Étiquette : Fannie Mae

  • L’actualité de demain : QUEL MONDE ! MAIS QUEL MONDE ! par François Leclerc

    Billet invité.

    Le club restreint des traders sur le marché monétaire est bien sombre, après avoir déjà vu le nombre de ses membres diminuer en raison de l’essor des transactions électroniques. Ne pouvant en faire autant avec les ordinateurs et les algorithmes, plus de dix d’entre eux ont été suspendus par leurs banques respectives, dans le contexte de l’enquête qui se poursuit à propos de nouvelles manipulations présumées. Cela commence toujours comme cela. La liste des banques susceptibles d’avoir mis la main dans le pot à confiture s’allonge, JP Morgan Chase et Citi venant de rejoindre la Deutsche, UBS, Crédit Suisse, Barclays et RBS.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise : DÉSESPOIR DE CAUSE, par François Leclerc

    Billet invité.

    Il y a des fois où, comme on ne sait plus quoi faire, on se résout faute de mieux à des expédients. Les exemples ne manquent pas en ce moment.

    Attendant que se concrétisent des aménagements adoucissant sa peine, après avoir plongé dans l’austérité le pays, le gouvernement grec tire le diable par la queue, n’ayant accès au marché obligataire qu’à court terme et à des taux très élevés. Il coule donc les yeux doux à la diaspora, nombreuse de 7 millions d’âmes, le pays en comportant 11 millions. Un emprunt qui leur serait réservé est à l’étude, d’un montant qui pourrait être selon le quotidien Kathimerini d’un milliard d’euros, à échéance de moins de 10 ans, et selon des taux inférieurs à ceux du marché.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise: les banques centrales, dernier ressort, par François Leclerc

    Billet invité.

    LES BANQUES CENTRALES, DERNIER RESSORT

    La BCE a fait ce qu’il fallait jeudi dernier pour que le remboursement des 442 milliards d’euros qu’elle attendait se passe au mieux. Elle a offert en substitution de nouvelles facilités à trois mois, afin de permettre aux banques de rouler leur dette, et si possible de l’éteindre progressivement. Il a en effet été discrètement annoncé que ces émissions illimitées de liquidités à plus court terme allaient se succéder sans interruption d’ici à la fin de l’année. On respire.

    Il n’y avait donc pas de quoi s’alarmer, mais ce non événement donne matière à analyse.… Lire la suite…

  • L’actualité de la crise: le marché monétaire atteint, par François Leclerc

    Billet invité

    LE MARCHE MONÉTAIRE ATTEINT

    A un rythme choisi, mais suivant des modalités qui convergent, les gouvernements européens s’engagent dans la voie d’une austérité injuste, que l’on n’appellera pas rigueur, car elle est tout sauf rigoureuse.

    Laissons à l’OCDE, célèbre pour sa pantalonnade à propos de la radiation les uns après les autres des paradis fiscaux de la liste de la honte, le soin de mettre les points sur les « i ». Présentant un rapport sur l’économie Française, son secrétaire général Angel Gurria a dit aujourd’hui tout haut ce qui n’est encore exprimé que mezzo voce dans la plupart des capitales européennes.… Lire la suite…

  • Le Monde – Économie, lundi 5 – mardi 6 avril 2010

    Le fil rouge

    Subprimes, tarissement du crédit, Lehman Brothers, Grèce, CDS, avenir de l’euro, la presse suit à la trace les catastrophes devenues quotidiennes mais malheureusement, selon l’expression consacrée : « le nez dans le guidon ». Le risque est grand quand l’attention n’est accordée qu’au coup par coup, que les arbres ne finissent par cacher la forêt et que le fil rouge mortifère du risque systémique ne devienne lui invisible.

    Pourtant le fil rouge est là, qui relie la suite de ces événements, et pour en faire la preuve, le fait que chacun était déjà en pleine lumière – les projecteurs braqués sur lui – quand eut lieu la précédente catastrophe.… Lire la suite…

  • BFM Radio, lundi 1er mars 2010 à 10h46

    En Amérique, les choses ne sont pas en train de s’arranger

    Les choses ne sont pas en train de s’arranger. Et les temps ont changé : on avait pris l’habitude de vivre dans des contextes de bulle financière, et ce n’est plus le cas. Dans un contexte de bulle on peut continuer sans danger de croire que la finance est autorégulée. On peut croire aussi que le risque n’existe plus, qu’il a été réduit en poudre et que de cette manière il a été neutralisé. Quand la bulle éclate, on constate avec consternation que les choses ne s’arrangent pas d’elles-mêmes et que le risque s’est au contraire concentré : parce que son invisibilité momentanée en faisait une excellente affaire.… Lire la suite…

  • Escroquerie à la Réserve fédérale : de Bernanke à Bernankoff ?, par Onubre Einz

    Billet invité. Vous avez été plusieurs à me signaler ce billet. Je me suis adressé à son auteur, Onubre Einz, lui demandant le droit de le reproduire ici, ce qu’il m’a très aimablement autorisé de faire. Comme il le dit sans ambiguïté : il ne s’agit que d’une hypothèse.

    Dans un post récent, nous émettions des doutes sur la politique financière des USA ; les achats de bon du Trésor des USA nous servaient à exprimer de lourdes interrogations sur les acheteurs des bons émis, la thèse de l’achat en sous-main des titres nous paraissait plausible. La démarche que nous avons initiée est poursuivie ici en prenant pour base un examen serré des comptes de la Réserve fédérale (Fed).… Lire la suite…

  • Fannie, Freddie et la deuxième mort d’Alan Greenspan

    Ce texte est un « article presslib’ » (*)

    L’un des commentateurs du blog a fait la remarque facétieuse que s’il y a bien une preuve que je suis un anthropologue et non un économiste, c’est le fait que mes prédictions se vérifient.

    Parmi celles-ci, la suivante a reçu un sérieux coup de pouce jeudi soir, alors que les réveillonneurs, ignorant que le monde était en train de changer, se mettaient à table :

    Le plus fascinant sans doute est que c’était le petit tango que la Chine et les États–Unis dansaient ensemble depuis quelques années qui avait conduit là l’Amérique.

    Lire la suite…

  • L’actualité de la crise: une addition dans les moyens, ni des uns ni des autres, par François Leclerc

    Billet invité.

    UNE ADDITION DANS LES MOYENS, NI DES UNS NI DES AUTRES

    La nouvelle est tombée, non pas à l’heure du laitier, mais en pleine nuit de Noël. Le gouvernement américain a accordé une garantie financière illimitées pour leurs pertes actuelles et futures à ses deux Governement-sponsored entreprises (GSE), Fannie Mae et Freddie Mac, déjà nationalisées de fait. Cette garantie est valable pour les trois prochaines années, alors que celle qui était en vigueur venait à échéance le 31 décembre et était plafonnée à 200 milliards de dollars pour chacune des deux GSE. A ce jour, 111 milliards de dollars ont été utilisés, à elles deux.… Lire la suite…