« Menacé de toutes parts, l’homme a-il un avenir ? », Paul Jorion et Hervé Kempf, à Bruxelles le 11 mars 2017

Foire du livre de Bruxelles – La Libre
Débat : Paul Jorion et Hervé Kempf
« Menacé de toutes parts, l’homme a-il un avenir ? »
Le 11 mars 2017 de 13h à 14h

Continuer la lecture de « Menacé de toutes parts, l’homme a-il un avenir ? », Paul Jorion et Hervé Kempf, à Bruxelles le 11 mars 2017

Partager

Face à la perspective d’un effondrement sociétal, certains font le pari du changement possible, par Cédric Chevalier

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Olivier De Schutter, professeur de droit international à l’Université catholique de Louvain (UCL) et ex-rapporteur spécial pour le Droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’homme à l’ONU, était récemment à Bruxelles, pour discuter de la stratégie régionale « Good Food » et des pressions du dérèglement climatique sur le système sociétal dominant. Dans sa conclusion, face aux pressions croissantes sur le système actuel, dans une potentialité d’effondrement de celui-ci par manque de résilience, et par rapport aux émergences actuelles de toutes une série d’innovations et d’organisation alternatives citoyennes, il entrevoit quatre perspectives possibles.

Continuer la lecture de Face à la perspective d’un effondrement sociétal, certains font le pari du changement possible, par Cédric Chevalier

Partager

Le Monde / L’Écho – La Chine, seul espoir du monde ? le mardi 14 février 2017

La Chine, seul espoir du monde ?

Naomi Oreskes est professeur d’histoire des sciences à Harvard, Erik Conway est essayiste, spécialiste de l’histoire de la NASA, ensemble ils écrivirent Merchants of Doubt, les marchands de doute (Le Pommier 2012) *, une réflexion sur « Comment l’argent peut-il pervertir la représentation que nous avons du monde tel qu’il est ? ».

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho – La Chine, seul espoir du monde ? le mardi 14 février 2017

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 10 février 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 10 février 2017 et, hier soir, avant de m’endormir, j’ai eu une pensée, je me suis dit « Tiens c’est curieux, quand même, il y a 9 ans que je fais ces vidéos, 52 fois par an, une fois par semaine et, heureusement je n’ai jamais été empêché de le faire par le fait d’être malade. » Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 10 FÉVRIER 2017 – Retranscription

Partager

Piqûre de rappel : DIX ÊTRES HUMAINS RÉSOLUS POUR SAUVER UNE ESPÈCE EN DANGER !, le 25 février 2014

A paru originellement ici le 25 février 2014.

L’autre jour à la Gaîté Lyrique * où on m’avait proposé de jouer le rôle de procureur dans une mise en accusation du capitalisme, quand on m’a posé la question de ce que nous devrions faire pour les générations futures, ma réponse fut lapidaire : « Faire en sorte qu’elles existent ! »

Continuer la lecture de Piqûre de rappel : DIX ÊTRES HUMAINS RÉSOLUS POUR SAUVER UNE ESPÈCE EN DANGER !, le 25 février 2014

Partager

Les LUMIÈRES doivent jaillir maintenant ! par Philippe Soubeyrand

Billet invité.

Chers Amis, chers tous,

Je suis à la fois triste et en colère !

Triste, parce qu’aucun indicateur ne semble vouloir aller dans le sens contraire d’une extinction de masse désormais quasi(?) inéluctable, quoi qu’on en dise…

En colère, parce qu’aucun d’entre nous ne semble vouloir se rendre compte ô combien nos divisions nous font perdre un temps extrêmement précieux…

Continuer la lecture de Les LUMIÈRES doivent jaillir maintenant ! par Philippe Soubeyrand

Partager

Pourquoi j’écris Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain

Ouvert aux commentaires.

Et dans cette immensité, figurez-vous ce réseau : des orbites de soleils reliées par des ellipses de comètes ; les comètes jetées comme des amarres d’une nébuleuse à l’autre. Ajoutez les vitesses et les flamboiements, des astres faisant des courses de tonnerres. Abîmes, abîmes, abîmes. C’est là le monde.

Victor Hugo, Voyage de 1843

Continuer la lecture de Pourquoi j’écris Qui étions-nous ? Défense et illustration du genre humain

Partager

Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Billet invité

L’importance de la chose, la paix civile, mérite un rappel : le retour au statu-quo ante, la possibilité d’élire de nouveau des partis dits ‘de gouvernement’, n’est pas du tout assuré une fois les populistes de droite au pouvoir. Une fois établie l’évidence que leurs politiques de régression sociale et de repli nationaliste ne débouchent pas sur le plein emploi pour les gens ayant la bonne couleur de peau (nationalité, religion, etc.).

Continuer la lecture de Vers la fin de l’Histoire, ou vers la fin du consensus démocratique ? par Roberto Boulant

Partager

RIVÉS SUR NOS ÉCRANS, par Pascal

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Vous écoutez les dernières infos sur votre écran préféré :

le E171 est-il cancérogène ?

Alerte aux particules fines

Le nombre de morts en augmentation sur les routes

La Terre est en train de bouillir

Continuer la lecture de RIVÉS SUR NOS ÉCRANS, par Pascal

Partager

La déréalisation du monde, par Roberto Boulant

Billet invité.

Déréalisation : altération de la perception ou de l’expérience du monde qui apparaît étrange, irréel, et extérieur. Suivant les cas, les éléments normalement ancrés dans la personnalité comme la notion d’existence peuvent être par exemple remis en question. La déréalisation est en quelque sorte une expérimentation d’un doute métaphysique de manière concrète. D’un point de vue philosophique, on peut se poser la question de son identification avec le sentiment de l’absurdité métaphysique, ou de la « nausée » décrits par Camus et Sartre.
(Source Wikipédia) Continuer la lecture de La déréalisation du monde, par Roberto Boulant

Partager

« Le dernier qui s’en va éteint la lumière » : quelques précisions sur la date

Ouvert aux commentaires.

Guy McPherson, professeur émérite d’écologie et de biologie évolutive à l’Université d’Arizona.

Merci à Pierre pour sa retranscription !

Continuer la lecture de « Le dernier qui s’en va éteint la lumière » : quelques précisions sur la date

Partager

Compte-rendu de Gilbert Hottois, Le transhumanisme est-il un humanisme ? (Bruxelles : Académie royale de Belgique, 2014)

Gilbert Hottois, professeur émérite de philosophie à l’Université Libre de Bruxelles, a publié en 2014 un opuscule intitulé Le transhumanisme est-il un humanisme ?

Il y parle du transhumanisme et du posthumanisme, expliquant brièvement sa propre position sur ces questions dans les Conclusions du petit livre et, sinon, résumant les vues des auteurs qui l’ont précédé dans cette voie.

Continuer la lecture de Compte-rendu de Gilbert Hottois, Le transhumanisme est-il un humanisme ? (Bruxelles : Académie royale de Belgique, 2014)

Partager

Séminaire du Cermes3, « Crises », le 14 décembre 2016, de 10h à 13h

Séminaire du Cermes3 : Crises

14 décembre de 10h à 13h
Lieu : salle des thèses, 5ème étage, bâtiment Jacob, 45 rue des Saints Pères, 75006 Paris

Intervenants
  • Michaël Neuman, coordinateur et directeur d’études du Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires – Médecins sans frontières (CRASH – MSF), Crise et politique
  • Paul Jorion, professeur associé, Université Catholique de Lille, Crise et économie
  • Yohann Aucante, maître de conférences, Centre Raymond Aron, Ecole des Hautes études en Sciences Sociales (CESPRA – EHESS/CNRS), Crise et transformations des systèmes de protections sociales

Animation de la séance : Soraya Boudia (Cermes3) et Maurice Cassier (Cermes3)
Continuer la lecture de Séminaire du Cermes3, « Crises », le 14 décembre 2016, de 10h à 13h

Partager

Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, Université Paris-Diderot, Le genre humain est-il un problème soluble ? le 6 décembre 2016

Un résumé de l’exposé que je ferai au LIED, dans l’après-midi du 6 décembre.

Le genre humain est-il un problème soluble ?

    Au sein de notre propre culture, nous réagissons à la menace d’extinction avec mollesse, à la limite du déni pur et simple, en imposant une exigence embarrassante par son infantilisme : que toute tentative de solution doive, pour être envisagée, assurer qu’elle dégagera un profit. Continuer la lecture de Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, Université Paris-Diderot, Le genre humain est-il un problème soluble ? le 6 décembre 2016

Partager

DU CRÉPUSCULE A LA NUIT DE MÉDICIS : de l’élection de Donald Trump, symptôme politique, philosophique et psychologique, d’une crise systémique globale hors de contrôle, au symptôme climatique !, par Philippe Soubeyrand

Billet invité

1

Figure 1 – Le Crépuscule & La Nuit selon Michel-Ange – Les Tombeaux de Médicis – Basilique San Lorenzo de Florence [1] – Minimum arctique 2016, Image obtained using Climate Reanalyzer, Climate Change Institute, University of Maine, USA [43], & Spécimen.

N’oublions jamais ceci : la phase terminale d’un cancer est toujours caractérisée par une aggravation soudaine des symptômes de la maladie et une dépendance totale du patient qui est alors contraint de laisser en l’état l’ensemble de ses affaires en cours. Continuer la lecture de DU CRÉPUSCULE A LA NUIT DE MÉDICIS : de l’élection de Donald Trump, symptôme politique, philosophique et psychologique, d’une crise systémique globale hors de contrôle, au symptôme climatique !, par Philippe Soubeyrand

Partager

Prix Bristol des Lumières : second ex-aequo

Bon, évidemment, tant qu’à être finaliste, autant l’emporter, mais il y a mieux que cela : il y a d’être loué au-delà du raisonnable par ceux qui peuvent comprendre et d’être honni sans mesure par les autres. Continuer la lecture de Prix Bristol des Lumières : second ex-aequo

Partager

Prix Bristol des Lumières, France Culture « Du grain à moudre », le mercredi 23 novembre 2016 à 18h20

En écoutant « Du grain à moudre » sur France Culture ce soir à 18h20, vous entendrez le jury du Prix Bristol des Lumières débattre de qui des trois finalistes mérite le prix. Si je devais le gagner, vous m’entendriez parler dans le poste à 18h55.

Les trois finalistes sont, je vous le rappelle, Yannick Blanc pour Dans L’homme, tout est bon, Paul Jorion pour Le dernier qui s’en va éteint la lumière et Francis Wolff pour Il n’y a pas d’amour parfait.

Partager