quelques millions, leurs ancêtres avaient refusé le feu, plus récemment la roue, plus proche encore l’écriture, encore plus récemment l’imprimerie et la machine à vapeur tout dernièrement, le nucléaire hier et aujourd’hui, l’IA maintenant. C’est schématique, toute invention technologique, progrès technique n’est pas bon en soit, ni pour le vivant c’est bien clair et j’en suis bien d’accord on le constate, sur les centrales nucléaires n’importe où et partout en nombre c’est évident, ne parlons mêmes pas des bombes, mais plus que cela c’est notre manière de nous organiser et de vivre ensemble qui pose en fait plus de problème que n’importe quelle technique. Alors pour mieux nous organiser, confions notre nouvelle organisation à des entités plus aptes à gérer de grands nombres de paramètres et de données simultanées. Et collaborons en symbiose avec elles pour continuer ce magnifique voyage entamé il y a 13 milliards d’années et des brouettes.

          1. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
            PIerre-Yves Dambrine

            Cloclo,

            « confions notre nouvelle organisation à des entités plus aptes à gérer de grands nombres de paramètres et de données simultanées. »

            Ne succombes-tu pas là au solutionisme technologique ?

            C’est trop vague comme objectif, un paramètre n’est pas pris en compte et c’est la cata.
            Le bais est facile à comprendre si l’on a en tête le mode de fonctionnement de tout régime totalitaire. Je prends ici cet exemple extrême pour me faire comprendre.
            Par construction ces régimes prennent en compte un grand nombre de paramètres, sauf que ceux sont tous des paramètres relatifs au contrôle total d’une population, d’où le caractère totalitaire de ces régimes. Le contrôle est total, et de ce point de vue tout problème a sa solution, mais la réalité c’est que des tas de choses vitales pour la vie en société, l’humain, ont été évacuées du champs de vision. C’est une intelligence redoutablement efficace mais étriquée. Demande aux Ouïgours ce qu’ils en pensent.

            Encore une fois je ne suis pas contre l’IAI, mais je trouve hasardeuse l’idée qui consiste à dire confions à l’IA tous nos problèmes, et il en sortira des merveilles. Là ce n’est plus de la science, ni même de la futurologie, c’est une croyance, une idéologie.

            On perd en route l’articulation institutions – machine intelligentes.
            C’est la raison pour laquelle j’avais critiqué dans d’autres commentaires la dimension anti-politique du post-humanisme. C’est une croyance, pas un raisonnement, j’allais dire cartésien, car il manque un certain nombre d’étapes, et d’articulations, entre le point de départ (aujourd’hui, ce dont nous disposons, ce que nous savons) et ce qu’on vise comme objectif (ici dans ton cas c’est je présume une meilleure société, la survie de l’humanité).

            Qu’est-ce qui permet d’affirmer que l’intelligence (supposée) supérieure de ces machines est mise au service de l’humanité réellement existante (pas seulement pour mettre au point des robots qui se souviendront de nous)

            Rien du tout, on en sait rien.

            Premièrement, pour la raison que nous enseigne l’histoire que tu donnes toi-même, à savoir que toute nouvelle invention n’est pas bonne en soi.

            Deuxièmement parce que si c’est machines deviennent autonomes elles pourraient en toute hypothèse se dé-aligner de l’humanité (en toute logique si on ne pouvait en faire l’hypothèse c’est qu’elles ne sont pas autonomes.)

            Troisièmement, parce que plus prosaïquement la tendance actuelle est que les machines intelligentes actuelles contribuent autant qu’elle ne freinent la fuite en avant du système actuel extractiviste, destruction des écosystèmes.

            Si c’est pour fabriquer une centaines de robots intelligents capables de nous survivre et qui auraient le souvenir de l’humanité disparue, là l’objectif est clair, et on peut s’atteler à la tâche d’en élaborer toutes les étapes, au fur et à mesure des développements attendus de l’IA, mais alors il faut admettre que tous les moyens sont bons pour y parvenir…. y compris au détriment des humains réellement existants, y compris au moyen de plus de destruction des éco-systèmes.

            1. Avatar de CloClo
              CloClo

              Je ne succombe qu’aux charmes des belles courbes, d’un regard électrisé qui fout des papillons dans mon ventre et l’approche d’un souffle chaud avec un baiser passionné mêlant deux langues tendre. Pour le reste, franchement je ne succombe jamais.

              Ceci étant dit, j’entends très bien ce que tu dis, et les dangers qui guettent, mais à la vérité de mon point de vue, nous n’avons pas le choix. Pourquoi ? Parce que si je suis de même pour une société décroissante et plus orienté qualité que quantité, dans une sorte d’éloge de la sobriété et de la paresse (avec les baisers plus haut…), je sais que nous ne pouvons pas le faire non plus en retournant au temps des techniques anciennes, avec les méthodes anciennes, pas à 8 milliards et pas avec aussi disons le un minimum de bien-être (santé, hygiène) et d’organisation démocratique et de capacité d’échange très longue distance et des moyens de recherches scientifiques et techniques toujours à la pointe pour continuer à découvrir notre environnement et cet Univers.

              Avec aussi la contrainte de la biosphère et du respect de toutes les autres formes de vie qui au delà de leur simple préservation oblige en fait à leur redonner de large pan de la planète pour restaurer leurs habitats et leur liberté à vivre ici et maintenant.

              Pour cela à part une communauté humaine unifié entièrement orienté vers cet objectif, il n’y a pas d’alternative crédible, et l’IA est en ce sens, cette horizon étant tracé, une aide enfin à la hauteur, je le pense, pour nous aider à passer ce cap de l’adolescence turbulente et violente de notre adolescence comme le souligne Paul Jorion et à la quelle je souscrit entièrement. Je préfère cette TINA là à l’autre qu’on nous sert tout le temps ! Le monde va se diviser entre ceux qui veulent voir advenir demain et ceux qui veulent voir hier perdurer, avec au milieu tous les indécis.

              1. Avatar de Garorock
                Garorock

                Cloclo,
                Nonobstant ton premier paragraphe: Salma Hayeck a préféré un milliardaire à un ouvrier. Snif, Snif. (revoir: au travers des oliviers de kaurismaki…)
                Pour le reste, je n’ai qu’un pouce, sans quoi je t’en aurais bien collé plusieurs…
                😊

              2. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
                PIerre-Yves Dambrine

                Cloclo
                Troquer une TINA pour une autre, j’appelle pas ça contribuer à une intelligence supérieure de la situation ; sauf que toi, Cloclo, tu as ce discernement de le dire, et donc cette intelligence. Eh oui on ne la fait pas à Cloclo 😉

                Je ne vois pas mes critiques comme relevant d’un passéisme, ni même comme traduisant une indécision, pour moi c’est une question de discernement.

                Ainsi, par exemple, est-ce que toutes les activités humaines qui pourraient être remplacées par l’intelligence artificielle DOIVENT l’être ?
                Est-ce à l’IA d’en décider, et même seulement devons nous accepter aveuglement que « c’est le progrès » est qu’il n’y a pas d’autre voie ?

                Plus concrètement encore, faut-il par exemple abandonner l’école pour la remplacer par l’interface d’apprentissage via l’IA ?
                Un homme à Arras, vient de donner sa vie pour défendre ses élèves et l’humanisme qu’il transmettait en tant une professeur de lettres. Cela peut-il se remplacer avantageusement par du conversationnel individuel et artificiel ?
                C’est pourtant ce qu’implique l’idéologie post humaniste de l’IA appliquée à l’école.

                L’école, ce lieu encore relativement sanctuarisé, ou des classes d’âges s’approprient des connaissances au contact d’hommes et de femmes qui enseignent et aussi bien qu’ils et elles éduquent, éduquent parce qu’ils ou elles enseignent, et réciproquement. Bref, l’école comme lieu d’appropriation individuelle et collective des savoirs et des savoir-vivre, ne peut être remplacée par une technologie des l’esprit unificatrice. On n’atteint l’univers qu’en partant des situations particulière, or quoi de mieux qu’un enseignant pour effectuer cette médiation entre le particulier et l’universel ? Je ne nie pas que l’IA pourrait être un facteur d’unification de l’espèce humaine, mais en quoi pourrait-elle l’être beaucoup plus que l’imprimerie ou l’internet ? Ce serait une nouvelle illusion, celle qui consiste à penser qu’une machine, aussi ‘intelligente’ soit-elle puisse se substituer à l’émergence de l’esprit chez chaque être humain, notamment à l’école.
                Un ami avec lequel je viens d’avoir une longue conversation téléphonique me disait : tant d’écoles laïques auraient pu être crées dans la bande de Gaza avec tout l’argent qu’a empoché le Hamas !

                1. Avatar de Ruiz
                  Ruiz

                  @PIerre-Yves Dambrine Et combien avec les financements d’armement Etats-uniens auprès d’Israël ?

            2. Avatar de dd
              dd

              @PIerre-Yves Dambrine

              Et quelle seraient ces étapes, dont vous parlez, qui permettraient à une IA d’organiser le monde?
              Quelle régulation de l’IA permettrait aux états de se reposer sur elle pour écrire des lois ou organiser la société? Quelles lois inscrites dans « le code génétique  » de l’IA doivent être pensées dès aujourd’hui? Les 3 lois d’Asimov? « l’AI act » de l’UE présidé par Thierry Breton, l’ex-pdg pas très éclairé d’Athos est-elle une approche crédible pour un tel chambardement? Une régulation édictée par les Gafam?…
              Quels évènements permettraient à l’humanité d’accepter que son futur soit pris en main par l’IA? Les dérives de la société de consommation et l’appétit des consommateurs pour le moindre effort peuvent-ils/doivent-ils être ces outils?

              1. Avatar de PIerre-Yves Dambrine
                PIerre-Yves Dambrine

                dd
                Je ne pense pas que l’IA doive à elle seule organiser le monde. C’est justement contre cette idée que je m’insurge.
                L’IA doit rester un outil, et c’est justement en tant qu’outil que la politique peut encore avoir droit de cité (universelle). Il faut donc promouvoir une ‘politique de l’outil IA’ plutôt que d’instiller l’idée que l’IA va nous sauver tel un deus ex machina (c’est le cas de le dire) qui se substituerait à toutes les médiations humains sources d’intelligence, au nombre desquelles il y a l’école que j’évoquai dans un autre commentaire.

                Si l’IA devient à nos yeux une panacée universelle, elle cesse d’être un outil.
                La régulation doit se faire dans le cadre de la démocratie, il faut donc un débat démocratique, or les Gafam s’en extraient, il faut les ramener dans la sphère démocratique.
                La régulation de l’IA a donc un rapport avec la régulation de l’économie, qui implique l’abandon du capitalisme.

                Intuitivement je dirais que c’est moins de lois de la robotique dont nous avons besoin que de réflexions sur l’usage que nous voulons faire (ou pas) de l’IA dans les institutions existantes, ou encore à inventer.

            3. Avatar de Otromeros
              Otromeros

              Sauf que, sur le plan « pratique » (dont nous aurions tellement besoin et d’urgence…) , sans nécessairement déchiffrer un listing fastidieux (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_d%C3%A9couvertes_et_inventions_li%C3%A9es_au_hasard)…

              voir d’un coup d’oeil quelques exemplaire significatifs de « sérendipité »… ( non…non… ne me remerciez pas…^!^… ! ) … l’antagoniste tant redouté des IA(s) … (^!^) …
              https://techguru.fr/2015/01/05/15-inventions-erreur-hasard-change-vie/

          2. Avatar de Pascal
            Pascal

            13 000 000 000 d’années ?! La vache ! Tu remontes loin là ?! Autant dire qu’à cette échelle, l’humanité n’est guère plus qu’un pet de moustique tigre !😂
            J’peux pas m’empêcher de relativiser 😜

            1. Avatar de CloClo
              CloClo

              Tu as tout à fait raison, et la relativité est une bonne perspective d’approche à cette échelle pour appréhender la chose. L’observateur fait le Monde. Apprendre à observer devrait être mieux enseigner à l’école, déjà on disait qu’il vaut mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine, que de temps perdu à apprendre des données qu’on ne pourra jamais traiter aussi bien que l’IA… Bref 😀

              1. Avatar de Pascal
                Pascal

                « il vaut mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine » c’était du temps de Montaigne, ça !
                Aujourd’hui, du temps des Ministres éclairés (ave caesar morituri te salutant) faut rentrer dans les critères d’évaluation nationale et internationale.
                On en arrive à ce que nos élèves qui savent bien lire sont moins bien notés que ce qui ne savent pas. Critère d’évaluation la « fluence » : lire le plus vite possible sans comprendre. Du coup, les bons lecteurs sont pénalisés. Ben oui, quand tu cherches à comprendre, tu lis moins vite ! Et alors maintenant, nos N+1 ,comme on dit, reçoivent une prime en fonction des résultats des écoles sous leur coupe. Je te dis pas les tripatouillages. Nous, on est couillons, on fait passer tout le monde mais ailleurs, certains commencent déjà à sélectionner les élèves. Genre les élèves en situation de handicap, pas besoin de leur faire passer, ça les fatigue. Ce que je te dis là, c’est sûrement que chez nous mais pas dans le reste de la France ni dans le reste du monde.
                On a beau dire que les gamins arrivent de plus en plus déglingués a l’école, que les parents nous demandent comment faut faire pour éduquer un enfant, qu’à la maternelle les mouflets ont déjà leur smartphone et qu’ils passent une heure à jouer à Fortnigh avant d’arriver en classe (c’est du vécu, à 4 ans en milieu rural par en REP), que les pitchounes de 3 ans découvre ce que c’est qu’un crayon à l’école, que sur les jeux de cartes, ils passent le doigt comme sur un écran tactile… Qu’on a maintenant des stagiaires qui occupent des 1/4 temps avant de savoir s’ils auront leur concours à la fin de l’année (imagine, certains vont faire un quart dans une classe pendant un an et à la fin, on leur dit : ben non, vous avez pas le niveau pour être enseignant !), que 70 ou 75% des enseignants considèrent qu’ils n’ont pas appris grand chose durant leur formation, voire rien du tout, que tu vas bientôt avoir des vieillards de 64 ans (c’est pour moi) pour s’occuper de 30 morveux (si si c’est le mot) de 3 à 5 ans… Autant mettre directement les mômes dans des caissons genre Matrix, élevés par des IA qui conditionnent leur cerveau à être de « bons citoyens » respectueux de l’ordre établi. Au besoin, pour les plus récalcitrants, tu remplaces le cerveau par quelques puces, ça laisse de la place dans la boîte crânienne pour ranger d’autres trucs.
                Au bout d’un moment, tu te demandes quand même si ça vaut le coup de s’emmerder avec le biologique ?!
                Une bonne ère de robots serait certainement plus simple à faire fonctionner. Non ?
                C’est le début des vacances, je craque !

  9. Avatar de Timiota
    Timiota

    Chut…. Même si l’IA c’est super parce que ça a toute la « bonne » rationalité des humains et la connaissance de toutes leurs erreurs systémiques passées, il ne faut surtout pas le dire trop fort !
    Car si cette IA a le bon goût d’actualiser sa base d’apprentissage, elle va d’ici peut d’années incorporer ce bénéfice dans son propre calcul (Hofstadter sort de ce corps [l’auteur du Godel Escher Bach] ¡!).
    Et on ne sait pas si elle restera aussi bienveillante une fois qu’elle aura les chevilles qui gonflent. Profitons donc de ses versions adolescentes à elle, l’IA pendant le transitoire et faisons le durer un peu. C’est mon moment social-démocrate 2222.0 si j’ose dire : un simple freinage pour pouvoir voir le film sans qu’il ne passe en accéléré.

  10. Avatar de Dom
    Dom

    Je suis la réflexion en cours avec Paul sur l’IA, quasiment depuis le début. J’en profite d’ailleurs pour remercier tous les contributeurs, qui me rendent moins ignorant de post en post.
    Je voudrais ajouter à la réflexion une remarque qui ne me semble pas suffisamment mise en avant dans les discussions. Cette remarque concerne la consommation d’énergie (à 80% fossile) qui est générée par le fonctionnement des machines qui produisent ce qu’on appelle l’IA.

    Cette question est abordée de façon indirecte dans la conclusion de l’article de Wired, signalé par Gaston : Be warned, however, running an instance of Smallville eats up API credits for access to OpenAI’s GPT-4 at an alarming rate. Bernstein says running the sim for a day or more costs upwards of a thousand dollars. Just like real humans, it seems, synthetic ones don’t work for free.

    Je dirais pour ma part : les humains synthétiques ne travaillent pas sans énergie. Ils ne se nourrissent pas de blé, de pomme de terre et de lait ; ils mangent du pétrole, une énorme et croissante quantité de pétrole.

    D’où une première question : quel est le rapport entre la quantité d’énergie consommée par un humain pour son apprentissage, sa réflexion et la production (orale, écrite, ou autre) des résultats de celles-ci, et la quantité d’énergie dépensée par un dispositif IA pour la même série d’opérations ? Il ne faudra pas oublier dans le calcul de ce rapport les énormes data-center qui entretiennent et et mettent à jour « en temps réel » les bases de données nécessaires i)à son apprentissage ii) à son fonctionnement. Ne pas oublier non-plus les quantités d’énergie nécessaires au renouvellement de tous les matériels sous-jacents, vu l’obsolescence technologique accélérée que les développements de l’IA ne manqueront pas de produire.

    Vu l’ordre de grandeur des besoins, il ne me semble pas que l’énergie nécessaire à une transformation envisagée, quelle qu’elle soit, ne puisse être rendue disponible sans accélérer encore le processus de mise en péril de l’espèce.

    Ce constat m’amène à élargir la question de la façon suivante : quid de l’efficacité énergétique comparée de l’intelligence humaine et de l’intelligence artificielle ? Quid de la répartition de l’énergie disponible, sur une planète aux ressources limitées, entre ces deux « intelligences », sans parler des intelligences autres (des intelligences existent chez les animaux non-humains) ?

    En attendant, merci encore à tout les intelligences « naturelles » qui s’expriment sur le blog au profit d’une meilleure compréhension de notre monde de plus en plus incertain.

  11. Avatar de Garorock
    Garorock

    https://meduza.global.ssl.fastly.net/feature/2023/10/22/esli-lyudi-nachnut-ispolzovat-chatgpt-dlya-poiska-istiny-my-okazhemsya-v-bede
    ( « Si les gens commencent à utiliser ChatGPT pour découvrir la vérité, nous aurons des ennuis. » Le philosophe Gaspard Koenig fait des recherches sur l’intelligence artificielle depuis de nombreuses années et, désillusionné par la technologie, il étudie désormais les vers de terre. Meduza lui a parlé)
    Extraits:
     » « Le dernier livre de [l’anthropologue et anarchiste américain] David Graeber et [l’archéologue britannique] David Wengrow, The Dawn of Everything, montre combien de religions il y a eu dans l’histoire de l’humanité – notre désir de donner un sens au monde peut prendre des formes très différentes. . Nous essayons toujours de comprendre ce qui se passe autour de nous : les gens se sentent extrêmement mal à l’aise lorsqu’ils ne trouvent pas de sens à la vie, en particulier un sens qui serait garanti par une autorité supérieure et absolue.

    Au cours des siècles passés, ce sens était donné à l’école et à l’église, mais aujourd’hui chacun est obligé de le chercher par lui-même. Pour moi, prendre soin du monde qui m’entoure est devenu une véritable signification. Pour d’autres, c’est certainement la foi dans l’intelligence artificielle. Mais les discussions sur l’IA me semblent rétrogrades. Premièrement, parce que lorsque nous parlons d’intelligence artificielle, nous entendons l’intelligence sans corps – un tel dualisme en soi est une chose plutôt peu fiable. Si l’on revient brièvement à Spinoza, c’est lui qui a montré que l’esprit et le corps ne sont que deux facettes d’une même essence. Cela signifie que s’il n’y a pas de corps, il est également incorrect d’appeler des algorithmes qui prédisent quelque chose sur la base de l’intelligence du Big Data.  »
     » — Premièrement, si vous avez peur que la créativité imite votre style, alors vous l’avez. Et c’est une excellente nouvelle car cela signifie que vous êtes une personne à part entière. Le penseur français Georges-Louis Leclerc de Buffon a déclaré que le but de la vie de toute personne est de développer un style unique qui n’appartient qu’à soi. Donc s’ils vous imitent, alors c’est super, vous vous êtes déjà fait.

    Je ne pense pas qu’il y ait de menace ici. Les algorithmes remplaceront ceux qui se comportent déjà comme des machines. Nous vivons dans des sociétés hautement bureaucratiques et les machines peuvent contribuer à réduire ce fardeau inutile pour les gens. Il est également important de se rappeler que pour que les algorithmes fonctionnent pleinement, des efforts créatifs constants sont nécessaires de la part des personnes qui créent des données, que les ingénieurs « transmettent » ensuite aux réseaux neuronaux. Sans cette matière première, aucun réseau de neurones ne pourra se développer.

    Cela doit vraiment être réglementé d’une manière ou d’une autre, mais je suis sûr qu’une solution n’est pas loin. Ma plus grande préoccupation est que ces outils tombent entre les mains de milliards de personnes qui les utiliseront non pas à des fins créatives, mais pour la recherche de la vérité. C’est là que commencent les vrais problèmes. Wikipédia, malgré tous ses défauts, a été créé par des personnes qui débattent désespérément de la fiabilité des sources et qui, dans ce débat, parviennent à un consensus en vérifiant soigneusement les prémisses de chaque affirmation. Le retour à la source est à la base du concept occidental de vérité et de connaissance. ChatGPT ne peut pas citer de source, il ne peut que « prédire » quelque chose de proche de la vérité, il n’utilise que des « sources probables ».

    Deuxièmement, l’obsession de la singularité reflète également les sentiments des personnes qui souhaitent qu’existe une sorte d’entité omnisciente qui enregistrerait leur expérience vécue. Pour que tout soit enregistré quelque part. En fait, cette impulsion pousse les gens à confier toutes leurs données aux entreprises technologiques. Bien sûr, il n’y a pas d’odeur d’éternité ici – dans 50 ans, toutes ces données s’évaporeront et il ne restera aucune trace de nombreux centres de données.

    Ne laisser aucune trace est l’une des grandes promesses de l’existentialisme. Je n’aime pas trop Sartre, mais il écrit des choses extrêmement intéressantes dans le livre « L’être et le néant » : être mature, c’est accepter que les chutes de neige recouvrent vos traces de ski comme si elles n’étaient jamais arrivées. Cette acceptation est la vraie façon de vivre. La Bible dit, vous savez, tout ce que vous faites sera écrit quelque part. Et c’est alarmant car à la fin vous serez jugé. Mais en même temps, c’est très encourageant, car il y a de l’espoir que quelqu’un d’autre se lance dans nos vies. Mais il est bien plus honnête d’accepter que personne ne s’en rende compte. Et qu’on ne laisse pas de traces dans la neige. Cette pensée peut faire peur, mais elle constitue un pas vers une meilleure compréhension de la nature humaine.  »

    J’encourage à lire l’interview en entier. Il y a matière à discussions…

  12. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Usines à IAs à l’échelle mondiale : Foxcoon+Nvidia

    FOXCOON est une entreprise taïwanaise spécialisée dans la fabrication de produits électroniques. Elle est principalement implantée en Chine, dans la ville de Shenzhen, mais aussi présente dans de nombreux autres pays. Foxconn est le plus grand fabricant mondial de matériel informatique et fournit des composants électroniques à des entreprises informatiques mondialement connues telles qu’Apple, Sony, Motorola, Dell, Microsoft, Amazon, Nintendo, Hewlett-Packard, Samsung Group, BlackBerry, LG Group, HTC, Acer Incorporated, Asus, Lenovo, Huawei, Nokia, ZTE.
    1,2M d’employés dont 1 million en Chine
    La société tire la majorité de ses revenus d’actifs en Chine et est l’un des plus grands employeurs au monde.
    C.A : 214 Mds$

    NVIDIA Corporation est le leader mondial de la conception, du développement et de la commercialisation de processeurs graphiques programmables. Le groupe développe également des logiciels associés. Le chiffre d’affaires de NVIDIA se répartit entre les processeurs graphiques (59%) destinés aux ordinateurs, aux consoles de jeux, aux plateformes de diffusion en direct de jeux vidéo, aux stations de travail et les solutions informatiques et de mise en réseau (41%) qui comprennent les plateformes et infrastructures de centres de données.
    NVIDIA est surtout connu pour avoir fourni les GPU,CPU au superordinateur d’Azure/Microsoft pour l’IA GPT

    Le projet entre Foxconn et NVIDIA:
    ils ont annoncé leur intention de créer des « usines d’intelligence artificielle ».
    L’objectif est d’accélérer l’entrée de l’industrie dans l’ère de l’IA. Ces usines seront dédiées au développement de « services d’IA génératifs basés sur le langage », ainsi qu’à celui de « plateformes pour véhicules électriques à IA ».
    En pratique, cela signifie que les clients pourront utiliser ces centres pour entraîner des équipements industriels ou des véhicules autonomes.

    Avec ce duo il faut s’attendre à une expansion planétaire d’une multitude de superordinateurs auxquels il faudra associer des compétences en programmation , gestion de bases de données , réseaux de neurones , apprentissage et autres……
    Ce qu’on fait quelques centaines de développeurs de OpenAI avec ChatGPT , des centaines de milliers d’autres développeurs pourront en faire autant à partir des futurs hardwares qui deviendront disponibles.

  13. Avatar de dd
    dd

    Après les « Larges Modèles de Langage » sur lesquels reposent ChatGPT et les autres IA, les « Larges Modèles de Comportement » de Toyota pour des robots plus habiles.

    https://www.lebigdata.fr/toyota-lbm-ia-diffusion-policy-robots

  14. Avatar de Dimitri78
    Dimitri78

    Ce sont des blocs de nos jours avec l’Union Européenne en Europe, l’alliance ALENA avec les Etats-Unis la première puissance économique et financière mondiale et le Canada 9ème au Monde, le bloc de Chine et d’Inde avec de très forte densité de population plus grande que l’Occident réuni, l’émergence du bloc du Mercosur ou les pays d’Amérique Latine seront trop isolés, le Japon tant décrié pour ses problèmes économiques est à la 3ème place mondiale, la Russie est 8ème qui reste une place forte de l’économie mondiale et le Royaume-Uni dont l’Angleterre est 6ème.

  15. Avatar de Dimitri78
    Dimitri78

    Technique orale de dire uniquement une phrase à clash et qui a pour volonté de discréditer l’intégralité du travail dans un domaine précis et dans tous les domaines, aucune discussion et échange n’est voulu car le seul but est le buzz médiatique, ce n’est pas du tout de la politique c’est juste du médiatique à clic et frapper par les paroles et des images à la télévision et sur internet, c’est une technique d’aucun fond et avec un message binaire de type contestataire, le but est de s’opposer à tous ce que dit et fait le camp d’en face, technique binaire de discréditation avec un refus total d’argumentation par des échanges constructifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Thom : « La voie de crête entre les deux gouffres de l’imbécilité d’une part et le délire d’autre part n’est…

  2. Je fais une différence abyssale entre les idées novatrices de René Thom et celles de Jean-Pierre Petit. Celles de JPP…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta