Étiquette : David Graeber

  • David Graeber (1961-2020)

    J’ai rencontré David Graeber une seule fois, lors d’un colloque à Paris en 2011 intitulé Anthropologie de la crise du capitalisme contemporain.

    Jonathan Friedman, une connaissance alors déjà de longue date, ne m’en voudra pas de dire qu’il avait ramé pour réunir quatre intervenants, dont l’un a parlé de tout autre chose. Les anthropologues de la finance se comptaient sur les doigts d’une seule main et … difficilement.

    Le décès de David Graeber avant-hier est triste, il est mort à 59 ans, il aurait pu vivre bien davantage. J’ignore comme la plupart des gens la raison de son décès mais la façon dont il dit dans une vidéo, quelques jours avant que nous n’apprenions sa mort, qu’il est patraque mais que ça s’arrange, est particulièrement déchirante.… Lire la suite…

  • DEUX GRANDS CLASSIQUES DU COMPLOTISME OU CONSPIRATIONNISME, le 31 août 2018 – RETRANSCRIPTION

    Retranscription de Deux grands classiques du complotisme ou conspirationnisme. Merci à Éric Muller et Olivier Brouwer.

    Bonjour, nous sommes le vendredi 31 août 2018. Et aujourd’hui, le thème de ma causerie : Deux grands classiques du conspirationnisme ou complotisme.

    Voilà. Le premier, je vais vous le dire tout de suite, parce que c’est de ça que je vais parler, mais le second, je vais le laisser apparaître en conclusion, mais vous le reconnaîtrez à ce moment-là.

    Alors, le premier, c’est : « Les sondages d’opinions se trompent toujours. » Voilà. Vous allez voir, c’est assez systématique, il y a des gens qui répètent ça – j’allais dire, qui expliquent ça.… Lire la suite…

  • Allez voir le film de Ken Loach : « I, Daniel Blake » ! par Jacques Seignan

    Billet invité.

    Un grand film et un manifeste. Ken Loach ne voulait plus faire de films. La semaine dernière, passait sur Arte « Sweet Sixteen » (2002) et chaque fois nous voyons avec le même plaisir et la même admiration ces films pleins d’humanité et souvent pleins d’espoir (« La part des anges », 2012). Ce film est différent : on en ressort secoué.

    Lire la suite…

  • Sortir de l’esclavage financier par la compensation publique de l’intérêt, par Pierre Sarton du Jonchay

    Billet invité

    Le présent commentaire de l’oeuvre de David Graeber, Dette : 5000 ans d’histoire, est en même temps une interprétation du cours de Bernard Stiegler sur la République de Platon

    Anthropologie de la dette

    Dans « Debt, the first 5000 years » paru en 2011, David Graeber produit une histoire anthropologique de la dette depuis les origines de la civilisation humaine. A partir de son point de vue anarchiste assumé, l’actuel professeur d’anthropologie à la London School of Economy s’extrait du nominalisme juridique et technique de la modernité contemporaine pour décrire le phénomène de la dette dans sa réalité archéologique, sociologique, idéologique et métaphysique.Lire la suite…

  • LE VIF, « Jorion, Toussaint et d’autres appellent à imposer le capital et annuler des dettes » – 6 novembre 2013

    Le texte publié ici-même, « Annuler la dette ou taxer le capital : pourquoi choisir ? », est devenu un manifeste dont l’analyse et la liste des signataires – dont Paul Jorion – sont évoqués dans cet article du journal belge Le Vif

    (Belga) Plusieurs personnalités atypiques de la gauche belge, parmi lesquelles Paul Jorion, Thierry Bodson, Eric Toussaint, Vincent Decroly et Georges Henri Beauthier, plaident dans une tribune commune pour une politique combinant taxation progressive du capital et annulation de dettes jugées illégitimes.

    Evoquant ces deux voies censées permettre une réduction des inégalités – incarnées respectivement par l’économiste Thomas Piketty et le sociologue David Graeber-, les signataires se demandent « pourquoi choisir ».… Lire la suite…

  • Dette, 5000 ans d’histoire, de David Graeber, par Vincent Présumey

    Billet invité.

    Dette, 5000 ans d’histoire, de David Graeber, paraît en français aux éditions Les liens qui libèrent, deux ans après sa parution aux États-Unis où le livre a connu un succès significatif, accompagnant le mouvement Occupy Wall Street. L’auteur est un universitaire londonien qui s’inscrit dans le courant de pensée anarchiste entendu au sens large. Une bonne partie de ce succès d’édition, sans aucun doute un signe des temps et certainement un bon signe, s’explique par la préconisation faite en conclusion : ne plus payer la « dette publique ». Il s’explique aussi par le fait que c’est un livre agréable à lire et fourmillant d’informations et d’anecdotes toujours signifiantes et bien placées.… Lire la suite…

  • ANNULER LA DETTE OU TAXER LE CAPITAL : POURQUOI CHOISIR ?, par Thomas Coutrot, Patrick Saurin et Éric Toussaint *

    Billet invité. * Thomas Coutrot est membre du Conseil scientifique d’Attac, Patrick Saurin est un des porte-parole de SUD BPCE et Éric Toussaint est président du CADTM Belgique

    À l’occasion de la sortie de deux livres importants, Dette 5000 ans d’histoire et Le Capital au XXIème siècle, Mediapart a eu l’heureuse idée d’organiser une rencontre entre leurs auteurs respectifs, David Graeber et Thomas Piketty. Leurs échanges sont accessibles sur le site du journal en ligne[1].

    Comment sortir de la dette, cette question centrale posée en préambule à ce dialogue est également au cœur des réflexions et de nos activités militantes respectives.… Lire la suite…

  • L’actualité de demain : PIKETTY ET GRAEBER, DES ISSUES PAR LE HAUT, par François Leclerc

    Billet invité

    Alors que la lancinante question de la dette est une fois de plus de retour, mais cette fois-ci de l’autre côté de l’Atlantique, l’économiste Thomas Piketty et l’anthropologue David Graeber publient en France deux ouvrages (*) qui ont en commun de préconiser des solutions radicales. Le premier propose de lever un impôt mondial sur le patrimoine – occasion d’en faire l’inventaire détaillé – le second d’annuler une fois de plus la dette, en se référant à 5.000 ans d’histoire. Tous les deux s’inscrivent dans la perspective mondiale qui s’impose.

    Au vu de la dimension qu’elle a progressivement atteinte, la dette est globalement insoutenable, il faudra bien un jour en convenir, même tardivement.… Lire la suite…

  • DU CHEMINEMENT DE LA PENSÉE

    Un article dans le Guardian du 29 octobre, rapporte qu’Andrew Haldane, Executive Director of Financial Stability de la Banque d’Angleterre, considère que le mouvement Occupy Wall Street a raison : la répartition déséquilibrée du patrimoine aux États-Unis est la cause première de la crise née en 2007.

    Cette nouvelle m’a fait réfléchir à la manière dont les idées se transmettent. Je ne rapporte que des faits dans ce que je vais écrire maintenant.

    Quand je rédige de l’automne 2004 au printemps 2005 le manuscrit de La crise du capitalisme américain, qui paraîtra en janvier 2007 aux éditions La Découverte sous le titre Vers la crise du capitalisme américain ?Lire la suite…