Archives par mot-clé : Hart boven Hard

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 FÉVRIER 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 12 février 2015. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 13 février 2015. Et si vous avez suivi un petit peu ce qui se passe ici sur le blog, et en particulier les vidéos que je fais le vendredi, et qui s’appellent donc « Le temps qu’il fait », vous avez pu voir qu’au cours des, je ne sais pas, au cours de la dernière année, au cours des derniers 365 jours, j’ai tenu un discours de plus en plus, j’allais dire « désabusé », le mot n’est peut-être pas tout à fait incorrect, mais un discours qui consistait à dire essentiellement : « Nous continuons ici un combat dont nous ne connaissons pas l’issue, et pour lequel nous voyons que le public n’a pas un intérêt très grand ; quoi qu’il arrive, quelle que soit la réception qui est faite ou non des idées que nous défendons ici, nous continuerons à [les] défendre. » Il m’est venu l’image du dernier carré à plusieurs reprises.

Et puis donc, ce n’était pas, je dirais, une perspective d’« à quoi bon », – bon, le découragement n’est pas l’image de marque du blog de Paul Jorion ! – mais de dire, eh bien, nous prêchons dans le désert mais nous continuerons à prêcher dans le désert !

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 13 FÉVRIER 2015 – (retranscription)

Partager :

Il n’est d’autres voies que l’action politique, par Michel Leis

Billet invité.

La multiplication des manifestations ces dernières semaines dans plusieurs pays européens illustre à l’envie l’autisme des gouvernements que j’évoquais dans un précédent billet. La réaction du premier ministre italien aux grandes manifestations du 12 décembre est symptomatique : « La grève générale est un moment de protestation d’une grande importance. Nous avons beaucoup de respect à son égard, même si je ne partage pas ses motivations. Bon travail à qui travaillera et bonne chance à qui fera la grève ».  La forme est dans la droite ligne du cynisme qui se pratique volontiers chez certains hommes politiques de droite qui se sont fait élire sous une étiquette de gauche. La droite a des réactions plus variées. La condamnation sans appel de la grève générale en Belgique par un Bart de Wever est assez classique, elle invoque un argument habituel de la propagande, la désinformation par la partie adverse, ce qui ne manque pas d’ironie quand on voit la place prise par le « TINA » dans les médias. Autre classique des politiques, ces réactions hypocrites qui appellent à la responsabilité de chacun et au dialogue social, mais reste-t-il encore quelque chose à discuter face à la conviction des élites ? L’autisme des gouvernements européens questionne aussi les modes d’actions et de protestation.

Que les syndicats soient à la tête de la lutte contre des mesures qui auront un impact sur le pouvoir d’achat, la protection sociale et le droit du travail, quoi de plus normal ? Les mobilisations importantes rendent visible le mécontentement d’une fraction importante de la population, c’est leur grand mérite et une nécessité. Pourtant, au fils des ans, on voit bien que si recul des gouvernements il y a, celui-ci n’est que temporaire. Ce qui n’est pas fait par la loi du jour sera mis en place par la loi du lendemain. Le refus du traité européen par la population française et sa ratification sans autre forme de procès après quelques changements cosmétiques en fut l’exemple le plus flagrant. Les batailles qui se succèdent en Europe ressemblent à ces combats d’arrière-garde, on résiste sur quelques points, mais les petites réformes qui passent au détour d’un amendement rendent bientôt intenables les positions défensives. Cette situation est le résultat d’un enchevêtrement de rapports de forces et de situations particulières.

Continuer la lecture de Il n’est d’autres voies que l’action politique, par Michel Leis

Partager :

En revenant de la manif, Bruxelles, le 6 novembre 2014, par Vincent Fagnoul

Billet invité.

Ce matin à sept heures, j’ai quitté ma campagne et ma solitude pour participer, pour ne pas renoncer. J’ai bien fait.

Mon action n’a pas été spectaculaire. Dans le train, j’ai discuté debout avec un monsieur de quatre-vingts ans qui comme moi ne peut accepter sans rien dire et voir revenir au pouvoir la peste noire.

Entre une multitude de pétards et autres fumigènes j’ai pu discuter avec des gens du mouvement « Hart boven Hard », dont le pendant francophone, « Le cœur, pas la rigueur », vient d’être lancé sur le Blog de Paul Jorion. Je dois dire qu’ils sont vraiment efficaces : bonne humeur, spectacle et musique, un bon moment convivial !

J’avais vu qu’à trois heures au Bozar, Jacques Delors était attendu avec Jean-Claude Juncker à l’inauguration des Journées de Bruxelles « Good morning Europe ». Absents tous les deux ! Delors : problèmes de santé, on peut comprendre. Juncker : il aurait oublié ! Après la une du Soir, il est permis d’en douter : « Luxleaks : Juncker rattrapé par son paradis fiscal ».

Continuer la lecture de En revenant de la manif, Bruxelles, le 6 novembre 2014, par Vincent Fagnoul

Partager :

Lancement de LE COEUR, PAS LA RIGUEUR, le pendant francophone de Hart boven Hard

Le mouvement Hart boven Hard a été lancé en Flandre au mois de septembre. Il a semblé crucial aux Amis du Blog de Paul Jorion réunis au Vicomte samedi dernier 25 octobre, de lancer l’équivalent en Belgique francophone. Le texte qui suit est une traduction – merci Sabine B. ! – du manifeste de Hart boven Hard.

Un site toile spécifique va être créé – on vous tient au courant.

 

LE COEUR, PAS LA RIGUEUR

Une déclaration politique alternative

Un pays prospère où chacun peut trouver les conditions du bien-être et du bonheur. C’est l’intention affichée de nos gouvernements à chaque prise de parole, lors de chaque législature. C’est pour ce projet qu’ils ont été élus. C’est par rapport à ce projet que nous sommes en droit de leur demander des comptes.

La Belgique s’inquiète

Des rumeurs sur les mesures d’austérité ont fuité et dans beaucoup de ménages et d’entreprises, l’inquiétude monte. Économiser sur l’enseignement, qu’est-ce que ça signifie pour un enseignant, un étudiant ou un parent ? Économiser dans l’associatif, qu’est-ce que ça signifie pour notre club de sport ou mouvement de jeunesse ? Économiser sur l’accueil des enfants, l’eau, l’électricité, qu’est-ce que ça signifie pour notre famille ? Économiser sur la santé, les maisons de repos, qu’est-ce que ça signifiera pour nos vieux jours ?

Continuer la lecture de Lancement de LE COEUR, PAS LA RIGUEUR, le pendant francophone de Hart boven Hard

Partager :