Catégorie : Archéologie

  • Une interprétation iconoclaste d’un fait archéologique

    Il s’agit d’un pendant d’oreille en ivoire de mammouth trouvé en Pologne et dont la datation au radiocarbone indique qu’il est vieux de 41.500 ans, ce qui le situe au paléolithique supérieur. Vous pourrez trouver toutes les explications ici.… Lire la suite…

  • Mort de masse et « fosses communes », par Arkao

    Ouvert aux commentaires.

    L’actualité pesante du cadavre, qu’exprime l’odeur qui s’en dégage, devient d’ailleurs le point central de nombreux problèmes dont le principal reste bien celui dont nous parle Ionesco : comment s’en débarrasser. Louis-Vincent Thomas *

    Les pics de mortalité génèrent ordinairement des encombrements dans le système des funérailles, qu’il s’agisse de crémations ou d’inhumations. Sans aller jusqu’à parler d’une économie à flux tendus, les acteurs public ou privés concernés ont des volumes de services adaptés à un taux de mortalité moyen, hors crises. L’urgence à faire rapidement « quelque chose » du corps du défunt est la conséquence des processus de décomposition qui interviennent environ 48 heures après le décès.Lire la suite…

  • Ça a été fait quand ? Non, non, il n’y a pas erreur !

    Regardez les photos, et demandez-vous quand ça a été fait.

    Lire la suite…

  • De la vie bonne des mammifères humains et des bovins domestiques, par Pierre-Yves Dambrine

    Billet invité.

    Tout comme les vaches, les, génisses, les veaux, les taureaux et les bœufs, nous appartenons à la même classe des mammifères, animaux vertébrés, dont les mères allaitent les petits, et vivipares.… Lire la suite…

  • Londres : Un siècle et demi de fosse commune

    … contenant entre autres les victimes de quatre épidémies de peste bubonique. Trois mille corps en tout.

    Les riverains ne semblaient pas trop s’en formaliser… qui recyclaient de vieilles pierres tombales pour bâtir leur maison !

    Lire la suite…

  • TABLETTES, par Jacques Seignan

    Billet invité.

    Sur une tablette tactile, quelques manipulations effectuées du bout du doigt font apparaître la photographie d’une tablette mésopotamienne en argile, recouverte d’une écriture cunéiforme. C’est une mise en perspective… sur quelques millénaires. Ces deux objets sont appelées « tablettes » car les langues, plutôt que de créer sans fin des néologismes, préfèrent souvent recycler des mots usuels. Au-delà de cette similarité géométrique justifiant cette dénomination, des analogies pourraient exister.

    Au XIXe siècle, les archéologues qui ont fouillé la Mésopotamie ont exhumé de dizaines de milliers de petites plaques rectangulaires : des tablettes en argile durcies par séchage ou cuisson, recouvertes de l’écriture dite cunéiforme.

    Lire la suite…