L’anaphore du Maître rationnel, par Jacques Seignan

Billet invité.

On lit dans Le Monde du 10 mars 2014 : « De plus en plus de jeunes quittent la France ».

Cette constatation sociologique –  nouvelle pour la France – se prête à diverses interprétations. D’aucuns se réjouissent : « Ces jeunes, ils finiront par revenir ! »

Mais est-ce si sûr ?

On sait que près d’un quart des jeunes de moins de vingt ans sont au chômage ; que leur précarité est devenue la norme ; que les loyers inabordables les obligent, devenus adultes, à rester chez leurs parents ; que les embauches se font à plus 80% en CDD… Cette liste inacceptable est si longue ! On peut en conclure que pour un jeune, le choix de quitter la France, quand l’avenir est à ce point bouché, est rationnel. C’est d’ailleurs pour des raisons analogues (la recherche d’une vie plus digne) que des millions d’Européens ont peuplé l’Amérique du Nord.

Tous les acteurs de la société obéissent à leurs propres intérêts immédiats de façon rationnelle sans pour autant qu’en émerge une rationalité bénéfique pour la société toute entière. Est-il rationnel de former des étudiants de haut niveau et les voir ensuite partir ? Est-il rationnel de sacrifier et précariser une génération entière ?

Mais il y a une féroce rationalité dominante et ceux qui l’appliquent sont extrêmement bien payés pour ces basses missions.

Bien que n’utilisant pas de scooter, je peux m’exprimer avec une anaphore. La voici :

« – Pour moi, Grand Patron Néolibéral, il est rationnel de ne pas octroyer de CDI, d’imposer mes conditions de bas salaires à l’embauche car je joue sur la concurrence entre des centaines de candidats ;

– Pour moi, Grand Patron Néolibéral, il est rationnel d’exploiter des stagiaires comme une main-d’œuvre corvéable à merci car je baisse mes coûts salariaux ;

– Pour moi, Grand Patron Néolibéral, il est rationnel de dire à mes salariés mécontents (y compris mes cadres) de se taire ou d’aller voir ailleurs car des milliers attendent à la porte ou bien plus loin ;

– Pour moi, Grand Patron Néolibéral, il est rationnel de toujours gagner plus, de distribuer toujours plus de dividendes  même si les résultats de mon entreprise baissent car mes actionnaires le veulent (et mes bonus m’y incitent) ;

– Pour moi, Grand Patron Néolibéral, il est rationnel d’exiger la baisse des charges et surtout de ne pas me stresser (je suis si sensible !) car c’est l’avenir compétitif-concurrentiel-performant du pays qui est en jeu dans la mondialisation-globalisation blablabla… »

Nous savons aussi qu’il y a de simples patrons qui ne sont pas néolibéraux et leur rationalité est différente ; beaucoup survivent et parfois voient leurs efforts ruinés par des rapaces financiers et spéculateurs, joueurs fous de Monopoly qui peuvent vendre, acheter ou éliminer leur entreprise.

Oui, vous tous, jeunes Français, jeunes Anglais, Irlandais, Espagnols … jeunes Européens qui vous exilez, vous avez bien des raisons de partir mais n’oubliez pas qu’il y a aussi une rationalité à rester pour se battre contre un système absurde et féroce !

Partager :