Archives par mot-clé : exil

Où l’on reparle d’exil pour Trump


* Billet cité dans Le Vif, le 5 janvier à 13h13, L'exil en Écosse pour Donald Trump ?, par Thierry Denoël

The Guardian, le 4 janvier 2021, Official plane used by Trump will fly to Scotland just before Biden inauguration – report : Un avion officiel utilisé par Trump s’envolera pour l’Écosse juste avant l’inauguration de Biden.

Scotland’s Sunday Post has reported that Prestwick airport, near Trump’s Turnberry golf course resort, has been told to expect a US military Boeing 757 that has occasionally been used by Trump, on 19 January.

Vous vous souvenez peut-être de ça : que réfléchissant à ce qu’on aurait fait dans le monde antique, j’avais proposé qu’on offre à Donald Trump l’option de l’exil (pour éviter qu’il ne pose des gestes désespérés comme seule option lui restant pour éviter la prison).

C’était le 26 septembre 2020.

“If we wish to be spared a coup led by the current President I think it is essential that he needs to be offered as an alternative to the long time spent in jail that he is promised now that he is guaranteed the option of exile”.

“Si nous souhaitons que nous soit épargné un coup d’État ayant le président actuel à sa tête, il me semble essentiel que lui soit offerte une alternative à la longue peine de prison qui lui est maintenant promise, que lui soit garantie l’option de l’exil.”

Partager :

L’anaphore du Maître rationnel, par Jacques Seignan

Billet invité.

On lit dans Le Monde du 10 mars 2014 : « De plus en plus de jeunes quittent la France ».

Cette constatation sociologique –  nouvelle pour la France – se prête à diverses interprétations. D’aucuns se réjouissent : « Ces jeunes, ils finiront par revenir ! »

Mais est-ce si sûr ?

On sait que près d’un quart des jeunes de moins de vingt ans sont au chômage ; que leur précarité est devenue la norme ; que les loyers inabordables les obligent, devenus adultes, à rester chez leurs parents ; que les embauches se font à plus 80% en CDD… Cette liste inacceptable est si longue ! On peut en conclure que pour un jeune, le choix de quitter la France, quand l’avenir est à ce point bouché, est rationnel. C’est d’ailleurs pour des raisons analogues (la recherche d’une vie plus digne) que des millions d’Européens ont peuplé l’Amérique du Nord.

Tous les acteurs de la société obéissent à leurs propres intérêts immédiats de façon rationnelle sans pour autant qu’en émerge une rationalité bénéfique pour la société toute entière. Est-il rationnel de former des étudiants de haut niveau et les voir ensuite partir ? Est-il rationnel de sacrifier et précariser une génération entière ?

Mais il y a une féroce rationalité dominante et ceux qui l’appliquent sont extrêmement bien payés pour ces basses missions.

Continuer la lecture de L’anaphore du Maître rationnel, par Jacques Seignan

Partager :