Piqûre de rappel : Si l’on veut éviter le coup d’État aux États-Unis…, le 26 septembre 2020

Je renouvelle mon appel, plus pertinent à chaque jour qui passe…

Sur le blog en anglais

Si l’on veut éviter que Trump ne fomente un coup d’État, il faut lui offrir une alternative à la prison qui le guette s’il perd l’élection présidentielle : il faut lui garantir l’option de l’exil.

Partager :

36 réflexions sur « Piqûre de rappel : Si l’on veut éviter le coup d’État aux États-Unis…, le 26 septembre 2020 »

    1. L’élection Mmmmm, ce n’est pas la question en fait.

      Le problème c’est qu’à l’instant où il realisera sa mort politique, il déclenchera tout l’Armageddon dont il est capable. ( on y est ou presque )

      Il faut donc lui offrir une issue.

      Et ne pas sous estimer une fois de plus, sa capacité de nuisance.

      1. ” mort politique”
        ces mots avec ma définition de la politique combiné à la définition de l’homme chez Aristote ça devient hot.
        On va dire sociale juste. D’où l’exilé recommandé plus haut.

        1
  1. Au Parti Démocrate (son candidat) de s’engager, dès maintenant!
    Proposer un vote, en novembre, allant dans ce sens, au Congrès des Etats-Unis d’Amérique.

    1. Le Brésil , en lui réservant une place dans une des fosses communes d’enterrement des victimes de la Covid .

      1. Il est déja gueri vous ne le saviez pas ? De toute façon il doit avoir au moins un sosie près à prendre le relais en cas de coup dur

        1
  2. @Paul, l’exil serait une forme non-violente que l’on peut offrir à Monsieur Trump qu’il soit élu ou non. Ce serait ainsi un ressortissant américain placé à résidence avec sa famille bien entendu.
    .

    1. Exact , et il se pourrait bien que ce soit la maison blanche madame , sinon je vois pas pourquoi on s’agite sur ce sujet étant donné qu’on a aucune espèce d’influence sur ce vote , pour le coup on est spectateurs et pas acteurs

  3. Une petite erreur de dosage dans les injections qui le maintiennent sur pied, et il rejoindra Al Capone dans un exil psychiatrique.

    1
    1. Excellent article ! Le titre résume bien ce que je pense et essaye de dire depuis des mois. Mais sur Trump, des qu’on sort de la diabolisation béate, on n’est plus audible.

    2. Alors ayons un cauchemar. En 2022, Cyril Harouna se présente aux présidentielles. Il bouscule toutes les prévisions. Il fait référence à la candidature de Coluche avant lui. De nombreux électeurs du FN et de nombreux abstentionnistes déclarent qu’ils vont voter pour lui. De nombreux gilets jaunes aussi. Quelques chaînes de TV déroulent le tapis rouge pour lui.
      Quel programme ? quelle politique sociale, quelle politique étrangère ? C’est très vague. Il promet de réindustrialiser la France, de créer des millions d’emploi.
      Un mouvement est créé et est très actif. ON se demande qui va le conseiller. On surveille ses fréquentations. On le voit dîner avec des gens du FN, mais aussi des écologistes et des gens de LFI. Il parle soudain d’agriculture. Il prétend lire le blog de Paul Jorion et de Jancovici… mais aussi bien d’autres.
      (Je vous laisse deviner la suite…).

  4. La France possède la tradition maintenant établie d’offrir une paisible retraites aux dictateurs africains qui l’ont bien servi, mais avec l’âge devenus infréquentables et quelque peu sanguinaires dans la répression. Ils étaient parfois surnommés les”Rois Négres”. Pas seulement africains, d’ailleurs. Les Caraïbes n’étaient pas oubliées…

    Il me semble que la France offrant à Trump une retraite du même genre ferait honneur à ses traditions d’hospitalité. Il n’échappera à personne qu’agissant ainsi serait réduire les USA au niveau d’une ex-colonie bananière. Côté corruption et anéantissement de la culture, c’est déjà bien en train. (Je regrette que ces comparaisons soient en apparence désobligeantes pour nos amis africains. Leurs cultures est autrement vivaces. Quant à la corruption, c’est un legs imposé.) Cette triste réalité sera probablement un tournant symbolique dans la perception des choses de ce monde. Tout bouge et ce qui était en haut se retrouve inévitablement très bas. Justice, divine et éternelle.

    Reste la question. Où placer cet ex-encombrant personnage, condamné à l’effacement et à l’oubli?
    Vu que ses habitudes d’ultra-consommation ne vont pas baisser d’un coup, sa présence pourrait être un tremplin pour l’économie d’un petit village. Avec un peu de chance sa pension de retraite sera maintenue. Ce sera un pactole.
    Ça vaut bien une petite industrie locale, avec moins d’inconvénients.

    Je propose donc, ma chère Bernadette, que votre village du Sud-Ouest l’accueille. A vous lire depuis plusieurs années , votre village est apparemment bien placé, même si isolé par des moyens de transport défaillants, un avantage dans ce cas. En un mot, c’est la garantie d’un renouveau. Je puis en témoigner. En Haute-Savoie, nous avons eu notre lot et personne à ma connaissance n’a élevé de plaintes, sauf quelques mauvais coucheurs. Cependant, au début, la horde de journalistes, TV et radio peut créer des désagréments, en définitive mineurs. Et c’est bon pour les taxis et hostelleries.

    Qu’en pensez-vous? Il ne faudrait pas plus qu’une maison simple et confortable…

    1. @Daniel, le petit village où je reside n’a aucun moyen de transport et les habitants pour aller chercher leur pain ont besoin de leur véhicule. J’ai rêvé une nuit que j’allais avec un bus faire les magasins à la vieille de Noël avec ma petite petite fille. Je ne pense pas que mon village puisse exiler l’ancien président des USA. Ce monsieur a besoin d’être exilé sur une île déserte où l’obligation de pêcher, de chasser pour se nourrir serait une bonne chose pour lui.

  5. Le mot exil, exilé sonne bien.
    Napoléon mis à part, depuis Sénèque et Ovide jusqu’à Soljénitsyne on trouve beaucoup de gens sympathiques…

    Faut faire passer “le message” à Trump et le convaincre que le roi des tweets doit absolument passer par cette case.

    Une rédaction… collective ?

    1. Il est exact que “exilé” sonne mieux aussi au cœur de celui ou celle qui se retrouve loin de chez lui .

      Je me souviens avoir lu un témoignage d’un réfugié espagnol en 1939 , en France , qui expliquait comment lui , que la majorité des français qualifiaient de ” réfugiés” ( et un peu plus tard “d’étrangers ” ) comme ses compagnons d’exode , avait aimé la vielle fermière du sud du massif central où il avait finalement trouvé travail et refuge , car elle l’appelait “l’exilé” , ce qui lui rendait son passé et son histoire .

      1
      1. Oui, beau comme l’Enéide, beau comme ce qu’en disait cette autre exilée Hannah Arendt, de sa langue maternelle, son seul vrai pays…

  6. Je pensais aussi à l’île d’Elbe. Et pas de Twitter sur cette île : En tant que réfugié “politique” il devrait s’abstenir de toute activité de ce type.

    1. Yvan Andouard , dans une veine comparable , écrivait : ” plus que d’un pays où habiter , j’ai besoin d’un pays où revenir” .

  7. Cette élection est ubuesque, Trump disjoncte de plus en plus, il agit en gamin frustré avec ses tweets qui n’ont plus aucun sens, sa folie devient de plus en plus forte , qui sait jusqu’où il peut aller , prêt a tout detruire visiblement et il va vraiment entrainer dans sa chute le parti républicain. Je sais qu’il a encore une base qui le soutient sur toutes ses dérives mais esperons que les plus lucides verront à temps que cet homme est malade mentalement. Si il gagne alors ce pays ne mérite pas qu’on le soutienne. Les Americains iront a leur perte en ayant été consentants.
    Cette histoire de guerison du covid en 3 jours est aussi grotesque soit il a simulé soit il ment sur son état.

    Pouvez vous nous expliquer ce que veut faire Pelosi avec ce 25 e amendement ?

    1
    1. Elle ne peut pas faire grand-chose : l’invoquer est une tâche confiée jusqu’ici au cabinet du Président. Elle peut proposer qu’on change la constitution pour que ce soit un groupe élargi qui en prenne la décision. Mais … ce n’est pas demain la veille;..

      1. @paul,
        Vous aviez soumis l’idée anthropologique de reprendre à zero. Nous sommes en 2020 qu’en est il aujourd’hui ?
        Au plaisir de vous lire en français qui est ma langue maternelle.
        Expliquez vous !

        1. En relisant ce texte Reprendre à zéro, je m’aperçois que j’en ai fait dès cette époque : 1986, ma propre feuille de route. En fait, ce à quoi j’appelais, c’était très exactement ce avec quoi je renoue en ce moment sous le nom d’anthropologie interculturelle : une réflexion anthropologique où un nombre égal de questions sont posées sur la signification du regard qui observe que sur celle de ce qui est observé (rien à voir avec les cultural studies).

      2. @Paul Jorion :

        C’est possible ça ? Sous quelles conditions ?

        Moi je n’y parviens qu’en me regardant dans le miroir .

    2. Oui, le Covid 19 ou l’art de se refaire une santé avant des élections délicates!? Cet OVNI politique risque d’exploser en plein vol, son carburant est très instable pire que la nitro…
      Attention aux dégats collatéraux!!

    3. Mike Pompeo vient d’annoncer la déclassification des fameux mails d’Hillary Clinton , ils devraient être divulgués d’ici peu !

  8. @Paul,
    1ere proposition : Mettre en commun les outils intercommunaux (tracteur, faucheuse,
    Autobus scolaire, etc…) de façon à ce que chaque commune n’achète pas. Le canton sur lequel je vis est compose de 18 communes. C’est une communauté intercommunale.
    2eme proposition : Mettre à la disposition des habitants une partie du matériel
    Et puis bien autre chose…n

    .

    1. Elinor Ostrom (prix nobel d’économie) tire 8 principes fondamentaux de bonne gouvernance d’un bien commun. Dans un des principes, les usagers ‘(différent de l’état)’ mettent en place et modifient les règles ‘(et nul autre)’. Tout va dépendre de ce que l’on regroupe dans ce concept de “bien commun”, je pense que l’énergie, les matières premières (l’eau et l’air compris), les moyens de production (à différentes échelles), les monnaies devraient au moins en faire partie.

Les commentaires sont fermés.