Archives par mot-clé : Notre-Dame-des-Landes

Parler de finance comme un Zadiste

J’ai regretté tout à l’heure, à midi, que ma belle-fille n’ait pas pu se joindre à nous pour le premier anniversaire de la plus récente recrue de la famille (encore une qui heureusement ne se laissera pas faire !). Ma bru était à Notre-Dame-des-Landes, à militer pour un nouveau monde.

Continuer la lecture de Parler de finance comme un Zadiste

49Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Échecs, par Zébu

Billet invité.

Unidos Podemos échoue (de peu il est vrai) à prendre la seconde place en Espagne, ne progressant que d’un point par rapport à décembre dernier, malgré (ou à cause de ?) son union avec le parti néo-communiste espagnol. A l’inverse, le PP de Rajoy progresse, certes sans majorité et le PSOE se maintient : le système survit, Ciudadanos a bien servi.

Continuer la lecture de Échecs, par Zébu

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Notre-Dame-des-Landes : combien de Floranges ?, par Peer Qvist

Billet invité.

La loi sur l’eau compte un ensemble de règles que les comités de bassin, composés d’élus, adaptent selon les circonstances locales, en vue de protéger l’eau et les écosystèmes afférents. Ce sont des règles de gestion collective des ressources et des écosystèmes. La finalité est d’éviter l’artificialisation des sols, et de protéger les zones fonctionnellement importantes en termes de biodiversité.

Voilà dit en deux mots. Pour un exposé plus détaillé, voir ici.

Dans ce cadre, concernant le projet dit « Notre-Dame-des-Landes », le constat est sans appel : si les « experts indépendants » restent à la hauteur de leur titre et ne renoncent pas à leurs responsabilités (ce qu’une commission a pourtant déjà fait en refusant de se prononcer), l’artificialisation des sols liée à la création de l’aéroport devra être compensée par une surface de près du double, 98 % des sols touchés étant en zone humide.

Continuer la lecture de Notre-Dame-des-Landes : combien de Floranges ?, par Peer Qvist

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le réel et le symbolique, à Notre-Dame-des-Landes, par Un agriculteur de Loire-Atlantique

« Ceci ne peut avoir lieu que dans une république déjà corrompue ; dans une république saine, où rien ne donne prise au mal, de pareils projets ne peuvent venir à l’esprit de personne. »

Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live.

 

Le gouvernement a donc décidé de faire du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes une affaire symbolique, en la traitant avec force et fermeté, de crainte sans doute que celles-ci n’aient pas été assez apparentes en d’autres occurrences récentes.

Voilà que tous les âpres débats théoriques sur l’économie, la relance, l’emploi, la compétitivité, le développement économique, apparaissent pour ce qu’ils sont réellement dans les faits : un conflit sur la forme de rapports humains que nous voulons, et le monde qui en découle.

D’un côté, comme tous ceux qui se sont rendus samedi 17 dernier à Notre-Dame-des-Landes ont pu en témoigner, des chaînes humaines de centaines de personnes, un village sorti de terre en une journée, des rires, des fanfares, des discussions, bref cette fameuse « solidarité » et ce « lien » que nous vantent les brochures institutionnelles en papier glacé, mais sous une forme vivante.

De l’autre, des « décideurs » responsables, déjà habitués à gouverner et à se réunir sous la protection de l’armée et qui ne peuvent plus faire maintenant appliquer leurs décisions responsables au service de l’économie abstraite qu’en faisant intervenir la police. Il faut tout leur aveuglement pour ne pas savoir où nous conduit tous, et à très court terme, cette vision des rapports humains.

La police reprend aujourd’hui ses assauts contre les manifestants, occupants, habitants de Notre-Dame-des-Landes. C’est ici que commence le monde de demain.

 

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail