Le réel et le symbolique, à Notre-Dame-des-Landes, par Un agriculteur de Loire-Atlantique

« Ceci ne peut avoir lieu que dans une république déjà corrompue ; dans une république saine, où rien ne donne prise au mal, de pareils projets ne peuvent venir à l’esprit de personne. »

Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live.

 

Le gouvernement a donc décidé de faire du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes une affaire symbolique, en la traitant avec force et fermeté, de crainte sans doute que celles-ci n’aient pas été assez apparentes en d’autres occurrences récentes.

Voilà que tous les âpres débats théoriques sur l’économie, la relance, l’emploi, la compétitivité, le développement économique, apparaissent pour ce qu’ils sont réellement dans les faits : un conflit sur la forme de rapports humains que nous voulons, et le monde qui en découle.

D’un côté, comme tous ceux qui se sont rendus samedi 17 dernier à Notre-Dame-des-Landes ont pu en témoigner, des chaînes humaines de centaines de personnes, un village sorti de terre en une journée, des rires, des fanfares, des discussions, bref cette fameuse « solidarité » et ce « lien » que nous vantent les brochures institutionnelles en papier glacé, mais sous une forme vivante.

De l’autre, des « décideurs » responsables, déjà habitués à gouverner et à se réunir sous la protection de l’armée et qui ne peuvent plus faire maintenant appliquer leurs décisions responsables au service de l’économie abstraite qu’en faisant intervenir la police. Il faut tout leur aveuglement pour ne pas savoir où nous conduit tous, et à très court terme, cette vision des rapports humains.

La police reprend aujourd’hui ses assauts contre les manifestants, occupants, habitants de Notre-Dame-des-Landes. C’est ici que commence le monde de demain.

 

0Shares

301 réflexions sur « Le réel et le symbolique, à Notre-Dame-des-Landes, par Un agriculteur de Loire-Atlantique »

  1. Sans remettre an cause vos analyses je pense qu’elles pêchent par un grave défaut : ce n’est pas ici que commence le monde de demain, c’est ici que continue le monde d’hier.
    Ma remarque est déjà contenue dans la citation de Machiavel, dans une république déjà corrompue.

    1. @Marlowe
      Je ne vois pas l’intérêt en commentaire d’une « brève » bien construite et qui fait plaisir à lire de venir pointer un « grave » défaut dans ce qui n’est pas une analyse, mais un compte-rendu.
      Serait-ce d’ailleurs une analyse que cela reste pinailler pour pinailler quand il y a peut-être mieux à faire comme saluer cet agriculteur et tous ceux qui se sont déplacés.

      1. En effet, sur le fond, c’est bas, bien bas.
        Pour le reste, Marelow.
        Mais attention, il connaît son Machiavel. Une tartine.

        Ces petits maitres (d’école) qui vous flinguent pour ne pas avoir coché la bonne case dans le formulaire me mettent mal à l’aise.

      2. à toto,

        C’est ici que commence le monde de demain

        Voilà le slogan officiel présenté devant tous les médias…

      3. à Daniel,

        Quand « un agriculteur » cite Machiavel et termine son texte par un slogan « officiel » il n’ y a pas besoin d’être un grand détective pour s’étonner.

        Les salades médiatiques ne mênent qu’à conserver le statu-quo.

      4. Non, effectivement, « pas besoin d’être grand détective pour s’étonner », être beaucoup beaucoup moins que ça suffit amplement, de dernière averse ou de neiges d’antan qu’importe.

      5. @Marlowe,
        Cette lutte contient en germe, la nécessaire participation et adhésion de toutes et tous aux décisions et réalisations des projets d’urbanisme ou tout autre projet qui touchent à leur vie.
        Si ces germes portent leurs fruits(ce qui est encore bien loin), en plus de revoir les mécanismes de décisions et de réalisations des projets, il pourra s’étoffer une critique des activités humaines inutiles, aliénantes, destructrices, et leur remplacement par d’autres.

      6. @Marlowe:

        « C’est ici que commence le monde de demain » Voilà le slogan officiel présenté devant tous les médias…

        Eh bien, justement !
        Notre agriculteur lettré fait coup double ! Il se moque des haut-parleurs tout en disant sa vérité !

        Cordialement.

      1. Etrangement le site  » zad.nadir.org  » qui relaie heure par heure la vie sur la zad est hors service ce soir . La guerre ne se livre pas que sur le terrain .
        Marlowe , des théoriciens de ton acabit , j’en connais des seaux pleins .
        Merci paul .

      2. à taratata,

        Je ne suis pas un théoricien.
        J’essaye de réfléchir en utilisant ce que d’autres ont pensé avant moi
        Mais, pour toi, taratata, cela n’est pas compréhensible.

        PS. Pour moi le site zad.nadir.org fonctionne très bien.

      3. Cette stratégie de harcèlement est la bonne : partout, tout le temps, ces coups de poing médiatiques, mais de manière provisoire. Par contre, vouloir occuper une zone avec des cabanes de manière définitive (ZAD = Zone d’Occupation Définitive) c’est voué à l’échec. Le matériel est détruit, on est à la rue comme des gueux… et la raison reste au plus fort.
        Il faut des Zones Autonomes Temporaires, le concept dans l’article n’est pas défini de manière précise (et c’est très bien ainsi), tellement il est évident : c’est celui qu’il faut appliquer face à un ennemi plus fort, mieux armé et organisé : celui de la guérilla (non-violente dans ce cas-ci). Quand on a peu de moyens, on harcèle les bases arrières, on frappe (durement) là on on ne nous attend pas, des forces ennemies peu nombreuses, désorganisées et non entrainées à gérer ce genre de problèmes… et puis on s’en va. Pour frapper ailleurs.
        Pas besoin d’être libertaire, anarchiste, pour ou contre les pirates ou Hakim Bey… pour comprendre cela.
        Je ne sais pas pourquoi le Larzac a fonctionné (à part que Mitterrand a récupéré le bazar), ce que je sais c’est qu’affronter de face un ennemi plus fort que soi, c’est du suicide. Ca pourrait marcher à la Gandhi, tous les manifestants allant se jeter sur les matraques des CRS sans riposter, filmer et s’attirer la sympathie. Impossible en Europe.

        Pour le moment, c’est une belle victoire offerte à Valls, et une pierre noire dans la marche vers un monde libéré du capitalisme.
        Stratégie à revoir.

      4. à ERIX le belge,

        Je suis en parfaite harmonie avec vous. La stratégie de harcèlement est la bonne mais à condition d’éliminer les récupérateurs de tous poils et en particulier les experts en écologie.

        Occuper définitivement les zones réquisitionnées par la mise en pratique de l’idéologie de la croissance est, au mieux, une erreur tactique, au pire un mensonge intéressé.
        Il faut créer des Zones Autonomes Temporaires et c’est seulement une stratégie de création de situations qui pourra obtenir des résultats.

        Quant au succès des luttes du Larzac, il faut penser que le mouvement des occupations de mai 68 était encore dans toutes les têtes en 1971.
        Il s’agissait aussi d’une lutte contre l’armée dans une période imprégnée des idéologies pacifistes.
        On a retrouvé, en 1977, un pareil enthousiasme dans les manifestations à Malville contre le projet Superphénix, alors que de nos jours le projet ITER semble bien plus insensé mais ne déclenche pas des luttes aussi résolues.

    2. Regards.fr – Notre-Dame-des-Landes, manifestation pour la réoccupation des terres -vidéo 4′
      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=OlT1f89EzSE#!
      Pourquoi ce gouvernement n’organise-t-il pas un grand débat public et télévisé en direct avec les pour les contre,
      un dossier sur Médiapart permet de se forger une opinion sans idée préconçue :
      http://www.mediapart.fr/journal/france/211112/notre-dame-des-landes-les-gendarmes-interviennent-de-nouvelles-failles-sont-po
      Habitant le Morbihan, je suis étonné que le TGV par ex. se traîne…qu’il passe à la trappe, des transports par avion ? combien de brosse à dents, de paracétamol (que notre pays importe de Chine !) d’inutiles objet frappé dès le départ d’obsolescence, concernant cet aéroport : il serait temps de revenir sur terre ?
      regarder cette petite vidéo : le monde est fou ?
      http://www.youtube.com/watch?v=YF7rCnqNBcU&feature=related

      1. Au dessus de la maison il y a un couloir aérien, quand un avion passe il faut plus ou moins compter 40 secondes pour en voir poindre un autre venant de l’ aéroport de Bruxelles. Je me demande de combien le transport aérien a augmenté depuis dix ans.
        Quand ce n’ est pas le civil, il y aussi le militaire, des hélicoptères, avant c’ était les F-16, proximité d’ une base de l’ armée oblige.

        La pollution dans tout ça est sans doute devenu un sujet has been.

      2. Les bureaucrates « communistes » du Foin de Gôche
        toujours complices du gouvernement bourgeois:
        ils soutiennent la bourgeoisie de Nantes saccageant la nature
        et s’abstiennent sur le budget MEDEF…

      3. @ Erix le Belge
         » Je ne sais pas pourquoi le Larzac a fonctionné  »
        La comparaison avec le Larzac est reprise partout .
        Paresse intellectuelle des journalistes , comme souvent .
        L’enjeu n’était pas le même . il s’agissait d’empêcher les militaires d’étendre leur terrain de jeu .Pas bien grave .
        Aujourd’hui , à NDDL , c’est une affaire de milliards d’euros sur une longue période .
        Le projet , si l’aéroport se fait , est d’urbaniser ce coin , de Nantes à St Nazaire.
        Miam miam ! les grosses enveloppes pour tous les copains ….

    3. @ Marlowe,

      Bonjour,

      Pour écho local (picard) au matraquage démocritique aéroportuaire nantais-et au consumimur igni-, au journal local (fr3) donc, interdiction provisoire préfectorale de vente de carburant en récipient pour cause de craintes d’incendies volontaires..

      Tout va bien, ayez confiance..

      Sur les interrogations diverses autour des mots bank run et argent dit espèces papier, celles-ci ne représentant qu’un demi pour cent du bilan bce grosso merdo (vas y rongevin, sort ta pétoire ^^), cela suscite comme un doute de fonds, sur l’écriture communiquée du dit réel.

      Bonne soirée

    4. République et politiciens totalement corrompue par la lutte des places
      Qu’il s’agisse de la défense de la nature ou de nos retraites,
      les bureaucrates du FdG continuent à faire le jeu de l’accumulation du capital:

      « Nous sommes favorables à cet équipement »
      mais il « aurait dû être mis en oeuvre dans d’autres conditions »,
      car, selon Pierre Laurent
      « les grands équipements de cette nature devraient être 100% publics
      et non pas réalisés par un partenariat public-privé comme c’est le cas avec cet aéroport. »

    1. @ Au sud de nulle part
      Un truc bête mais si ils en ont déjà un ,pourquoi en faire un autre ?
      Je suis allé sur le site de l’aéroport de Nantes , le slogan de celui-ci
      Aéroport Nantes Atlantique , et tout devient plus simple .
      je propose
      Aéroport Notre Dames des Landes , et tout devient plus compliqué .

      1. « … pourquoi en faire un autre ? »

        En 2006 a été décidé que pour développer la région… un aéroport plus grand était nécessaire… mais que l’ancien, pour des problèmes de localisation et de nuisance sonore, ne pouvant pas être agrandi, il serait déplacé ailleurs… ailleurs étant dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes…

        Tous les recours en justice ont échoué mais il y en resterait encore un, si j’ai bien compris, déposé auprès de la commission des pétitions du Parlement européen… (à vérifier)

        Voilà, fin de l’histoire… c’est croissance contre environnement…

        Le fait est que six ans plus tard, en plus des défenseurs de l’environnement… des voix se lèvent pour remettre en cause le bien-fondé de cette « option économique »… et, de manière plus générale, l’aménagement des territoires …

        Alors effectivement la question se pose… « … pourquoi en faire un autre ? » ou, si l’on préfère… Faut-il vraiment en faire un autre…?

      2. Inutilité d’un autre aéroport …alors même que le trafic est en diminution …oui, mais juteux bizness pour Vinci et quelques autres …
        et mise doublée ; en effet, des projets de juteuses constructions d’habitations agrandissant la bonne ville ( ah, les mégapoles tout partout, quel pied ! ), sur la zone de feu-l’actuel aéroport de Nantes …( me semble bien avoir entendu ça chez Mermet ? …)…

        les terres agricoles : pffffffft ! c’est comme les nappes phréatiques : du superfétatoire, pour les multinationales et leurs affidés … les gueux boiront du vin ! comme au bon vieux temps ! et ils connaitront l’illumination … à 40 ans … feront pas de vieux os ! ça fera de la place pour les trans-humanoïdes associés …

        Tiens, un livre terrible et magnifique :  » Le jour avant le lendemain  » / Jorn Riel

  2. Je suis effondré !
    Depuis ce matin la gendarmerie multinationale expulse les habitants des cabanes construitent depuis peu. 500 gendarmes, logés en hotel Ibis : la crise, c’est pas pour ceux qui nous gouvernent et nous condamnent à l’esclavage.

    Le sinistre baron de l’intérieur a déclaré que les individus qui resistent à la volonté de l’état sont des gens venant de territoires extérieurs au nôtre.
    Je ne savais pas que venant du Finistère, je n’avais pas le droit à la parole en Loire-Atlantique.

    Parmi les gens résistants sur site, je connais une juriste, une anthropologue, un mécanicien, un charpentier, des individus licenciés en Lettres, un géographe, une biologiste, d’anciens ouvriers et … une ancienne analyste financière chez Banque Populaire, qui en avait assez de ne pas avoir de temps pour vivre.

    Aux yeux de nos politiques, tous ces gens sont des voyous, incultes, étrangers, mauvais ; parce qu’ils ne veulent pas voir la Terre détruite pour faire un aéroport inutile, parce qu’ils résistent au capitalisme, parce qu’ils ne veulent pas être réduits en esclavage.

      1. Je ne sais pas comment les nantais vivent leur ville,mais paradoxalement, la cité intra-muros parait se réclamer d’une mise en pratique des thèmes écologiques…Mais ecodouble pourrait nous en dire plus…

      2. @ Piotr

        Je vous invite à lire ce que dit Martin au fil n°10 pour avoir un petit aperçu de ce que fait Ayrault dans sa ville.
        De mon coté, par mon boulot, j’ai suivi, et je suis encore, pas mal de de chantier sur la ville. On dirait que tout est fait à l’arrache, en dépit du bon sens et tout ce qui est fait est toujours de plus en plus gourmand en énergie. Tous les quartiers où de vieux immeubles abritaient des familles populaires ont été rasés pour installer des riches. Là, je pense en particulier à une étude à laquelle j’avais participé : Un monsieur et sa femme, vieux avant l’heure (Zola et Les Misérables en même temps), habitaient le RDC-deux pièces d’une petite maison. Ils ont été écrasés de pression et de tracasseries. A en vomir ! A en chialer !
        Et je ne parlerai pas des beaux arbres, des petits jardins, des cours pavées, des anciens couvents et casernes détruits pour faire du béton banché énergivore pour bobos alors qu’ils auraient pu faire des logements avec parcs et jardins potagers, écologiques, tels quels, par simple rénovations inovantes.

        Je ne peux pas en dire plus : le statut de donneur d’alerte n’existe pas en fRance.

        Les bobos intra-muros peuvent, eux, être contents : Tout est fait pour eux ; dont les berges de Loire, aménagées en piste pour pratiquer le pattin à roulettes, le vélo pour rentrer du travail intra-muros et le jogging post-job ou dominical, alors qu’avant on y rencontrait les tentes de sans-abris sous les arbres.

    1. Bonsoir écodouble.

      Hé oui nous en sommes là! Toute la question est de savoir pourquoi.

      Ce projet est une grosse histoire de fric, de sal fric, il pue la corruption.

      Le problème est dans le mode de lutte qui a été choisi. Vous savez maintenant qu’une action pacifique est et sera sans effet, le tout est de savoir jusqu’à où sont décidés à aller les opposants à ce projet si véritablement ils veulent gagner la bataille.

      « Aux yeux de nos politiques, tous ces gens sont des voyous, incultes, étrangers, mauvais ; parce qu’ils ne veulent pas voir la Terre détruite pour faire un aéroport inutile, parce qu’ils résistent au capitalisme, parce qu’ils ne veulent pas être réduits en esclavage. »

      Vous ne pouvez pas lutter sur place contre les forces de gendarmerie mais vous pouvez le faire ailleurs car qui sont ces politiques, qui sont ceux qui dans la haute administration sont impliqués, qui sont les petits fonctionnaires les notables et les élus du coin à la botte, qui sont les intervenants de chez VINCI.

      Il y a du grain à moudre.

      1. Bonjour Riva Marc

        La lutte sur place n’est plus pacifique du tout.
        Les flics sont rentrés chez les gens vendredi 23 au matin tôt, pour, avant toute discussion, les gazer au lacrimo (source : Zone A Défendre, triton crêté contre béton armé).
        Tout à l’heure, dans les rues de Notre-Dame, j’ai vu des gens bien habillés, propre sur eux, interpeller très fermement les membres de la gendarmerie multinationale, présents partout mais qui essayent de se faire oublier en ne répondant pas aux provocations.
        Il y a eu des blessés ce matin, dont un résistant touché aux environs de l’oeil (mais cela semblait aller pour lui ce soir) et un autre gravement par les éclats d’une grenade assourdissante, car les robocops tiraient à tirs tendus.
        Il semble que l’arrivée de témoins l’après-midi a fait que les trajectoires ont été plus en cloche.
        Pour vaincre, demain à 10H00, il faut aller à NDDL en masse.

    2. « Aux yeux de nos politiques, tous ces gens sont des voyous, incultes, étrangers, mauvais  »
      En l’occurrence à nos yeux , nos politiques sont …

      la la la la la la la

      il est toujours intéressant d’être sur le terrain et de pouvoir ensuite
      voir la représentation médiatique de ce que l’on vient de vivre.

      Il suffit ensuite de considérer les choses dont on a que la représentation médiatique sous un angle approprié.

      Il faut beaucoup d’ouvriers et de moutons pour faire vivre un rentier.
      Mais quand les moutons refusent de se faire tondre quel scandale.

      1. Valls parle d’éliminer un « kyste »

        Réponse du mouvement, maintenant national,
        et bien parti pour recevoir appui international…

        « VALLS, KYSTE MY ASS »

  3. Nos gouvernants ne respectent pas la loi !
    Si vous voulez voir comment Ayrault et ses chefs de VINCI démolissent les bâtiments couverts d’amiante, voyez les photos sous le lien suivant :

    http://ecodouble.farmserv.org/index.php?post/2012/11/13/A%C3%A9roport%2C-amiante-et-magouilles-%C3%A0-Ayrault

    Les lois doivent être respectées par les résistants ; pas par ceux qui collaborent avec le capitalisme.
    C’est la morale de Notre-Dame-des-Landes.

    1. @ ecodouble
       » Tous les quartiers où de vieux immeubles abritaient des familles populaires ont été rasés pour installer des riches.  »
      A Paris c’est Chirac qui a fait le boulot .

      1. ça a été commencé bien avant Chirac … mais à l’époque, une association, un environnement d’historiens, des étudiants arrivaient à faire changer la donne : je pense au quartier du Marais, qui commençait à être rasé ( et qui devait l’être complètement) …les étudiants, sous la supervision des pro., faisaient du chantier bénévole, voire des fouilles, pour la restauration …
        c’est vrai que le coeur de Paris était historique ( mais trés mélangé socialement ) …alors que, par ex., le treizième arrondissement, quartier misérable et populaire a été tout simplement rasé …
        maintenant, la spéculation sur la capitale a fait mourir ce quartier trés branché et inaccessible ( Marais)…
        les années pompidou-giscard ont été un désastre : rasage, immeubles construits d’une laideur inimaginable, bétonnage des voies sur berges …pollution +++
        le maire actuel a apporté qq améliorations sur ce plan .

    2. La loi n’est pas faites pour être appliqués par les gouvernants,
      Il s’agit d’administrer une population, donc la loi s’applique aux moutons

      Puisque nous sommes dans l’ouest,
      visiter le château de Nantes, vous y trouverez le code noir.
      autrement dit le code appliqué aux esclaves pendant le siècle des lumières

      Maintenant on en est aux ampoules écologiques, mais les règles ne changent pas de finalité.

  4. Il ne restera plus aux manifestants que le sabotage comme les résistants qui ajoutaient du sel dans le béton de construction des bunkers du mur de l’atlantique afin de les fragiliser.
    Il suffirait de quelques dizaines bétoneuses salées et bien sûr prévenir les authorités et la presse avant l’ouverture de l’aéroport et c’est parti pour des années de vérifications par des bureaux d’études afin d’évaluer les risques ce qui rendra probablement le projet non rentable…

    1. Toutes les formes de résistance au gouvernent du MEDEF
      qui a fixé le cap sur la barbarie économique, sociale et écologique, sont utiles!

    2. @ jeanne
      beaucoup de propos du genre que propose Alex ont été jugés « idiots » du temps du « Larzac » et pourtant la résistance a gagné face au pouvoir car i n’y à rien de pus puissant qu’un peuple déterminé.vous en aurez de multiples exemples en consultant l’Histoire ( j’ai en mémoire la formidable résistance du peuple viet devant un adversaire réputé invincible).

      1. Bien vu.
        Je me suis engagé à 100% avec la résistance vietnamienne.
        Que du bonheur, aux côtés de vrais héros,
        et avec la plus grande défaite de l’impérialisme !
        Le Larzac en comparaison a été une promenade, mais du bonheur aussi.
        L’usure au fil des ans du gouvernement bourgeois à Notre Dame des Landes
        contribuera aussi, avec des batailles plus importantes,
        à la déroute de la gôche vendue au MEDEF.

    3. Bonsoir Alex.

      Irréaliste. Quoiqu’il en soit en attendant le mal sera fait et il faut être honnête, le combat qui ne sera pas mené aujourd’hui ne le sera pas plus demain.

      1. @Riva Marc
        Je ne connais pas les marges de manoeuvre de Vinci au niveau financier pour augmenter le budget construction. Peuvent ils repercuter des coût supplémentaires sur le loyer ?
        Mais si en raison de la peur des terroristes saboteur au gros sel, dont les intentions sont clairement annoncées et la détermination prise au sérieux, il fallait entièrement sécuriser le site durant toute la construction et aussi verifier l’approvisionement en béton…celà pourrait faire passer le projet dans la catégorie « trop cher » avant la construction.
        Dans le pire des cas celà créera des emplois en plus de gardiens…

        Une marche du sel (comme en 1930) médiatisée ou chaque participant apporte, pour symboliser sa détermination, 10kg de sel (ou plus) et ou un grand tas est constitué devant les caméras pour symboliser leur détermination à résister par tout les moyens. Chez vinci ils regarderont la taille du tas pour voir si il faut prendre la menace au sérieux. Si le risque est prix au sérieux les calculs seront vite fait.

      1. Effectivement, VINCI va souffrir partout et perdre à travers la France
        dix fois ce qu’il pense gagner à NDDL !
        Un conseil: qu’il laisse la bourgeoisie nantaise
        et ses politiciens aux ordres, de droite et de gôche
        à leurs rêves issus du commerce triangulaire!

  5. Entre 1982 et 2003, 1 379 200 ha ont été « artificialisés » (habitations et constructions diverses, infrastructures, etc.)
    La superficie moyenne d’un département français est de 5000 km2 soit 500 000 ha.
    On peut déduite de ces chiffres qu’on artificialise en France l’équivalent d’un département entier tous les 7 ans.
    Aujourd’hui, le progrès consiste-t-il à vouloir faire voler encore plus d’avions ou à conserver à la terre son rôle vital qui est de nous nourrir ?
    Il est vrai, en bonne logique libérale, qu’augmenter notre besoin en énergie fossile donnerait un argument de plus pour l’exploitation des huiles de schiste. Ainsi, après le saccage de la surface, on pourrait démarrer le saccage du sous sol.
    A quand « La survie de l’espèce II » (le I étant une pure merveille, mais ça, c’est pas un scoop »

  6. venez voir à Nantes comment le duc Erault traite la ville, visitez le bd jules Verne, là où il n’est plus qu’une rue à deux voies, pour voir l’œuvre d’un crétin d’architecte, qui a cet endroit où il y avait des maisons, se trouve désormais sa réalisation, tenez vous bien, avec des balcons au rez de chaussé…
    poursuivez votre chemin et allez jusqu’à une cité, n’importe laquelle, et vous y verrez partout des dépôts d’ordures (gros encombrants, sic), plus loin vous vous régalerez de découvrir la véritable notion de l’écologie de ce sachant stoché, il y avait un quartier de maisons avec de vieux jardin, une tenue maraichère, des prairie, des arbres des renards, remplacé par du bitume une concentration de béton comme en on rêvé les années soixante, quelques éoliennes quelques capteurs solaire, et un plan d’eau.

  7. Môsieur Ayrault a dit  » Nous ne nous laisserons pas dicter une vision du monde qui n’est la nôtre ». Je m’approprie cette belle phrase mais je suis dans le camp adverse Môsieur zérault. Ils sont tous corrompus ces politiques et complètement en dehors des réalités du peuple d’en bas.

  8. Je crois que c’est sur le télérama de la semaine prochaine qu’ils donnent des pistes de compréhension.
    Il y a 20 ans, cette gauche là imaginait une économie en expension, le béton recouvrant les terres dont personne n’avait cure, la consommation étant une réalité incontournable.
    Il y avait d’autres besoins, des projetctions sur un futur qui ne s’est pas dessiné comme prévu. Il y avait le concorde, des rêves de grands travaux montrant notre magnificience….Bref, Ayrault collait à la réalité de l’époque, à une certaine vision du monde ou chacun allait prendre l’avion sans soucis d’économie où d’écologie….
    20 ans plus tard, ils s’accrochent encore à cette réalité et obligent par la force d’emprunter encore ces chemins révolus, obsolets…..
    Plus capables d’avancer…ni de reculer….ces gens restent scotchés à une société déconnectée des nouvelles réalités que le moindre bac -2 est pourtant capable d’appréhender.
    Ego, inaptitude à évoluer, manque d’adapation au monde qui bouge, aucune vision à long terme….et ce sont ceux là qui tiennent pourtant le manche…

    1. Source; http://zad.nadir.org/spip.php?article665
      Demander aux agriculteurs (par l’intermédiaire de la conf’ par exemple, et des autres syndicats agricoles) de mettre panneaux, banderoles, etc dans les champs situés en bordure des champs situés le long des grandes routes partout en France. Une action qu’ils pourraient tous réaliser, même sans déplacer un tracteur à NDDL…

      Le Comité de soutien du sud-Aveyron appelle à une extension de la ZAD et à une occupation des mairies PS et des locaux PS par les autres comités de soutien. Ici, le mairie est toujours occupée, on lâche rien. Solidarité !

  9. Rien de neuf sous le soleil. Derrière des décisions constestables, sans doute des intérêts bien concrets. Vinci a fait ce qu’il fallait pour obtenir le soutien sans faille du Premier ministre et de son gouvernement. A quel niveau, pour quel montant? Mystère. Ainsi va la vie. Une misère.

    1. @ alain
       » Vinci a fait ce qu’il fallait pour obtenir le soutien sans faille du Premier ministre « …
      C’est pas d’hier .
      Ayrault est mêlé jusqu’au cou à l’affaire Urba ……
      eh oui !  » ceci ne peut avoir lieu que dans une république déjà corrompue  » .

    2.  » A quel niveau, pour quel montant ? Mystère. »

      Non, non ! alain : Pas de mystères ici. S’il y a quelque chose à savoir, il faut le dire.
      La vraie misère serait de s’arrêter là, sur ce sujet, sans aller plus loin et sans analyser tout son intérêt et en divulguer les autres « intérêts en coulisse », de ce projet d’aéroport.
      Et nous trouvons que ce texte à toute sa place ici, dans ce blog et qu’il serait bon et salutaire de suivre de près cette affaire (symbolique) mais bien réelle, dans ses développements futurs. merci.

      1. @ Liszt
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire Urba
        et un livre :
        Gilles Goetner et Roland-Pierre Paringaud
         » Un juge face au pouvoir , de la gauche à la droite , les secrets de Renaud Van Ruymbeke  »
        Vous trouverez le nom de J.M. Ayrault cité de nombreuses fois, dans le cadre des investigations du juge sur l’affaire URBA , affaire de financement de partis politiques et de rétro-commissions sur marchés publics qui défraya la chronique à la fin des années 80 .
        A noter que ces pratiques délictueuses remontent aux années 1970, ce qui correspond aux quarante ans du projet de l’aéroport de notre dame des landes.

  10. Au-delà de la construction d’un aéroport aussi inutile que coûteux se pose une fois de plus la question de « démocratie ». Les élus du peuple se comportent comme s’ils n’avaient pas été désignés par le peuple, puisqu’ils confisquent sa parole, et nient son droit à s’exprimer. Environ 30 000 personnes qui se déplacent par un jour d’automne pour défendre une terre agricole, heureusement préservée de la folie du remembrement parce qu’inscrite dans un projet démentiel de construction d’un aéroport, cela ne suffit pas ! L’évacuation ordonnée par le Ministre de l’Intérieur, et la pose de scellés sur des maisons construites par des « habitants » (je préfère ce mot à celui de « squatteurs ») qui les met désormais en situation de commettre un délit en les réintégrant, n’est qu’une provocation de plus dans ce conflit (ce mot n’est pas exagéré) entre une oligarchie minoritaire mais qui détient tous les moyens d’information et un peuple de plus en plus isolé par la faute de ces mêmes media sensés justement les informer. Le lien social qui est la base de toute société s’effiloche chaque jour un peu plus et c’est là le vrai combat du pouvoir en place dans notre pays mais aussi dans la plupart des autres pays de la planète : rompre le lien social ! Notre des landes, comme le Larzac, comme Plogoff est en train de devenir un créateur de lien social, où des gens qui ne se connaissent pas ont décidé de défendre, au-delà d’un bien qui ne leur appartient pas, quelque chose de supérieur : l’idée du bien public, la vie, cette nature qui nous donne à manger. Dans une période de crise pourquoi s’acharner à vouloir construire un aéroport qui coûtera près d’un milliard alors qu’une centaine de millions suffirait pour rénover et agrandir celui de Nantes Atlantique qui est déjà bien suffisant pour les besoins actuels et futurs. M Ayrault, qui en fait une affaire personnelle, devrait s’inquiéter, son entêtement va se trouver confronté à celui de milliers de gens qui ont pour eux l’énergie de ceux qui sont habités par une conviction : celle d’être du côté du Bon Droit. Et puis, Monsieur Ayrault, si vous avez des gendarmes mobiles pas très motivés dites-vous qu’en face il y a la Résistance d’une population motivée, et contre cela vos grenades lacrymogènes ne peuvent pas grand-chose. Arrêtez pendant qu’il en est encore temps, avant que soit commis l’irréparable : la perte de vies humaines. Vous en avez le pouvoir, vous en sortiriez grandi !

  11. POURQUOI
    D’ici quelques années il y aura beaucoup d’airbus et boeing sur les parking alors POURQUOI ?

    Un peu comme les voitures …

    Qui souhaite un aeroport ? quel est le but ?

    C’est de ces questions qu’il s »agit à moins que ce ne soit que poudrer qq amis

    1. Ma solution : Que l’on taxe le carburant des avions (actuellement exempté de toutes taxes) comme celui des voitures.

  12. A l’époque j’ai soutenu le Larzac à partir d’une vue à long terme.
    Le trafic aérien mondial va continuer à croître dans les 50 ans qui viennent.
    Nantes vu des continents lointains est aussi intéressant que Roissy pour entrer en Europe.
    On peut baliser une étendue très large sans urbanisation pour limiter les nuisances et continuer l’agriculture jusqu’au ras des pistes.
    Que fera t on quand Roissy sera saturé?
    Le monde entier veut rencontrer les européens chez eux. Et les entreprises mondialisées
    même avec un autre capitalisme vont échanger hommes et produits.
    Alors?

    1. @ Roby 69
      Cesse de lire le Figaro .
      Le transport aérien mondial décroît .
      Et puis la vitesse ! la vitesse ! Les fraises chinoises en plein hiver à Roissy !
      Ça ne te pose pas question ?

      1. @ taratata La baisse actuelle est liée à la crise . Les carnets de
        commande des avionneurs sont pleins. 14h d’avion paur Bankock ce n’est pas si rapide..

      2. Si Roby lit Le Monde plutôt que le Figaro il y apprendra que les élus estiment maintenant que le tramway coûte trop cher (bien que cinq fois moins coûteux que le métro) et qu’il convient de lui préférer les lignes de bus.

        Il devient de plus en plus clair que la compétitivité exige une réduction des coûts et que les déplacements domicile-travail font de toute évidence partie des sacrifices qui s’imposent désormais à la collectivité.

      3. @ Roby 69

        Sachez, Monsieur, que les commandes en matière aéronautique s’annulent à la vitesse du son alors qu’elles s’obtiennent à la vitesse du piéton en promenade.

    2. La baisse actuelle est liée à la crise

      : Et vers quand situez-vous la fin de la « crise »? c’est une question qu’il convient de se poser. De plus la crise comprend trois volets dont un volet environnemental; s’il n’est pas le plus grave occulté qu’il est par la crise financière, il deviendra le plus important, à tel point qu’il menacera  » la survie de l’espèce ».

    3. Bonsoir Roby 69

      « Le trafic aérien mondial va continuer à croître dans les 50 ans qui viennent. »

      D’où tenez-vous cette information? Cela va à l’encontre des données de l’IATA.

      « On peut baliser une étendue très large sans urbanisation pour limiter les nuisances et continuer l’agriculture jusqu’au ras des pistes. »

      Vous conviendrez qu’il y a mieux à faire, ne pas construire les pistes. Comme ça pas de nuisances, les locaux qui n’ont rien demandé à personne conservent leur cadre de vie et les agriculteurs leur outil de travail.

      « Que fera t on quand Roissy sera saturé? »

      Il n’y aura qu’à raser ce qui est autour de Roissy pour agrandir, comme ça on laisse toute la merde au même endroit.

      « Le monde entier veut rencontrer les européens chez eux. »

      Ce n’est pas une raison pour saccager nos régions, c’est nous qui y vivons et pas le touriste de passage.

       » Et les entreprises mondialisées même avec un autre capitalisme vont échanger hommes et produits. »
      Alors? »

      Si le capitalisme actuel disparait, je ne vois pas sur quoi ces entreprises pourront s’appuyer ou alors c’est qu’elles auront trouvé quelque chose de pire.

    4. @Roby

      C’est de la provocation ou de la bêtise ?

      Vous y croyez encore aux avions ? Vous y croyez encore aux touristes plein de sous qui vont saloper un bout encore propre de la planète. Syndrome Ushuaia sans doute, ou Yann Artus Bertrand. Le trafic aérien ne peut que disparaître à court terme, faute de carburant.

      Pensez aux enfants à venir qui se diront dans 50 ans que nous étions ingénieux d’avoir bétonné la terre entière. Les friches seront leur héritage.

      http://petrole.blog.lemonde.fr/

  13. Le futur de l’ayraultporc, c’est le présent de celui de Ciudad Real en Espagne.

    http://www.lavieimmo.com/immobilier-international/espagne-un-aeroport-a-1-milliard-d-euros-abandonne-15242.html

    Et VINCI n’y perdra rien, quoi qu’il arrive, car il a déjà reçu au moins 150 millions d’argent public pour ce délire qu’est NDDL, et recevra le reste de ce qui sera nécessaire à sa construction ; sans compter qu’il réalisera une bonne partie des travaux de routes et de voies ferrées pour la desserte, dont le montant est estimé à 3 milliards d’euros.
    Il touchera ensuite 55 ans de loyers de l’installations ; même si dans 40 ans il n’y a plus de pétrole, car un contrat c’est un contrat, qu’il faut respecter.
    Vous constaterez que maintenant que j’ai bien lu Jorion, j’ai tout compris du capitalisme.

    Aller ! Je pars à Notre-Dame.

  14. Pas mal non plus la saillie de Manuel Valls : les opposants à ce projet serait « un kyste » (lien), il veut donc dire qu’une partie de la population ressemble à une dégénérescence cellulaire indésirable, qu’en général on supprime par ablation. Gentil le bonhomme !

    1. Oui, oui, le mot, cité par Le Monde et Libé, quoique avec des nuances, ne m’a pas échappé non plus.
      J’ai donc bien failli en rajouter dans mon commentaire en diffusant le billet auquel nous réagissons, sur le thème: s’il parle de kyste, il n’a pas tort à sa façon; il le sent bien, le bougre, que cette affaire a tout pour durer…
      😉

      1. Un kyste ? ou un bon cancer qui va dégénérer en métastases suite à l’ablation ?? Avant une intervention on fait une biopsie .. ça n’a pas été fait apparemment.. Le risque est grand que le malade ne meure.guéri..

      1. kyste, dit ( aimablement ) l’un …

        furoncle, répond l’autre …

        moi je dis : bubon ! …slurrrrrrrrrp !

        on n’est pas à Brive-la-Gaillarde … le breton est plus convenable … dommage …

  15. Ne pas oublier que ce projet est surtout une aberration économique (enfin pas pour Vinci certes) :
    Le trafic aérien va –baisser– dans les années à venir(déjà plus ou moins le cas).

    Et ceci pour des raisons très banales : la crise actuelle est avant tout un monstrueux choc pétrolier, celui du pic (maximum de flux, de débit), de production mondiale de pétrole.

    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/

    Et on ne peut pas dire qu’Hollande/Ayrault n’étaient pas prévenus sur la mobilisation, voir la lettre de Warin, énarque de la même promo que Hollande et ancien directeur à la Caisse des Dépôts et Consignations à ce sujet.

    Si au moins cet affaire pouvait être un révélateur dans la prise de conscience que nous sommes à/autour du pic mondial de production de pétrole, ce serait pas mal.

    A signer et relayer :
    http://tribune-pic-petrolier.org/

    Tribune appel parue dans le monde du 22 mars 2012 et signée entre autres part :

    Pierre René Bauquis – Ancien Directeur Stratégie et Planification du groupe Total

    Yves Cochet – Député Européen, ancien Ministre de l’environnement

    Jean-Marc Jancovici – Ingénieur consultant, Président de The Shift Project

    Jean Laherrère – Président ASPO France, ancien patron des techniques d’exploration du groupe Total

    Yves Mathieu – Ancien chef du projet Ressources pétrolières mondiales à l’Institut Français du Pétrole

    Philippe Labat – Ingénieur consultant pétrolier

  16. Quel beau consensus dans ce blog contre un projet qui a pris naissance dès 1965 et dont tous ceux qui ont décidé d’habiter aux alentours de ces communes savaient qu’un projet d’aéroport était en cours…
    J’habite à Nantes et je suis définitivement pour ce projet. Il sera moteur d’emplois, de développement des infrastructures. Il faut arrêter avec les espèces de grenouilles endémiques que l’on risque de faire disparaître! D’autant que Vinci a déplacé les marres dans lesquelles ces espèces étaient menacées, mais ironie de l’histoire, les écolos ont déposés plaintes arguant que Vinci n’avait pas demandé les autorisations administratives dans les règles!
    Personnellement le monde de Mr Beauvais ne me fait pas rêver…

    1. @ aries

      Bon courage pour votre futur dans le monde capitaliste que vous allez avoir, soyez rassuré.

      Mais, en attendant, je vous pris de changer de pseudo car avec celui que vous avez choisi et vos propos, vous salissez une personne sage qui s’appelle Paul Ariès, dont le degré d’intelligence est exactement à l’opposé du votre.

      Bien à vous, cher Monsieur qui dit oui, oui, au capitalisme mortifère.

      D’ailleurs ! Oui-Oui ! C’est le pseudo qui vous va bien.
      Alors, une idée, comme ça : Adoptez-le !

      1. Ah c’est pour ça…!?!
        … j’comprenais pas aussi… impossible de r’trouver la marre…
        J’ai cru dev’nir fou…

        J’vais aller lui déplacer son terrain d’golf, moi, à ce Vinci d’mes d… j’vais aller y garer ma chiotte… On va voir la tronche qu’il va faire…

        L’autre, tranquille, y s’pointe… et paf!!! y t’déplace ta marre… Ah non, mais on rêve!!!

    2. @aries Il vous faudra certainement empoigner le bélier par les cornes.

      « …un projet qui a pris naissance dès 1965 » une très sérieuse ébauche de réponse parvenait 7 années plus tard:
      http://www.liberation.fr/terre/2012/06/15/le-scenario-de-l-effondrement-l-emporte_826664
      Extrait:
      « Dès le premier sommet de la Terre de 1972, le chercheur américain Dennis Meadows partait en guerre contre la croissance. A la veille de la conférence «Rio + 20», il dénonce les visions à court terme et dresse un bilan alarmiste.Par LAURE NOUALHAT
      « En 1972, à la limite, nous aurions pu changer de trajectoire. A cette époque, l’empreinte écologique de l’humanité était encore soutenable. Ce concept mesure la quantité de biosphère nécessaire à la production des ressources naturelles renouvelables et à l’absorption des pollutions correspondant aux activités humaines. En 1972, donc, nous utilisions 85% des capacités de la biosphère. Aujourd’hui, nous en utilisons 150% et ce rythme accélère. Je ne sais pas exactement ce que signifie le développement durable, mais quand on en est là, il est certain qu’il faut ralentir. C’est la loi fondamentale de la physique qui l’exige : plus on utilise de ressources, moins il y en a. Donc, il faut en vouloir moins. » D.Meadows
      « …savaient qu’un projet d’aéroport était en cours… » les cours fluctuent, nous sommes 47 ans plus tard, et il est bien tard .
      Vous savez un biotope c’est très compliqué et très fragile, à ce titre les batraciens,entre autres, constituent d’excellents marqueurs quant à la bonne santé des très essentielles zones humides en voie d’extinction elles aussi.On ne peut pas laisser à l’appréciation, toute personnelle, d’une entreprise de Btp le « soin » de « déplacer un biotope dans son ensemble » sans quelques précautions, vous en conviendrez.
      Que vous vous foutiez des grenouilles endémiques nantaises soit, curieusement notre destin semble étroitement lié au leur, ne serait-ce que par effet mécanique court. Au-delà nos régions, c’est à l’échelle planétaire que s’étale cette épouvantable efficacité dévastatrice, on coupe les forêts par millions d’hectares, on excave par centaines de millions de mètres cubes, on pêche…etc..
      Serait-ce de cette ténébreuse architecture dont rêveriez donc ?
      Pas moi

      1. Pour aller dans votre sens.

        Les amphibiens et VINCI, sur la ligne TGV entre Tours et Bordeaux :

        Il était une fois, une ancienne gravière pleine d’eau, vaste comme un terrain de footbaaaal, que la Nature avait apprivoisé.
        De jolis tritons et de ravissantes grenouilles s’y était établis.
        Vint à passer un projet de train, juste sur le bel étang.
        Heureusement, il fut décidé, du fait de la politique de développement durable de l’entreprise, reconnue pour être très responsable et humaniste puisqu’elle est capitaliste, de sauver les petits animaux.
        On eu donc l’idée, géniale, pour attraper les habitants du lieu, de commencer le remblaiement de l’étang en commençant par un bord, d’autant qu’il était très difficile de commencer par le milieu.
        Nos petits amis n’avaient plus qu’à nager un peu vers la rive opposée, où les attendaient les gentils organisateurs, tout habillés en vert, prêts à les amener vers un lieu accueillant, équipé de tout le confort moderne.
        Ils sont presque tous arrivés. La pêche fut miraculeuse, dans une belle eau toute blanche. Il y en avait des amphibiens ! Y en avait ! Plein ! Au moins … quelques dizaines.
        Les autres ?
        Et ben les autres ils sont en train de se fossiliser sous le remblai et les trains y passeront dessus.

        Histoire vraie. Des collègues m’ont montré le film de propagande du Gentil Organisateur.

    3. un projet qui a pris naissance dès 1965

      1965 c’est l’époque du Concorde (premier vol en 1969, dernier vol en 2003.) Faire le rapprochement n’a qu’une valeur symbolique, il ne prouve rien sinon que tout le monde peut se tromper mais explique assez bien pourquoi certains préféreraient d’autres « moteurs d’emploi » plus en rapport avec leurs soucis quotidiens.

      1. Dans une vision plus globale, on peut se référer à la vision des cycles de civilisation de Jean Gimpel. L’argument principal est que « toutes » les civilisations passent par une apogée où leur société s’impose à leur périphérie avant un début de décadence, mais que la technique continuant ses progrès, ce qui arrive en premier dans le haut du cycle est que la technique existe, mais n’est plus exploitée.
        L’exemple du Concorde, ou du vol civil supersonique en général est un exemple de ce type, techniquement possible, mais on ne le fait finalement pas, ou presque pas si vous chicanez.
        L’idée de fond de Gimpel était d’aider les civilisations à décliner sans trop de dégâts, si elles avaient consciences de la séquence des pressions qui allaient s’exercer sur elles.

        Une forme de « survie de l’espèce » plus proche d’une demi-euthanasie peut être.

        Ce que j’avais aussi appris de Gimpel à l’époque (écoutez ma voix chevrotante) était la « petite renaissance du moyen âge », vers 1200 de mémoire (Abélard), avec un rôle important des techniques de l’eau notamment, répandues par les zabbayes cisterciennes par exemple.

    4. Comment voulez-vous relancer l’emploi et l’industrie avec tous ces petits hobereaux de terroir sans envergure ? Franchement, ne serait-il pas beaucoup plus ambitieux de raser toutes les cathédrales de France et construire à la place des parkings, ou mieux, des centrales nucléaires de poche et les peindre en rose ? en plus, ça aurait d’la gueule ! Allez va pour un énorme logo Vinci sur celle de Nantes.

    5. @aries

      « D’autant que Vinci a déplacé les marres dans lesquelles ces espèces étaient menacées, »
      déplacé les mares !
      … a sans doute aussi déplacé votre cerveau !
      jamais entendu parler de la complexité et de la fragilité des milieux ?
      Je vous recommande l’émission « continent sciences », quoique France Culture ne vous fasse peut-être pas rêver non plus.
      Tiens, au hasard, celle-ci, juste pour le fun :
      http://www.franceculture.fr/emission-continent-sciences-les-vers-de-terre-acteurs-majeurs-de-la-vie-2012-10-22.
      Vous abonner ne couterait rien.
      Mieux vaut tard que jamais.
      Bonjour chez vous.

    6. @aries

      « D’autant que Vinci a déplacé les marres dans lesquelles ces espèces étaient menacées, »
      déplacé les mares !
      … a sans doute aussi déplacé votre cerveau !
      jamais entendu parler de la complexité et de la fragilité des milieux ?
      Je vous recommande l’émission « continent sciences », quoique France Culture ne vous fasse peut-être pas rêver non plus.
      Tiens, au hasard, celle-ci, juste pour le fun :
      http://www.franceculture.fr/emission-continent-sciences-les-vers-de-terre-acteurs-majeurs-de-la-vie-2012-10-22.
      Vous abonner ne couterait rien.
      Mieux vaut tard que jamais.
      Bonjour chez vous.

  17. Mais comment voulez-vous que les p’tits retraités qui n’auront bientôt plus d’thune prennent l’avion qui ne volera bientôt plus, pour leurs séjours en Tunisie?… Z’êtes vaches…
    L’avenir de Notre drame d’Hollande? Claro.

    1. @ Renou
      L’aéroport espagnol commence à être connu mais t’inquiètes ! on a aussi ça en France , l’aéroport de Châteauroux :
       » – 21 novembre 2012 :
      Dernier vol important de cet aéroport : des vaches vers la Mongolie…
      Je vous présente un des plus grands aéroports de France :
      Châteauroux Centre 2h de Paris en train.
      Piste : 3 500 m x 45 m, accessible à tous types d’avions
      2 taxiways – 2 bretelles de raccordement
      ILS de catégorie 1
      Balisage latéral – Rampe d’approche haute intensité
      Parking : 280 000 m² balisés et éclairés la nuit
      Terrain entièrement clos : clôture normes OACI et portes à commande contrôlée

      A quoi sert-il ? Rien. Nombre de vols prévu cette semaine [du 6 novembre] : zéro.

      Comme il est super fonctionnel, très grand et magnifique, les pilotes A380 viennent s’entraîner ici, au moins ils ne sont pas dérangés. La dernière fois qu’il a servi, c’était pour envoyer des vaches en Mongolie.  »
      Extrait du site  » reporterre.net  » créé par Hervé Kempf , du  » Monde  » .

      1. Aéroport d’Anger pareil :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Angers_Loire_A%C3%A9roport#Activit.C3.A9s

        « En 2011, l’aéroport a accueilli 5 292 passagers soit 9.5 % de sa capacité (50 000 passagers). »

        Vu ici :

        http://www.rue89.com/rue89-planete/2012/02/18/laeroport-de-notre-dame-des-landes-projet-inutile-ou-megalo-229275

        « En France, on a déjà 147 aéroports dont 14 dans le Grand-Ouest, on n’a pas besoin d’un quinzième. Regardez l’aéroport d’Angers tout neuf, et quasi désert… »

  18. Les adversaires en ont fait une affaire symbolique au mépris de toutes les concertations et débats démocratiques

    Un refus symbolique en dépit de tous les votes démocratiques qui se sont succédés

    Les adversaires ne veulent pas du réel, ils en, font un rejet en bloc, qui plus est ceux qui ont touché leur chèque.

    Dans un tel contexte, si le Gouvernement plie ou recule, ce sera impossible de faire évoluer quoique ce soit dans ce pays. Le déchaînement contre le Gouvernement sera encore plus violent s’il recule.

    Dans le mouvement ouvrier la tradition est de négocier et d’arriver à un compromis et de le faire ratifier. Ici nous sommes face à des gens qui ne veulent ni négocier, ni reconnaître la légitimité des procédures légales.

    Combattre NdesLandes ce n’est en rien construire un système différent.

    Je me suis donné la peine de regarder ce projet en pensant avenir des deux régions. Je suis devenu très très pour ce projet. Je le suis d’autant plus que je vois plusieurs membres de ma famille qui prennent l’avion presque chaque semaine pour pouvoir garder l’essentiel de la valeur ajoutée et des emplois qualifiés ici.

    Pour moi les Verts et les Alter de tous poils ne sont ni sérieux ni crédibles. J’écoute autour de moi ce que disent les gens, les médias pour occuper leurs journaux sont bien content d’avoir de l’avoine, qu’ils donnent de plus avec précaution.

    1. Combattre NdesLandes ce n’est en rien construire un système différent.

      Qu’en savez vous?
      A vous lire, vous n’avez jamais imaginé ni étudié un système différent.
      Vous devez savoir qu’aujourd’hui l’infrastructure du marché a atteint son pic.
      Pourquoi encore agrandir le marché puisqu’il existe, pourquoi encore grossir les tuyaux qui sont déjà surdimensionnés.
      J’ai l’intuition et c’est encore à vérifier que nous avons passé le pic des km parcouru en voitures.
      Prenez la peine de lire cet article que je viens à l’instant de découvrir.
      http://carfree.free.fr/index.php/2012/10/05/le-pic-automobile-est-arrive/

    2. @Genetais

      Bienvenue sur le blog…

      Je suis d’une certaine façon touché de voir quantité de gens très différents arriver ici et s’exprimer dans un sens ou dans l’autre, et c’est très bien. Vous êtes pour, et vous n’avez pas été engagé par tel ou tel, cela vient donc du coeur, de vos convictions…

      On peut comprendre les gens qui voient dans l’aéroport un progrès, faute de le voir ailleurs, après tout il s’offre comme la seule alternative à l’immobilisme, tel qu’il a été présenté.

      Maintenant le progrès ne consiste peut-être pas dans ces travaux pharaoniques et inutiles ! Il faudrait y réfléchir à ça au lieu de donner tête baissée dans un projet qui rapportera sûrement à Vinci, mais dont l’utilité n’est pas claire ! Il y a déjà des aéroports VIDES ailleurs, pourquoi à votre avis ? Êtes vous infaillible ?

      1. Merci, j’aime bien votre intervention….moi même j’ai failli me satisfaire d’appartenir au groupe qui est le plus fort et me moquer de genetais.
        C’est un bel échange que vous mettez en place, sans jugement et dans le respect de l’autre.

      2. Bonjour,
        Je suis d’accord avec vous, Lisztfr.
        Je suis en désaccord avec la constrution de « Norte Dame » et en même temps je sais que j’apprends plus des personnes qui ne sont pas en accords avec moi.
        Cela me permet d’entendre, d’écouter ou de lire des arguments qui ne sont pas le miens.
        Donc Bienvenue à Genetais et merci aussi à Julien qui va nous quitter comme « modérateur » et qui permet que Genetais s’exprime.
        Denis

      3. Je suis d’accord avec le fait que tout le monde puisse s’exprimer, mais quand quelqu’un pose des questions argumentées, il me semble que le simple bon sens est d’y répondre.
        Beaucoup trop de personnes passent sur ce blog sans répondre aux questions qui leur sont posées

    3. Je ne connais pas ce dossier sur le fond, mais il ne doit pas dater d’hier et a forcément donné lieu à des débats publics relayé par les médias..
      Il y a nécessairement et au minimum les procédures suivantes obligatoires, diligentées par le Prefet, le dossier pouvant étre retoqué pour un simple vice de forme.

      – Une déclaration préalable de mise en étude avec définition du périmètre d’étude
      – Un dossier d’ enquète publique
      – Des études d’impact

      – Une commission d’enquète publique avec au moins un commissaire enquèteur.
      – Un rapport conclusif assorti de commentaires ou restrictions.
      – Au final Une déclaration d’utilité publique qui ouvre les procédures d’expropriation.

      Je suis étonné que dans une démocratie ce soit maintenant que les opposants se fassent entendre, si ils ont raison sur le fond cela prouverait qu’il y a eu une manipulation par des groupes d’intéret politico-industriels pour biaiser les procédures en faveur du projet. Dans ce cas un recours motivé en conseil d’état ( de mémoire) est encore possible, et peut casser l’enquète publique, cela a déja eu lieu.

      Ceci posé, il est vrai que l’infrastructure de fret aérien de Vatry (Chalon en Champagne) destiné à délester le fret aérien de Roissy fut un mémorable loupé assorti de la gabegie financiere d’usage et doit servir d’exemple pour ne pas faire un imbécile copié collé.à N.Dame des Landes.

      Je comprends qu’un projet d’aéroport pour quelque motif que ce soit hérisse le poil des écologistes, mais reste tres circonspect quant à leur impartialité. Les pires objecteurs au projets de tramway à Paris furent des écologistes et j’assiste dans le Midi Toulousain aux attaques systématiques qu’ils conduisent contre l’éolien, ou les TGV.

      1. j’assiste dans le Midi Toulousain aux attaques systématiques qu’ils conduisent contre l’éolien, ou les TGV

        Allons bon, les écologistes sont contre l’éolien ? c’est à n’y plus rien comprendre quant on n’est pas initié.

        En revanche, les tracés de TGV qui traversent des zones vinicoles et des espaces forestiers absolument magnifiques, on connaît dans le Sud-Est et vert ou un peu mûre comme moi, on se mobilise.

        J’ai une très grande solidarité avec les Nantais qui refusent ce projet, je leur fais confiance, car la majorité d’entre eux n’est pas animée par un positionnement politique, mais par son propre jugement.

        Ayrault fait fausse route en s’arque boutant. Je le regrette d’autant plus qu’il est un bon premier ministre.

      2. Cher M Laget, cela fait 40 ans qu’on se bagarre dans le bocage nantais contre ce projet farfelu, vous n’êtes sans doute pas du coin ce qui explique votre ignorance. Par ailleurs, si vous avez un tout petit peu de pratique des grands médias, vous savez que les sujets de fonds sont éludés au profit de l’agitation « spectaculaire ». Alors oui, vous découvrez ce combat aujourd’hui parce qu’il y a un peu de bagarre télégénique mais mes cousins qui vivent à NDDL, dont un qui est paysan, ça fait 40 ans qu’ils se battent contre. Quand à l’argument spécieux du dossier d’enquête publique, j’ai jamais vu un chantier être stoppé, même avec 95 % d’avis défavorables… Après, le blabla sur la modernité, les emplois, le développement économique qui naissent spontanément grâce à l’implantation « d’équipements structurants » ne fonctionne plus. Ni en terme d’efficacité réelle comme on peut le voir en Espagne avec les aéroports et les autoroutes qui font faillites, ni en terme symbolique car maintenant il y a moyen de contourner le mur de la propagande du système.

      3. @ Namnete+ Edith

        Namnéte .
        Dont acte sur vos bagarres, je ne suis pas du coin et j’ai d’ailleurs modéré mon commentaire avec l’exemple de Vatry. Je n’ai pas parlé de Chateauroux- Déols qui est une infrastructure ancienne léguée par le départ de France de l’otan. Si vous m’avez bien lu , j’ai pris le soin de dire que les opposants n’ayant pas étés entendus en recours légitimes, il y avait eu passage en force de la puissance publique, il faudrait si c’est bien le cas en analyser les raisons et l’historique.

        Edith.
        Vous avez l’air surprise des blocages écologistes à tout propos et mème sur des dossiers qui devraient recevoir leur aval. J’ai participé à la conception – réalisation des 2 premieres lignes de Tramways Parisiens dont le contrat de plan fut (faut t’il le dire ) signé entre Tiberi, JPHuchon pour la région et l’état; puis relayé par l’équipe municipale nouvelle de Delanoé, avec son adjoint, l’écologiste D.Baupin. Le projet aurait trébuché si nous n’étions pas passé outre au stade de l’enquète publique à un groupuscule tres actif d’écologistes ou déclarés comme tels dont les motivations n’ont jamais été claires, ça ressemblait plus a des blocages de principes qu’a une prise en compte intélligente des transports en commun en ile de france. Je dois reconnaitre sur ces dossiers une modération des commissaires enquéteurs, qui dans leur conclusions avaient fait la part du feu; ce n’est pas toujours le cas. Ils peuvent avoir été choisis pour donner un avis favorable, talon d’achille de cette procédure.

        En ce qui concerne le Midi-Pyrénnées ou j’ai pris ma retraite, j’observe au niveau des tracès TGV entre Toulouse et Bordeaux ou des projets Eoliens, que des intérets locaux de particuliers expropriables pour cause d’intéret public ne manquent pas de faire intervenir l’écologie ou l’environnement comme moyen de blocage. Si bien qu’à les entendre la ligne prendrait un tracé de serpentine, ou les éoliennes seraient à implanter dans les zones les plus reculées enore qu’en montagne ou les vents sont tres perturbés il y ait lieu de penser aux ours !. Les mèmes intérets privés peuvent peser favorablement quand ils sont l’objet d’indemnisations pécuniaires bien sur. Il faut dire qu’au niveau des investissements férroviaires la réactivation de déssertes locales ( TER) soit à mettre en balance avec le réseau TGV sud entre Bordeaux Toulouse et Montpellier.

        Je comprends (voire partage) que l’écologie se mobilise sur des solutions alternatives au nucléaire ou autres aéroports, mais il faut déplorer l’absence de débats serins et vraiment citoyens sur ces sujets et rien à mon avis ne pourrait bouger avec le lobby écologiste, qui hélas est par nature intransigeant et certain d’avoir la vérité.

      4. @ Bernard Laget

        En ce qui concerne le Midi-Pyrénnées ou j’ai pris ma retraite, j’observe au niveau des tracès TGV entre Toulouse et Bordeaux ou des projets Eoliens, que des intérets locaux de particuliers expropriables pour cause d’intéret public ne manquent pas de faire intervenir l’écologie ou l’environnement comme moyen de blocage

        Cela semble vous étonner.

        Lorsque dans un conflit d’intérêt les plus forts (pouvoir de l’argent, pouvoir politique) ont toutes les chances d’emporter le morceau, quoi de plus naturel que la partie la plus faible appelle à la rescousse toutes les bonnes volontés.

        Alors évidemment, parce que j’aime l’éolien (quoiqu’il faudrait que j’étudie la chose plus à fond), les activités des verts vont me casser les bonbons, mais il faut apprendre à accepter certaines choses pour en obtenir d’autres.

        Ainsi va la vie, l’important est de corriger notre propre héminégligence.

      5. gros contrats, grosses commissions
        pas de contrats, pas de commissions

        on n’est pas à euro disney ici, c’est des champs donc à part un aéroport
        vous en avez d’autre des idées pour faire du business ?

        vous savez la croissance,
        autrefois on faisait des golfs partout, maintenant ce sont des aeroports

        au lieu de critiquer celui là, il serait temps de prévoir l’emplacement du suivant
        ce qui compte c’est de les déplacer de temps en temps les aéroports
        tous les 30 ans par exemple ( la roche sur yon ce serait pas mal )

      6. Vous devriez étudiez l’histoire du TGV méditerranée où quand le premier tracé dérangeait les vignes de Hervé Michel à Suze la Rousse, alors président du conseil général de la Drôme et ami personnel de F. Mitterand, il demanda une révision du tracé qui le fit passer sur des zones à risques (industriel surtout avec les centrales nucléaires par exemple et toute la chimie) entraînant un surcoût de près de 6 milliards de francs, l’expropriation de nombreux propriétaires, un avis très défavorable du ministère de l’environnement, une négation pure et simple des risques…
        source « Le TGV du prince  » de Mariette Cuvellier, présidente du comité de lutte.

    4. Genetais ose parler du « mouvement ouvrier »
      et défendre le gouvernement du MEDEF !
      Encore sans doute un sinécuriste du FdG!

    5. @ 28. Genetais

      Dans un tel contexte, si le Gouvernement plie ou recule, ce sera impossible de faire évoluer quoi que ce soit dans ce pays. Le déchaînement contre le Gouvernement sera encore plus violent s’il recule.

      Très bien vu ! Regardons ce qui s’est passé – et se passe – vis-à-vis des “pigeons”, du Medef, du rapport Gallois, du traité Merkozy signé sans le moindre amendement, etc. Et que font les “pigeons”, le Medef, les tenants du tout-Gallois, etc. ? Ils en demandent toujours plus. Ils sont déchaînés !

      Ce gouvernement a assez à faire avec ses donneurs d’ordre, il ne va pas laisser les gueux venir salir la moquette avec leurs sabots bou(s)eux !

    6. Le déchaînement contre le Gouvernement sera encore plus violent s’il recule

      Pas déjà reculé contre les Pigeons ?
      Allons bon…
      De toute façon, comme pour le TAV, plus les politicards s’accrochent, plus l’affaire traîne et se radicalise, on y va pour cela de partout à la ZAD, pour que le gouvernement recule. Vos petites affaires et vie de famille n’intéressent dégun, Monsieur ou Dame, et vos abrutissantes considérations sont le reflet du vide sidéral qui vous sidère, Genetais.
      Vivent les opposant/es, tous et toutes à Nantes contre l’aéroport et son Monde.

    7. Ce sont des réactionnaires qui n’ont aucun respect pour les règles démocratiques ni de toute la procédure d’enquête et débat public qui a permis d’émettre un avis favorable qu’ils combattront de façon peu scrupuleuse.

  19. « Il sera moteur d’emplois, de développement des infrastructures… »

    Tiens, un des mantras que Eric le Boucher, Nicolas Baverez, Jacques Attali, Elie/Daniel Cohen,…enfin tous les comiques libéraux habituels, nous psalmodient depuis tant d’années et qui s’avèrent invariablement comme de grosses enfumades. Il faut dire qu’ils y a de sacrés références en la matière.

    « Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété dix mille fois il devient une vérité. » (Adolf Hitler)

    « Plus le mensonge est gros, et plus les gens y croient. » Joseph Goebbels

    1. @ wuwei
      Ayrault , sur Fr inter il y a une quinzaine de jours , a menti comme un arracheur de dents et il le sait . ( Je suis persuadé que Marlowe va savoir nous citer une de ces bonnes maximes machiavéliennes à propos des mensonges des puissants . )
      A une question d’un journaliste à propos de NDDL , il a répondu que l’aéroport est en voie de saturation ( archi-faux , c’est le contraire ) et qu’il s’agissait d’un  » déplacement  » d’aéroport , sous entendu  » l’ancien aéroport retourne à la terre  » ( ah le coquin ! as-t-on vu UN SEUL aéroport déconstruit en France ou dans le monde ? )
      Sans surprise , les journalistes se sont contentés de cette réponse au ton péremptoire .
      Mais voilà la p’tite épine dans le pied de sa danseuse ( l’aéroport …) : de plus en plus de gens savent que c’est un menteur .

      1. à taratata,

        Pas besoin d’avoir lu Machiavel ou qui que ce soit pour savoir que ce sont les menteurs qui sont au pouvoir et que ce sont ceux qui les élisent qui aiment croire les mensonges.

  20. J’ai ce soir en vous lisant, une grosse fatigue….Pendant sept ans, de 1975 à 1981, la commune de Plogoff a été au centre des combats antinucléaires. Après de violents affrontements et des manifestations de masse, le projet a été enterré par François Mitterrand, tout juste élu…..Après 1981, la poursuite du programme nucléaire français a cependant donné lieu à des mobilisations sociales importantes (comme, par exemple, contre les projets de centrales nucléaires à Golfech, près de Toulouse, à Chooz, dans les Ardennes,……( les anciens du blog savent de quoi on parle) ou à Civaux, dans la Vienne). Mais le mouvement antinucléaire n’a jamais retrouvé l’élan qui était alors le sien….Fatigue et colère !…On vieillit ! 😉

    1. C’est l’éternel débat sur la question de savoir si l’on a plus de chance de changer les choses de l’intérieur, que de l’extérieur.
      Pourtant, le simple bon sens voudrait qu’il soit insensé de vouloir changer un tigre en vivant dans sa cage, car il y a toutes les chances qu’il vous dévore tout cru !

  21. « La police reprend aujourd’hui ses assauts contre les manifestants, occupants, habitants de Notre-Dame-des-Landes. C’est ici que commence le monde de demain ».

    Ce n’est pas faux. Ceci étant dit, pour avoir été à Gênes en Juillet 2001, j’avais intimement subodoré l’affaire. La suite dès septembre de la même année et tout ce qui s’ensuivit donna à mon intuition première la raison qui lui manquait tout à fait.

    A lire le dernier article de Panagiotis Grigoriou, il semblerait bien que nous vivions le pourrissement accéléré de nos « démocraties libérales » :

     » C’est aussi en cela que l’on mesure l’avancement de la mise à mort du projet démocratique, car incompatible, avec la « gérance » exercée par les usuriers des dettes souveraine aux affaires (autrefois) communes des peuples et des nations. Nous nous éloignons alors rapidement de nos (naïves) certitudes d’avant. La crise… n’en est pas une, car c’est plutôt d’un changement de régime qu’il s’agit. »

    Greek crisis

  22. N’empêche que c’est marrant, quelque part.

    Ca fait combien de temps que je me réclame de Machiavel sur le blog..??
    Et là, sur le net, je lis de plus en plus que la « finance » a plongé pour Gauss alors qu’elle aurait été plus avisée de viser Pareto…
    Mais bon, tout le monde sait que Pareto rapporte moins. C’est clair..

    Les affolements de bord du précipice sont franchement éclatants :-))))))))

    1. l’ump serait en train de plomber ses banquiers…

      vite un appel aux dons pour sauver les banques de l’ump

      sinon j’ai quelques cds si çà intéresse quelqu’un.

      on attend la note de fitch sur dette de l’ump, AH AH Arrrgh

    2. N’empêche que c’est marrant, quelque part.

      je me réclame de Machiavel sur le blog..??

      Vous faites de la réclame ? C’est marrant quelque part ?
      Vous réclamez-vous d’autres penseurs célèbres, est-ce aussi ridicule (=qui pousse au rire) ?

  23. la gauche de la droite est intransigeante avec les faibles, les sans grades et veules avec les riches et les puissants

    plutot que les coktails molotov, plutot le sabotage des interets économiques de toutes les entreprises participantes à ce projet inutile.

    tel le judoka , cherchons l’art de l’esquive et le point de basculement ; la violence d’état ne peut pas être combattu par la violence.

    ils ont mille fois plus peur d’une multitudes d’actes de sabotages à travers la france et le reste du monde ( voilà une action concrete d’internationalisme ) la multitude des cibles empêche toute action efficace de l’état.

    socialisme ou barbarie

    1. @ j.gorban
      « …cherchons l’art de l’esquive et le point de basculement… »
      Pour ce qui est du point de basculement , j’te ferai dire ksa fait un moment que le p’tit père Jorion y cherche …
      L’esquive , on la cherche plus , elle est pratiquée à la Zad , heureusement .
      Sinon , fin stratège , tu nous donnes une piste ?
      Ah oui , çà : « …ils ont mille fois plus peur d’une multitude d’actes de sabotage… »
      ILS N’ONT PAS PEUR ( au chaud , et indifférents / pour un poste perdu , dix de retrouvés ) mais la distiller , cette peur , ça , y savent faire .
      La confrontation directe et le sabotage , pourquoi choisir ? allez hop ! A la riche !
      A propos de sabotage , d’ailleurs , j’vous en prie , faites-donc , mon bon monsieur !
      Du Vinci , yen a plein TOUTES les villes et les villages de France .

      1. Il parais qu’avec un tout petit caillou allongés et bien choisi, placé entre la valve et son bouchon, le pneu se dégonfle tranquillement.
        Le plus dur et d’avoir les 4 cailloux bien choisis et testés, dans la poche au bon moment.

        Mais, ce qui m’énerve le plus c’est leurs panneaux signé Vinci qui nous dis : « bienvenu sur nos autoroutes ».
        Le mensonge mériterais une actions en justice, il n’en son pas propriétaire ses voleurs.

      1. Mais avec P.Canjuers ?

        « La politique révolutionnaire a donc pour contenu la totalité des problèmes de la société. Elle a pour forme une pratique expérimentale de la vie libre à travers la lutte organisée contre l’ordre capitaliste.(…) »
        Préliminaires pour une définition de l’unité du programme révolutionnaire. P.Canjuers et G.E. Debord. 20 juillet 1960.

  24. Ecoeuré, attristé de tant d’aveuglement…
    Ce soir, j’ai envie de me promettre : plus jamais je ne voterai PS au deuxième tour, même sans illusions, même faute de mieux, même si en face, hélas, l’autre alternative est le front national… A quoi bon, je voterai blanc, nul, comme la politique nulle… Le kyste à enlever, il est au « sommet ».

    1. Au deuxième tour des législatives j’ai déjà voté:

      « Nous sommes tous grecs. » , soit nul.

      Pour moi pas de déception, je savais à quoi m’attendre de ce PS affublé d’un faux nez de gauche, et de cette clique de faux derches.

    2. @ Jérôme

      Vous avez parlé du kyste.
      Mais n’oubliez pas aussi le : « … les opposants à ce projet ne sont même pas de notre territoire », prononcé il y a 2 jours. Celle là, à ce sujet, même « le borgne » ne se la serait pas permise.

      Faites vous donc la promesse que vous vous proposez ! Lâchez-vous ! Votez blanc ! Ou nul ! Vous serez un vrai résistant.

      La dernière fois, et celle d’avant, et encore avant, j’ai voté ce qui est sur la photo au lien suivant :

      http://ecodouble.farmserv.org/index.php?post/2012/05/05/Bulletin-de-vote-et-petit-billet-rectificatif

      1. mais oui il parait que ce sont des miliciens jihadistes spécialement entrainés dans des camps situés dans la forêt de brocéliande

        Heureusement la dcri veille.

        Une intervention de l’otan est en préparation, mais on attend le feu vert du conseil de sécurité de l’onu.

    3. J’ai jamais voté socialiste sauf en 1978…..
      Depuis jamais…Sans voter à droite.
      Sauf Ségolène Royal. Sauf que visiblement les socialos la détestent….
      J’ai pas voté Mitterrand! Mais Ségolène.
      Depuis, rien…Nul….
      Médiocres, rien à cirer, pas crédibles, tous pareils…
      Facile non?
      C’est pourtant simple de voir les créatures du systéme qui se succedent sans interet?
      Je ne suis pas déçu par Hollande! Il est tel qu’il est depuis 20 ans!
      Il faut etre détraqué du cerveau pour imaginer qu’il soit hors du système!
      Aucune chance! Comme Obama par exemple….
      Oui et alors???
      Que dire? Sauf a leur lancer du Molotov….

    4. Ah non mais le vocabulaire là est inoui !

      « étrangers », « kyste », « camp retranché »,

      Le gouvernement traite cette affaire avec hostilité et mépris, et sera récompensé à hauteur de son aveuglement. Ceci dit il faudrait enquêter sur les arguments juridiques (enquête d’utilité publique etc). Comment arrive-t-on à valider une enquête d’utilité publique si le gens sont contre ?

      1. @ Liszt
         » Comment arrive-t-on à valider une enquête d’utilité publique si le gens sont contre ?  »
        Quand l’Etat passe , il n’y a plus de lois .
        Un exemple :
        Dans la Manche ( et ailleurs ) des gens se battent contre la construction de l’EPR de Flamanville et la ligne haute tension THT.
        Pour la 1ère fois depuis que la mémoire et le nucléaire existent , un juge , courageux , à Coutances , condamne RTE ( la société qui installe les lignes électriques 400 000 volts dont personne n’a besoin et destinées à spéculer ds le futur sur l’électricité ) à dégager illico du terrain d’un agriculteur avec astreinte de 5000 euros/jour .
        RTE obtempère évidemment.
        Deux heures après le jugement , le Préfet lance un  » déclinatoire de compétences  » , procédure rarissime à l’encontre du jugement .
        Ce déclinatoire a pour fonction finale de dessaisir le tribunal afin que la décision en revienne au Tribunal Administratif , lequel est aux ordres du pouvoir ( pas un avocat sérieux , de quelque bord qu’il se trouve , ne me contredira sur ce point ) .
        Quant aux enquêtes publiques ………… voir ces G20 dont les textes finauds (hi hi ! ) sont écrits à l’avance .
        Jorion en a parlé à de maintes reprises ; ce sont de vastes pantalonnades !
        Oui la question démocratique est posée / elle est évoquée ici-même fort souvent .

      2. C’est tout simple, le décideur s’assied sur l’enquête.
        L’enquête est obligatoire
        mais n’a pas forcément d’incidence sur la décision finale.
        La France est truffée de ces exemples, même quand les élus sont honnêtes,
        et c’est pas fréquent.
        Petites communes, grandes communes, petits territoires, grands territoires,
        partout conflits d’intérêt et corruption.
        C’est à regretter la décentralisation.
        Au moins, les grands commis de l’état n’intervenaient pas sur le détail d’une rue,
        et n’étaient pas soumis au rythme des réélections.
        Il aurait au moins fallu faire subir aux élus un cycle de formation minimal
        et leur donner des équipes d’assistants chevronnés.
        Savez vous comment on obtient des communes qu’elles cessent de nous empoisonner avec le round up ?
        Elles reçoivent des sous si elles y renoncent !
        Donc , et c’est très récent, plus de roundup dans les cours d’école, devant nos maisons etc…

        http://www.dailymotion.com/video/x7xedo_round-up-attention-danger_tech

  25. Demain, à 10H00, manifestation à Notre-Dame-des-Landes.
    Il y aura les tracteurs des paysans de la Confédération Paysanne.

    Tout à l’heure, vers 21H00, au carrefour « les Ardinières », la route pour « la VacheRit » était interdite aux voitures mais pas aux pietons, ni aux vélos : une dizaine de gendarmes montaient la garde.
    Dans le lointain, vers « le Rosier » et « la Lande de Rohanne » on entendait les grenades assourdissantes, comme une lointaine canonnade.
    Spectacle hallucinant quand les jeunes allant vers la Zone, ou en en revenant, passent devant les militaires, les uns et les autres s’ignorant royalement.

    La DDE était venue vers 20H30 renforcer les barrières.

    Il faut venir nombreux demain, car la Zone reste accessible au public et c’est ce qui gène le plus les forces des multinationales. Le public est le témoin gênant.

  26. Mon impression c’est que le gouvernement cherche le bras-de-fer : quitte ou double; comme au poker : mais là l’enjeu serait de se faire reconnaître comme fort par l’Europe et les autres … si le projet passe, ils pourront bomber le torse, un oeil en coin vers les « noteurs » , vous voyez on est capable de mater nos anti-capitalos, alors on a le droit de jouer dans la cour des grands ..

    1. Les « socialistes » (SFIO à l’époque) savent utiliser la force contre les mouvements populaires, l’histoire l’a déjà montré exemple: du temps du « Petit père Queuille »

      Le radical Queuille auquel Hollande aime bien à se comparer.

      Lire aussi: « François Hollande deviendra-t-il Queuille ou Roosevelt ? »

      Au vu des derniers événements je crois que nous avons la réponse. Je crains qu’ Emmanuel Todd ne soit en train de perdre son pari sur un hypothétique Hollandisme révolutionnaire.

      Dans l’après première guerre mondiale le SPD allemand (sociaux démocrates) ammenés par Friedrich Ebert ont écrasé la révolution spartakiste avec l’aide des corps francs (organisation paramilitaires d’extrême droite, dont bien des membres rejoignirent Hitler par la suite)
      L’histoire est là pour le prouver, entre les intérêts du capital et ceux de la classe ouvrière les sociaux démocrates ont toujours opté pour ceux du premier.
      Rien de changé sous le soleil. Seuls des citoyens sans mémoire historique, ont pu se laisser abuser par: « Le changement c’est maintenant! »
      C’est sans doute pour cela que l’enseignement de l’histoire, dans les collèges et lycées, a été réduit ces dernières années.

    2. Pour reprendre un thème cher à Paul Jorion, la révolution française de 1789, fut une révolution bourgeoise, qui a remplacé la Monarchie, par le République.
      Ce fut une révolution capitaliste, basée sur le droit sacré à la propriété privée. Depuis on s’est arrêté là.
      Tous les partis de gouvernement bourgeois de droite et de gauche, sont par essence les héritiers de cette révolution. D’où leur incapacité, si ce n’est leur refus d’aller plus loin.
      1789 a été parachevée par les révolutions de 1830 et 1848, chaque fois l’ire populaire a été canalisée et récupérée par la bourgeoisie.
      Lorsque lors de la Commune de Paris en 1872, une révolution se revendiquant d’authentiques idéaux socialistes a menacé de prendre le contrôle de la capitale, elle a été réprimé dans le sang, avec la bienveillance des armées allemandes qui campaient aux portes de Paris.
      Les bourgeoisies françaises et allemandes ayant des intérêts objectifs communs contre leur propre prolétariat.

    3. La seule révolution socialiste qui « a réussi » – la révolution russe de 1917 – ayant terminé comme l’on sait. Cela donne à postériori raison à Trotski.
      Une révolution socialiste dans un seul pays n’est pas possible.
      Comme une révolution socialiste dans tous les pays à la fois semble aussi impossible.
      De là, à en conclure que le socialisme est impossible. C’est peut-être la conclusion « secrète » à laquelle en sont arrivés nos édiles.
      Ils se contentent de jeter de l’appât social aux menu fretin du corps électoral pour mieux le ferrer, quitte une fois élu à le faire frire, au nom du principe de réalité.
      Le principe de réalité étant incarné par le rapace capitaliste, capitalisme qui lui n’a pas eu de mal à se répandre sur toute la planète, car il ne fait appel qu’aux instincts primaires et égoïstes du bipède humain.
      Le capitalisme a triomphé et il est fort à douter qu’il ait beaucoup à craindre du socialisme.
      Son plus grand ennemi, est finalement lui-même, car lorsqu’il aura conduit à consommer et à consumer tout ce qui peut l’être sur cette planète finie, il s’éteindra de sa belle mort, et nos sociétés avec.
      Mais cela va prendre encore beaucoup de temps, nos descendants connaîtrons sans doute bien des turpitudes avant d’en arriver là. Le capitalisme est à l’agonie – sans doute – mais elle risque d’être encore longue, car il a encore bien des réserves.
      Le capitalisme, c’est plus que la fin de l’histoire: c’est la fin de l’espèce.
      Et malheureusement les voix qui s’élèvent, comme sur ce blog, pour essayer de sauver l’espèce sont noyés dans le bruit de fond médiatique.
      Peut-être que « sapiens-sapiens » ne mérite pas d’être sauvé, après tout…
      Je crois que c’est Théodore Monod, qui s’interrogeait sur le fait de savoir si l’homme n’était pas une erreur de la nature.

      1. @octobre

        jducac se repose, le week-end la bourse est fermée. Ceci dit si j’exprime un certain scepticisme quant à l’avenir du socialisme, je n’en fais point pour autant l’apologie du capitalisme, je dirai même que c’est le contraire.
        Je crois que c’est en reconnaissant nos limitations, nos insuffisances, nos échecs que l’on a quelque chance de s’améliorer, non en se berçant d’illusions, souvent suivies de désillusions aux effets totalement démobilisateurs.

      2. Une révolution socialiste dans un seul pays n’est pas possible.

        Dans un pays arriéré comme la Russie, sont sort été scellé,
        d’autant plus que les révolutionnaires russes ont essuyé les plâtres du socialisme,
        faisant les erreurs que ceux qui se couchent ne font rien jamais.

        Mais n’oublions pas que Marx envisageait une révolution
        dans un pays non pas semi-féodal, mais capitaliste.
        Forcés de lui donner raison.

        La situation est mûre dans beaucoup de pays.
        A tel point qu’il faut s’organiser partout pour résister
        puis rassembler les fronts de résistance, à échelle nationale,
        et internationale, avant que trop de fruits ne pourrissent dans la barbarie.

      3. Il est probable, et même en refusant tout catrastophisme, que l’écroulement programmé du capitalisme et de son putsch sur l’ensemble de la planête entraîne les civilisations, qui ne sont pas réellement unifiées, vers un désastre qui ne pourra pas être administré quelles que soient les volontés de soumission affichées.

        Le développement accéléré de l’industrialisation et de la consommation corollaire des pays émergents va entraîner en retour des renoncements douloureux pour les populations des pays développés à côté desquels les mesures d’austérité déjà mises en place vont sembler des douceurs face à l’ascétisme à venir.
        Par ailleurs les alarmes qui retentissent à propos de la dégradation du climat ne tiennent même pas compte du développement ininterrompu des sources de pollution puisqu’à la construction de dizaines de centrales nucléaires répond dans le monde la mise en route prochaine de centaines de centrales thermiques au charbon.
        Il suffit de voir comment, à droite comme à gauche, en France, de nos jours l’unanimité se fait sur l’idéologie de la croissance à propos de la construction d’un aéroport inutile, la articularité de la gauche (PCF) étant de vouloir que ce soit un projet étatique.
        Et ainsi, pendant que le monde s’écroule, tous continuent de discuter à propos des meilleures couleurs pour repeindre les murs de la prison.

      4. @jducac

        Que pensez-vous des méthodes du capitalisme de forban des britanniques (suivis rapidement par la France et les USA) pour ouvrir le marché chinois au XIXième siècle, l’ouvrir en particulier au commerce de l’opium ???

        C’était la belle époque des colonies et de la politique de la canonnière. Une époque où l’occident se livrait sans complexe au pillage d’autres nations.

        Maintenant il faut davantage y mettre les formes, avancer au nom des grands principes, caché derrière des ONGs, et puis les anciens colonisés s’en laissent de moins en moins conter.

        Du coup les temps sont durs, et l’Europe connaît la récession.

        Je ne parle même pas des conditions qui ont été faites aux indiens d’ Amérique par les colons venus d’Europe, et les conditions faites aux noirs d’Afrique qui faisaient l’objet du commerce triangulaire.

        Pour faire bonne mesure: un exemple de nettoyage ethnique auquel se sont livrées les troupes coloniales allemandes en Namibie au début de XXième siècle. On pourrait rajouter à cette liste noire (sans jeu de mot) la répression de l’insurrection malgache de 1947 par la France, la guerre des USA contre les philippins 1899-1902, l’écrasement brutal de la révolution haïtienne par les troupes de Napoléon. Et la liste pourrait s’allonger encore de façon conséquente…

        Vous pourrez retourner le problème dans tous les sens, le système capitaliste est par nature violent, et les capitalistes utilisent des méthodes mafieuses, ne reculent devant aucun crime quand leur intérêt le commande.

      5. @ Macarel 25 novembre 2012 à 15:00

        Vous pourrez retourner le problème dans tous les sens, le système capitaliste est par nature violent, et les capitalistes utilisent des méthodes mafieuses, ne reculent devant aucun crime quand leur intérêt le commande.

        Sincèrement, je crois que ça n’est pas en cherchant de toute force à opposer un système, le capitalisme, à un autre, l’anticapitalisme, le socialisme, le communisme ou que sais-je encore, que nous arriverons à progresser.

        Vous le savez-bien, au nom de certaines doctrines en « isme » politiques, religieuses, philosophiques ou autres, les hommes ont commis les pires horreurs dont il est inutile de vouloir dresser la liste. Bien sûr on peut tout mettre sur le compte du capitalisme quand, comme je le pense, le processus qu’il utilise est à la base de l’évolution qui caractérise la marche du monde.
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=19059#comment-129478

        La vie, c’est-à-dire l’évolution, me semble violente par nature. Rien que pour se nourrir, les organismes vivants ne sont ils pas tous amenés à se nourrir d’autres organismes vivants, c’est-à-dire à les exploiter donc à accélérer leur élimination, voire-même les éliminer directement. Pour vivre dans un espace commun, où tous les sous espaces sont interdépendants, les organismes vivants ne sont-ils pas amenés à se combattre, petits contre gros, forts contre faibles, malins contre plus malins qu’eux ?

        Les progrès de la médecine par exemple, ne sont-ils pas dus au fait que notre espèce mène une guerre permanente contre d’autres, les microbes, les bactéries, les virus qui, comme nous, s’emploient à survivre dans un espace où nous sommes tous en compétition. Arrêtons donc ce processus et cessons de nous protéger des autres êtres vivants qui, comme nous, ne demandent qu’à vivre. Dans le fond, ne sommes nous pas restés des bactéries qui ont évolué ?
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Origine_%C3%A9volutive_de_l'Homme

        Où pensez-vous que de tels raisonnements peuvent conduire ?

        Ne cherchez pas. La voie a déjà été défrichée et elle ne me tente pas, même à 77ans.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide_collectif

        Tant pis si l’on me traite de vilain capitaliste, je trouve qu’il y a mieux à faire en prenant le monde tel qu’il est et en œuvrant au rétablissement de bases morales encadrées par des interdits. Il faudra bien en rétablir, alors qu’il y a 40 ans on s’employait à installer dans les esprits le célèbre « il est interdit d’interdire ». Ce slogan a fait de terribles dégâts. Pas seulement en finance.

      6. D’accord avec Macarel que l’agonie du capitalisme va durer longtemps. Pour abréger sa vie bien trop longue, il faudrait inventer un système où pertes et profits ne seraient plus des enjeux mais seulement des informations. Malheureusement, s’il n’y a plus d’enjeu, (en tout cas pas celui-là), le pli sera vite pris de s’autoriser n’importe quoi. Donc, même si ce système pouvait se concevoir, sa durée de vie serait probablement aussi courte que celle de l’ex-URSS.

        Quant à « savoir si l’homme n’était pas une erreur de la nature« , c’est une question amusante car, du point de vue de la nature, il n’y a ni échec ni succès, seulement des espèces qui durent ce que durent les espèces.

      7. @jducac

        La remise en question du capitalisme le plus débridé conduirait au suicide collectif tel que pratiqué dans certaines sectes ?

        Là, j’en reste de cul, ne seraient-ce pas plutôt les excès du capitalisme qui conduirait au suicide de l’espèce ? Ne sont-ce point les conflits mondiaux entre puissances capitalistes, qui ont produit des morts en quantité industrielle. Je n’oublie pas que Gorbatchev dernier dirigeant de l’URSS a préféré une issue pacifique lors de l’effondrement de son empire communiste, plutôt que nous plonger tous dans l’apocalypse. Pour autant je n’oublie pas non plus que le Stalinisme a tué des millions d’hommes.

        Critiquer le capitalisme, ne signifie pas vouloir en finir avec la vie que je sache. Au contraire c’est aspirer à un système où la vie serait meilleure, non seulement sur le plan matériel, mais aussi sur les plans du vivre ensemble et d’une meilleure harmonie possible avec la nature.

        Bien entendu que la nature est cruelle (et belle à la fois), mais ce n’est pas une raison pour organiser nos rapports sociaux sur un modèle darwinien, ce qui fait de nous des êtres empreints d’humanité c’est justement d’aspirer à rendre les relations dans la société moins cruelle que dans la nature.

        La vie, c’est-à-dire l’évolution, me semble violente par nature.

        Bien chiche! Evoluons vers des sociétés moins violentes, ce qui me semble aller de pair avec un dépassement du capitalisme: condition nécessaire, même si elle n’est sans doute pas suffisante.

        Tant pis si l’on me traite de vilain capitaliste

        Ce n’est pas mon cas que je sache…

        je trouve qu’il y a mieux à faire en prenant le monde tel qu’il est et en œuvrant au rétablissement de bases morales encadrées par des interdits

        La dessus je pourrais être d’accord, bien que je sois réservé sur la possibilité de moraliser le capitalisme. Car s’il n’est que la transposition dans la société humaine de la cruauté de la nature, je pense que c’est mal parti, car la nature est par définition amorale.

        Il faudra bien en rétablir, alors qu’il y a 40 ans on s’employait à installer dans les esprits le célèbre « il est interdit d’interdire ». Ce slogan a fait de terribles dégâts. Pas seulement en finance.

        Ce qui a fait beaucoup de mal, c’est la récupération des slogans libertaires par les mondes du commerce et de la finance. Ce qui a fait mal, c’est de laisser croire qu’il n’y avait plus de limites, de laisser croire que les arbres peuvent monter jusqu’au ciel.
        Ce mal est toujours là, en particulier dans les têtes de ceux qui nous dirigent, car ils ne peuvent envisager une société ans croissance du PIB.
        Je l’ai déjà dit une croissance de 2% sur 2000 ans, soit les temps historiques, reviendrait à multiplier un PIB de 1 en l’an 0, par 1,6 10^17 (1 suivi de 17 zéros), c’est tout bonnement démentiel.
        Donc si l’on tient à la survie de l’espèce, et éviter son suicide, il va falloir organiser la sortie du capitalisme (qui est tout de même basé sur la notion d’accumulation du capital), et inventer un autre mode d’organisation de nos sociétés, plus respectueux des limites de notre biosphère et de l’humain.
        Moi je trouve que c’est plutôt un programme exaltant, car il va falloir faire preuve d’imagination et retrousser nos manches pour sauver notre espèce.
        Voilà, j’ai la faiblesse de croire que le capitalisme n’est pas un système indépassable.

      8. @ Macarel 25 novembre 2012 à 20:45

        Evoluons vers des sociétés moins violentes, ce qui me semble aller de pair avec un dépassement du capitalisme: condition nécessaire, même si elle n’est sans doute pas suffisante.

        Je suis d’accord avec l’objectif, même si j’éprouve une petite gène avec le mot dépassement. Vous ne l’auriez peut-être pas utilisé si vous vous étiez suffisamment pénétré de ce qu’est, fonctionnellement, le processus du capitalisme. J’aimerai vous le faire découvrir. La robinsonnade, que je croyais suffisamment explicite et éclairante, est probablement insuffisante.

        C’est fondamental de bien comprendre le capitalisme de base pour arriver à moins le condamner et à admettre qu’il est utile et même indispensable dès lors qu’on souhaite faire évoluer les choses. Cela doit vous faire bondir que de me voir écrire cela. Mais, tant que je ne vous aurai pas donné les moyens et les explications nécessaires, nous nous opposerons stupidement, par simple incompréhension.

        Dès lors que l’on souhaite une évolution on est condamné à mettre en jeu le processus du capitalisme parce que l’évolution implique la transformation, donc le recours à une certaine quantité d’énergie pour la réaliser. La relation entre la transformation et l’énergie est bien explicitée par J.M. Jancovici. Prenez le temps de lire ce texte, et nous nous comprendrons bien plus aisément, ensuite.
        http://www.manicore.com/documentation/energie.html

        Vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai éprouvé le besoin de vous amener à l’énergie pour traiter de l’évolution de notre société. Et bien c’est parce que l’énergie est capitale, elle est essentielle à la vie, elle est « le capital » celui qui alimente des organismes vivants.

        Le capitalisme n’est rien d’autre que la constitution et l’exploitation d’une accumulation d’énergie pour vivre, mais aussi pour transformer la vie, la nôtre ainsi que celle qui nous entoure, y compris le monde. Supprimez le capital, c’est-à-dire la possibilité de faire évoluer notre vie et, à terme nous n’aurons plus de vie. C’est elle qui permet de faire, d’agir, de transformer, de modifier, de faire évoluer. C’est aussi elle qui est en jeu dans la violence, laquelle résulte souvent d’une insuffisance de capital ou d’un détournement du capital pour détruire la vie au lieu de l’entretenir et de la perpétuer. La violence peut aussi résulter d’un manque de ressources, y compris intellectuelles, lesquelles correspondent à le l’énergie accumulée, à du capital que l’on utilise pour vivre.

        L’esprit capitaliste consiste à faire en sorte de pouvoir agir, dans le présent, mais aussi et surtout dans le futur, même incertain et encore indéfini, en prévoyant l’utilisation d’une réserve d’énergie immédiatement disponible (le poisson séché de la robinsonnade) pour transformer une situation sans issue en une autre, permettant de surmonter ou de contourner l’obstacle à la progression sur l’échelle du temps.

        Bien évidemment de nos jours, le capital le plus courant, la réserve d’énergie, n’est plus le poisson séché de Robinson, ni des céréales stockées en silos comme le faisaient les Gaulois pour couvrir parfois jusqu’à 5 ans de leur consommation. Aujourd’hui le capital, celui qui s’échange en final contre de l’énergie pour vivre, est l’argent, la monnaie dont la valeur conventionnelle est fondée sur la confiance que l’on peut accorder à celui l’émet. Ces questions monétaires, même si elles sont importantes, ne sont pas à mon avis les plus fondammentales. L’argent est important parce que c’est une pseudo énergie. Il n’est pas de l’énergie, mais il permet de faire agir les hommes comme le fait l’énergie. C’est un élément de transmission qu’on a laissé se fragiliser, en étant trop permissif dans sa gestion.

        Donc si l’on tient à la survie de l’espèce, et éviter son suicide, il va falloir organiser la sortie du capitalisme (qui est tout de même basé sur la notion d’accumulation du capital), et inventer un autre mode d’organisation de nos sociétés, plus respectueux des limites de notre biosphère et de l’humain.
        Moi je trouve que c’est plutôt un programme exaltant, car il va falloir faire preuve d’imagination et retrousser nos manches pour sauver notre espèce.
        Voilà, j’ai la faiblesse de croire que le capitalisme n’est pas un système indépassable.

        D’accord, il y a devant nous un programme de travail exaltant, surtout quand nous croyons manquer de travail, alors qu’il y a tellement à faire dans le domaine de l’aide à la compréhension.

        Mais pourquoi ne pas chercher à faire se rejoindre les points de vue au lieu de pousser à leur opposition, à l’élimination de l’un par l’autre, alors qu’il suffit de voir qu’une accumulation n’est pas mauvaise en soi, dès lors qu’elle est utile au progrès, à la progression sur l’échelle du temps?

        Où voyez-vous que l’accumulation du poisson séché par Robinson à nuit à l’humanité ?

        Le capitalisme existe depuis l’origine de l’humanité. C’est lui qui a permis à certains, en se libérant des tâches d’accès à l’énergie pour vivre, de se consacrer à la réflexion, à la découverte de l’immensité du monde allant de l’infiniment petit à l’infiniment grand, et à sa compréhension, à son assimilation.

        Ne craignez vous pas d’être ingrat à son égard en ne reconnaissant pas les progrès qu’il nous a permis de faire ?

        Je pense qu’il est plus humain, plus efficace, et plus moral, de chercher à faire se réconcilier les gens en poussant à la fusion du capital et le travail, au lieu d’œuvrer à entretenir leur opposition et leur lutte fratricides.

        Faisons en sorte qu’il n’y ait ni vainqueur ni vaincu mais un gagnant: l’intelligence humaine!

      9. @jducac

        Que voulez-vous que je vous dise, continuons comme si de rien n’était: business as usual.

        On s’achemine aux dernières nouvelles vers une augmentation de 4°C de la température moyenne de l’atmosphère d’ici la fin du siècle. (cf manicore pour ce que cela implique)
        De l’énergie on va en avoir à revendre, mais nous allons avoir beaucoup de mal à la canaliser.
        Car avec une telle augmentation les phénomènes extrêmes vont devenir courant et très destructeurs.
        Il est vrai que nous, on peut s’en ficher, puisque lorsque cela arrivera on ne sera vraisemblablement plus là. Mais ceux qui nous suivront…

      10. @ Macarel 26 novembre 2012 à 22:36

        On s’achemine aux dernières nouvelles vers une augmentation de 4°C de la température moyenne de l’atmosphère d’ici la fin du siècle.

        Cette possibilité ne doit-elle pas nous amener à réfléchir ?

        La gravité du risque envisagé oblige ceux qui en sont conscients, à faire le choix d’une conduite à tenir. Personnellement, je suis partisan d’œuvrer dans le sens d’une moindre consommation d’énergie fossile, même si mon action personnelle ne peut qu’être dérisoire au regard du problème posé.

        Une telle position va plutôt dans le sens d’une réduction générale du niveau de vie, donc vers une réduction du pouvoir d’achat alors que le monde du travail s’est toujours battu contre le capital pour obtenir une augmentation. C’est là que se trouve le nœud du problème. Vous pouvez suivre la vingtaine de premières minutes de l’exposé de J.M. Jancovici pour mieux le percevoir.
        http://www.youtube.com/watch?v=P7DY6wqRNfk

        L’Allemagne l’a compris et a pris les premières mesures allant dans le bon sens, il y a une dizaine d’années, mais il y a encore beaucoup de chemin à parcourir partout dans le monde et en particulier en Europe du Sud, y compris en France. La très grande majorité de ceux qui prônent l’augmentation du pouvoir d’achat ou bien n’ont pas compris la situation, ou alors sont des irresponsables qui poussent au suicide de leur communauté, laissant ainsi d’avantage de chance de survie aux autres communautés moins consommatrices.

        De l’énergie on va en avoir à revendre, mais nous allons avoir beaucoup de mal à la canaliser.

        Ça n’est pas parce que les terriens vont avoir de plus en plus chaud qu’ils auront de plus en plus d’énergie à disposition, au contraire. D’autant que pour survivre, ils auront besoin d’en consommer encore plus pour se rafraîchir et se soigner avec pas mal de tranquillisants. On devra en effet, calmer les esprits échauffés par les éternels agitateurs, plus enclins à faire exploser la violence que d’aider à faire jaillir la compréhension des choses au sein des foules.

        C’est l’énergie fossile que nous consommons depuis à peine deux siècles qui est en train de nous retomber sur le nez, à cause des gaz à effet de serre émis principalement par les pays développés ou en voie de développement. Augmenter les salaires et le pouvoir d’achat dans ces pays, ce serait leur permettre de consommer davantage d’énergies fossiles alors qu’il faut les épargner pour préserver la survie de notre espèce. Mais pour que cela soit accepté, il faut que cela soit compris. Il faut donc l’expliquer, et c’est ce à quoi je m’emploie. Même si mon action est dérisoire, je pense mieux servir mon espèce en l’amenant à comprendre, ce que je pense avoir compris.

        Il est vrai que nous, on peut s’en ficher, puisque lorsque cela arrivera on ne sera vraisemblablement plus là. Mais ceux qui nous suivront…

        Il nous faut prendre conscience de nos devoirs à l’égard de nos suivants. Ils sont en retard sur nous dans la compréhension et dans le temps, les deux étant étroitement liés. Lorsque tout aura été compris, le temps et notre espèce existeront-ils encore ? D’ailleurs, la conscience du temps en milliards d’années, existe-t-elle ailleurs que chez les humains?

    4. Tous les sauveurs que l’histoire des hommes a engendré, ont lamentablement échoués.
      A commencer par le plus célèbre d’entre eux, en occident, Jésus Christ, c’est aussi vrai des autres, ailleurs et en d’autres temps, dans la sphère religieuse ou pas.
      Mais les dinosaures méritaient-ils d’être sauvés. Pour la nature, je crois que le sort des créatures qu’elle a engendré lui est indifférent. L’ Homme a en plus de ses lointains prédécesseur une intelligence à « nul autre pareille » du moins c’est ce dont il se targue.
      Mais cette intelligence qui pourrait être sa planche de salut, est tellement mal employée, ou tellement peu employée, que finalement il pourrait régner beaucoup moins longtemps sur cette planète que ne l’ont fait ses prédécesseurs dinosauriens.

      1. La question pour l’humanité n’est pas de savoir si elle mérite d’être sauvé, mais si elle veut l’être, et dans l’hypothèse où elle veut l’être comment faire.

      2. @Marlowe

        Le propre des êtres vivants est de vouloir persévérer dans leur être individuel.
        Mais cette volonté ne suffit visiblement pas lorsqu’il s’agit de la survie de l’espèce, il faut en plus de la conscience individuelle, le développement d’une conscience globale, collective.
        Je crois que cette conscience est en général très faible, ce qui rend la survie de l’espèce à très long terme, voire même à moyen terme, très, très problématique.
        Le capitalisme n’a besoin pour se développer que de la conscience individuelle, le système ne fait donc rien pour que se développe une conscience collective, c’est contraire à son intérêt.
        Malheureusement cet intérêt est lui contraire à la survie de l’espèce.
        C’est bien là le noeud du problème, les efforts faits sur ce blog sont méritoires, car ils vont dans le sens du développement de cette conscience, mais il faudrait bien plus pour renverser la vapeur au niveau global du « village » planétaire.
        Je persiste et signe, en disant que le système capitaliste – en luttant quoi qu’il nous en coute pour sa survie – compromet presque à coup sûr la survie de l’espèce.
        Notre néo-cortex est capable d’imaginer une sortie étalée dans le temps de ce système mortifère, hélas notre « cerveau reptilien » nous empêche de mettre en place ne serait-ce que le début du commencement de cette sortie vers le haut.

      3. Il y a une différence entre Le Christ et les autres c’est qu’il a dit « mon royaume n’est pas de ce monde »!

      4. @ Macarel 24 novembre 2012 à 19:39

        Le capitalisme n’a besoin pour se développer que de la conscience individuelle, le système ne fait donc rien pour que se développe une conscience collective, c’est contraire à son intérêt.

        Pourquoi toujours vouloir présenter le capitalisme comme un mauvais processus, et les capitalistes comme de mauvaises personnes, dépourvues d’humanité et de conscience collective ?
        Pensez vous que les capitalistes sont assez sots pour croire qu’ils n’ont pas besoin des autres et réciproquement ?

        Ce qui, à mon avis, les différencie surtout des autres, c’est leur aptitude à se projeter dans le futur et à tout faire pour disposer, le moment venu, des moyens nécessaires pour s’adapter à l’évolution qui sera intervenue entre temps. Les autres, inconscients de ce que le monde exige du fait de son évolution, se contentent de vivre au présent, en anticipant nettement moins que ne pouvaient le faire les générations nées avant la dernière guerre mondiale. Ces générations, même chez les pauvres, étaient nettement plus animées d’un esprit capitaliste que le commun des mortels d’aujourd’hui.

        Dans notre monde fondé sur les échanges, c’est la richesse non consommée, le capital, le patrimoine, converti en argent ou en mesure d’en générer, qui permet d’agir et de faire agir nos semblables ou les machines qui nous assistent, pour nous adapter à l’évolution en investissant dans des moyens appropriés.

        En fait, physiquement, pour qu’une espèce telle que la nôtre survive, il lui suffit de disposer d’énergie pour transformer la matière disponible dans son environnement afin d’entretenir sa vie. Sans s’en rendre compte, c’est ce que chacun de nous fait, y compris les plus anticapitalistes qui exploitent leur propre capital humain, pour extraire de leur environnement l’énergie qui les fait vivre et se perpétuer.

        En fin de compte, ce qui manque le plus au gens d’aujourd’hui, c’est de comprendre le processus capitaliste qui les fait vivre. S’ils le comprenaient, je pense qu’ils ne le condamneraient pas. Au contraire, dans certains pays, certains courants politiques ont surtout cherché à ce qu’il soit haï avant d’être compris, ce qui a conduit à de pénalisants blocages.

        Quant à Jésus Christ, il a prôné l’amour et non la haine.

      5. à Macarel,

        Le problème est que la majorité n’a pas beaucoup de possibilité de s’exprimer et n’en éprouve pas le désir. La faute en est à la fabrique du consentement sous ses diverses formes.
        Seule une minorité se rebelle contre l’insupportable.
        Je crois que nous devons en déduire que cette minorité sera la seule à pouvoir déclencher des processus exemplaires et irréversibles.
        Comme elle ne pourra pas être égalitaire, il lui faudra au minimum être anti-hiérarchique dans le cours du mouvement où elle sera exemplaire.

      6. @jducac

        Vous avez une vision tout à fait positive du capitalisme, ce n’est pas mon cas. Disons que ce système devient vite insupportable lorsqu’il n’a plus en face un adversaire qui l’empêche de dérailler complétement, comme aujourd’hui.

      7. @cording

        « mon royaume n’est pas de ce monde »!

        Lorsque l’on connaît la réalité de ce monde, on ne s’étonne pas que JC ait pu prononcer cette phrase.
        Il avait compris que le bipède humain est difficilement récupérable.
        Qu’il ne pourrait espérer, jamais, réaliser le royaume qu’il appelait de ses voeux ici-bas.

      8. @jducac

        Disons que le système capitaliste a été, en s’appuyant sur les progrès des sciences et des techniques, très efficace pour enrichir matériellement une minorité de terriens, au détriment d’une majorité d’autres terriens. Qui plus est dans la minorité qu’il a enrichie, une infime minorité s’est enrichie de façon démesurée.
        Rien que cela suffit à disqualifier ce système, qui en plus, laissera une nature pillée et souillée de façon trop souvent irréversible.
        Qui plus est, il a rabougri, desséché les âmes de ceux qu’il a enrichi à proportion de l’enrichissement matériel qu’il leur a procuré.
        Enfin, il ne peut pas tenir la promesse d’enrichir tous les terriens à la hauteur de ceux qu’il a déjà enrichi, pour cause d’épuisement de ressources naturelles finies et de saccage de la nature.
        Ce n’est pas là le moindre de ses défis, dans un monde toujours plus peuplé.
        J’ai donc le plus grand mal à penser que le processus capitaliste soit intrinsèquement bénéfique.

        Pensez vous que les capitalistes sont assez sots pour croire qu’ils n’ont pas besoin des autres et réciproquement ?

        Loin de moi cette pensée, ils ont toujours eu besoin des autres pour les exploiter, et lorsque ces derniers ont obtenus quelques miettes du gâteau, c’est souvent à l’issue de luttes très dures.

        Quant à Jésus Christ, il a prôné l’amour et non la haine.

        Que je sache, condamner le capitalisme, où à tout le moins ses excès, ce n’est pas prêcher la haine. Au contraire, je ne vois pas où est l’amour du prochain, dans un monde où tout pourrait s’acheter ou se vendre. Jésus, n’a-t-il d’ailleurs pas lui même chassé les marchands du temple avec un fouet ?

        Je crains que ce processus, ce système, ne laisse au final l’humanité matériellement et moralement exsangue.

      1. J’ai toujours pensé qu’il aurait le plus grand mal à finir son quinquennat, en tout cas à le finir dans une ambiance calme et pacifiée.
        Pour revenir au parallèle avec Louis XVI, outre le caractère quelque peu pusillanime, il y a le fait que la situation, dans un contexte européen déliquescent, pourrait, en effet, devenir franchement révolutionnaire, si ceux qui tiennent le manche persistent à gouverner en autistes.

      2. Trop fort … C’est surréaliste ! La compagne de Normal 1er s’est trouvée un surnom, deviner lequel ?

        « Valérie Trierweiler se surnomme Marie-Antoinette »

    1. Au Bourget, en pleine campagne, Hollande déclarait il n’y a pas si longtemps : « mon véritable adversaire c’est la finance ». Tout ce discours s’était déjà vite dégonflé peu après à la City de Londres… On préfère désormais un adversaire plus identifiable et à portée de grenade lacrymogène. Ce comportement mou et virevoltant, s’accommodant de tout et de son contraire, mène finalement lui aussi au chaos : pas de vision, pas de compréhension des mécanismes destructeurs à l’oeuvre, aveuglement et ignorance, complexes d’infériorité : oui faiblesse du pouvoir en pleine déconfiture d’action et de perspectives : le changement c’est maintenant ?!!!

    2. Fort avec les faibles et faible avec les forts …

      C’est en effet gênant :
      Morts violentes à Marseille en 2012 : 24

      On ne peut pas transférer ces policiers, crs et autres personnes convaincues de faire un digne travail de s’occuper de ce problème qui me fait douter de l’état de droit de notre nation ?

      Il me semble que les actions d’organisations délinquantes prennent de l’ampleur dans certaines localités et qu’il est plus urgent et nécessaire de résoudre ce problème que de « convaincre » des ligériens de la nécessité de cet aéroport.

      1. Ah, il nous manquait l’inénarrable « mais que fait la police ?! » dans la version « occupez vous des voyous au lieu d’emmerder les braves gens ! ».

      2. 24 morts depuis le début de l’année? On reste dans la moyenne des 50 dernières années. Rendors-toi vent-d’bout.

  27. Le décideur a décidé que sa décidation était irrévocable, pour ne pas paraitre comme un décideur à la manque…
    Tout ceux qui recherchent autres motivations sont des crétins aveugles.
    C’est en fait freudien, de l’ordre de la maladie mentale, symptome des dirigeants .
    Ceci dit mon correcteur orthographique me gonfle…Symptome est exact!!!!
    Je vais donc le virer, programmé par des cons….Ces imbéciles n’ont aucune idée de la langue…Encore la perfide Albion ou des crétins de sarkosystes copéiens…
    Voui! Et alors un aéroport? Pourquoi faire?
    Bien sur, personne ne se pose la question !!!!!
    On s’en fiche, on en fait un rapport de force politique….
    Le problème est la, un premier ministre qui ne peut, étatiquement etre mis en défaut, sauf démission…
    Aéroport? Il reste!
    Non? Il dégage!
    Que dire? C’est assez amusant, sachant que malgrès tout le pouvoir socialiste va se déconsidérer.
    Mais ici, y a de quoi rigoler…De toute faon, qui, croit que Hollande est le nouveau Roosevelt?
    J’en vois qui rigolent….
    Moi aussi….

  28. Bonjour à tous
    Indépendamment des petits arrangements entre amis, tout ces trucs servent à augmenter le PIB.
    Et le PIB qui grossit mes coquins , c’est Sainte Croissance qui revient!
    Et quand Sainte Croissance revient, on se frotte les mains!
    La croissance , c’est Sainte CROISSANCE qui se refait une santé à Nantes!
    Ne pleurez vous pas de joie de voir la CROISSANCE revenir !? ça vaut bien quelques sacrifices!
    Ayrault héraut de notre bonne sainte Croissance que nous croyons perdue! bonnes gens! Dommage que les vilains ne se nourrissent plus d’images d’Epinal! la propaganda staffel, pardon: les conseillers en éléments de langage, vous eussent torché une image pieuse à la manière de l’Angélus: tout le gouvernement recueilli sur la piste saluant l’atterrissage de Sainte Croissance revenue et de son mignon petit Pib aux ailes dorées!
    Et vous voudriez renoncez à un tel miracle?! Pour quelques gueux hérétiques, relaps et blasphémateurs!? Mais vous perdez la raison?

    Allons allons il faut raison retrouver! Reprenez votre place dans le cortège , là ,oui, derrière le joueur de flûte , et chantez les hymnes psaumes et louanges dues à notre bonne sainte patronne qui nous a toujours comblé de ses bienfaits!
    Ô Sainte CROASSANCEEEEEEEUUUHHHHH Allesouya! Alléééésouyaaaaaah!

    Et les ayroports déserts? Y a qu’a en faire des parkings pour les containers qui viennent de chine et louer les pistes à des circuits de karting ! ou à des courses de dragsters ou en faire des campings de luxe pour les roms, les kystes et tous les minables ,ceux qu’ont pas de Rolex !

    Cordiales OAT

    PS: Dans vos actions de grâce n’oubliez pas Lui Président!

  29. Evoquer Bourdieu dans un billet précédent pour ce problème d’aéroport, même mis astucieusement en perspective, ne suffit pas, de mon point de vue, à parler d’un sujet qui manifestement n’est pas connu par l’auteur de ce blog ou, au moins, est traite de façon si lapidaire qu’on pourrait le croire.

    Cette propension de nombreuses personnes ici à conscienceusement jeter l’oprobe sur cette gauche « socialistes » si malfaisante, si horrible, aurait peut-être été un sujet plus pertinent en sociologie. Car elle identifie peut-etre une grande frustration, qui parfois est la mienne aussi, et qui peut évidemment, comme n’importe quelle démarche générale aboutir à des biais.

    S’occuper des problèmes de « seconde catégorie » a pour premier effet de ne pas s’occuper de
    problème de « première catégorie ». Reste à définir les catégories! Bourdieu aurait pu dire un truc comme ça. Bref, je pense que l’on est en plein dans le symbolique…

    J’espere que ce blog continuera, même sans Julien au contrôle, au moins je pourrais vous embêter.

    1. Je précise que je ne suis pas pour ce projet qui n’est principalement qu’une vaste opération immobilière, que l’aéronautique et le nucléaire ne devraient plus être considéré comme des priorités, mais que ce débat a duré tres longtemps et a été tranché aussi par des votes.

      1. En 1965, quand ce déplacement d’aéroport a été décidé, le consensus était que tout le monde allait en profiter: les classes laborieuses auraient du travail, les classes moyennes prendraient l’avion plus souvent et la classe aisée ferait des affaires.

        Donc, du parti communiste (favorable au progrès et au plein emploi) à la droite la plus classique pas de problème: grâce au compromis « Adam Smith révisé Henry Ford » tout le monde pensait à l’époque être en route vers le meilleur des monde possible.

        Cinquante ans après, le PS est parvenu à obtenir qu’une majorité d’électeurs – y compris les « écologistes » – leur confie ce qui reste du pouvoir politique pour redresser la situation sur la base du même compromis (retour à la croissance grâce à plus de compétitivité.)

        En réalité, comme le montre la division de la droite, la division du Front de Gauche (qui ambitionne de prendre la place qu’occupaient les communistes) et comme le montre aussi l’impossible alliance des verts et du PS, personne n’y croit vraiment mais presque tout le monde fait comme si ce retour en arrière était possible (on pourrait ajouter que les projets de l’extrême droite et des verts sont des retours en arrière plus accentués bien que l’amplitude en soit très confuse.)

        Le projet du nouvel aéroport de Nantes est un projet de retour en arrière et s’il n’a qu’une importance économique relativement limitée c’est

        …un exemple éclatant des questions auxquelles l’élection présidentielle n’a fourni aucune réponse.

      2. des votes ?
        et quand ? ces votes ?
        La construction de la Tour Montparnasse a été décidée plus de quinze ans avant son chantier,
        et tous savaient qu’elle était obsolète sur le plan de l’urbanisme au moment de sa construction.
        Mais ce qui est dit est dit.
        On n’a pas, en France, un urbanisme de favelle :
        on prend son temps,
        et tant pis si le monde a changé quand on s’y colle pour de vrai.

        Je ne parle même pas de l’amiante qui rend sa valeur nulle, voire négative,
        tellement il serait cher de la mettre aux normes, la belle tour.
        Mais alors, comment s’en débarrasser ?
        ce serait très cher aussi.
        Statu quo donc,
        à moins qu’on trouve un bon cinglé ou un vilain terroriste qui nous décharge du problème,
        ce serait dur pour le sixième,
        qui n’a pas l’habitude de respirer les cochonneries d’ usines..
        Je rigole.
        On lui fit une guirlande Las Vegas du meilleur goût,
        ça distrait,
        et ça répond à l’allumage de la Tour Eiffel qui tient le coup grâce à ses douze couches de peinture au plomb. Scotchée plomb.
        Que demande le peuple !
        Les touristes s’en fichent, pour une fois qu’ils visitent
        et tant pis pour ceux qui y travaillent quotidiennement.
        Heureusement, ya encore des hostos.

  30. Pour ne pas être rejetés par les médias et les récupérateurs, les acteurs en lutte, dans leur majorité, se censurent eux-mêmes.
    La raison essentielle pour ne pas construire un nouvel aéroport, c’est qu’il faut cesser d’utiliser l’avion pour transporter des hommes (ou femmes) d’affaires, des touristes, et des marchandises destinées aux plus riches.

  31. bétonner à tout va pour soi disant créer des emplois……qui ne seront même plus payé au smig dans trés peu de temps d’ailleurs ;en chine ils construisent des villes qui sont vides , en france on construit des aéroprts dont on n’a pas besoin ; pas demain la veille que je donnerai ma voix à tout ces trous du cul de politiques qui ne valent pas mieux les uns que les autres ; quand je pense qu’ils faut engraisser à vie toute cette sales engeance , j’en suis malade ;

  32. « Cet aéroport sera créateur d’emploi » »….ite misa est.
    Au nom de l’emploi : l’amiante, le nucléaire, le tout voiture, etc….

  33. NDDL Ayrault et Valls pas décidés à lâcher ce week-end .
    Renforts bienvenus .

    Fil d’infos , samedi 24 nov 2012
    – 9h15 : 30 autres véhicules se dirigent de Vigneux vers la ZAD…
    – 8h58 : Infos routières : entre le Temple et Vigneux tous les carrefours sont bloqués.
    – 8h49 : Au moins 15 fourgons de mobiles sur le chemin de suez plus une dizaine entre le moulin de Rohanne et la Rollandière. Dans le forêt de Rohanne, les flics viennent d’entrer dans la cabane au sol. Des renforts seraient plus que bienvenus !
    – 8h45 : Les flics sont entrain de se déployer vers la Saulce et entre la forêt et le Rollandière.
    – 8h 41 : Une centaine de flics entrent dans la forêt de Rohanne, sans engins pour le moment.
    – À l’hôtel Pallatio (à Vigneux), plein de flics s’apprêtent à partir vers la ZAD avec une machine
    – 8h15 : Aux cabanes de la Chat Teigne il y a du monde assez divers sur les toits ; dans la forêt de Rohanne il y a du monde dans les cabanes dans les arbres ; Les flics sont au moins sur les chemins avec des spots. Infos routières : Ça semble facile de circuler entre la ZAd et NDDL.
    – 7h : Le carrefour du Moulin de Rohanne est bloqué par les flics ; à Atlantis, plus de 4 ca,ions de CRS ont été vus prendre la 4 voies en direction de Vannes (et la ZAD)

    1. Bonjour, je serais bien venue en renfort , mais j’habite à 8000 kms de Nantes, faudrait que je prenne l’avion …
      Mais je suis de tout coeur avec vous.

      1. cherchez un parking et garez vous … dans l’entrée 🙂
        et appelez le gardien pour négocier une réduction NDDL sur le tarif

        une minute de stationnement gratuit, çà n’a pas de prix
        et c’est tellement plus convivial

        on apprend à connaitre les gens…

        si vous n’obtenez pas la réduction faites marche arrière

      2. Mais il y a des intérêts VINCI et leurs serviteurs politiciens PS
        et autres partisans du gouverneùment MEDEF un peu partout…

  34. A-t-on creusé le financement de cette opération, dans laquelle le groupe Vinci est le principal partenaire du PPP (partenariat Public-Privé) ?
    Vinci, propriétaire de nos autoroutes, « pour une bouchée de pain » (dixit Mr Zacharias, son ex-PDG)
    Au delà, derrière ces PPP, ne livrons nous pas nos finances publiques à un racket en bonne et due forme ?

    1. Il parait que le précédent préfet de la zone et maintenant salarié de Vinci !
      Pour le moins étonnant, mais plus rien ne me surprends avec ses mafias parasites.
      A confirmer.

    1. Bien entendu! Le « libéralisme économique » peut très bien aller de pair avec absence de libertés citoyennes. On le voit dans la Chine capitalisto-communiste.

    2. C’est pour ça que M Valls affiche une détermination « totale » !

      Notre-Dame-des-Landes: Valls affiche la détermination du gouvernement … est « totale »,

      La « détermination du gouvernement » à porter le projet du futur aéroport à Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, et à « faire respecter la loi », est « totale »

      Bravo parce que là c’est un grand orateur et histoire de diviser le pays franchement.

  35. A ceux qui veulent un peu de fraicheur et d’enthousiasme, loin des navets moyens et sup qui viennent pinailler ici, écoutez les reportages sur le combat autour de Notre-Dame des Landes Las-bas si j’y suis, particulièrement les témoignages sur le répondeur.

  36. bah ayrault et hollande ont deja perdu 2017 grace à cet aéroport , un centriste de droite ( bayrou ? ) a toutes ses chances face à lepen/copé :

    en gros , hollande désavoue ayrault qui devra démissionner si l’aéroport ne se fait pas et il n’y a pas de remplaçant assez fillonesque à gauche pour etre premier ministre . donc hollande est obligé de couler avec ayrault .

    Todd disait que Hollande serait un nain ou un géant à l’issue de son mandat on sait désormais qu’il sera plus petit que sarko , la question etant juste de savoir la hauteur des talons .

    quelqu’un de gauche se doit d’etre de gauche quoi qu’il lui en coute !!!

  37. Le projet d’aéroport de Notre Dame des landes est déjà une vieille histoire d’au moins 10 ans après une longue procédure dont une longue enquête de débat sur l’utilité publique qui a vu la défaite raisonnée de ses opposants. La lutte actuelle est le fruit du gauchisme et du caractère irresponsable des Verts et écologistes qui traduit leur mentalité profondément réactionnaire.
    De ce fait je pense qu’ils n’ont pas leur place au sein d’un gouvernement progressiste, qu’ils retournent cultiver leurs chimères d’anarchistes et petits bourgeois réactionnaires.

    1. La vielle histoire c’est:
      – du travail pour la classe laborieuse
      – des voyages en avion pour la classe moyenne
      – des affaires à faire pour la classe supérieure.

      Il est indiscutable que cette manière d’envisager le progrès disposait d’un appui électoral large et sincère il y a un demi siècle, si vous pensez qu’il est toujours aussi large et aussi sincère demandez-vous pourquoi tous les partis politiques sans exception sont aussi divisés qu’ils le sont actuellement…

      1. Le résultat du débat public et de l’enquête qui a eu lieu vous donne tort, vous pouvez le regretter mais c’est ainsi. Comme disait Jaurès en politique il faut aller du réel vers l’idéal!

    2. C’est vrai que chez les verts c’est plein d’aristos nostalgiques de l’ancien régime, et des domaines seigneuriaux.

      La lutte actuelle est le fruit du gauchisme et du caractère irresponsable des Verts et écologistes qui traduit leur mentalité profondément réactionnaire.

      Excellent comme formule, dans une même phrase on apprend que les gauchistes sont réactionnaires. C’est le vieil anathème du rouge-brun lancé contre toute personne qui se met en travers des intérêts économiques dominants.

      De ce fait je pense qu’ils n’ont pas leur place au sein d’un gouvernement progressiste, qu’ils retournent cultiver leurs chimères d’anarchistes et petits bourgeois réactionnaires.

      Bien entendu celui qui invective est lui même un homme de progrès héritier de la philosophie des Lumières. Pour finir, de gauchiste, on passe à anarchiste et de fil en aiguille à bourgeois réactionnaire.

      Seul point commun dans tout cela: « réactionnaire ». Mais finalement on peut être réactionnaire progressiste, lorsque l’on réagit contre des projets industriels ou d’urbanisme dont l’utilité est douteuse.
      Tant que l’on est dans les oxymores…

      1. Point n’est besoin d’être plein d’ aristos nostalgiques de l’Ancien Régime et des domaines seigneuriaux pour être réactionnaire. C’est une vision politique qui transcende les classes sociales!
        Ce sont des aristocrates qui font fait la Nuit du 4 Août 1789 de l’abolition des privilèges!
        C’est ignorer ou mépriser les résultats de la logue enquête et du débat qui a eu lieu et a abouti à un résultat qui ne vous plait pas. Mais c’est ainsi en régime démocratique, les majorités font la loi et s’y opposer n’est pas faire preuve d’esprit démocratique mais de gauchisme comme disait Lénine, cette maladie infantile du communisme!
        Au 19è siècle les gens réactionnaires ont refusé l’entrée du train en gare de Tours et d’Orléans donc il y a la gare de Saint Pierre des Corps et de Fleury les Aubrais, les premières nommées sont des culs-de-sac. C’étaient des gens de toute sensibilité politique.
        Il est vrai que le caractère progressiste de l’actuel pouvoir reste à prouver mais c’est la filiation idéologique dont il se revendique. Après un simulacre de renégociation il a adopté le traité libéral, comme tous les autres de l’UE, de Merkel et Sarkozy. Il a des dogmes et des tabous qui lui interdit de remettre en question l’UE, pour lui il faut faire l’Europe à tout prix!. L’UE est réactionnaire parce qu’elle est fondée sur des principes libéraux de libre circulation des marchandises et des capitaux qui imposent leur loi d’airain aux peuples même quand, sous Jospin il y eût une majorité de gouvernements socialistes ou sociaux-démocrates sur les 15 pays composant alors cette union.

      2. @cording

        J’ai du mal à suivre le cheminement de votre pensée, mais je crois comprendre que vous défendez la légitimité du vote de la majorité dans le système de démocratie représentative.
        Je suis d’accord avec vous, mais alors que les gouvernants respectent le choix de la majorité dans tous les cas, pas seulement quand cela les arrange.
        En 2005, ce sont les représentants du peuple qui se sont conduits comme de vulgaires « anarcho-capitalistes réactionnaires » en bafouant le choix du peuple.
        Les héritiers de la révolution bourgeoise de 1789, n’ont pas dans leurs rangs des « aristocrates éclairés comme ceux qui ont fait la nuit du 4 août », c’est le moins que l’on puisse dire. En ce sens là, ils sont plus réactionnaires que progressistes, car ils sont plus prompt à protéger leurs privilèges qu’à les remettre en question.

    3. @Cording

      Je me souviens des enquêtes d’utilité publique sur les centrales nucléaires…Elles ont toujours vu la défaite « raisonnée » des opposants…

      Pour le reste, tes anathèmes sont si foutrement obsolètes qu’ils en sont risibles. Du Madellin d’avant la glaciation. Quant à l’argumenteur sur la nécessité d’un tel projet, lis le Canard de cette semaine. Porquet en fait du petit bois en une brève bien sentie.

    4. Quel débat? Ils en ont parlé à la télé organiser des réunions publiques médiatisées, cherchés des prospectives récentes sur le futur du transport aérien ? perso j’ai déjà manifesté contre cet aéroport il y a vingt ans. et dans ce que je vous signale à propos du TGV méditerranée point de démocratie. La démocratie ce n’est pas un bulletin de vote et puis amen pour 7ans ou 5ans, surtout dans nos sociétés hyper-complexe.
      Vous avez une conception monarchiste de la démocratie, je suis plus du style à donner mon avis qu’on me le demande ou pas. Parce que j’estime que chacun devrait avoir son mot à dire surtout quand il s’agit de gâcher des terres et des centaines de millions d’Euros.

      1. @ Kaiel
        « …. gâcher des terres et des centaines de millions d’Euros. »
        Le VRAI projet est de bétonner la terre de Nantes à St Nazaire .
        Pas des millions , des milliards .

      2. La démocratie c’est le pouvoir du peuple mais cela implique des décisions politiques et un décideur collectif: un législatif et un exécutif ! On ne peut remettre sans arrêt des décisions parce qu’elles ne vous plaisent pas.
        Mes anathèmes (sic !) ne sont qu’une façon de tacler un état d’esprit que je trouve réactionnaire: hostile au progrès scientifique et technique comme les opposants au train au 19è siècle à Tours et à Orléans!

    5. @Cording

      Sur l’enquête d’utilité publique, quelques précisions…Le fameux décret d’utilité publique est finalement publié le 10 février 2008, suite à une enquête publique dans laquelle 80 % des contributions faites aux sept enquêteurs étaient opposées au projet. L’enquête a été pourtant considérée comme validant le projet….Il faut au moins être un élu pour considérer que l’enquête autorise le projet…

  38. De manière assez étonnante, personne n’évoque cet autre argument qui pourrait en inciter plus d’un à se porter contre un tel projet, celui de l’augmentation plus que probable des impôts locaux suite à la réalisation d’un aménagement de ce type. Adossé à l’argument de l’inutilité du projet pour cause de prévision de baisse du trafic aérien, on obtient un cocktail détonnant, car en effet dans quel autre domaine que celui de l’aménagement du territoire accepterait-on de payer pour quelque chose dont on a pas besoin?

    Cela dit on comprend bien le risque de s’aventurer sur ce terrain, celui de passer pour une émule de Jacques Marseille, ce qui serait pour le moins inconvenant pour qui se réclame de gauche…

    1. @ Dissonance
       » accepterait-on de payer pour quelque chose dont on a pas besoin ?  »
      Comme si yavait pas déjà mille machins dont on n’a pas besoin pour lesquels on paie !
      De quoi a-t-on besoin ? Un jour p’têt cette bonne question sera mise à plat .
      … » personne n’évoque cet autre argument qui pourrait en inciter plus d’un à se porter contre un tel projet , celui de l’augmentation plus que probable des impôts locaux  »
      Ds la région de Nantes , déjà , on en cause , des impôts ….

      1. @taratata

        Comme si yavait pas déjà mille machins dont on n’a pas besoin pour lesquels on paie !

        J’admets, cet argument repose plus sur ce qui devrait être que sur ce qui est, mais tout de même: On admet de payer des charges sociales dans la mesure où nos assurances maladie, chômage et vieillesse offrent une couverture sociale certes sans doute insuffisante mais effective. Le jour où cette couverture serait réduite à néant, qui accepterait encore de différer son salaire? (c.f. Bernard Friot)

        De la même manière, ceux qui admettent de payer des impôts ne l’acceptent que dans la mesure où le service public dans son ensemble est estimé convenable. Le jour où l’opinion publique estimera que ses impôts ne servent plus qu’à financer les services qui prélèvent cet impôt, je ne suis pas sur qu’elle accepte encore de payer très longtemps.

        Vous me direz peut-être que vu la dégradation aussi bien des services publics « généraux » que des assurances vieillesse, maladie et chômage ces dernières années, il y a déjà de quoi refuser de payer. Et j’abonderais dans votre sens; c’est à mon sens un élément qui constitue la criticité de la période en cours: Si les cotisations, impôts et taxes augmentent encore et toujours alors que les services publics ne cessent dans le même temps de se dégrader, viendra nécessairement un moment où le peuple lui-même décidera de faire défaut vis-à-vis des institutions, ce qui précipitera ces institutions elles-mêmes dans un défaut vis-à-vis de leurs créanciers, ce qu’elles esquivent jusqu’à maintenant par tous les moyens.

        Cela dit encore une fois, la faiblesse de cette hypothèse repose comme trop souvent sur la nécessité d’effet de masse: Si une écrasante majorité refuse de payer l’impôt, l’effet est immédiat et sans appel. Si seulement une poignée consent à ce risque, elle se fait illico broyer par la machinerie administrative et judiciaire. Conclusion, la clef de voute reste (pour longtemps encore peut-être) la nécessité de coordination des masses, chose éminemment difficile à mettre en œuvre dans un contexte gavé d’individualisme.

  39. M’enfin! il est très bien ce projet de nouvel aéroport!; faut être moderne, les gars!, faut fluidifier le trafic des touristes qui partiront une semaine en Thaïlande ou ailleurs, accueillir les hommes d’affaires pressés, avec les hôtels qui vont bien, les services à la personne.. ( un marché à développer après la concurrence du Carlton de Lille ), quelques bars à entraineuses de plus ( j’ai déjà vu ça à Nantes, c’est assez rigolo…)le centre de congrès signé par un architecte de renom pour recevoir l’assemblée annuelle des quincaillers, le casino qui va avec, un petit paquet de béton pour les voies rapides ( faut que ça roule ) ça en fait des emplois, tout ça tout ça, et de juteux contrats pour les boites qui ont été choisies
    vous êtes contre le progrès? retourner à la diligence? vous êtes de ceux qui prônent la bougie plutôt que le nucléaire?
    pour les avions, vous verrez, on trouvera bientôt un carburant bio écolo miracle à base de fesses d’huitres, d’algues vertes qui décorent si joliment les plages bretonnes, d’excréments de cochon ou de fiente de poulets ( il y en a à revendre pas loin )
    et pi, bon, les coucous font un peu de bruit, mais il suffit d’entourer le bazar avec des résidences pour troisième âge, bien sécurisées, avec un golf, et passez muscade! les pensionnaires sont le plus souvent sourds comme de pots!
    sinon on va se faire bouffer par la concurrence! si vous saviez le nombre d’aéroports déserts en Espagne…avec toutes les infrastructures à l’abandon, les Ténardiers et les putes qui se désolent de ne pas voir un seul client…..triste, triste!
    Allez, bonne manif, confiez donc la logistique aux agriculteurs, la campagne, ils connaissent!
    rions un peu: http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Les-hotesses-vendaient-leurs-charmes-_44109-avd-20120323-62490252_actuLocale.Htm
    mon petit doigt me dit que les tenanciers de bordel sont pour l’aéroport…ben dame, ça va faire venir du client à éponger, dirait le Grand Audiart!
    http://www.youtube.com/watch?v=skPnz22udVI
    vous voulez ruiner le petit commerce, voilà! ils le disent pourtant bien, les limonadiers pris la main dans la culotte du zouave: nos meilleurs clients sont des institutionnels, je cite: » une filiale d’un des leaders mondiaux de l’énergie et de l’environnement »….on peut bien se demander qui ça pourrait bien être…quelqu’un a une idée?

  40. S’il avait des couilles François Hollande se serait rendu sur place, en bottes, avec un chapeau sur la tête,, en en rajoutant un peu sur le coté paysans.. à la Mitterand quoi, ou même à la Chirac!
    Mais il a peur. Et maintenant c’est trop tard

  41. Il s’agit d’un projet qui ne peut pas avoir l’ambition d’être rentable à court terme et c’est toujours le cas pour les projets de ce type (même si certains en profitent à court terme ce n’est pas l’aspect que vous contestez.)

    Ce projet a vu le jour il y a un demi siècle mais c’est son utilité durant le prochain demi-siècle qui est mis en avant ou au contraire contesté (plus ou moins implicitement il est vrai, ce qui n’a pas contribué à éclairer les débats qui ont précédés les combats.)

    Ceci dit les régions, départements, agglomérations et communes concernées participent à environ un quart du financement, la répartition des investissements tels qu’annoncés par les partisans du projet est résumée ici: http://www.nantes.futuraeroport.fr/realisation-aeroport/couts-financement

    1. bon, c’est pas comme si à Nantes il n’y avait pas déjà un aéroport qui fonctionne parfaitement
      … ce projet est une pantalonnade. Les zélues nantais sont comme la grenouille de la fable : ils veulent juste grossir ! Nantes Métropole, un projet de civilisation ou fuite en avant ?

    2. L’âge de ce projet me conforte dans l’idée qu’il a toutes ses chances d’être le Concorde du béton aéroportuaire ! Réfléchissez une minute aux perspectives et au coût de l’énergie il y a cinquante ans, et à ces valeurs aujourd’hui ! Ça coince et pas qu’un peu !

      Si ce n’est lui, il y en a un autre quelque part en France, comme il y en a d’autres dans d’autres pays, qui seront des Concorde.

      Pauvre Ayrault !

    1. On construit un aéroport pendant qu’on ordonne la fermeture d’hôpitaux….

      //// Symbole contre symbole ////
      … Ce gouvernement n’aurait-il pas perdu « Le sens des Réalités » ?

    1. Raymond Lutz,

      Allez voir le texte de Dmitry Orlow sur Le gaz de schiste, vu de la Russie !
      Sa thèse est que c’est une pure bulle des cotations, destinée à rameuter des capitaux, une pure propagande, et qu’apparemment le gaz de schiste US, c’est terminé. En tout cas, une chose est sûre, le coup du gaz de schiste est précairissime !

  42. Pour les grands problèmes de société
    il y en a qui râlent après
    il y en a qui râlent pendant

    il y en a qui anticipent , qui préviennent et qui râlent avant.

    Et çà c’est dans l’esprit du blog de Paul Jorion.

  43. Et je ne cesse de m’étonner de voir ce conflit émerger seulement maintenant et non pas au cours des longues années précédentes puisqu’il est allé jusqu’à la signature du marché…
    Et je ne cesse de me demander qui manipule derrière tout cela ? Pourquoi le gouvernement précédent n’a-t-il pas fait appliquer la loi ?
    Si ce dossier local n’avait pas existé pour servir de prétexte à la déstabilisation du Gouvernement, quel autre dossier auraient-ils choisi ?
    Les votes alliés du PC avec l’UMP au Sénat ces dernières semaines en donnent une idée.
    Ce qui me fait penser qu’il y a bien manipulation, cet aéroport étant destiné de toute façon à être construit ailleurs à l’Ouest de l’Europe s’il n’est pas construit en France.

    1. Y a pas de manipulation juste le début des expulsions.
      Quand au vote commun PC et UMP, il s’est fait pour des raisons opposées.

    2. vos sources ?? un complot contre le PS si je vous suis !!!! Nul besoin de complot pour expliquer la nullitude du PS, parti qui ne vise qu’à se reproduire indéfiniment, sans projet, sans analyse des évolutions économiques, sociétales et environnementales. L’heure n’est plus à la gestion de l’existant car tout va basculer par la conjonction des crises. Le PS, c’est le passé, avec toutes ses illusions, dont le culte en la Croissance Infinie…

    3. Meuh non Cholois !
      Cet aéroport n’est absolument pas destiné à être construit quelque part.
      Il y a une probabilité de 80 pour-cent que ce projet soit le Concorde du lobby du béton.

      Ce qui est exact, c’est qu’un projet d’aéroport actuellement en cours quelque part en France a vocation d’être ce Concorde.
      Et d’autres dans d’autres pays, off course.

  44. « Et je ne cesse de me demander qui manipule derrière tout cela ? »
    Une rente de 55 ans pour le groupe Vinci, ça vaut bien quelques petits efforts de manipulation, non ?

  45. Pendant ce temps des crs qui arrosaient paisiblement et pacifiquement les pelouses de la préfecture de Nantes, reçoivent des pluies de cailloux.
    Ils distribuent également du gaz gratuitement pour chauffer les cabanes des expulsés.
    C’est surement çà le débat public et la démocratie interactive.

    Triste soirée… Mais çà va passer au vingt heure…

    Avec un emballage médiatique de convenance…

    1. La carotte et le bâton.

      Il faut calmer le jeu pour endormir le bon peuple après avoir montré que le gouvernement n’était pas si mou (souple, flexible, ramolli, lâche, flasque, cotonneux, désossé, amorphe, atone, avachi, inerte, endormi, veule, faible, molasson, bonasse, pâte molle, pour ne citer que quelques synonymes) que ses opposants le prétendent.
      Le temps est alors l’allié recherché par le pouvoir qui a de bonnes raisons politiques et politiciennes de craindre l’extension de la lutte.

    2. @ Renou
       » C’est bon, tutto va bene . C’est plié… »
      C’est du second degré , je pense .
      Devant le bordel qui monte , Ayrault est obligé de plier .
      Sur place , à la ZAD , ce soir samedi , ces mots ne se traduisent pas vraiment en actes :
      – 23h : on apprend que les gendarmes sont à nouveau en position sur la zone, au carrefour de la Saulce et sur le chemin de Suez .
      – 23h15 : les flics sont donc de retour, probab’ pour le dialogue… Ils sont au niveau de la deuxième barricade protégeant le chantier de réoccupation et gazent les personnes présentes sur place.
      Tiens donc ! N’a pas le téléphone Valls ? N’a pas la radio non plus ? N’a pas entendu son patron causer dans l’poste ?
      Maintenant l’Ayrault va prendre son temps , travailler avec les médias aux ordres et donner une légitimité tirée par les cheveux à ce projet .
      Cependant , à propos de légitimité , ya du monde sur le coup :
      Le projet fait l’objet d’une bataille juridique menée par les élus opposés au projet :
      – Recours contre le refus du Premier ministre (à l’époque François Fillon) d’abroger la Déclaration d’utilité publique (DUP, prononcée le 9 février 2008) du projet en raison de changements intervenus depuis l’enquête publique de 2006 .
      – Les opposants invoquent aussi la hausse du prix du kérosène et une contre-enquête de 2011 contestant l’utilité du projet. Déposé en mars par le Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (Cedpa), ce recours pourrait n’être jugé que fin 2013.
      – Recours devant la Cour de cassation contre les ordonnances fixant les indemnités d’expropriation (pour les propriétaires qui les contestent et qui ont refusé une procédure amiable). Cette procédure pourrait arriver à échéance courant ou fin 2013.
      – Recours du Cedpa devant le Conseil d’Etat contre le décret du 5 avril 2012 instituant le comité de suivi stratégique de la concession du projet. Décision attendue fin 2013.
      – Recours introduit devant la Commission des pétitions du Parlement européen le 24 octobre pour non-respect des directives européennes.
      – Recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme pour non-respect du droit à un procès équitable lors du rejet le 9 février 2010 par le Conseil d’Etat du recours de l’Acipa contre la DUP.
      – Les opposants chargés du combat juridique, le Cedpa, l’Acipa mais aussi les élus EELV et Parti de Gauche, ont annoncé que des recours seraient déposés devant le Tribunal administratif de Nantes contre l’arrêté préfectoral autorisant les travaux et approuvant – sous réserves à ce stade – les mesures compensatoires proposées par les porteurs du projet. La publication de cet arrêté est attendue en décembre.
      Ah oui c’est vrai , Ayrault avait déclaré que toutes les voies de recours avaient été examinées et que LA LOI devait passer .
      AH ah ah !
      Des truands , j’vous dis !

  46. Ce matin, vers 10H30, dans la forêt de Rohanne, un engin de terrassement tout neuf, spécialement acheté pour l’occasion par la gendarmerie multinationale, était pitoyablement embourbé dans un trou de boue. 3/4 d’heure pour s’en sortir, sous les quolibets et les moqueries des manifestants qui font front à un mètre ou deux du cordon de gendarmes mobiles qui assure la protection de l’engin. Celui-ci part ensuite vers les maisons en bois construites par les milliers d’opposants de samedi dernier. La clairière où elles se trouvent nous reste inaccessible. Quelques grenades assourdissantes explosent au loin et quelques.
    Du site du trou de boue est délaissé et les deux clans se translatent vers un site où trois ou quatre cabanes sont la cible du futur employé de VINCI : le préfet (il y a de fortes chance en effet qu’il y finisse sa carrière, tout comme son prédécesseur qui a mené au galop la pseudo enquête d’utilité publique attribuant le projet à VINCI et qui en est désormais salarié).
    Des jeunes courageux, à 7, 8, 10 m de hauteur ont subi les assauts des robocops aux flaschball et grenades (ça, je ne l’ai pas vu, c’était très tôt ou peut-être même hier ou avant hier). Deux autres jeunes, sont accrochés en haut d’arbres tout à coté des cabanes et dominent la scène.
    Le ton monte. Des grenades fusent. Une explose devant le tibia de mon amie : énorme bleu.
    Puis ça se calme. Les journalistes arrivent, dans le cercle des bleus casqués. Ils observent mais ne semblent pas très intéressés par la destruction des belles cabanes, exécutées au manitou télescopique, à la pelle à chenilles et au tractopelle. Les engins à pneus ont de plus en plus de mal à se mouvoir. Lorsque des craquements de charpente se font entendre, qu’un pan de construction tombe au sol, cris et sifflets retentissent. Le ton monte encore. Des opposants arrivent toujours. Nous sommes désormais 400 à 500, répartis sur 150 m de front.
    Tentative de percée au Nord : pluie de grenades. Les vents ne nous sont pas favorables. On glisse vers l’Est. La tension redescend mais reste lourde.
    Les opposants jeunes invectivent ou chambrent les condés tandis que les plus vieux arrivent à discuter. J’apprends ainsi d’un gars que ça discute fort entre eux et qu’ils sont partagés à 50-50 sur l’utilité du projet. En tout cas, ils en ont mare d’être là.

    Attroupement de journalistes et d’opposants au milieu du front. J’en vois deux tout nus – fille et garçon – qui expliquent face aux caméras qu’ils vont tenter une percée non violente à quatre pattes et ils nous invitent à faire comme eux. On emboîte et dès le contact, jet de gaz dans la figure. Je suis à deux-trois mètres derrière et j’aurais du jouer au loto : les jets et nuages passent autour de moi, ça me pique qu’un peu.
    Repli général et séance de soins ophtalmiques intenses.

    Bon c’est long. Le reste, finalement, c’est tristesse. Mais Ayrault et Valls, on vous aura !

  47. DERNIER COMMUNIQUE DE LA ZAD :
    samedi 24 novembre 2012, par zadist .

    Ayant pris connaissance de la volonté du gouvernement d’ouvrir des négociations avec les différentes parties en présence dans la lutte, nous avons donc décidé de faire part des nôtres :

    – la fermeture de toutes les entreprises de plus de 12 salariéEs
    – une rente à vie pour les salariéEs
    – 20h de soleil en hiver
    – multiplication par huit de tous les minimas sociaux
    – le RSA pour tous et toutes, attribué dès la naissance (et pour les avortéEs aussi)
    – le retrait des implants capillaires des présentateurs télé
    – le nucléaire remplacé par des ministres qui pédalent
    – l’Elysée transformé en zone humide
    – toutes les lettres au Père Noël reçues seront exaucées par le gouvernement
    – Manuel Valls ainsi que tous les corps de la Défense et de l’Intérieur se tatoueront « Nique la police » sur le front
    – que l’académie française accepte et utilise le langage sms
    – qu’après la mort de Jean Marc Ayrault soit gravé sur sa tombe  » la ZAD m’a tuer »
    – que la Terre tourne dans l’autre sens
    – repousser la fin du monde (bien après le 21 décembre)
    – le même temps à Lille qu’à Marseille, mais sans mistral
    – La Marseillaise sera remplacée par une comptine pour enfant chantée à l’envers
    – les séances de spiritisme seront remboursées par la SECU
    – les pipelines seront exclusivement reservés à des transports de jus de fruits
    – pour chaque animal tué, un parlementaire sera sacrifié (même quand on écrase une fourmi par erreur)
    – 20 à 30 hectares de terres attribuées à tous les gens étant passés ou ayant habités sur la ZAD (plus un tracteur ou hélicoptère si souhaité)
    – que les négociations soient interdites

    cette liste est ouverte et non exhaustive

  48. C’est l’aspect symbolique qui me semble le plus important.
    Surtout le symbole de la volonté du gouvernement de représentation de sa toute puissance. Tout puissant face à des citoyens, mais impuissant face à la finance et aux grands groupes.
    Avec en plus une forme de trahison de se retourner contre ceux mêmes qui l’on élu et la contradiction de prôner des sacrifices aux Français tout en gaspillant de l’argent par ailleurs.
    Comme une majorité de projets pharaoniques et de représentations grandiloquentes (des temples ?), plus inutiles et irrationnels les uns que les autres. C’est ce qui a ruiné une majorité de régions en Italie et en Espagne.
    Si ce projet absurde se réalise, le parti socialiste risque de le trainer comme une casserole pendant des décennies.

  49. ///// de François à François, du courage il faut faire preuve /////
    ou lettre au Président….
         En 1981, on s’en souvient encore, une majorité de français étaient pour la peine de mort et puis, François Mitterrand s’est présenté à l’élection présidentielle et trancha la question par un « je suis contre la peine… ! ». Ce que l’on dira après, c’est que par cette intervention, il avait « avoué » aux français, non une faiblesse politique  (face son électorat de l’époque), mais avait démontré la force de ses convictions morales. Ce qui sembla jouer finalement en sa faveur et assurer en partie, son élection.
    – Certes la question de cet aéroport a été déjà depuis longtemps avancée et discutée. Que des votes ont été prononcés…
    Mais il semble clair que ce projet renvoie aussi à une question plus profonde au sujet de ce gouvernement et en particulier de l’attitude morale du Président Hollande.
    Soit ! Hollande, en homme normal, se veut être prudent et prendre son temps, en p’tit père gestionnaire des finances de l’Etat. Malheureusement pour lui, on ne fixe pas tout un « Cap » pour un Peuple, juste avec de la gestion comptable. Il faut aussi faire preuve de plus de convictions et d’ardeur pour défendre un projet intéressant pour son pays…
    Personnellement et en ayant écho de tout ce qui se dit ici, sur cette affaire d’aéroport, je ne vois pas bien où est le « bon, le beau, le bio », donc le bien, dans l’intérêt à vouloir maintenir la construction de cet aéroport…
    – Ces personnes citoyennes et autres organisations ont raison de manifester leurs inquiétudes diverses, voire éthiques sur ce projet (répondant parfois par la désobéissance civile et publique) et ne pas se contenter des seules normes sociales instituées, parfois dépassées, qui doivent toujours être dans la lignée des expressions et besoins démocratiques collectives et individuelles.
    « Pour rendre les organisations éthiques, il ne faut pas inculquer des normes sociales, mais aider les personnes à découvrir par elles-mêmes la réalité du bien, du beau et du vrai ». Platon
    Il semblerait ainsi que bon nombre de personnes aient voulu se rendre sur place, pour justement voir, entendre et sentir par elles mêmes cette réalité, (ne se contentant pas seulement du beau refrain qu’on leur chante) pour défendre autrement, par des initiatives citoyennes leurs inspirations pour un avenir meilleur.
    Alors, Mr Hollande, sortez donc de votre palais et allez à leur rencontre, afin de vous faire une autre idée du « Maintenant, pour la France » et vous découvrir le courage pour renoncer à un « machin » dont on se demande à quoi et à qui il servira demain…
    À toi de trancher ! Le changement, bain, c’est maintenant, François !

    1. @ BAIN
      « …- Certes la question de cet aéroport a été déjà depuis longtemps avancée et discutée. Que des votes ont été prononcés… »
      « Ce fameux décret d’utilité publique est finalement publié le 10 février 2008, suite à une enquête publique dans laquelle 80 % des contributions faites aux sept enquêteurs étaient opposées au projet. Mais comme on arrête pas le progrès, l’enquête s’est quand même avérée positive pour déclarer une DUP même si sur les sept enquêteurs qui ont fait le travail, deux ont abandonné leur position avant la fin de la commission d’enquête. »
      Extrait d’un dossier complet sur le sujet . C’est très facile et amusant à lire comme on le voit dans ce paragraphe .
      Pour le lien du texte complet voir  » Zad.nadir.org  » et sur le site  » flash infos  » du 25 novembre :
       » un peu de lecture : Notre-Dame-des-Landes : un projet de 1967 pour répondre aux défis de notre temps  » .
      Faites escuses ! je ne suis pas très doué pour transposer les liens .

  50. « Il faut tout leur aveuglement pour ne pas savoir … »

    A mon avis , ils savent et leur aveuglement est volontaire …
    Je ne peux pas imaginer que le matin, devant leur miroir, pendant une fraction de seconde au moins, leur masque ne tombe pas .. mais ce qu’ils voient derrière leur fait trop honte, alors ils se cachent les yeux …

    Depuis que je lis ce blog , le système économique actuel m’apparaît comme un vélo sans pilote, lancé à pleine vitesse : son seul salut est dans la fuite en avant, car s’il s’arrête, il tombe .
    Pareil pour certains politiques ; s’ils s’arrêtaient pour se regarder en face, ils tomberaient – d’horreur …

  51. Des mesures communistes à Notre-Dame-des-Landes ?
    Ou, retour sur une résistance et sur les limites actuelles à la résistance
    « La lutte contre l’aéroport de NDDL est une tentative de créer une brèche dans les remparts capitalistes. Parce que pour beaucoup, pour s’attaquer au capitalisme, il fallait bien commencer quelque part !
    Il s’agit de 2000 ha qui vont d’abord être rasés puis bétonnés, dans le but fou de créer un aéroport international HQE (Haute Qualité Environnementale) . Il y aurait de quoi rire si la population locale favorable à ce projet n’imaginait pas faire de profit. Mais les riches deviendrons plus riches et les pauvres, plus pauvres. La réalisation de ce projet d’aéroport mené par VINCI, entreprise multi – nationale présente sur tous les continents (à Khimki aussi, près de Moscou, ou VINCI veut raser les dernière forêt locale, et où la faible résistance sur le terrain s’oppose à des milices d’extrême droite ultra violentes, où l’assassinat politique est monnaie courante) a donc été retenue, au mépris des populations locales qui ; à fin de résistance , ont lancé un appel à occupation en 2009.
    L’occupation dure donc depuis deux ans, temps utilisé par une poignée de résistant-e-s anticapitalistes pour développer l’autonomie alimentaire, culturelle, et politique. Mais le squat de cette zone à défendre (ZAD) ralentit ces travaux, entraînant le fichage et la répression des militant-e-s, et depuis peu les procédures d’expulsions mais nous résisterons quoi qu’il en coûte !
    Aujourd’hui donc nous lançons un appel à la ré-occupation des lieux et à la rébellion internationale!
    Il va sans dire que quand ils nous expulseront,nous résisterons ! et le soutien international est nécessaire si nous voulons venir à bout du capitalisme !
    Voici donc ce qui leur fait peur : l’autonomie, l’attaque, l’insurrection. Ils savent la société du capital relativement fragilisée dans ce moment actuel de restructuration dans lequel se fait jour une conjoncture, un moment de redéploiement hiérarchique des instances constitutives de la société du capital, un moment d’incertitude. Au sein de cette conjoncture il y a des possibles, des potentialités autant pour le capital que pour son antithèse ; le communisme. Il y a aussi et surtout une nécessité : le combat idéologique par lequel chacune des dynamiques tendra à le mener jusqu’au bout, jusqu’à l’abolition de l’une ou de l’autre de ses contre-parties. Il s’agit donc pour le capital en situation de maintenir son hégémonie et d’approfondir son emprise dans les esprits, d’éradiquer toute contestation qui prendrait l’allure d’une abolition localisée de son ordre et de ses règles. Plus que défendre la construction de cet aéroport, il s’agit bien de s’attaquer à l’effronterie d’une bande « d’anarcho-autonomes d’ultra-gauche » faisant l’apologie d’une autre façon de concevoir la vie sociale, de construire autrement des rapports sociaux qui ne soient plus médiés par les catégories de la société du capital.
    Le combat des pantins de la « politique » et de ceux qu’ils servent, la classe capitaliste elle-même au service du capital pour son plus grand bien, est donc un combat idéologique. Ils n’ont d’autres choix que de le mener jusqu’au bout. De faire de Notre-Dame-des-Landes un désert de béton pour faire en sorte que se réduise toujours davantage la distance entre consommateurs et marchandises. Mais surtout, imposer par Force du Droit la nécessité de tout ceci et l’exposer comme seule « alternative » à la face naïve du prolétariat en attente de solutions aux problèmes actuels. Toute contestation radicale (prendre les choses à la racine) doit donc être bannie de l’espace public. Toute discordance ne doit donc pas s’étendre au-delà de ce que le capital a pu tolérer un temps, le temps de s’amuser de ces babacools et de leurs cabanes dans les arbres. Mais ce temps-là est passé, fini de rire, il est temps de siffler la fin de la partie et de faire en sorte que ne s’étende plus avant une expérience et une lutte qui commence à prendre forme dans le corps social (le fameux « kyste » de Valls – impayable ce type !).
    Mais la question est de savoir si réellement cette lutte sera capable de s’étendre au cœur de la machinerie de la valorisation : dans le secteur de la production, de faire lien avec les luttes (relativement peu) existantes dans les unités de production régionales. Ou, autrement dit, sera-t-elle capable d’utiliser la dynamique d’autonomie sur site qu’elle a construit avec une partie de la population locale, afin de s’étendre et de porter plus avant le fer de la révolte vers le cœur de la production et de la reproduction sociale ?
    La lutte contre l’aéroport de NDDL est une précieuse expérience de ce qui peut être mené localement, en construisant l’autonomie et en la défendant. Mais elle est aussi précieuse en ce sens qu’elle démontre qu’elle ne pourrait être une attaque contre le capital (c’est pourtant en ce sens que certain(e)s de ses protagonistes la présentent : contre l’aéroport et son monde !) que si cette autonomie parcellaire et n’intéressant qu’un secteur de la vie rurale se dépasse à un certain moment et se lie avec d’autres luttes dans d’autres secteurs de la vie sociale capitaliste, à savoir les unités de production, les quartiers « d’exclusion », les luttes de chômeurs, les luttes du prolétariat ouvrier, etc. Se construire une identité au travers d’une telle lutte, c’est positivement s’affirmer dans une opposition constructive face à l’ennemi, mais c’est aussi s’enraciner dans une situation dont la particularité a tendance à enfermer ses acteurs/actrices dans une stricte défense de l’autonomie dont le résultat est d’attirer une foule de charognards en mal de représentativité (les élus EELV et Front de Gauche entre autres, ATTAC et autres « alternativistes »).
    Ceci dit, le point de bascule n’est jamais loin, et les « responsables » politiques et économiques le savent bien. Si le buzz que fait cette lutte s’étend, alors certains liens seront possibles avec d’autres luttes, d’autres rages, dans d’autres zones plus au cœur de la sacro-sainte dynamique de la valorisation du capital. Et alors là BOUM ?!? Valls, Vinci et consorts sur la planète Mars… Une limite sera néanmoins à franchir, celle des médiations de la société du capital contre lesquelles butte la lutte à Notre-Dame-des-Landes. Car cette lutte est contradictoire comme toutes celles qui ont lieu dans le moment actuel : pour tenter une extension, elles ne peuvent empêcher que s’introduisent en son sein d’une part, les médiations diffuses de l’échange marchand simple (présence des paysans et de « l’alternative ») et d’autre part, présence opportuniste de la médiation politique (présence d’élus « verts », Front de Gauche, etc. ou d’associations « négociatrices »).
    Des mesures communistes ont été et sont encore , à ce jour, mises en œuvre sur ces 2000 hectares à Notre-Dame-des-Landes, également en dehors de ce lieu devenu symbolique désormais (par des comités de soutien ailleurs en France – occupation durable d’un local du PS dans le Sud). Mais il s’en faut de quelques encablures pour que s’engage un processus durable de communisation. Ou alors disons que celui-ci reste circonscrit à cette lutte, et à cette cause, celle de la défense d’un site, d’une vision de la production, de la terre. La lutte pourra-t-elle donner une extension irréversible aux pratiques et rapports immédiatement sociaux entre les individus engagés dans le conflit ?
    Le capital impose aussi sa limite, directement, violemment , sous la forme matérialisée de décervelés casqués tentant de mettre un terme à l’expérience, et surtout à l’extension de cette lutte hors des balisages de la médiation, de la négociation. Il sait qu’il y a un risque pour lui dans cette période de bouleversement et c’est la raison pour laquelle s’affolent ses sbires, ministres, capitalistes, préfets et autres. La jeunesse se rebiffe ? Alors les séniles (dont l’âge ne saurait être un critère de qualification) doivent reprendre la main … pour sauver leur propre mort !
    Cette lutte servira au moins d’exemple, démontrera que l’auto-organisation est le premier acte de la révolution … Elle mérite en cela respect et soutien. Ce qui se fait jour au travers de cette lutte et de bien d’autres en d’autres lieux (en Égypte, Tunisie, Afrique du Sud, Grèce, Italie, etc.), c’est l’aboutissement actuel de la contradiction – entre les classes et entre les genres et que l’on peut identifier à la dynamique de valorisation du capital – qui ne peut plus se résoudre par l’affirmation de l’un de ses termes. C’est l’Unité de l’humanité qu’il devient désormais nécessaire d’opposer à la Totalité du capital.
    Max L’Hameunasse

  52. [Notre-Dame-des-Landes] De la barricade considérée comme un des Beaux-Art .

    Le spectacle valait le coup samedi 24 novembre en forêt de Rohanne, où la résistance collective a atteint des sommets d’intensité, de détermination, de cohérence. Bouteilles, cailloux, terre, fusées, feux d’artifices, cocktails Molotov, morceaux de bois et billes d’acier … les flics, c’est comme les cochons : ça mange de tout. Tant mieux : deux jours durant les opposants répartis sur la ZAD leur ont offert un menu varié et copieux, le « spécial Notre-Dame-des-Landes ». Certes, les bleus ne sont pas exempts de cette générosité qui leur est si particulière : ils distribuent dans des proportions effarantes gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes et balles en caoutchouc, ce qui peut finir par devenir gênant ; lors d’une de ces séquences de guérilla bocagère de légende où cela pète dans tous les sens, je me suis fait allumer au flashball, sans conséquence.
    Ah ! il fallait voir le peuple des prés défendant par sa présence aux abords des bois les combattants cagoulés contraints d’en sortir pour se replier, avides d’air pur, d’anonymat, de convivialité. Comme il fallait être avec cette foule de gens aux visages découverts dansant au plus près des lignes, au point d’en bousculer les flics, et applaudir les Irréguliers les protégeant à leur tour à coups de pierres et de branches contre la flicaille en panique (rendez-vous compte : un cercle de braves chantant une ridée bras dessus et bras dessous), après qu’elle les eut gazés.
    À un moment un commando de condés suréquipés a essayé de contourner l’énorme souche renversée derrière un monticule d’humus où s’étaient retranchés nombre de camarades afin de les déloger de ce bastion imprenable d’où partaient nombre d’attaques.
    Dans ces bosquets denses et humides, le mouvement des poulets était rendu d’autant plus difficile que derrière chaque arbre, tapis aux abords du fossé tous les copains se sont figés, projectiles à la main , prêts à tirer. Sur nos arrières vinrent les pétroleurs/ses, avec des sacs de pierres à distribuer : soudain des dizaines d’âmes vaillantes étaient équipées d’un moyen de défense, et toutes étaient tendues vers un seul objectif : empêcher les cognes de progresser. Le temps s’est suspendu… Personne n’en menait large, mais que nous avions du courage ! Et que nous étions beaux, tous ensemble à les mettre au défi de passer ! Ainsi, en bute au harcèlement des premières lignes de tireurs, couvertes par la seconde et la troisième de caillasseurs, morbleu ! ils n’y sont pas arrivés.
    Il leur aura fallu 12 heures pour déloger les opposants installés dans la canopée, abattre dix arbres et détruire une cabane. Mes amis, en vérité je vous le dis : nous sommes légion, quoiqu’ils saccagent, on le reconstruira. Quant aux arbres, il en reste des milliers. Deux jours auparavant, j’étais en compagnie d’un ami accordéoniste avec qui, perché sur une barricade du chemin de Suez, je dégustais un verre de muscadet, non loin du Rosier. Nous devisions sur l’art, sur l’improvisation, sur la beauté, et il nous est apparu que, quel que soit notre rôle dans la vie, il est vital de cultiver sa singularité. Dès lors, lutter à Notre-Dame-des-Landes c’est offrir à tous l’espoir, la force, le courage de vivre un rêve.
    Car c’est un rêve, et il n’en finit plus de s’épanouir.

    1. @ taratata

      Nous étions donc ensembles dans le bois, vous sur un des deux fronts du jour, moi sur l’autre.
      J’entendais au loin des explosions ; c’est là-bas que vous étiez. Salut.

  53. Ma fille de 17 ans a tenu à être présente sur place à Notre Dame des Landes samedi après-midi.
    Elle voulait écrire une page d’histoire : voir basculer cette société vers le nouveau paradigme attendu.
    Nous avons été copieusement « gazés » bien que totalement pacifiques.
    Ce qui a été remarquable, c’est le fait que la majorité présente -qui avait voté PS aux dernières élections- disait : « jamais plus je ne voterai PS, j’ai été trompé ! ».
    Au retour, nous avons imaginé un nouveau slogan pour ces déçus du PS : « En 2013, un nouveau mot fait son apparition dans le dictionnaire. Avant, on disait TRAHISON. Dorénavant, on dira AYRAULTZION ».

  54. J’ai peut-être loupé un épisode, mais on ne parle pas beaucoup dans cette affaire des PPP (partenariats public privé), que les socialistes semblent affectionner particulièrement comme étant le nouveau mode de développement en vogue, et qui est en fait un véritable détournement de fonds publics organisé. Symbole de la collusion entre les grandes sociétés du Cac et les politiciens en place, ce système a pourtant montré maintes fois ses limites et surtout son véritable but (voir en Angleterre, le nouvel hôpital de Paris, le stade de Lille etc, etc…). Ou comment institutionnaliser « la socialisation des pertes et la privatisation des profits » et créer des rentes quasi à vie (55 ans pour cet aéroport je crois) pour les groupes comme Vinci. Car en effet, le but de ces groupes est bien de faire un maximum de profits à court terme, avec la sécurité que les institutions (nous) paieront quoiqu’il arrive les dépassements, pour avoir en retour un service public forcément défaillant (rentabilité), sauf que les rentrées s’y afférant ne rentrent plus dans les caisses de l’état… mais partiront direct en dividendes. Encore une fois ce gouvernement socialiste poursuit la politique ultra-libérale de Sarko et affaiblit l’état dans le but d’y substituer le privé, comme cela se fait dans des pans entiers de l’économie (éducation, santé, recherche) etc…

    Annecdote : la pelouse du stade de Lille (c’est le projet le plus cher qui a remporté l’appel d’offre) doit être complètement changée après 3 mois d’utilisation (mauvaise conception). Coût : 150 000 € mais Elisa, la filliale d’Eiffage en charge de la gestion du stade ne veut pas payer…

  55. mardi 27 novembre 2012, par zadist

    L’objet de ce texte est d’essayer de rendre compte de mon expérience, ce que j’ai fait vu et entendu, depuis le 16 octobre 2012, date du début de l’opération César à Notre Dames Des Landes. Pas d’héroïsme, juste témoigner de manière non anonyme de ce que nous sommes des centaines à faire ; juste témoigner des intimidations, entraves à la liberté de circulation, agressions, provocations et violences gratuites des forces de l’ordre, aussi. Si « héros » il y a (mais je n’aime pas ce terme), ce sont biens les opposant-e-s de la première heure à ce projet d’aéroport, les occupant-e-s « illégaux » mais légitimes, les zadistes, les habitant-e-s des communes concernées et les dizaines de milliers de manifestant-e-s dans toute la France.

    Je pense avoir essayer d’agir le plus calmement et posément possible. Les seules « dégradations » que l’on pourra me reprocher sont les suivantes : avoir marcher dans un champs et abîmé des céréales fraîchement semées entre le lieu-dit La Rolandière et la Forêt de Rohanne le vendredi 23 Novembre et le samedi 24 Novembre et avoir aider à coucher une clôture de fils barbelé le long de la forêt de Rohanne le samedi 24 Novembre pour facilité l’évacuation des personnes blessées et traumatisées. Je demande aux agriculteurs de bien vouloir m’en excuser.

    On pourra, par ailleurs, me reprocher d’être allé sur la ZAD (devenue certains jours une zone militairement occupée interdite d’accès par les forces de l’ordre) pour apporter du matériel de construction (bois, portes, clous, fils et matériel électrique), de la nourriture et des produits de parapharmacie (pansements, huiles essentielles, sérum physiologique, paracétamol, ibuprofène et préservatifs), de l’aide (j’ai emmené, lavé et fait séché des vêtements de zadistes, j’ai participé à la préparation du camp en face du lieu-dit les Rosiers pour accueillir les manifestant-e-s du 17 Novembre et j’ai aidé ce 17 Novembre à la construction des nouveaux bâtiments), du soutien (j’ai accompagné, plusieurs fois avec un véhicule des habitant-e-s de la ZAD qui regagnaient à pieds et fatigué-e- leurs lieux de vie) et du réconfort aux résistant-e-s qui vivent sur place (qui pour certain-e-s ont vu leur lieu de vie et leurs effets personnels détruits). On pourra me reprocher d’avoir manifester à Notre Dame des Landes le 17 Novembre, d’avoir participer à des rassemblements à Saint-Nazaire, d’avoir collé des affiches (sur des panneaux d’affichage libre) annonçant la manifestation de réoccupation du 17 Novembre, d’avoir diffusé via internet et par tracts des documents d’information et d’analyse contre ce projet d’aéroport, d’avoir empêché pacifiquement, le vendredi 23 Novembre (en formant une chaîne avec une centaine d’autres personnes) l’avancée d’une pelleteuse, un tractopelle et un autre engin de travaux publics ( engins accompagnés de gardes mobiles) venus détruire des cabanes habitées, au sol et dans les arbres, dans la forêt de Rohanne.

    Concernant les intimidations, provocations et violences des forces de l’ordre, je peux aussi témoigner des faits suivants :

    Le mercredi 17 Octobre, un car de transport scolaire a été fouillé par les forces de l’ordre et empêché de continuer normalement sa tournée alors qu’il y avait encore des enfants à bord : traumatisme pour le chauffeur, les enfants et inquiétude des parents… Pas d’excuses des forces de l’ordre. Pas de proposition non plus d’escorter ce car si la situation était si dangereuse. Par contre, les forces de l’ordre escortent depuis très loin, si besoin, des engins de travaux publics réquisitionnés.

    Le vendredi 2, j’étais présent au lieu-dit le Tertre pour soutenir les occupant-e-s réfugié-e-s sur le toit d’une maison entourée par les gardes mobiles. Dans cette maison était aussi présent un vigile avec son chien. Quand les forces de l’ordre se sont retirées elles ont « abandonné » ce vigile qui leur a pourtant fait des signes pour qu’il puisse partir avec elles. De la part des personnes présentes (les opposant-e-s au projet d’aéroport), je n’ai noté aucune agressivité ni insulte ni propos déplacés à l’encontre de ce vigile. Au contraire, les personnes lui ont proposé de rester faire la fête et manger avec elles.

    Le vendredi 23 Novembre un entrepreneur de travaux publics, installé sur l’une des communes concernées par le projet d’aéroport, a été réquisitionné et emmené à la ZAD par les forces de l’ordre. Cette personne, apeurée, effondrée n’a heureusement pas pu travailler et n’a donc rien détruit.

    Le vendredi 23 Novembre, vers 9:00, au carrefour des Ardillières, j’ai subi un contrôle d’identité à mes yeux non justifié. Je sortais d’un véhicule qui m’amenait du local syndical de Notre Dame des Landes afin de rejoindre la ZAD. Le conducteur et moi avons dû présenter nos papiers. Nous n’avions ni sac ni objet pouvant présenter une menace.

    Dans l’après-midi du vendredi 23 Novembre, dans la forêt de Rohanne, alors que j’essayais de me rendre sur le lieux de reconstruction dans la chataigneraie et que je venais de la forêt de Rohanne, pour apporter de l’eau aux personnes qui résistaient, j’ai été précisément désigné et mis en joue par un garde mobile armé d’un flash-ball. Sur moi, je n’avais que de l’eau, mon téléphone et mes papiers d’identité. Ce garde mobile était à moins de 10 mètres quand il m’a menacé avec son flash-ball.

    Pendant la journée du 24 Novembre, dans la forêt de Rohanne, j’ai personnellement aidé, secouru, évacué et essayé de rassurer des personnes blessées, traumatisées suite à l’aspersion à bout portant par les gardes mobiles de gaz « asphyxiant ». J’ai moi même subi une telle aspersion dans le dos alors que je portais secours à une femme « âgée » qui était au sol, choquée après avoir été « gazée » en plein visage. J’ai aidé a évacuer deux personnes visiblement touchées aux jambes suite à des tirs de flash-ball. J’ai vu les forces de l’ordre envoyer des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes dans le champ situé au nord et le long de la forêt de Rohanne en direction des manifestant-e-s. Nourriture et eau ont ensuite été volontairement saccagé par des coups de pieds quand les forces de l’ordre se sont avancées. Les civières, destinées à l’évacuation des blessé-e-s ont complètement disparu dans le nuage de gaz lacrymogènes.

    En fin d’après-midi, le samedi 24 Novembre, dans la forêt de Rohanne, à l’emplacement des cabanes dans les arbres, après le départ des engins de travaux publics et des forces de l’ordre je suis allé porté de la nourriture aux personnes qui étaient restées toute la journée dans les arbres dans des cabanes de fortunes ou dans des filets tendus. J’ai découvert un véritable chaos de boue, d’ornières, d’arbres arrachés… Au milieu de tout cela, descendus des arbres, dans les bras les un-e-s les autres, les résistant-e-s hébété-e-s, extrêmement choqué-e-s, silencieux/ses, en larmes qui ne voulaient ni boire ni manger, mais aller tou-te-s ensemble jusqu’à La Vache Rit… A ce moment là je suis moi-même retourné vers les Ardillières pour quitter la ZAD, en larmes…

    Dans les prochains jours, avec des centaines de camarades, je vais retourner à la ZAD pour défendre pacifiquement le chantier de construction dans la châtaigneraie. Je vais continuer à apporter du soutien, de l’aide, des matériaux de construction, de la nourriture aux résistant-e-s de la ZAD. Je vais continuer, avec des milliers d’opposant-e-s à ce projet, à participer aux rassemblements contre l’aéroport, aux manifestations. Je vais continuer à coller des affiches.

    Personnellement, je porterai aussi ce message aux forces de l’ordre qui seront en face de moi : que ceux et celles qui ont participé à la fouille du car scolaire le mercredi 17 octobre sortent du rang et demandent publiquement des excuses aux enfants, aux parents et au conducteur. Que ces hommes/femmes là demandent à ne plus intervenir à Notre Dame des Landes ou ailleurs.

    Je demanderai aussi à mes anciens collègues archéologues de refuser de venir travailler à la ZAD tant que ce projet ne sera pas abandonné.

    Je demanderai aussi aux salariés et aux petits entrepreneurs du BTP de refuser de venir détruire tant de lieux de vie.

    J’espère pouvoir encore rencontrer et dire à celles et ceux qui étaient dans les arbres de la forêt de Rohanne, à celles et ceux qui ont vu leurs lieux de vie ou de travail détruits, que je suis désolé que nous n’ayons pas réussi à mieux les protéger.

    Je vais continuer à porter ce message : Vinci et forces de l’ordre dégagez de la ZAD. L’aéroport ne se fera pas ! On ne lâchera pas !

    A Saint-Nazaire, le 26 Novembre.

    Christophe Camille Bouvier

  56. on connaissait le comptage des chômeurs suivant le ministère du travail
    on connaissait le comptage des manifestants suivant le ministère de l’intérieur

    il y a désormais le nombre de blessés suivant la préfecture de nantes
    medecin de campagne à nddl

    en cas de problème réfléchissez avant d’appeler police-secours

    enfin c’est vous qui voyez…

Les commentaires sont fermés.