Archives par mot-clé : Enron

LA POUSSIÈRE ACCUMULÉE SOUS LE TAPIS EMPÊCHE D’ENTRER DANS LA PIÈCE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

L’image de la poussière qu’on a repoussée sous le tapis en telle quantité et pendant si longtemps que l’on ne peut désormais plus entrer dans la pièce s’est imposée à moi à la lecture ce matin d’un article par David Enrich et Sara Schaefer Muñoz dans le Wall Street Journal, intitulé : « EU Lenders Kick Troubles Down the Road ».

Parce que – oui, vous allez être surpris – plutôt que de remettre en ordre leurs affaires grâce à la manne des mille milliards d’euros dispensée par la Banque centrale européenne dans le cadre de la Long-Term Refinancing Operation (LTRO), les banques européennes préfèrent contourner l’obstacle.

L’astuce la plus pittoresque mentionnée dans l’article est le prêt à l’abonnement des courses de taureaux en Espagne, la plus douteuse est la vente provisoire qui permet de gonfler et dégonfler les bilans selon les nécessités des déclarations de résultats.

Au sein de la zone euro, toutes les ressources de la comptabilité créative sont désormais mobilisées à l’échelle industrielle : retitrisation (on fait de la tête de veau toute neuve avec les restes invendables), « bad » banks filialisées, prêts « synthétiques » qui ne sont rien d’autre que des ventes fictives, montages divers permettant de déplacer le peu présentable vers le hors-bilan, etc.

Pour moi qui ai décrit toutes ces combines dans le livre que j’avais consacré à l’affaire Enron, je me croirais revenu à cette époque bénie des dieux pour la finance rapace. La crise présente est décidément enferrée dans le « plus ça change, plus c’est la même chose ».

Les notes confidentielles à l’intention des ministres des finances, qu’évoque François Leclerc dans son plus récent billet, signifient que l’on n’ignore rien du caractère malsain de la situation au niveau de la Commission européenne. Mais les ministres des finances européens se sont surtout montrés experts en surdité sélective au cours des années récentes. Attendront-ils une fois de plus que l’ardoise se monte à mille milliards d’euros avant de prendre les mesures qui s’imposent ?

C’était en quelle année déjà que M. Trichet à la tête de la BCE déclarait qu’il faudrait bien un jour prendre en compte la décote des prêts toxiques ? Non seulement on attend toujours, mais l’article du Wall Street Journal attire l’attention sur le fait que l’on repart à la vitesse du bolide dans la direction opposée.

Ah oui ! rappelons-le à l’intention de ceux qui auraient pu l’oublier : l’affaire Enron, ça s’était très mal terminé.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

LA FALAISE DE RISQUE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

La grande fragilité du système financier hypersophistiqué que nous avons en ce moment, c’est qu’il ne fonctionne raisonnablement bien que quand il est au top de sa forme. Il se trouve alors en haute altitude, mais sur une ligne de crête étroite. Plus la complexité augmente, plus la ligne de crête est étroite, et de chaque côté, c’est le précipice qui attend.

La globalisation a permis aux capitaux de se déplacer instantanément, d’un endroit où ils rapportent, à un autre où ils rapportent encore davantage. Mais, les chenaux qui permettent ce trafic ultra-rapide, sont également ceux qui tracent la contagion à venir quand les choses iront mal, et celle-ci pourra alors se répandre à la même vitesse supersonique.

La chute d’Enron avait illustré à notre intention, et à la perfection, la notion de « falaise de risque », quand la dégradation de sa notation de crédit par l’un des notateurs fut considérée par une autre agence de notation comme un événement significatif qu’elle devait refléter par une dégradation de la notation qu’elle accordait elle-même à la firme. La chute se précipitait du coup dans un processus autonome. Enron de son côté, s’astreignait à des engagements supplémentaires vis-à-vis de ses clients au cas où sa notation de crédit serait dégradée ou si la cote de ses actions s’abaissait en-dessous d’un certain niveau. Il s’agissait d’une garantie fort appréciée par ceux qui traitaient avec la compagnie. Le modèle était idéal tant que tout allait bien. Quand tout alla mal, on put constater qu’Enron avait inscrit de cette manière sa propre chute dans son business plan.

La machine infernale de la « falaise de risque » est maintenant partout et les chenaux qui répandront la contagion sont tracés à la surface de la planète finance avec une rigueur mathématique. Quant au high-frequency trading, il fera en sorte que le processus soit instantané.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

BFM Radio, lundi 27 septembre à 10h46 – Larry Summers

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Mercredi dernier, Larry Summers a annoncé sa décision d’abandonner à la fin de l’année son poste de directeur du National Economic Council, le groupe de conseillers économiques de Barack Obama.

L’atmosphère se détériorait lentement mais sûrement entre Summers et la Maison Blanche depuis que la relance à 775 milliards de dollars, dont il était le principal maître d’oeuvre, se révélait jour après jour n’avoir été qu’un pétard mouillé. On ne lui pardonne pas non plus d’avoir torpillé la « Volcker rule », l’interdiction pour les banques de spéculer sur fonds propres, « règle » dont seule une version résiduelle ã survécu dans le « financial overhaul ». Summers, de son côté, n’a paraît-il pas digéré que Ben Bernanke soit reconduit pour un second mandat à la tête de la Federal Reserve, la banque centrale américaine : il convoitait en effet le poste lui-même. Nous allons voir dans un noment pourquoi il était tout particulièrement qualifié pour cette fonction. Une autre raison est encore mentionnée pour la disgrâce de Summers, je ne la mentionne pas tout de suite, la gardant précieusement pour la fin.

Lawrence Summers naît sous des auspices favorables pour un futur éconmiste, ayant deux oncles prix (à la mémoire d’Alfred) Nobel d’économie : Paul Samuelson (le père de Larry Summers avait échangé son nom de Samuelson pour « Summers »), et Kenneth Arrow. Ses premiers travaux d’économiste sont consacrés à mettre en évidence que la taxation des revenus des sociétés et du capital sont contreproductives, il en va de même pour les allocations de chômage, dont il « prouve » qu’elles encouragent plutôt celui-ci. À la Banque Mondiale, dont il sera l’économiste en chef de 1991 à 1993, il est l’auteur d’un memorandum qui deviendra instantanément fameux, où il défend l’idée que le tiers-monde étant sous-peuplé, il est aussi sous-pollué et qu’il est donc rationnel d’un point de vue économique que les pays industrialisés y exportent leurs déchets toxiques.

Ministre des finances (Secrétaire au Trésor) de Bill Clinton de 1999 à 2001, Summers se distingue entre autres en mettant son veto, aux côtés d’Alan Greenspan et de Robert Rubin – prédécesseur de Summers aux finances –, à une réglementation des produits dérivés, en étant aussi l’artisan de la suppression du Glass-Steagall Act, la loi qui avait en 1933 interdit aux banques commerciales de se livrer concurremment à des activités de banques d’affaires et en particulier de spéculer sur fonds propres, en ayant aussi forcé la Californie à déréguler son secteur de l’énergie, campagne menée aux côtés de Ken Lay, patron d’Enron, à une époque où cette société menait sur ce même marché – on le sut après sa chute – une fraude à très grande échelle.

Summers fut ensuite de 2001 à 2006, président de l’université de Harvard, poste dont il fut révoqué par un vote des enseignants et des étudiants, en raison d’une série d’« incidents », dont les principaux furent la perte d’un milliard de dollars subie par l’université à la suite d’un swap de taux dont il avait supervisé la mise au point et l’application, son utilisation de fonds appartenant à l’université pour éponger les amendes et restitutions auxquelles fut forcé son ami l’économiste Andrei Shleifer, inculpé de délit d’initié pour avoir joué sur la bourse de Moscou à l’époque où il était l’un des principaux conseillers dans le processus de privatisation et de libéralisation des marchés financiers russes, enfin, last but not least, pour avoir défendu dans une allocution consacrée à la sous-représentation des femmes dans la recherche scientifique, l’hypothèse d’une certaine incapacité à posséder une intelligence supérieure, comme étant la plus plausible.

Voilà donc, brossé en quelques traits, le portrait de l’homme choisi par Barack Obama comme principal conseiller économique à l’époque où circulaient également, comme noms de candidats éventuels, ceux de Joseph Stiglitz et de Paul Krugman – soit dit en passant, les principaux critiques des travaux « scientifiques » de Summers. L’annonce avait eu lieu avant même qu’Obama, fraichement élu, n’entre en fonction. Certains commentateurs – dont votre chroniqueur – en avaient conclu (1) – allez savoir pourquoi – qu’Obama était d’ores et déjà fini.

Avant que je n’oublie, et pour conclure, quelle est la dernière raison avancée par Obama pour le remplacement de Summers à la tête du National Economic Council ? « La nécessité pour lui, dans cette période pré-électorale (« midterm elections » du 2 novembre), d’avoir à ses côtés une personnalité plus sensible aux préoccupations du monde des affaires ». On est aux États-Unis, cela ne s’invente pas.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

=======
(1) Dans mon billet de février 2009, intitulé Rideau !.

Partager :

BFM Radio, lundi 15 mars 2010 à 10h46 – La fraude ordinaire

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Le gros rapport publié la semaine dernière sur la fin de Lehman Brothers a créé la surprise. Les choses qu’on y découvre ont un parfum de déjà vu. Et ce qu’on a déjà vu a un nom dont la plupart se souviennent, c’est Enron, la compagnie « modèle », septième entreprise aux Etats-Unis en son temps, spécialisée dans le négoce de l’énergie qui, en 2001, s’effondra en quelques semaines.

Quand Enron est tombée, les écrans de fumée se sont dissipés et on a découvert qu’au-delà des jeux de miroirs, il n’y avait pas grand-chose. Le rapport de 2 000 pages, mandaté par ceux qui ont perdu des plumes dans la faillite de Lehman Brothers, révèle que, pour ce qui touche aux tripatouillages de sa comptabilité, la quatrième firme de Wall Street n’avait rien à envier à Enron. Quand la fin du trimestre financier approchait, on déguisait un « repo », une mise en pension de titres, en une vente, et on améliorait de cette façon le bilan de 50 milliards de dollars environ. Une fois les chiffres publiés, on rapatriait la dette et on rendait les sous. Ça arrangeait tout le monde : les investisseurs étaient contents, la notation de crédit était dopée, et quand cela a commencé à sentir le roussi, la direction de Lehman a pu dire sur un ton d’autorité, que la firme avait pris des mesures draconiennes pour réduire son endettement. Elle ne l’avait pas fait, et n’avait aucune intention de le faire. Entre le début de ses ennuis et sa faillite, Lehman est même arrivé à multiplier son exposition au risque, par trois.

Et ces manipulations étaient légales. Enfin presque. Lorsque de nouvelles règles de comptabilité furent mises en place aux Etats-Unis en 2000, une équipe chez Lehman s’est mise au travail pour trouver comment les contourner – ce n’est pas exactement ce qu’on appelle : « respecter l’esprit de la Loi ». Comme la combine trouvée était trop grosse pour l’Amérique, on s’adressa à un cabinet d’avocats à Londres, prêt à jurer qu’une fausse mise en pension était parfaitement légale en Angleterre, on trouva aussi – comme dans le cas d’Arthur Andersen avec Enron – une grande firme d’audit prête à détourner la tête le temps qu’il faudrait à la fin de chaque trimestre.

Certains commentateurs s’empressent de dire que l’opération « Repo 105 », parce que c’étaient les 105 % de collatéral qui permettaient de faire passer la mise en pension pour une vente, était une invention originale de Lehman Brothers. Mais qui mettrait la main au feu que rien de tel n’existait dans les comptes de Bear Stearns, qui avait précédé Lehman dans sa chute de très peu ? Et je ne parle encore là que des morts ! Combien d’autres Enron parmi ceux qui sont toujours en vie ?

Pourquoi le font-ils ? Vous savez très bien ce qu’ils diraient : « Parce que les autres le font, et que ce serait un tel handicap pour moi si je ne le faisais pas : je ne m’en sortirais jamais ! » Ce genre d’arguments, on l’a beaucoup entendu ces deux dernières années : « Si on l’interdit ici : d’autres le feront ailleurs », sous-entendu : « D’autres… et moi y compris ! ». N’empêche, même si c’est vrai, on aimerait bien entendre de temps à autres, la phrase qui présente ce genre d’arguments, précédée par : « Je sais que c’est malhonnête mais… » Mais ce « Je sais que c’est malhonnête… », on ne l’entend en réalité jamais. Et c’est pourquoi le meilleur terme pour ce qui vient d’être découvert à propos de Lehman Brothers, c’est : la « fraude ordinaire ».

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :