Archives par mot-clé : Joe Biden

Joe Biden aujourd’hui

Si vous suivez un peu mes réflexions ici sur les États-Unis vous aurez remarqué que je n’ai encore émis aucune opinion favorable sur le candidat Démocrate à l’élection présidentielle de novembre : Joe Biden. Les remarques négatives, elles, au contraire, ne manquent pas, en particulier sur les qualités de père d’un bonhomme qui, Vice-Président des États-Unis du temps d’Obama, n’a pas suffisamment d’autorité sur son fils Hunter Biden pour le décourager de toucher des jetons de présence d’un montant mensuel de 50.000$ au conseil d’administration de la compagnie pétrolière ukrainienne Burisma.

C’est pourquoi c’est avec un certain scepticisme que j’ai regardé l’allocution que Joe Biden a prononcée aujourd’hui. Vous me direz qu’avoir l’air intelligent, posé, responsable, homme d’État, quand le personnage auquel vous serez comparé est Donald Trump est un exercice dont la quasi totalité d’entre nous s’acquitterait sans difficulté. Mais Biden a fait beaucoup mieux que cela.

Il s’agissait de rassurer une nation qui a le sentiment qu’elle est sur le point de basculer dans le chaos absolu, de la convaincre que le salut est peut-être là, en novembre, lors de l’élection présidentielle. Je ne suis pas transporté d’enthousiasme, et je resterai vigilant, mais Biden a ramené aujourd’hui un peu de santé mentale et de chaleur humaine sur la scène politique américaine.

Partager :

Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Ouvert aux commentaires.

Face à la débâcle que nous subissons et à l’incertitude quant à sa fin et aux moyens de gérer cette crise au mieux, nous observons et sommes à la fois partie prenante des meilleurs et pires comportements humains, ces derniers étant principalement le mépris des consignes, le quant-à-soi, l’incompréhension des processus de base de l’épidémie et parallèlement la médication sauvage, attitudes principalement dues non à la malveillance mais à l’absence d’information et d’esprit critique, les réseaux sociaux jouant un puissant rôle d’information et son contraire.

C’est donc l’éducation qui nous poussera à la solidarité plutôt qu’au repli mais c’est aussi bien sûr l’assurance d’être soigné quel que soit notre statut social qui nous intègre dans la communauté humaine.

Continuer la lecture de Deux candidats et un virus, par Madeleine Théodore

Partager :

Primaire Démocrate : le sort en est jeté

Pour avoir encore une chance à l’arrivée : la nomination comme candidat Démocrate à la présidence des États-Unis, après son mauvais score au Super Tuesday, Bernie Sanders aurait dû l’emporter de manière franche dans les primaires d’hier dans 6 états. Or ce n’est pas le cas : il est à la traîne, et tout particulièrement dans le Michigan, très peuplé, le 10e état sur 50, qui envoie un grand nombre de délégués.

État actuel du dépouillement (14h30) : Joe Biden – 169 délégués ; Bernie Sanders – 105 délégués (274 sur 365).

Partager :

Elizabeth Warren abandonne la course à la Maison-Blanche

La décision était inévitable vu son très mauvais score au Super Tuesday. Elizabeth Warren fera une déclaration officielle plus tard dans la journée. Elle pourrait laisser le choix à ses supporters de se rallier à Biden ou à Sanders, ou bien recommander le soutien à l’un des deux.

Le choix logique pour elle serait de se rallier à la campagne Sanders vu que leur programme de gauche est très proche. Les attaques vitrioliques, voire ordurières, de certains partisans de Sanders à son égard pourraient cependant l’en dissuader. Interrogé à ce sujet sur MSNBC par Rachel Maddow, Sanders s’est contenté de quelques banalités sur le côté négatif des propos excessifs en général.

Nous serons fixés bientôt !

Partager :

C’est aujourd’hui Super Mardi

La campagne d’Elizabeth Warren

Super Tuesday déterminera plus de 1.000 délégués aux primaires sur les près de 4.000 qui décideront qui sera le candidat Démocrate à la présidentielle du 3 novembre.

Sanders est en tête mais Biden a réalisé une belle performance en Caroline du Sud. Warren est à la traîne. Bloomberg est l’outsider. Les bookmakers donnent Biden à 49 contre 44 pour Sanders.

Qu’un « socialiste » ait de sérieuses chances d’arriver premier révèle ce que Trump est parvenu à faire dans son pays : d’éventuels miracles !
Continuer la lecture de C’est aujourd’hui Super Mardi

Partager :

Parti Démocrate : 6 semaines plus tard…

Ce sont des captures d’écran de RealClear Politics, un site spécialisé dans l’agrégation de sondages.

1er Janvier 12 février
Biden 28,3 % Sanders 23,6 %
Sanders 19,1 % Biden 19,2 %
Warren 15,1 % Bloomberg 14,2 %
Buttigieg 8,3 % Warren 12,4 %
Bloomberg 4,8 % Buttigieg 10,6 %

Six semaines plus tard, Biden plonge (plombé pour avoir fait capoter la stratégie Démocrate d’impeachment avec sa casserole ukrainienne) ; Sanders fait mieux que se maintenir ; Bloomberg grimpe (il arrose le câble de clips présentant Trump comme le « génie stable » qu’il est en vérité), un exemple :

Qui les Démocrates préféreront-ils à l’arrivée, Bernie Sanders, le socialiste variété Front populaire, ou Mike Bloomerg, un vrai milliardaire ?

(Ne comptez plus sur moi pour faire des pronostics en matière de politique américaine : chat échaudé craint l’eau froide !)

Partager :

Quel Démocrate affrontera Trump le 3 novembre ?, par Alexis Toulet

La conséquence essentielle – et évidente, certes – de l’acquittement de Donald Trump, est que c’est le peuple américain qui devra décider de le remplacer  en novembre de cette année. Ou pas.

C’est-à-dire que l’attractivité et la cohérence de la personne et du projet qui seront choisis par les Démocrates pour les représenter à l’élection présidentielle sont maintenant LE sujet s’il s’agit d’espérer juguler les risques à la paix mondiale et à la lutte contre le réchauffement climatique que fait courir le président Trump.

Continuer la lecture de Quel Démocrate affrontera Trump le 3 novembre ?, par Alexis Toulet

Partager :

Le point sur les États-Unis, le 31 décembre 2019 – Retranscription

Retranscription de Le point sur les États-Unis, le 31 décembre 2019. Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes le mardi 31 décembre 2019, la Saint-Sylvestre, et dans quelques heures, c’est une décennie qui s’achève. Il faudra que je vous fasse le bilan de cette décennie : j’étais là 😉 !

Mais en attendant, je vais vous parler de la situation aux États-Unis. Ça fait un moment que je n’ai pas parlé de M. Trump et compagnie mais ça, c’est parce que c’est la trêve des confiseurs aux États-Unis comme ici et il y a un élément supplémentaire. Elément supplémentaire, vous êtes au courant, c’est que la partie du Congrès, qu’on appelle souvent Congrès sans plus de précision, qui est la Chambre des représentants des États-Unis, a voté l’impeachment, l’empêchement, c’est-à-dire la destitution de M. Trump. Et c’est un processus en deux parties. Il faut encore que, maintenant, le Sénat vote également la destitution. Le processus est différent.

Continuer la lecture de Le point sur les États-Unis, le 31 décembre 2019 – Retranscription

Partager :

États-Unis : sale temps pour les patriotes… immigrés !

Dépose aujourd’hui devant la commission du Congrès traitant de l’impeachment, un certain Lt. Col. Alexander Vindman, membre du National Security Council. Lequel explique dans un document de 6 pages qu’il est arrivé aux États-Unis à l’âge de 3 ans, ses parents fuyant l’Union soviétique. Il ne dit pas que la famille a crevé la dalle pas mal d’années mais ça se lit facilement entre les lignes.

Il est devenu militaire. Je n’ai pas besoin de vous expliquer pourquoi c’est souvent la seule stratégie pour s’en sortir quand les éléments sont vraiment ligués contre vous (je vous raconterai peut-être l’histoire de cet officier recruteur qui me convainc un jour à Milwaukee [Wisconsin] d’entrer dans sa boutique pour essayer de me tirer d’affaire parce que j’ai vraiment l’air d’un clodo).

Il explique aussi, dans sa profession de foi de 6 pages, qu’il faisait partie des quelques personnes écoutant en direct le 25 juillet la conversation de Trump avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky durant laquelle le président US conditionnait le versement d’une aide militaire à son pays à l’obtention non seulement d’informations compromettantes sur Joe Biden, son rival à la présidentielle, mais aussi sur un supposé complot ukrainien qui l’aurait visé lui durant l’élection présidentielle de 2016.

Continuer la lecture de États-Unis : sale temps pour les patriotes… immigrés !
Partager :