Archives de catégorie : Questions essentielles

Et si…

Ouvert aux commentaires.

Je suppose que comme moi vous vous posez parfois de ces questions hypothétiques, dont on est surtout friand quand on est une jeune personne : « Et si … nous étions en mai 40, aurais-je sauté, comme le frère de ma mère, sur mon vélo au coeur de Bruxelles et pédalé sans quasiment m’arrêter les 74 km me séparant de Quiévrain ? »

Ce sont des fictions bien entendu mais il me semble que les réponses qu’on y donne contribuent quand même à forger la personne que l’on deviendra, à travers l’image qui se compose petit à petit à partir de la mosaïque des réponses que l’on se donne à ces questions hypothétiques.

Continuer la lecture de Et si…

0Shares

La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées

Ouvert aux commentaires.

Selon Sjöstedt * c’est la consommation excessive de drogues, et en particulier d’hydrate de chloral, qui a rendu Nietzsche fou. Dans son Le combat avec le démon : Kleist – Hölderlin – Nietzsche, publié en 1930, Stefan Zweig notait :

… en deux mois, Nietzsche emploie cinquante grammes d’hydrate de chloral, pour se procurer un peu de sommeil. °

Continuer la lecture de La caféine ? Regardez ce que cela fait aux araignées

102Shares

Courrier reçu : Anxiété à combattre, par Éliane Chaponik

Cher monsieur,

Le seul moyen que j’ai trouvé pour combattre l’anxiété est celui de l’action, eh bien hier soir je me trouvais dans un rassemblement place des Terreaux à Lyon sur les marches des escaliers de l’Hôtel de Ville de notre ex maire et néanmoins Ministre de l’Intérieur.

Continuer la lecture de Courrier reçu : Anxiété à combattre, par Éliane Chaponik

9Shares

Mourir à 27 ans en mode destroy

Brian Jones des Rolling Stones en 1969, Jimi Hendrix en 1970, Janis Joplin de Big Brother and the Holding Company et d’elle-même toute seule, la même année, Jim Morrison des Doors en 1971, Kurt Cobain de Nirvana en 1994, Jean-Michel Basquiat, dans un autre registre : celui de la peinture, en 1988, ainsi qu’Amy Winehouse en 2011, tous sont morts – nul ne l’ignore – à l’âge de 27 ans.

27, c’est trois au cube, trois à la troisième puissance. Au temps pour la numérologie qui n’a pas grand-chose de plus à nous apprendre sur la question. Pourquoi meurt-on à 27 ans ? parce que quelques années auparavant on s’est convaincu que de la vie, on avait compris tout ce qu’il y avait à comprendre et qu’on allait s’éclater jusqu’à ce que le corps jette l’éponge.

Continuer la lecture de Mourir à 27 ans en mode destroy

22Shares

« Toutes affaires cessantes »

J’ai vu se profiler une crise financière et économique gigantesque, et j’ai dit : « Il faut s’occuper de cela, toutes affaires cessantes ! » J’ai regardé autour de moi, et je n’ai vu que des yeux ronds. À une exception près, qui est aussi celui qui m’a dit un jour il y a dix ans à propos d’une personne dont j’entendais le nom prononcé pour la première fois : « Attention, il est présidentiable ! »

J’ai vu se profiler l’extinction de l’humanité. J’ai dit : « Il faut s’occuper de cela, toutes affaires cessantes ! » Là aussi, je n’ai vu que des yeux ronds, sauf dans un pays très lointain mais qui se sait au milieu.

J’ai vu la Bête de l’Apocalypse, et son nom était Trump, et j’ai dit : « Il faut s’occuper de cela, toutes affaires cessantes ! » Je le répète ici tous les jours, mais j’entends dire : « Ça n’intéresse pas grand-monde, ce n’est pas vendeur ! Vous n’avez pas plutôt écrit quelque chose d’optimiste ? »

Continuer la lecture de « Toutes affaires cessantes »

79Shares

Jacques Decour (1910 – 1942)

Jacques Decour

« … comme je n’ai pas de religion, je n’ai pas sombré dans la méditation de la mort ; je me considère un peu comme une feuille qui tombe de l’arbre pour faire du terreau. La qualité du terreau dépendra de celle des feuilles. Je veux parler de la jeunesse française, en qui je mets tout mon espoir. »

Collège-Lycée Jacques Decour

5Shares

Les femmes, des « poules aux oeufs d’or » ? par Isabelle Joly

Ouvert aux commentaires.

Lorsque j’ai commencé à écrire « Fausta », opéra rock en forme de Faust au Féminin, j’imaginais une histoire de pacte avec une diablesse pour obtenir des dons à peu de frais : une âme qui n’aurait pas le temps d’évoluer dans un monde promis au réchauffement climatique. Je me posais la question de la spécificité du féminin, pourquoi si peu de « génies » intellectuels, artistes, dirigeants, philosophes, sont des femmes.

Continuer la lecture de Les femmes, des « poules aux oeufs d’or » ? par Isabelle Joly

13Shares

Parler de finance comme un Zadiste

J’ai regretté tout à l’heure, à midi, que ma belle-fille n’ait pas pu se joindre à nous pour le premier anniversaire de la plus récente recrue de la famille (encore une qui heureusement ne se laissera pas faire !). Ma bru était à Notre-Dame-des-Landes, à militer pour un nouveau monde.

Continuer la lecture de Parler de finance comme un Zadiste

49Shares

Compétence + temps passé à travailler. À quoi bon ?

Ouvert aux commentaires.

Il y eut une époque, assez récente, où votre compétence combinée au temps que vous passeriez à travailler permettait de prédire avec un certain degré de certitude quels seraient vos revenus.

L’actualité souligne aujourd’hui à tout moment que le lien a été brisé : votre rémunération n’est plus que tirée d’un chapeau, comme à la loterie. Avec un peu de chance vous gagnerez des millions, avec un peu de malchance, à compétence et effort égaux, vous vous retrouverez à la rue.

La légitimité d’un système politique se juge à des choses comme celles-là. Qu’on se le dise en haut lieu : la colère gronde.

26Shares

Ces jeunes déboussolés …

… qui ne comprennent pas que ce ne sont pas les armes qui tuent mais d’autres jeunes comme eux, drogués ou endoctrinés par des idéalistes ne comprenant pas comment le monde fonctionne réellement (par la saine rivalité de la force de caractère – ou de la cupidité, c’est la même chose).

P.S. Oui, je suis en rage. Le monde cessera-t-il un jour d’être dirigé par la lie d’entre nous : les marchands d’armes ? Y aura-t-il un jour un principe plus élevé que le profit : la différence de prix entre deux choses inertes dont nous n’avons en réalité rien à foutre ?

36Shares

Content que ma tribune fasse la une du Monde en ligne

Mon billet ici, du 11 janvier : Le genre humain est bisexué, qui a paru aujourd’hui dans la version imprimée du Monde, fait en ce moment la une du Monde en ligne et cela me fait très plaisir. Je suis particulièrement affligé que les craquements du monde en effondrement laissent indemnes ceux qui en sont responsables pendant que ceux qui n’y sont pour rien s’entre-déchirent, symptômes innocents de la catastrophe en cours.

38Shares