Retranscription – « Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014

« Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014. Merci à Marianne Oppitz !

Moi, personnellement, je suis dans une situation paradoxale, c’est-à-dire que les décroissants me considèrent comme l’un d’eux et que moi j’explique pourquoi ce n’est pas possible dans le cadre existant. Pourquoi est-ce que je dis que ce n’est pas possible dans le cadre existant ? Parce que je ne pense pas qu’on puisse appliquer un programme de type « décroissantiste » sans modifier de manière radicale la définition de la propriété privée dans nos sociétés. Continuer la lecture de Retranscription – « Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée », le 27 juillet 2014

Partager

La condamnation imparable de la concentration des richesses par un certain J.-C.

Ouvert aux commentaires.

La « parabole des talents » chez Mathieu (25, 14-30), ou « parabole des mines » chez Luc (19, 11-27), n’a pas cessé d’étonner : le Christ y semble en effet, contrairement à son habitude, avoir une opinion positive de l’argent et, mieux encore, encourager l’investissement. À son retour de voyage, le maître dit en effet à celui de ses serviteurs qui n’a pas su faire fructifier les pièces qui lui ont été confiées, dans les termes de Mathieu : « Il fallait placer mon argent auprès des changeurs, et je l’aurais retrouvé avec les intérêts ».

Continuer la lecture de La condamnation imparable de la concentration des richesses par un certain J.-C.

Partager

Du dessein caché dans les programmes informatiques financiers, par Marc Le Son

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Cher Paul,

Dans votre dernier post, vous dites qu’il ne vous semble pas exister de dessein caché dans les programmes informatiques et, sur ce point, je ne suis pas en phase avec vous, non pas par ce que cela procéderait d’une intention maligne mais tout simplement parce que l’essentiel des logiciels est d’origine anglo-saxonne et que la logique qu’ils expriment est celle de cette culture.

Continuer la lecture de Du dessein caché dans les programmes informatiques financiers, par Marc Le Son

Partager

VentsContraires.net, Paul Jorion : Inégalités, comment en sommes-nous arrivés là ?

Ouvert aux commentaires.

Sur le site VentsContraires.net, c’est ici.

Partager

« C’est dans votre intérêt ! » Crédits, intérêts et concentration des richesses, par Steve Bottacin

Billet invité.

L’endettement croissant et chronique des ménages, des entreprises, des institutions financières et des états conduit a une concentration accrue des richesses et des pouvoirs, grâce au mécanisme des intérêts. Perçus le plus souvent comme un élément secondaire du « système-dette », rarement remis en question, les intérêts sont en réalité au cœur du logiciel capitaliste. Parmi d’autres, l’anthropologue et économiste Paul Jorion interroge leur bien-fonde, notamment dans le cadre des prêts à la consommation. Cette réflexion invite a reconsidérer les représentations courantes des intérêts, y compris celles du petit épargnant.

Partager

Le prêt à intérêt (I) : Petite histoire française du prêt à intérêt, par Zébu

Billet invité.

Religieuse, philosophique, politique, juridique, économique, s’il y a un domaine qui a su mobiliser différentes sphères sociales pendant plusieurs millénaires, c’est bien le prêt à intérêt.

Sans même remonter jusqu’à l’Empire romain, il suffit par exemple de savoir qu’une, sinon la première intervention juridique, en dehors du droit canon qui avait déjà statué bien auparavant au sujet du prêt à intérêt, date de 789, avec l’interdiction par Charlemagne du prêt à intérêt pour les clercs (capitulaire Admonitio generalis). Cette interdiction sera ensuite étendue par Lothaire et par les Mérovingiens aux laïcs.

Depuis cette interdiction, du premier empire carolingien, jusqu’à la Révolution et à l’Empire napoléonien, puis jusqu’à la IIIème République Française pour aboutir à aujourd’hui, l’histoire du prêt à intérêts en France a été, par-delà ses aspects philosophiques, éthiques et religieux, aussi une histoire juridique qui a essentiellement tourné autour de la licéité ou non des intérêts que pouvaient réclamer les prêteurs à leurs débiteurs. Une histoire où l’on peut identifier le principe de réalité et la réalité des principes, énoncés et transcrits dans le droit, mais une histoire de rapports de force entre les classes sociales qui possédaient ou pouvaient accéder au capital et celles qui devaient par la force de la nécessité y accéder, du paysan jusqu’au Roi lui-même, en en payant le prix : les intérêts.

Continuer la lecture de Le prêt à intérêt (I) : Petite histoire française du prêt à intérêt, par Zébu

Partager

IMAGINE, demain le monde : Pourquoi travaillons-nous ? Pour payer les intérêts !, N° 106 novembre – décembre 2014

IMAGINE, demain le monde, mais aujourd’hui en librairie. Ma première chronique pour ce magazine.

Pourquoi travaillons-nous ? Pour payer les intérêts !

J’ai des amis décroissantistes qui me disent : « Regardez ce qui se passe : nous épuisons chaque année une Terre virgule six, il faut absolument arrêter ça : on renverse la vapeur et au lieu de croître, eh bien, on décroît ! »

Je leur réponds : « Vous avez mille fois raison mais si on décroît, qui va payer les intérêts ? »

Continuer la lecture de IMAGINE, demain le monde : Pourquoi travaillons-nous ? Pour payer les intérêts !, N° 106 novembre – décembre 2014

Partager

VentsContraires.net – Paul Jorion : « Pas de décroissance sans remise en question de la propriété privée »

(I) « Nous nous débarrassons du travail de manière massive »
(II) « La personne remplacée par une machine n’en profite absolument pas »
(III) « Les machines pourraient financer une allocation universelle »

Sur le site VentsContraires.net

Partager

L’explication du prix par le rapport de force (V) Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (deuxième partie)

(I) Quand plusieurs mécanismes se greffent les uns sur les autres
(II) Keynes et le double mécanisme de détermination du prix
(III) L’intervention du temps dans la détermination du prix
(IV) Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (première partie)

Résumons ce que j’ai expliqué dans Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (première partie). Mis à part les tombées d’intérêt, il existe deux moments majeurs dans la vie d’un emprunt : son émission et son échéance. Entre ces deux moments existe une période durant laquelle il peut être acheté et vendu sur un marché secondaire.

Le premier moment est sa naissance sur un marché primaire où son prix se détermine, ce « prix » étant alors son taux d’intérêt : c’est la partie du contrat véritablement négociable à cet instant entre prêteur et emprunteur. Le taux d’intérêt a deux composantes : le rendement marginal du capital et la prime de crédit. Les deux composantes du taux sont déterminées indépendamment l’une de l’autre, la première partie est universelle : elle dépend du marché des capitaux dans son ensemble, la seconde partie est singulière : elle est propre à l’emprunt spécifique lui-même.

Continuer la lecture de L’explication du prix par le rapport de force (V) Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (deuxième partie)

Partager

L’explication du prix par le rapport de force (IV) Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (première partie)

(I) Quand plusieurs mécanismes se greffent les uns sur les autres
(II) Keynes et le double mécanisme de détermination du prix
(III) L’intervention du temps dans la détermination du prix

Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation au moment de son émission, c’est son taux d’intérêt. Le montant du « principal », la somme prêtée, n’est pas un prix, c’est précisément une somme d’un montant donné sur la base duquel le montant des versements d’intérêts sera calculé au prorata du taux d’intérêt sur lequel prêteur et emprunteur se sont mis d’accord.

Le prêteur éventuel compare en termes de rendement, c’est-à-dire de taux d’intérêt, des placements de même durée. S’il est quelque peu familier de l’investissement, il décomposera le taux en ses deux composantes majeures que sont le rendement marginal du capital et la prime de crédit (j’ignore pour la facilité d’autres primes qui devraient être prises en compte dans certaines circonstances, comme la prime de change ou la prime de conversion) et évaluera chacune des deux en tant que telle. Le montant du rendement marginal du capital propre à tel emprunt est-il celui qu’offre le marché, toutes autres conditions étant par ailleurs égales ? La part prime de crédit évalue-t-elle correctement le risque de contrepartie, le risque de non-remboursement, de non-versement des intérêts promis ?

Continuer la lecture de L’explication du prix par le rapport de force (IV) Le « prix » d’un emprunt ou d’une obligation (première partie)

Partager

Finance de la personne, théologie monétaire de la démocratie, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

L’intérêt est au cœur de la guerre de religion où l’humanité est engagée pour définir ce qu’elle appelle la croissance, qui soit croissance de quelque chose plutôt que rien. Concrètement l’intérêt est ce que la réalité ajoute par le temps, au prix nominal à régler au prêteur quand un emprunteur réalise sa promesse de livrer quelque chose à quelqu’un. Au prêteur, le prix nominal est réglé par l’acheteur ; et l’intérêt est réglé par le vendeur qui avait emprunté le prix nominal à terme dans le prix réel anticipé offert par l’acheteur.

L’intérêt est donc l’augmentation de la réalité par le temps pour les sujets du prix. L’intérêt est la matière du temps qui fait religion entre les hommes. L’intérêt lie le prêteur à l’emprunteur, le nominal au réel, le présent au futur. La substance de l’intérêt est la matière de la croissance humaine. L’intérêt forme l’économie des biens. Définir l’intérêt du prix est donc discriminant entre ce que peut vouloir le sujet humain du bien et ce qu’il ne doit pas désirer sous peine de tomber dans le mal.

Continuer la lecture de Finance de la personne, théologie monétaire de la démocratie, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

Sortir de l’esclavage financier par la compensation publique de l’intérêt, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité

Le présent commentaire de l’oeuvre de David Graeber, Dette : 5000 ans d’histoire, est en même temps une interprétation du cours de Bernard Stiegler sur la République de Platon

Anthropologie de la dette

Dans « Debt, the first 5000 years » paru en 2011, David Graeber produit une histoire anthropologique de la dette depuis les origines de la civilisation humaine. A partir de son point de vue anarchiste assumé, l’actuel professeur d’anthropologie à la London School of Economy s’extrait du nominalisme juridique et technique de la modernité contemporaine pour décrire le phénomène de la dette dans sa réalité archéologique, sociologique, idéologique et métaphysique. Le résultat de cette étude fouillée est que le commerce du crédit n’est plus la mécanique brute que nous connaissons dans l’actuelle guerre civile numérique mais la structure métaphysique de la « religion féroce » dénoncée par Paul Jorion.

Continuer la lecture de Sortir de l’esclavage financier par la compensation publique de l’intérêt, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

Institut de la gestion publique et du développement économique : DE NOUVEAUX REFERENTIELS ECONOMIQUES POUR LES POLITIQUES DE DEMAIN

Voici l’allocution que j’ai prononcée ce matin au colloque qui se tenait aujourd’hui au ministère des finances français.

De nouveaux référentiels économiques pour les politiques de demain

Les questions qui restent à résoudre

La crise qui se déclencha en 2007 fêtera à la fin de ce mois, son sixième anniversaire. Malgré quelques rares périodes de répit, la dégradation du système financier, et de l’économie dans son sillage, s’est inexorablement poursuivie depuis.

Les questions sur lesquelles planche l’économie sociale et solidaire depuis le XIXe siècle sont au premier rang de celles qu’il conviendrait de résoudre. Ne nous défilons pas et interrogeons-nous sur où nous en sommes aujourd’hui dans leur solution.

J’en mentionne trois pour commencer. D’autres le seront également quand j’évoquerai les obstacles contre lesquels l’économie sociale et solidaire est venue buter tout au long de son histoire et qu’il serait coupable d’ignorer.

La question de l’intérêt peut-elle être résolue ? Le versement d’intérêts joue un rôle moteur dans la concentration inéluctable de la richesse et contribue à la destruction de la planète par la nécessité de croissance qu’il apporte avec lui.

Continuer la lecture de Institut de la gestion publique et du développement économique : DE NOUVEAUX REFERENTIELS ECONOMIQUES POUR LES POLITIQUES DE DEMAIN

Partager

AVANCES, INTÉRÊTS ET DIVIDENDES, par Marian Wielezynski

À propos de Misère de la pensée économique (Fayard 2012). A paru dans la revue Cadres (CFDT), N° 452, décembre 2012

Un soir, sur un plateau télé, Paul Jorion se trompe et confond Dick Rivers avec Eddy Mitchell. Mortifié, il raconte (p. 35) la gêne qu’il éprouve face à cette confusion. Selon lui, face à la crise économique actuelle, la même sorte de honte devrait submerger les acteurs financiers et agir comme une boucle de rétroaction qui imposerait l’apprentissage de comportements plus vertueux. Mais le silence assourdissant de la « science » économique n’offre aucun remords possible ni d’autre alternative que le rejet sans appel du capitalisme. Nous devons refuser un monde où « la machine à concentrer la richesse », actionnée par des financiers ultra-cupides, tourne à « très haute fréquence ». Paul Jorion déplore l’aveuglement des acteurs sans scrupules de cette course insensée et en tient pour responsable la « science » économique. Celle-ci est aux abonnés absents quand on a besoin d’elle. Elle est un « système de croyance fermé, bien plus proche d’une religion que d’une science » (page 169). Elle interdit même l’éventualité de sa réfutation et ses propositions disparaîtront avec elle.

Continuer la lecture de AVANCES, INTÉRÊTS ET DIVIDENDES, par Marian Wielezynski

Partager

DIRECT 8, Les enfants d’Abraham, mercredi 2 novembre à 23h55

Les enfants d’Abraham sur Direct 8. La vidéo est en ligne.

Aux côtés de Jean-Marc Sylvestre, et face au grand rabbin Haïm Korsia, au père Alain de la Morandais et à Malek Chebel.

Fallait-il y aller ou ne pas y aller ? Je me pose chaque fois la question bien entendu. Parmi mes 142 interventions (je tiens une liste !) à la radio ou à la télé depuis que je suis rentré en Europe, je n’ai encore regretté qu’une seule fois d’y être allé (le « modérateur » n’avait qu’une intention : monopoliser le temps de parole, et l’un des intervenants se contentait de ricaner), mais il était imprévisible dans ce cas-là que ce serait une erreur (heureusement, les « organisateurs » perdirent (?) aussi la vidéo !).

Dans ce cas-ci, je suis très content d’y être allé (outre le fait que je me suis bien amusé – ce qui compte aussi !) : qui aurait rêvé de voir ces trois autorités « spirituelles » se faire les VRP du capitalisme et ajuster leur boniment chaque fois que je les défiais de se poser en « autorités morales » ? Personnellement, je ne m’y attendais pas, mais une fois que la chose est devenue claire, je ne me suis plus gêné.

Les gentilles dames du public « made my day » comme dit l’inspecteur Callahan, quand elles m’ont dit dans l’ascenseur qui nous emmenait après l’émission : « C’est bien Monsieur, il fallait le leur dire ! », « Il faut qu’on parle de nouveau de morale ! »

P. S. :

Comme personne n’a l’air de comprendre ma réponse à la question posée par le rabbin, ni les trois représentants des religions, ni vous ici, les lecteurs du blog, je l’explique.

Le présentateur me rappelle que le rabbin m’a demandé : « Que faudrait-il mettre à la place ? », et je réponds : « Le royaume de Dieu ! »

Dans le tumulte qui suit, je précise : « C’est pour leur rappeler qu’ils savent où il faut aller. Ils le savent. S’ils l’ont oublié, il faut qu’ils réfléchissent, et qu’ils retrouvent la réponse en eux-mêmes ! Je suis sûr qu’ils la possèdent ». Pour ceux qui ont lu les Évangiles (je sais, cela se perd), la référence est claire, Luc 17:20-21 : « Le Royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est . Car voici, le Royaume de Dieu est en vous ».

Partager

UNE RADICALITÉ SIMPLE, par zébu

Billet invité.

Toute réflexion faite, il me semble que ce que dit Paul Jorion ne se retrouve pas dans ce que disent les indignés, notamment et loin s’en faut, mais aussi dans les autres types de réactions (à la crise) en cours et pour taire ce que ne disent pas les partis politiques.

Par exemple, en relisant ‘Le Manifeste’ des indignés espagnols. J’y vois des droits (‘Des droits inaliénables doivent être garantis au sein de notre société’), y compris le droit du consommateur ‘à une vie saine et heureuse’. J’y vois la nécessité de refondre la démocratie, a fortiori quand la corruption du système politique est patente. J’y vois aussi l’accumulation (‘accumulation entre les mains de quelques-uns’, ‘l’accumulation d’argent’). Mais aussi l’espérance (l’illusion ?) dans le retour à un système qui permettait la répartition au profit de la majorité (‘une rentabilité économique abstraite où la majorité ne bénéficie pas de ses avantages’), sans remettre en cause cette rentabilité abstraite. Mais aussi un positionnement ‘consommateur’ (‘générant du chômage et des consommateurs mécontents’, ‘Je ne suis pas le produit de ce que j’achète, pourquoi je l’achète ou à qui je l’achète’), inconscient sans doute.

Ce que décrit Paul Jorion, soit l’analyse de cette concentration (capital, héritage, intérêt), ses mécanismes, comme objectifs de transformation du cadre, je ne le retrouve pas dans les luttes en cours des multiples indignés. Non pas que ces luttes ne soient pas nécessaires, alors même que celles-ci ont profondément modifié les formes et la participation aux luttes contemporaines mais que la radicalité d’un discours aussi ‘simple’ et clair ne s’y retrouve pas.

Continuer la lecture de UNE RADICALITÉ SIMPLE, par zébu

Partager

« LE GRAND MYSTÈRE DES CHOSES ENFIN RÉVÉLÉ »

… mais sommes-nous prêts à aborder la suite ?

Pour ceux qui ne peuvent ni voir ni entendre la vidéo : un excellent résumé par le Yéti.

P.S. : Et pour ceux qui ne l’auraient pas noté, cette vidéo est une version courte de Le capitalisme à l’agonie (Fayard 2011).

Partager

SORTIR DU PIÈGE NOMINALISTE, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité. A déjà paru ici comme commentaire, le 9 juillet 2011.

Schumpeter est un éminent représentant du nominalisme financier qui détruit la réalité humaine. La destruction schumpétérienne n’est pas créatrice. Le nominalisme confond le discours et la réalité. S’il est nécessaire de nommer la réalité pour lui accorder un prix, le prix ne fait pas la réalité. Le nominalisme financier qui fonde aujourd’hui l’émission monétaire fait croire que la répétition du prix dans plusieurs comptes bancaires augmente d’autant la réalité de l’objet sous-jacent. Cette répétition n’a pas d’autre conséquence que de multiplier les droits sur un même objet à l’insu de son propriétaire légitime.

Le nominalisme financier se nourrit de nominalisme juridique. Le vrai juriste ne peut pas se dispenser de nommer pour définir le droit en discussion et en négociation. Le faux juriste lui emboite le pas en répétant des droits en dehors de toute réalité probante. Le financier intéressé au prix plus qu’à la réalité n’a plus qu’à « créer » la richesse en multipliant l’inscription du prix dans le droit répété de la même chose. Il dit alors que les dépôts font les crédits puisque le même crédit infiniment redéposé fait de nouveaux crédits.

Continuer la lecture de SORTIR DU PIÈGE NOMINALISTE, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

221 ans plus tard, par zébu

Billet invité.

Décret relatif à l’abolition des privilèges

Assemblée nationale

11 août 1789

Art. 1er L’Assemblée nationale détruit entièrement le régime féodal.

221 ans après la nuit du 4 août 1789, des privilèges en droit demeurent et contribuent à créer un nouveau régime féodal.

Ces privilèges sont liés à l’utilisation et à la possession de l’argent et contribuent à constituer une nouvelle noblesse, la noblesse de l’argent, tout comme les noblesses d’épée et de robe ou le clergé jusqu’en 1789 avaient pu se constituer et exister par des privilèges.

Ces privilèges liés à l’argent doivent être détruit entièrement car ils remettent en cause les principes essentiels de la République française et de la démocratie ainsi que les droits naturels car « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.» (Art.1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789).

Ces privilèges liés à l’argent ne sont d’aucune utilité commune.

Au contraire, ils desservent et délitent l’utilité commune.

Ces privilèges doivent donc être détruits entièrement et toute distinction sociale fondée sur ces privilèges combattue.

Continuer la lecture de 221 ans plus tard, par zébu

Partager