Archives par mot-clé : Annie Le Brun

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 20 OCTOBRE 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 20 octobre 2017. Merci à Marianne Oppitz et Pascale Duclaud.

Bonjour, nous sommes le vendredi 20 octobre 2017 et j’avais commencé ma vidéo (rires) et c’était… comment dire ? c’était un tel gâchis que je la recommence ! Qu’est-ce qui m’est arrivé ? Il m’est arrivé des choses qui m’arrivent parfois quand je commence ma vidéo : j’ai plein de choses à dire et elles interfèrent un peu trop dans ma pensée. Je pense à Lucien Tesnière, le linguiste, qui disait que nous avons beaucoup de mal déjà à faire des phrases parce qu’il y a plusieurs idées : il y a des petits ballons, il appelait ça des « stemma » qui se bousculent dans notre tête et nous essayons de passer ça sous le rouleau compresseur pour en tirer une phrase qui sorte à l’arrivée. Voilà ! Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 20 OCTOBRE 2017 – Retranscription

11Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le temps qu’il fait le 20 octobre 2017

Lucien Tesnière (1893 – 1954)
La Ronde (1950) de Max Ophüls
Arthur Schnitzler (1862 – 1931)
Emmanuel Todd : Où en sommes-nous ?
Yuval Noah Harari : Sapiens / Homo Deus
Paul Jorion : À quoi bon encore penser à l’heure du grand collapse ?
Annie Le Brun
Richard Thaler, « prix Nobel » d’économie 2017
Anthropocène / capitalocène

Positive Economy Forum : Le monde en 2517, Attali, de Rosnay, Jorion

3Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

CE N’EST PAS DIEU QUI NOUS SAUVERA ! – (retranscription)

Retranscription de Ce n’est pas Dieu qui nous sauvera !. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le samedi 22 novembre, et donc on est tout à fait en dehors de ma série qui se passe le vendredi, puisque j’avais fait une [vidéo hier], mais il m’arrive de me lever le matin, ou bien de prendre ma douche et qu’il y ait une idée qui me vienne et dont j’ai envie de parler. Parfois, ce sont des réflexions non abouties, et j’appelle ça « Paul Jorion pense tout haut », parfois j’ai une idée de quoi je veux parler, et alors je peux donner à mes réflexions un titre. Et aujourd’hui, je leur donnerai un titre, parce que je sais de quoi je voudrais vous parler. J’ai envie de vous parler de « Ce n’est pas Dieu qui nous sauvera ». Voilà. Qu’est-ce qui m’y a fait penser, eh bien, une convergence de mes réflexions sur Keynes qui sont en train de se terminer, parce que je vais mettre un point final à ce manuscrit sur Keynes, mais aussi la discussion que j’ai ouverte moi-même, je crois que c’était il y a un peu plus de quinze jours, sur le blog, à propos de ce film que je suis allé voir, comme je vous l’ai dit, simplement parce que j’en avais entendu une très mauvaise critique sur le site en ligne du journal Le Monde.

Continuer la lecture de CE N’EST PAS DIEU QUI NOUS SAUVERA ! – (retranscription)

14Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Le courage, à le bien prendre, n’est qu’une sorte de férocité… »


Eugène Delacroix, Chasse aux lions (esquisse)

Je me suis rendu hier soir dimanche à l’inauguration de l’exposition « Attaquer le soleil » au musée d’Orsay.
L’exposition est un monument d’intelligence. Elle nous montre une interprétation du monde qui s’instaure au XIXème siècle grâce aux peintres, aux sculpteurs et aux écrivains, dans le sillage de l’athéisme démesuré parce qu’absolu d’Alphonse Donatien marquis de Sade.

Annie m’a présenté à deux membres actuels de la famille de Sade, très fiers et à très juste titre de ce qu’elle est parvenue à réaliser. Si le marquis avait pu lui-même être là, il aurait lui aussi été très fier. Non pas qu’Annie Le Brun s’identifie véritablement au personnage (lui seul a pu le faire) mais parce que mieux que quiconque, elle a su saisir où il voulait en venir : démontrer que quand la poupée est cassée, il n’y a rien à voir ni à comprendre mais que l’on apprend tout ce qui mérite d’être compris en observant le couple constitué de la machine-homme qu’est la poupée que l’on casse et de la machine-homme en train de la casser. Devient visible à cette occasion l’écart vertigineux qui existe entre cette machine-homme et les contes de fées infinis qu’elle a été capable de broder à son propre sujet, et c’est une autre vérité qui transparaît : celle où, comme l’entendait le marquis, hommes, volcans, chutes d’eau, arbres centenaires, femmes, tourbillons géants, combats de lions, appartiennent tous à la même famille de phénomènes cosmiques n’ayant ni queue ni tête mais néanmoins époustouflants aux yeux des témoins tourmentés et sidérés que nous ne pouvons qu’être.

22Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 8 AOÛT 2014

Sur Dailymotion, c’est ici.

La vidéo de la semaine dernière : Le temps qu’il fait le 1er août 2014

… et sa transcription

Annie Le Brun : Soudain un bloc d’abîme, Sade (Jean-Jacques Pauvert 1986 ; Folio)

Principes des systèmes intelligents (1989 : 2012)

« Le secret de la chambre chinoise »L’Homme, 150, 1999 : 177-202.

Le surmoi

Sigmund Freud : Malaise dans la civilisation (1929)

Les « esprits animaux » de Keynes

« Le temps qu’il fait » le 22 février 2013 au Théâtre du Rond-Point

Comment la vérité et la réalité furent inventées (2009)

Le prix (2010)

 

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 20 JUIN 2013

Sur YouTube, c’est ici.

Le nombre de billets sur le blog reflète une accélération dans la réflexion
Roger Martin du Gard
L’invention du progrès
Le transhumanisme
La mémoire par l’écriture : une conscience « extérieure »
Annie Le Brun, Soudain un bloc d’abîme, Sade (1986)
L’athéisme « religieux »
La Révolution sociale (1800 – 1850)
Rousseau, Voltaire, les Encyclopédistes… n’ont pas offert de solutions clé en main
« Nous sommes les 1% »
« Abolissons nos privilèges »
Les déclarations de Pierre Condamin-Gerbier
Redonner du sens pour avoir envie d’arrêter la machine folle

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

VIVENT LES AVENTURISQUES !, par Annie Le Brun

Billet invité. Les trois pages qui suivent sont extraites du premier volume des Mémoires de Jean-Jacques Pauvert parus sous le titre La traversée du livre (Viviane Hamy 2004). Le texte cité in extenso dans ces trois pages a été rédigé par Annie Le Brun. Il a paru en juin 1968 dans le N° 4 de la revue surréaliste L’Archibras, publié clandestinement. Bien qu’aucun des articles de la revue n’était signé, les auteurs n’en ont pas moins été convoqués collectivement par la police pour répondre des chefs d’inculpation d’incitation au crime, atteinte au moral des armées et injures envers la personne du Chef de l’État ; ils bénéficièrent ensuite de la loi d’amnistie.

Continuer la lecture de VIVENT LES AVENTURISQUES !, par Annie Le Brun

7Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

ANNIE LE BRUN SUR LE MONDE, ET SUR LA VIE EN GÉNÉRAL

Asami Sato m’avait interviewé pour son site Yellowcultureclub, elle interviewe ici Annie Le Brun.

Il y a quelques mois à peine, je ne connaissais pas Annie Le Brun. C’est difficile à croire aujourd’hui car elle a fait en sorte que, de la meilleure manière qui soit, nous nous connaissions ; j’en ai parlé ici. Elle ne m’en voudra pas de révéler ici que si nous tentions avant le 25 février de changer le monde séparément, nous le faisons désormais ensemble (le monde n’a qu’à bien se tenir et… il en tremble le bougre !)

Fukushima, l’argent, les enfants, Facebook, la marchandise, le sport…

 

6Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail