Archives par mot-clé : taxation des transactions financières

La régulation financière bloquée de tous côtés, par François Leclerc

Billet invité.

L’actualité financière européenne est reléguée au second plan et c’est bien dommage. Elle illustre pourtant les obstacles rencontrés par les régulateurs des banques qui s’efforcent dans la peine de terminer leur ouvrage. Simultanément, l’enterrement de la taxe sur les transactions financières se poursuit lentement mais sûrement, la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe se décide à rejeter finalement les recours pendants contre le programme OMT d’achat de titres de la BCE, et l’adoption de la garantie européenne des dépôts bancaires est une fois de plus renvoyé à plus tard.

Continuer la lecture de La régulation financière bloquée de tous côtés, par François Leclerc

Partager :

SOINS PALLIATIFS, par zébu

Billet invité.

« Le Président a beaucoup parlé de l’instabilité des prix des matières premières et condamné la spéculation qui en est largement responsable à ses yeux. (…). Et il a confié à l’économiste Pierre Jacquet de l’Agence française de développement une mission sur la façon dont les pays pauvres pourraient utiliser des mécanismes d’assurance pour se prémunir contre les baisses brutales des prix des matières premières. Tout cela suffirait-il à stabiliser les prix des matières premières ? Le président le croit. »

Lorsque Christian Chavagneux nous relate sur son blog la conférence de presse du 24 janvier 2011 du Président de la République Française sur les objectifs de la France pour sa présidence du G20, il évoque la mission confié à Pierre Jacquet dont Paul Jorion nous a parlé hier, sur l’existence d’un rapport intérimaire ‘secret’ que le missionné a délivré au missionneur.

Outre le fait que les quelques ‘fuites’ organisées pour ce rapport ‘secret’ confirment que les économistes ont atteint le stade byzantin avancé de la réflexion quant à la bonne et la mauvaise liquidité qu’apporte la spéculation, on peut effectivement revenir sur ce que Christian Chavagneux nous révèle de la conférence de presse d’il y a quelques mois déjà, puisque c’est en lien : sur le sujet, les débats théologiques sont de règle puisque « Le président le croit. ».

Croyance donc que les mesures avancées suffiront bien à stabiliser les prix des matières premières. Demander une preuve de cet effet relèverait tout bonnement de l’iconoclasme et du bucher médiatique.

Continuer la lecture de SOINS PALLIATIFS, par zébu

Partager :

PETITE ANNONCE, par Zébu

Billet invité

« Idée, en devenir, cherche matrice de calculs informatiques pour projets pédagogiques et croissance exponentielle, si affinités.

Bon potentiel, situation internet très favorable, en forte croissance et lectorat fidélisé.

Souhaiterait logiciel simple d’utilisation, stable et compréhensible, origine indifférente (de préférence libre et open source, pour partage multiple en temps réel). Logiciel Windows s’abstenir.

Écrire à ‘Le blog de Paul Jorion’ sous le code ‘interdiction’, qui fera suivre. »

En allant sur le site de Pour une révolution fiscale, on en apprend beaucoup sur la fiscalité en France. Notamment que celle-ci est régressive.

adj. (ré-grè-ssif, ssi-v’)

Terme de physiologie et de pathologie. Qui, après avoir offert des phénomènes de développement, s’atrophie, se résorbe ou se décompose : tels sont certains éléments anatomiques et tumeurs considérés en masse. Travail régressif. Transformation régressive.

La fiscalité française est donc atteinte d’une pathologie financière : elle se décompose.

http://littre.reverso.net/dictionnaire-francais/definition/r%C3%A9gressif,_ive/63526

Le succès de ce site internet (plusieurs centaines de milliers de réformes fiscales mises en œuvre) est dû au titre de l’ouvrage éponyme qui interpelle le contribuable moyen mais néanmoins citoyen que nous sommes, ainsi que la mise en exergue d’une réalité bien peu connue, surtout par ceux qui y participent le plus.

Mais ce succès tient aussi et sans doute surtout à l’utilisation d’un outil interactif, qui permet une grande interactivité, allié à un accès immédiat en tout temps et en tout lieu grâce à internet.

Continuer la lecture de PETITE ANNONCE, par Zébu

Partager :

L’actualité de la crise: elles se rappellent à notre bon souvenir…, par François Leclerc

Billet invité.

ELLES SE RAPPELLENT A NOTRE BON SOUVENIR…

Est-il bien raisonnable de revenir sur la situation des banques européennes, à nouveau dans l’actualité, comme si la cause de leur malfaisance persistante n’était pas entendue ?

C’est encore une fois par le Comité de Bâle, chargé d’établir les nouvelles normes prudentielles de capitalisation des établissements bancaires, que le malheur arrive en quelque sorte. Il est réuni ce mardi, afin que tout soit prêt pour adoption par le G20 de novembre de Séoul, dont la préparation bat son plein. Pour faire simple, il pourrait être exigé un ratio de solvabilité de 6% de fonds propres par rapport aux engagements, auquel s’additionnerait un matelas de 2% de capitaux de réserves et 2% supplémentaires de capitaux « contra-cycliques ». Au total 10% . D’autres pourcentages plus élevés encore circulent, contribuant à une levée de boucliers des banques allemandes.

Ce dispositif s’appuie également sur une nouvelle définition, nettement plus restrictive, de ce qui est considéré comme fonds propres, au détriment de ce que l’on appelle les capitaux hybrides, des obligations comptabilisées actuellement comme fonds propres, car elles peuvent être transformées ainsi, si toutefois leurs détenteurs en sont d’accord.

Les banques allemandes, par la voie de la FdB, leur fédération, relayées par le gouvernement, ont fait savoir que l’introduction d’un tel ratio serait contre productif car cela les amènerait à réduire leurs activités de crédit et menacerait « la reprise économique et les développements positifs sur le marché du travail ». Demandant que soit créée une période « d’adaptation » de dix à douze ans avant qu’il ne soit pleinement obligatoire, le régulateur envisageant six à huit ans actuellement. C’est semble-t-il sur ce terrain qu’un assouplissement est recherché, ainsi que l’a annoncé Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, en demandant en particulier des délais plus longs pour l’aspect qualitatif (la nature des fonds propres), ce qui démontre bien l’importance de cette question.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise: elles se rappellent à notre bon souvenir…, par François Leclerc

Partager :

L’actualité de la crise: Allez, encore un énorme effort à accomplir !, par François Leclerc

Billet invité.

ALLEZ, ENCORE UN ENORME EFFORT A ACCOMPLIR !

Les responsables politiques continuent de tourner autour du pot de la taxation des transactions financières, tandis que les financiers, ou ceux qui en sont les plus proches, freinent des quatre fers. Mais comme rien ne se passe à l’arrivée, ce sont donc les seconds qui pour l’instant mènent encore la partie. Pour combien de temps ? Gordon Brown, le premier ministre britannique, s’invitant par surprise au G20 finances de St Andrews en Ecosse, vient à son tour d’admettre qu’une telle taxe pourrait être envisagée, à condition qu’elle soit appliquée au plan international. Elle devrait, selon lui, être « juste, mesurée, et permettre au système financier d’apporter sa nécessaire contribution à la future croissance économique ». Dans le cadre d’un « meilleur contrat social et économique qui reflète la responsabilité mondiale des institutions financières envers la société ». Il a ajouté : « Je ne sous-estime en rien les problèmes pratiques et techniques énormes et difficiles qu’il faudra surmonter, mais je ne pense pas que ces difficultés devraient nous empêcher de réfléchir d’urgence à ces questions ». Concluant ainsi : « Il n’est pas acceptable qu’un petit nombre récolte les bénéfices des réussites de ce secteur, et que son échec soit supporté par l’ensemble d’entre nous ». Dans les couloirs de la réunion, on apprenait que, dans l’esprit du premier ministre, toutes les transactions ainsi que les bénéfices des banques devraient être concernés par ce prélèvement, qui pourrait être d’un niveau modique, de l’ordre de 0,005 pour cent.

Continuer la lecture de L’actualité de la crise: Allez, encore un énorme effort à accomplir !, par François Leclerc

Partager :