Archives par mot-clé : Comment la vérité et la réalité furent inventées

CQFD, « Le capitalisme est à l’agonie », N°91, juillet-août 2011

À propos de la sortie de Le capitalisme à l’agonie (Fayard 2011) et de La guerre civile numérique (Textuel 2011), un entretien avec Gilles Lucas.

L’entretien complet se trouve ici.

Wikileaks, dont vous parlez beaucoup dans votre dernier ouvrage, prétend vouloir révéler les dissimulations et mensonges des gouvernants. Pensez-vous que la vérité, dans le monde dans lequel on vit, à une force pratique ?

La vérité a toujours eu une force pratique. Elle offre le moyen de construire des arguments qui soient à la fois cohérents et maîtrisés dans un environnement particulier. Il s’agit cependant d’une construction culturelle à partir d’arguments polémiques, et dont on peut dater l’émergence comme je l’ai expliqué dans mon ouvrage Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard 2009). Avec la vérité, on ne se situe ni dans l’absolu, ni dans le n’importe quoi. Bien qu’elle puisse être critiquable parce qu’elle est un produit social et historique, l’exercice de la vérité par la raison (l’enchaînement contrôlé de propositions vraies) a produit d’une manière globale un mieux.

Il y a des périodes où un seuil psychologique est atteint pour les populations. Il n’est pas simplement dans l’imagination, mais lié à des réalités qui font que des choses qui ont été jusqu’alors tolérables cessent de l’être. Par exemple, des activités financières comme la spéculation passent relativement inaperçues tant que tout le monde gagne de l’argent, chacun à son échelle. Au moment où la spéculation est devenue la seule source d’enrichissement, un seuil est atteint et le niveau de tolérance baisse. C’est à ce moment-là que la vérité sur la spéculation réalise son potentiel. Seul le contexte la rend cruciale ou non.

La suite, dans le magazine.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

PETIT APARTÉ

Fayard me signale que Le capitalisme à l’agonie (2011) est N° 14 dans la liste des « meilleures ventes en philosophie » publiée par Philosophie Magazine.

Je pourrais dire que ces questions de Hit parade sont vulgaires et que je suis au-dessus de cela, mais d’une part, cela rappellerait un peu trop les hommes politiques qui affirment haut et fort que les sondages leur sont indifférents quand leurs chiffres dans ces sondages deviennent par trop mauvais, et d’autre part, et plus essentiellement, les ventes de vos livres reflètent leur diffusion et la diffusion du coup des idées qui vous tiennent à cœur et auxquelles vous avez consacré d’énormes efforts pour les coucher sur le papier.

Je suis alors allé consulter le classement de mes livres sur Amazon.fr et j’ai eu là le plaisir de constater que mon livre le mieux classé dans les ventes n’est pas parmi les plus récents, comme La guerre civile numérique (Textuel 2011) ou Le capitalisme à l’agonie (Fayard 2011), dont j’ai souvent l’occasion ces jours-ci de parler à la radio, à la télévision ou dans des entretiens dans la presse – et dont j’ai pu constater pour le second qu’il est en vente dans les gares et les aéroports – mais Comment la vérité et la réalité furent inventées, publié en 2009 dans la Bibliothèque des sciences humaines chez Gallimard.

Pourquoi cela me fait-il plaisir ? Parce qu’une histoire de vie particulièrement chahutée m’a souvent conduit à écrire à propos de choses que je n’aime pas ou qui sont en tout cas très éloignées de mon tempérament. Alors que là, avec Comment la vérité et la réalité furent inventées, il s’agissait – comme je le souligne quelquefois – de « mon vrai métier » : celui dont je ne suis malheureusement pas parvenu à vivre, malgré de très longs efforts. Alors, aujourd’hui, en voyant cela : cette petite revanche sur le sort, eh bien, je suis heureux.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 3 JUIN 2011

La guerre numérique
« La guerre civile numérique » (Textuel 2011)
Le nécessaire et l’impossible
« Comment la vérité et la réalité furent inventées » (Gallimard 2009)
« Le prince et son image », documentaire de Hugues Le Paige (2010, 52 min.)
« Gallimard, Le roi lire », documentaire de William Karel (2011, 103 min.)

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 13 MAI 2011

Réglementation des positions nues sur CDS (Credit Default Swaps)

Spéculateurs

Le colloque à Paris sur l’anthropologie de la crise

Le débat à Saint-Etienne autour de « Comment la vérité et la réalité furent inventées »

Rappel : Comment la vérité et la réalité furent inventées, Avant-propos

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 13 MAI 2011

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

SAINT-ÉTIENNE, Autour des enjeux de « Comment la vérité et la réalité furent inventées », jeudi 12 mai à 10h00

JEUDI 12 MAI – ECOLE SUPERIEURE DART ET DESIGN DE SAINTTIENNE

Auditorium (Platine)

3 rue Javelin Pagnon, 42048 Saint Etienne

10h : Conférence / débat avec Paul Jorion, anthropologue et économiste Kader Mokaddem & Jean-Claude Paillasson, professeurs ESADSE

Autour des enjeux de « Comment la vérité et la réalité furent inventées ».

Le livre de P. Jorion reconstruit la généalogie de nos modes de connaissances fondées essentiellement sur une relation à la vérité et à la réalité par le biais d’une logique du discours. L’ouvrage s’efforce de montrer que notre rapport au savoir est une construction, voire une fiction, qui s’articule avec une organisation de notre représentation du monde par le biais d’une classification particulière des choses et des idées.

Le programme complet des trois journées, qui commencent demain mardi :

Continuer la lecture de SAINT-ÉTIENNE, Autour des enjeux de « Comment la vérité et la réalité furent inventées », jeudi 12 mai à 10h00

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

UN COMPTE-RENDU DE « COMMENT LA RÉALITÉ ET LA VÉRITÉ FURENT INVENTÉES »

Frédéric Keck recense Comment la vérité et la réalité furent inventées (Gallimard 2009), et deux autres ouvrages, dans une perspective bien particulière : l’actualité de l’œuvre de Lucien Lévy-Bruhl (1857 – 1939).

Cela s’appelle : « Les fantômes de Lévy-Bruhl ».

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps qu’il fait, le 26 février 2010

La bulle du conformisme, par Manuel Maria Carrilho

Feu en la demeure

Philippe Maystadt veut combattre la spéculation

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Comment la vérité et la réalité furent inventées – présentation de l’auteur

Passant sur Amazon.fr, j’ai trouvé pour mon livre un seul commentaire, disant ceci : « Paul Jorion se mêle de problématiques qui le dépassent visiblement. L’inspiration première de Jorion semble être les Mots et les Choses. Je conseille donc plutôt de lire directement ce dernier ouvrage. »

Comme il n’y a pas de droit de réponse sur Amazon.fr mais qu’il existe la possibilité d’afficher une vidéo, j’ai eu recours à Seesmic pour tourner une petite vidéo explicative.

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail