Archives par mot-clé : Staline

Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (III) National Self-Sufficiency (1933)

jorionSi l’on veut remplacer la théorie économique dominante, dont Andrew Haldane, économiste en chef de la Banque d’Angleterre, vient de rappeler les faiblesses fondamentales, Keynes demeure un excellent point de départ. Je vous propose du coup en feuilleton dans les jours qui viennent, mes commentaires relatifs aux principaux textes de Keynes, tels qu’on les trouve dans Penser tout haut l’économie avec Keynes (Odile Jacob, 2015).

Continuer la lecture de Pour comprendre l’économie, Keynes demeure un excellent point de départ (III) National Self-Sufficiency (1933)

Partager :
Email This Post Email This Post

Quelques remarques sur
« Russophilie et Front National » bis, par Roberto Boulant

Billet invitė.

Est-il erroné de vouloir comparer les deux systèmes totalitaires, nazi et soviétique, qui s’affrontèrent armes à la main de 1941 à 1945 ? Non bien sûr, puisque comparer veut dire analyser deux systèmes dans leurs ressemblances, mais également dans leurs différences.

Continuer la lecture de Quelques remarques sur
« Russophilie et Front National » bis, par Roberto Boulant

Partager :
Email This Post Email This Post

Keynes : Le « profit comptable » nous empêche de voir grand

Le 19 avril 1933, John Maynard Keynes est invité à donner la première des « Finlay Lectures » à University College à Dublin. Dans cette conférence, il évoque spécifiquement la situation irlandaise. Il en réécrira le texte, en le décontextualisant et en en généralisant le propos. L’article paraît sous le titre de « National Self-Sufficiency », l’autosuffisance nationale, dans deux numéros successifs du New Statesman : le 8 et le 15 juillet ; il paraît également aux États-Unis, dans la Yale Review dont le numéro est daté de juin 1933.

Keynes se prononce en faveur de l’autosuffisance. Il s’enflamme à son habitude contre la libre circulation des capitaux à vocation spéculative et déclare que

« Je me range […] aux côtés de ceux qui voudraient restreindre l’intrication des nations, plutôt que de ceux qui voudraient la voir s’étendre. Les idées, le savoir, la science, l’hospitalité, les voyages – telles sont les choses qui de par leur nature devraient être internationales. Mais faisons en sorte que ce qui peut être fait chez soi le soit autant qu’il est raisonnable et pratique de le faire, et, surtout, faisons en sorte que la finance soit essentiellement nationale » (Keynes [1933] 1982 : 236).

Les propos sont convenus et ne reflètent guère l’enthousiasme qui caractérise généralement les interventions orales de Keynes. On ne peut manquer de se demander si le thème de l’autosuffisance ne lui a pas été imposé par le cadre ou par ses hôtes et qu’il se contente là de les obliger.

Continuer la lecture de Keynes : Le « profit comptable » nous empêche de voir grand

Partager :
Email This Post Email This Post

X aurait raison aujourd’hui ! (sic)

17 juin 2015. Le billet ci-dessous faisait état d’un mail où l’auteur d’un livre intitulé « X aurait raison aujourd’hui », le X en question étant un personnage historique célèbre pas entièrement innocent dans la création et la mise en oeuvre du goulag, me conseillait de me rendre sur un site-toile publicitaire où se faisait la promotion entre autres d’un livre intitulé « Y, une résistance inespérée », le Y en question étant, selon la pub, « un artiste que l’on tente d’empêcher de travailler et d’exercer son Art ». J’en tirais la conclusion que

Le situationnisme a inspiré les années 1960, le confusionnisme règne en maître apparemment cinquante ans plus tard.

Le contenu de cette publicité a au moins le mérite de confirmer une hypothèse sinon hardie : que le poutinophile d’aujourd’hui aurait été un stalinophile enthousiaste autrefois. Quod erat sans doute demonstrandum (cqfd).

L’auteur de « X aurait raison aujourd’hui » a changé de maison d’édition et son nouvel éditeur me signale ce changement, m’affirmant que mon billet lui porte ombrage. Dont acte, j’ai donc anonymisé de la manière que vous voyez, mon billet initial.

Partager :
Email This Post Email This Post