Archives de catégorie : Questions essentielles

Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en ! – Retranscription

Retranscription de Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en !, le 30 décembre 2018. Merci à Cyril Touboulic !

 

Bonjour, nous sommes le dimanche 30 décembre 2018. Et il y a trois jours, le 27, j’ai commencé un petit cours de philo accéléré en deux leçons. Et, la première, j’avais appelé ça « Dieu est mort » et je vous avais annoncé que la deuxième leçon s’appellerait « Nous avons toujours été tout seuls ». J’ai décidé de modifier le titre de la deuxième partie et je vous expliquerai pourquoi tout à l’heure. Et le titre de la seconde partie sera « Nous sommes des génies, profitons-en ! ».

Alors, d’abord un petit récapitulatif de la première partie.

Continuer la lecture de Philo 2. Nous sommes des génies, profitons-en ! – Retranscription

13Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT – Retranscription

Retranscription de PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT, le 27 décembre 2018. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le jeudi 27 décembre 2018. Et si vous écoutez la radio, si vous regardez la télé, si vous ouvrez vos journaux, vous vous rendez compte que le monde en ce moment est complètement déboussolé. Le monde est de plus en plus constitué de pauvres d’un côté et de riches de l’autre : les pauvres se biturent et les riches se gavent, et les pauvres rêvent d’essayer de se biturer pour pouvoir se gaver et ceux qui se gavent (les riches) se rendent compte que ça n’arrange absolument rien et commencent à se biturer comme les autres. C’est là où nous en sommes.

Continuer la lecture de PHILO EN 2 LEÇONS – 1. DIEU EST MORT – Retranscription

23Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Philo en 2 leçons

Cela a l’air de vous plaire, alors, parlons-en : ouvert aux commentaires.
4Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« La mer et les jours » (1958)

Ouvert aux commentaires.

La mer et les jours de Cinémathèque De Bretagne.

À l’époque où j’habitais l’Île de Houat, de février 1973 à mai 1974, quand on se réunissait pour mettre sur pied une belle fête, quelqu’un disait immanquablement : « Et si on montrait ‘La mer et les jours’ ? »

Un grand silence se faisait alors car montrer ce petit film impliquait une sacrée responsabilité : chacun se souvenait des fois précédentes et leur cortège de visages rougis, de nez qu’on vidait dans un bruit de clairon au moment où apparaissait le mot « Fin » sur l’écran. Et je ne parle pas que des femmes et des enfants, Dame !

Continuer la lecture de « La mer et les jours » (1958)
10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Courrier reçu : « Écrivains bouleversés et bouleversants », par Jean-Michel Pollyn

Cher Paul Jorion,

Votre article sur le toujours très regretté Stefan Zweig était d’une rare qualité littéraire et j’ai songé que vous pourriez demander à vos éditeurs la possibilité d’un ouvrage exclusivement axé sur les écrivains bouleversés et bouleversants. Une sorte de méditation sur la communauté des ébranlés comme disait l’Autre parce que votre immense culture littéraire pourrait intéresser de nombreux lecteurs et lectrices.

Continuer la lecture de Courrier reçu : « Écrivains bouleversés et bouleversants », par Jean-Michel Pollyn

8Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Common decency », par Cédric Chevalier

Ouvert aux commentaires.

Sans vouloir défendre M. Emmanuel Macron, son gouvernement a raison de défendre l’idée de « common decency » contre Trump. Il s’agit d’Humanisme en pratique.

Donc je vais répondre en anglais: ‘common decency’ aurait été de bon aloi », a déclaré M. Griveaux à l’issue d’un Conseil des ministres, en reprenant un concept de l’écrivain britannique George Orwell. 

Continuer la lecture de « Common decency », par Cédric Chevalier

10Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’humanité à l’heure du choix : grande bifurcation ou grande liquidation ?, par Roberto Boulant

Ouvert aux commentaires.

Bernard Stiegler dans un tout récent entretien avec Aude Lancelin (Éviter l’apocalypse) défend l’idée que face au nihilisme d’un capitalisme nous conduisant directement à l’extinction, il faut que l’humanité construise de toute urgence (et c’est le GIEC qui le dit) une vision alternative à même de nous redonner espoir. Il ne s’agit plus de résister, de tenter de limiter les ravages humains, sociaux et écologiques du Moloch mondialisé et financiarisé, mais de renverser la domination, c’est-à-dire de faire la révolution (bifurcation) qui nous permettra de survivre. Pour cela le philosophe défend l’idée que nous devons passer du système fermé du néolibéralisme – incapable par construction d’évoluer (TINA) – à un système dynamique ouvert qui bien qu’utilisant le calcul, admet que tout ne peut pas être calculé.

Continuer la lecture de L’humanité à l’heure du choix : grande bifurcation ou grande liquidation ?, par Roberto Boulant

41Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? » le 6 novembre 2018 à 17h30

Un cycle de 6 conférences par Paul Jorion. Une annonce officielle aura lieu ultérieurement, qui précisera le lieu exact des conférences sur le campus. Je vous tiendrai au courant.

  1. Quel scénario pour les années qui viennent ?

Quatre films significatifs :

         Le dernier rivage (1959) : l’humanité finit par s’autodétruire du fait de son surarmement

         Elysium (2013) : tandis que les pauvres s’entre-déchirent sur une Terre dégradée, les riches, devenus immortels, vivent une vie idyllique dans une station spatiale

         Interstellar (2014) : la Terre ayant été rendue par nous inhabitable, le salut du genre humain est dans la colonisation d’autres mondes

         Terminator (1984) : les machines désormais autonomes se débarrassent des hommes devenus un fardeau pour elles

Continuer la lecture de Université catholique de Lille, Paul Jorion : « Déclarer l’état d’urgence pour le genre humain ? » le 6 novembre 2018 à 17h30

7Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Gloire à nos grands maîtres !

À la conclusion d’une séance de psychanalyse ce matin, je me suis dit : « Qu’aurais-je pu entendre sans les réflexions de Lacan sur le nom ? » Comme m’est revenue avant-hier l’observation de Pouillon sur le côté « approximatif » des cultures humaines. Comme l’illustration des « hypothèses saturantes » par Lévi-Strauss m’a permis de comprendre la grille de lecture d’un de mes contemporains. Comme l’aimable reproche que me fit un jour Meyer Fortes sur le pouvoir déformant de l’espérance. Comme la taquinerie de Leach sur la généalogie des poissons. Comme la remarque  de Jakobson sur la Scolastique qui me montra par quel bout prendre l’Intelligence Artificielle. Comme les observations de Guilbaud sur le peu de rapport entre les nombres et le monde. Comme…

Et puis, d’aller les trouver là où ils étaient, ces grands maîtres, ça m’a fait voir du pays !

4Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À propos de « Jorion joue cartes sur table ! », par Etienne Guillermaz

Ouvert aux commentaires.

Bonsoir monsieur Jorion,

Je viens de voir votre dernière vidéo dans laquelle vous jouez cartes sur table et où vous parlez de ces personnes qui viennent vous démontrer qu’un problème mineur est aussi important, si ce n’est plus, que l’extinction qui nous guette chaque jour plus assurément.

Je vais moi aussi parler franchement.

Continuer la lecture de À propos de « Jorion joue cartes sur table ! », par Etienne Guillermaz

14Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

La grande leçon de Nicolas Hulot, le 29 août 2018 – Retranscription

Retranscription de La grande leçon de Nicolas Hulot, le 29 août 2018. Merci à Olivier Brouwer et à Éric Muller !

Bonjour, nous sommes le mercredi 29 aout 2018, et hier, quand j’ai appris la démission de Nicolas Hulot, ministre de l’environnement et d’autres choses dans le gouvernement de M. Philippe, j’aurais voulu pouvoir réagir immédiatement avec un long texte ou avec une vidéo. Malheureusement, comme vous l’avez vu, j’étais à quelques heures de me rendre à France Culture, où, eh bien, je crois avoir fait quelque chose d’assez utile en donnant une longue explication de la crise des subprimes, comme on me le demandait, pour le dixième anniversaire de la chute de la banque d’investissement Lehman Brothers. J’étais à Paris également pour discuter de la publication du livre que je consacre à Donald Trump et à toute la signification de l’événement que sera la chute de la météorite Trump.

Continuer la lecture de La grande leçon de Nicolas Hulot, le 29 août 2018 – Retranscription

100Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer

Ouvert aux commentaires.

Les gouvernements ultralibéraux, qu’ils soient honteux ou décontractés (ou se transformant avec allégresse ces jours-ci de l’un en l’autre), précipitent d’une main la concentration de la richesse et, de l’autre, l’extinction du genre humain (et de toutes les autres manifestations du vivant) ; les gouvernements populistes prennent les choses en main et entreprennent de nous débarrasser de la vermine que constituent les étrangers et les journalistes *, responsables évidents de ces deux grands malheurs.

Rassemblons-nous, nous la majorité silencieuse des abstentionnistes, désabusés, et autres dissidents, pour une mobilisation en faveur de la cause de toutes les causes : la survie du genre humain, en passant par celle de l’Europe et de nos propres nations.

Demain (« si j’ai le bonheur de vivre »), je lancerai un appel en ce sens.

*

Les porteurs de mauvaises nouvelles

91Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail