Archives par mot-clé : Sigmund Freud

Trends-Tendances – Il y a écoute et écoute, le 7 avril 2022

Il y a écoute et écoute

Chacun sait ce qu’est l’effet placebo : lors du test d’un nouveau médicament, on administre au groupe-test la molécule prometteuse, tandis qu’un groupe-témoin ne reçoit lui qu’un simulacre de médicament, un cachet ou une gélule fait d’amidon et de sucre, un placebo. Or une fraction importante des personnes n’ayant reçu que le placebo, voient leur état évoluer favorablement, on constate chez eux un nombre significativement plus élevé de rémissions naturelles que celles observées chez les patients restés en-dehors de l’expérimentation. 
Continuer la lecture de Trends-Tendances – Il y a écoute et écoute, le 7 avril 2022

Partager :

L’OXYMORE DE LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE, par Frédéric Pellion * 

L’oxymore de la propriété privée a paru initialement dans Champ lacanien2012 ; 11 : 213-218

Ce texte s’inspire de : Jorion, Paul. Le capitalisme à l’agonie. Paris : Fayard : 2011.

Il s’en inspire — et je m’en excuse d’avance auprès de ceux qui préféreraient trouver ici un compte-rendu en bonne et due forme du livre — assez librement ; c’est-à-dire que, partant du texte — plus précisément, prenant au sérieux deux thèmes abordés comme en passant par son auteur —, il cherche à donner à ces deux thèmes quelques prolongements, qui, pour être de mon cru, ne sont, me semble-t-il, qu’autant de conséquences nécessaires.

On aura compris que j’assume les paris de la liberté de ma lecture, et, dans le même temps, de ma supposition que l’auteur ne renierait probablement pas ces prolongements — le trait d’union entre ces deux paris étant aussi, j’y reviendrai, un usage un peu différent (moins oblique, dirai-je) de la référence à Jacques Lacan.
Continuer la lecture de L’OXYMORE DE LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE, par Frédéric Pellion * 

Partager :

L’essor de la psychanalyse, et sa chute

Ils – notez le « ils » – payaient le Dr Stone pour qu’il découvre ce qui avait détruit le patient entré dans son service. Dans chacun des cas, une balle avait été tirée sur lui, en un certain lieu, à un moment donné, de sa vie. La balle l’avait pénétré et la douleur s’était mise à se propager. Insidieusement, la douleur l’avait rempli jusqu’à ce qu’il se fende en deux, coupé bien au milieu. La tâche du personnel, et même des autres patients, était de reconstituer la personne, mais cela ne pouvait se faire tant que la balle n’avait pas été extraite. Tout ce que des thérapeutes moins doués arrivaient à faire, c’était de constater que la personne était fendue en deux et se mettre à la recoller, mais sans avoir trouvé la balle et l’avoir extraite. La balle fatale tirée sur la personne, c’est là que Freud avait lancé son offensive originelle de sauvetage de la personne psychologiquement blessée ; Freud avait compris : il avait appelé la balle « traumatisme ». Par la suite, tout le monde se lassa de rechercher la balle fatale, cela prenait trop de temps. Il y avait trop à apprendre sur le patient.

Philip K. Dick, VALIS (en français SIVA), 1981 : 66

Partager :

Notes préparatoires à « Ce que l’Intelligence Artificielle devra à Freud » (1986)

J’ai reproduit ici il y a un an, une chronique publiée dans l’Âne. Le magazine freudien intitulée « Ce que l’Intelligence Artificielle devra à Freud » (N°31, 1987 : 43-44).

Il s’agissait d’une publication dans une revue sinon « grand public », s’adressant en tout cas à des non-spécialistes de l’Intelligence Artificielle. J’ai retrouvé les notes beaucoup plus techniques qui m’avaient servi de matériau préparatoire. Ce sont celles-ci que je vous livre aujourd’hui.

« Ce que l’Intelligence Artificielle devra à Freud », pas ce qu’elle lui devra sans le savoir, ce qu’elle aura réinventé : les éléments de freudisme qu’on pourra retrouver en elle en l’analysant dans 10/15 ans. Non, ce qu’elle lui devra en connaissance de cause.

Et pour cela, il faut produire une prédiction créatrice : lui dire ce qu’elle lui devra pour qu’elle en tire profit à partir de maintenant.
Continuer la lecture de Notes préparatoires à « Ce que l’Intelligence Artificielle devra à Freud » (1986)

Partager :

Travailler avec un bon analyste

En réponse, à l’instant, à un analysant.

La difficulté dans un champ comme la psychanalyse, dont le fondateur est un génie sur le plan intellectuel et un champion hors-pair de la compréhension intuitive, c’est : « Comment faire en sorte que les héritiers soient véritablement à la hauteur, d’autant que la transmission ne peut se faire, pour un savoir en grande partie empirique comme celui-là, que par l’apprentissage auprès d’un maître ou d’une maîtresse ? »

Le processus étant décrit comme cela, il ne peut y avoir que déperdition, un peu du savoir originel se perdant nécessairement à chaque nouveau chaînon dans la transmission.

Pour que le savoir du fondateur et la part susceptible de se transmettre de sa pratique, ne se perdent pas entièrement en route, il faut qu’apparaissent périodiquement, comme jalons dans la chaîne, des refondateurs et refondatrices qui, non seulement font délibérément retour au message des origines, mais aussi le réinventent partiellement dans le nouvel esprit du temps, voire même, dans des cas exceptionnels, parviennent encore à améliorer l’apport de Freud dans quelques interstices, ici ou là.

J’ai eu la chance de cette exceptionnalité en devenant l’analysant de Philippe Julien. Bien sûr, cette chance est toute relative puisque c’est mon amie Judith Feher-Gurewich qui m’a dit, me faisant de gros yeux : “Il est passé par ici [Boston], il FAUT que tu ailles le voir !”.

Partager :

Ukraine : le vœu pieux n’est pas mon fonds de commerce

Il y a trois jours, le 26 janvier, après quelques jours d’hésitation, j’ai consacré une vidéo à la situation aux frontières de l’Ukraine, intitulée « Et maintenant, la guerre ». Je lui donnais pour sous-titre « La revanche de la Russie ».

Depuis, un débat se déroule sur le blog où j’ai publié en particulier un billet invité d’Alexis Toulet, m’apportant la contradiction, intitulé « Ukraine : « Moins pessimiste sur le plan militaire, partageant votre inquiétude sur le plan économique ».

Dans l’ensemble des objections qui ont été faites à mon analyse, et que j’ai lues avec attention, je n’ai cependant rien vu qui me conduirait, 72 heures plus tard, à changer un iota à ce que j’ai dit le 26. Pour le dire avec un peu de brusquerie, si j’ai trouvé là quelques grammes d’informations qui pourraient me conduire à revoir mon point de vue, le plus gros de ce qu’on m’oppose, ce sont des tonnes de … vœux pieux.
Continuer la lecture de Ukraine : le vœu pieux n’est pas mon fonds de commerce

Partager :

IA – Un modèle freudien implémentable du sujet humain (I)

Si la recherche en Intelligence Artificielle fait à nouveau appel à mes bons et loyaux services, c’est qu’elle a désormais besoin, pour passer la seconde, d’emprunter la voie que j’avais esquissée avec le logiciel ANELLA que j’avais mis au point pour British Telecom à la fin des années 1980 et que j’avais décrite dans mon livre Principes des systèmes intelligents (1989) : le modèle du sujet humain proposé par la psychanalyse.

Un modèle freudien implémentable du sujet humain

[Traduit de l’anglais par DeepL]

Est présenté ici, un modèle implémentable du sujet humain dérivé des travaux de Sigmund Freud, avec quelques ajouts dus à l’objectif même de reproduire un sujet humain comme le produit d’un programme informatique.
Continuer la lecture de IA – Un modèle freudien implémentable du sujet humain (I)

Partager :

Pour une lecture non-« biblique » de Freud, Lacan, &c., Deuxième séance : le 13 novembre 2021

Une personne se plaignait à moi du caractère « biblique », dogmatique et sectaire des groupes de lecture psychanalytiques. Alors qu’elle s’interrogeait un jour quant à la pertinence d’une formule proposée par un père fondateur, quelqu’un s’était retourné vers elle, irrité : « Mais enfin, c’est comme ça ! ».

Mise à jour le 31 octobre : Nous nous réunissons sur Zoom pour la deuxième fois le 13 novembre à 19h30.

Comme j’ai pu constater que notre familiarité avec la psychanalyse varie de l’approfondi à l’élémentaire, je propose que nous discutions le 13 novembre du chapitre 2 de la Psychopathologie de la vie quotidienne (1901) de Freud intitulé « Oubli de mots appartenant à des langues étrangères ». Vous trouverez cela ici.

Il est encore temps de s’inscrire en m’écrivant ici.

Partager :

Pour une lecture non-« biblique » de Freud, Lacan, &c.

Une personne se plaignait à moi du caractère « biblique », dogmatique et sectaire des groupes de lecture psychanalytiques. Alors qu’elle s’interrogeait un jour quant à la pertinence d’une formule proposée par un père fondateur, quelqu’un s’était retourné vers elle, irrité : « Mais enfin, c’est comme ça ! ».

Si l’idée vous intéresse d’un groupe de lecture hebdomadaire critique de quelques textes psychanalytiques clé, en fin d’après-midi ou début de soirée et sur Zoom, discutons-en ici.

Mise à jour le 21 octobre : Nous nous réunissons pour la première fois demain 22 octobre, il est encore temps de s’inscrire.

Je propose comme première lecture, les réponses que Jacques Lacan offrit à des questions qui lui étaient posées le 14 octobre 1972 à Louvain. L’avantage de ce texte de mon point de vue, c’est que c’est moi qui lui posai la plupart de ces questions, et que je peux expliquer en tout cas ce que j’entendais dire.

N’hésitez pas non plus à m’écrire directement.

Partager :

Veille effondrement #92 – Le Monde : « Bigger Than Us », « Une fois que tu sais », « I Am Greta » et « Poumon vert et tapis rouge » : des documentaires engagés pour sauver la planète, le 22 septembre 2021

« Bigger Than Us », « Une fois que tu sais », « I Am Greta » et « Poumon vert et tapis rouge » : des documentaires engagés pour sauver la planète

Le sous-titre de l’article :

Ces films grand public veulent avant tout susciter la curiosité (ou des vocations) chez les plus jeunes spectateurs.

Mon commentaire :

Non, ces films disent : « Père, ne vois-tu pas que je brûle ? »

* Dans L’interprétation des rêves (1900) Freud rapporte le rêve d’un père dont l’enfant est mort et qui dort dans une chambre à côté de celle où le corps repose et où un vieillard veille celui-ci. Le père est réveillé en sursaut par un cauchemar : la voix de son fils criant « Père, ne vois-tu pas que je brûle ? » Il constate alors que le vieillard s’est endormi et ne s’est pas aperçu qu’un cierge est tombé mettant le feu au linceul.

Partager :

Réhabiliter la psychanalyse, le 4 septembre 2021 – Retranscription

Retranscription de Réhabiliter la psychanalyse.

Bonjour, nous sommes le samedi 4 septembre 2021 et si je suis de bonne humeur, c’est essentiellement parce qu’il fait beau et, en Bretagne, où il fait toujours beau d’habitude, il y a de très beaux étés mais là, cette année-ci, ça n’a pas été terrible et là, ça fait trois jours durant que je vais me baigner. Je ne vais pas jusqu’à l’océan, ce qui me prendrait 25 minutes, mais je vais me baigner à 10 minutes de chez moi dans le Golfe du Morbihan et ça fait plaisir, ça fait plaisir. La dernière fois que j’ai pu faire ça, ça devait être les derniers jours du mois de [juillet] donc j’étais en manque et ça fait plaisir. Et aujourd’hui, il va faire beau aussi apparemment et je vais continuer d’en profiter. 
Continuer la lecture de Réhabiliter la psychanalyse, le 4 septembre 2021 – Retranscription

Partager :