UN G7 FINANCES, HISTOIRE DE CAUSER…, par François Leclerc

Billet invité.

Les réunions mondiales se succèdent, entonnant tour à tour le même appel en faveur de la relance d’une croissance salvatrice. Le G7 Finance qui a commencé aujourd’hui ne va pas renouveler le genre, préludant au sommet des chefs d’État des 26 et 27 mai. Rien n’en est à attendre de particulier, mais il y aurait pourtant tant à dire.

Continuer la lecture de UN G7 FINANCES, HISTOIRE DE CAUSER…, par François Leclerc

Partager

Les classes moyennes, grandes oubliées de la gauche de la gauche, par Michel Leis

Billet invité.

Dans un précédent billet, j’évoquais ce décalage entre le discours tenu par la gauche de la gauche et la société française : « Les hommes politiques (…) continuent pourtant à utiliser un vocabulaire et des slogans d’une autre époque (…) la gauche de la gauche n’est (dans son discours) qu’un nouvel avatar des partis communistes d’antan ». Au cœur du problème, il y a une négation des classes moyennes par les partis et des hommes politiques à la gauche du PS. En 2012, dans le programme de Mélenchon, « L’humain d’abord », on parle d’insécurité sociale, de pauvreté de masse, de précarité, de mal-logement. Tout cela est fort louable, mais on cherchera en vain le terme « classes moyennes ». Pas la moindre mention non plus des classes moyennes dans les programmes du NPA ou de Lutte ouvrière. Le programme des écologistes en 2012 n’évoquait les couches moyennes de la population que pour déplorer qu’elles ne soient pas revenues dans les quartiers populaires.

Continuer la lecture de Les classes moyennes, grandes oubliées de la gauche de la gauche, par Michel Leis

Partager

Le Monde / L’Écho, Sommes-nous assez compétitifs face au Bangladesh ?, le mardi 17 mai 2016

J'avais écrit dans mon billet : "Le rythme actuel de la robotisation signifie que, faute pour de nouveaux Bangladais de passer de paysan crève-la-faim à ouvrier mal payé, les salaires du Bangladesh ne décolleront plus significativement de leur niveau actuel."

Une modification intempestive au niveau du Monde en a fait : "Le rythme actuel de la robotisation signifie que, bien qu'il y ait de moins en moins de Bangladais passant du statut de paysan crève-la-faim à celui d’ouvrier mal payé, les salaires du Bangladesh ne décolleront plus significativement de leur niveau actuel."

... introduisant un contresens criant. J'ai remplacé ci-dessous "bien que..." par "comme...".

Sommes-nous assez compétitifs face au Bangladesh ?

Voici ce que l’on entend dire de plus en plus souvent : 1) les salaires français ne tomberont jamais au niveau de ceux qui sont payés au Bangladesh aujourd’hui, car la mondialisation fait que les salaires dans ce pays augmentent ; 2) les exigences de la compétitivité font que les salaires au niveau international vont s’établir quelque part entre les salaires français et bangladais actuels, au niveau que les marchés définiront (car ils ont la capacité de fixer les prix à leur niveau vrai) ; 3) et il est bien qu’il en soit ainsi car de quel droit refuserions-nous au tiers-monde son industrialisation, n’est-ce pas nous après tout qui avons retardé celle-ci en faisant subir à ces pays la prédation de nos projets coloniaux ?

Continuer la lecture de Le Monde / L’Écho, Sommes-nous assez compétitifs face au Bangladesh ?, le mardi 17 mai 2016

Partager

République de l’euro et démocratie européenne des biens communs, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

En réalité l’argent comptabilise le crédit lequel est l’expression passive positive du pouvoir quand le crédit repose sur la reconnaissance réciproque des personnes. Au contraire l’argent est simulation active néfaste du pouvoir quand les rapports de domination obligent les faibles à s’endetter face aux riches afin de matérialiser les asymétries de pouvoirs entre les individus inégaux. L’argent fonctionne comme instrument de la corruption parce que érigé en mesure du pouvoir de domination au lieu d’être alloué au financement des finalités humaines exprimées et délibérées dans une égalité réelle des droits.

Continuer la lecture de République de l’euro et démocratie européenne des biens communs, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

BFM Business, La libraire de l’éco : Jacques de Larosière et Paul Jorion, le 13 mai 2016

La librairie de l’éco : Jacques de Larosière et moi-même avons été les invités d’Emmanuel Lechypre sur BFM Business le vendredi 13 mai à 23h.

La vidéo se déclenchant automatiquement, elle est insérée dans une page distincte. Cliquez ici pour la voir : Continuer la lecture de BFM Business, La libraire de l’éco : Jacques de Larosière et Paul Jorion, le 13 mai 2016

Partager

Compte-rendu de Et les faibles subiront ce qu’ils doivent ? de Yanis Varoufakis, Les liens qui libèrent, 2016, par Georges Lagarde

Billet invité.

Je viens de terminer Et les faibles subiront ce qu’ils doivent ? de Yanis Varoufakis, que j’ai acheté malgré la maladresse de son titre en français, parce que j’avais été intrigué par la critique favorable publiée dans Le Monde.

Continuer la lecture de Compte-rendu de Et les faibles subiront ce qu’ils doivent ? de Yanis Varoufakis, Les liens qui libèrent, 2016, par Georges Lagarde

Partager

LA DÉCONSTRUCTION EUROPÉENNE, par François Leclerc

Afin de ne pas rééditer leurs exploits passés et de boucler le dossier grec, les hautes autorités européennes ont décidé dans la précipitation d’une série de réunions, avant de s’attaquer aux dossiers suivants qui s’accumulent sans avoir un même degré d’urgence.

Continuer la lecture de LA DÉCONSTRUCTION EUROPÉENNE, par François Leclerc

Partager

POURQUOI INTERROMPRE LA FUITE EN AVANT TANT QU’IL Y A DU MOU ? par François Leclerc

Billet invité.

Implacablement, le garrot continue d’être serré autour du cou de la Grèce, sans se soucier de la vraisemblance et des conséquences de la politique qui y est imposée. La fuite en avant généralisée qui prévaut trouve une nouvelle illustration, qui fait fi du rôle auquel le pays s’est trouvé contraint dans la crise des réfugiés.

Continuer la lecture de POURQUOI INTERROMPRE LA FUITE EN AVANT TANT QU’IL Y A DU MOU ? par François Leclerc

Partager

« Le prix » en poche – La nouvelle préface (2016)

LePrix

Très peu d’essais comportent dans leur titre le mot « prix » : je l’ai découvert au moment de choisir comment intituler celui-ci. J’imaginais l’appellation prise depuis longtemps par des dizaines d’ouvrages. Or il n’en était rien.

À croire que les prix n’intéressent personne, alors même qu’ils régentent notre vie, font de nous des riches ou des pauvres, constituent pour la plupart d’entre nous une source de préoccupation constante, et sont l’origine de grandes satisfactions pour un petit nombre d’entre les autres.

Continuer la lecture de « Le prix » en poche – La nouvelle préface (2016)

Partager

Conférence de Paul Jorion : « Keynes, un honnête homme dans l’économie » – Nivelles, jeudi 28 avril à 20h

L’association Laïcité Brabant Wallon reçoit Paul Jorion qui donnera une conférence sur le thème « Keynes, un honnête homme dans l’économie ».

QUAND
Jeudi 28 avril 2016 de 20:00 à 22:00 (Heure : Belgique)
LIEU
10 rue Georges Willame – 1400 Nivelles – Afficher la carte

Pour s’inscrire, c’est ici. L’inscription est gratuite mais les places sont limitées (85).

Continuer la lecture de Conférence de Paul Jorion : « Keynes, un honnête homme dans l’économie » – Nivelles, jeudi 28 avril à 20h

Partager

COMMENT RÉSORBER LA CACOPHONIE EUROPÉENNE ? par François Leclerc

Billet invité.

Les dirigeants allemands vont-ils avoir toujours raison ? L’occasion va prochainement être donnée de le tester, les sujets de discorde avec la Commission et le gouvernement italien se multipliant. Que ce soit à propos du financement de l’accueil des réfugiés, de la présence des titres de la dette publique dans les bilans bancaires, ou des négociations avec la Grèce, d’autres musiques que la leur se font entendre.

Continuer la lecture de COMMENT RÉSORBER LA CACOPHONIE EUROPÉENNE ? par François Leclerc

Partager

LA MAUVAISE PART DE L’HÉRITAGE DE LULA, par François Leclerc

Billet invité.

Avec la destitution de Dilma Rousseff qui se rapproche, la corruption a de beaux jours devant elle. Les députés, et avec eux la classe politique dans son ensemble, viennent de dévier le coup qui les menaçait afin que tout reste comme avant, à quelques victimes expiatoires près.

Continuer la lecture de LA MAUVAISE PART DE L’HÉRITAGE DE LULA, par François Leclerc

Partager

THÉRAPIE COLLECTIVE À WASHINGTON, par François Leclerc

Billet invité.

« Il est exact qu’il règne ici une certaine anxiété à propos de l’état de l’économie mondiale », a déclaré le chancelier de l’échiquier George Osborne en maniant la litote. À Washington, où le gratin de la finance s’est retrouvé, les raisons d’inquiétude n’ont pas manqué, selon une routine désormais installée : faible croissance et déflation, accès soudains de volatilité financière, guerre des monnaies larvées… Et rien ne va en s’arrangeant.

Continuer la lecture de THÉRAPIE COLLECTIVE À WASHINGTON, par François Leclerc

Partager

Le monde sans joie de Sanou Mbaye, par Jean-Claude Balbot

Billet invité. Une réponse aux opinions émises par Sanou Mbaye dans son Les avatars du franc CFA.

Étrange point de vue que celui exprimé par Sanou Mbaye ou plutôt étrange « rhétorique ». Il ne se trouvera sans doute pas grand monde pour nier qu’il faille redéfinir les liens entre euro et franc CFA. Liens qui autorisent Kako Nubukpo, économiste togolais, à parler de « servitude volontaire » de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) envers les instances internationales. Que cette relation entre France et Afrique soit aussi asymétrique que celle qui règne entre Chine et Afrique, entre Etats-Unis et Afrique, entre Inde et Afrique relève d’une interrogation autre que celle que soulève le billet de Sanou Mbaye.

Continuer la lecture de Le monde sans joie de Sanou Mbaye, par Jean-Claude Balbot

Partager

LES AVATARS DU FRANC CFA, FLUX DES CAPITAUX ET RÉGRESSION ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE FRANCOPHONE, par Sanou Mbaye

Billet invité.

Le continent africain est en passe de devenir le nouveau fer de lance de l’économie mondiale.

Continuer la lecture de LES AVATARS DU FRANC CFA, FLUX DES CAPITAUX ET RÉGRESSION ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE FRANCOPHONE, par Sanou Mbaye

Partager

LA LOGIQUE DE DÉMANTÈLEMENT DE L’EUROPE, par François Leclerc

Billet invité.

Les actions de la BCE sont au plus bas en Allemagne. La mise en cause de Mario Draghi a monté d’un cran, ses détracteurs appelant à un changement de sa politique, sans crainte de bousculer le dogme de l’indépendance de la banque centrale. Le temps n’est plus où Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, éternel minoritaire au sein du conseil des gouverneurs de la BCE, se contentait d’exprimer ses réserves, de voter contre les mesures décidées par la majorité, puis se bornait à déclarer que cela allait « trop loin ». Le dernier train de mesures, l’annonce que de nouvelles pourraient intervenir et l’irruption dans les débats de l’option de l’Helicopter money ont été de trop.

Continuer la lecture de LA LOGIQUE DE DÉMANTÈLEMENT DE L’EUROPE, par François Leclerc

Partager

LA GUERRE SANS FIN DES MONNAIES, par François Leclerc

Billet invité.

De plus en plus nombreux, les économistes qui voient plus loin que le bout de leur nez se grattent la tête. Qu’il est loin le temps où Nouriel Roubini pouvait seul se prévaloir du surnom de Mister Doom (Monsieur catastrophe), car les alarmistes sont désormais légion  ! Ce n’est pas une consolation, car ils ont en commun de non seulement craindre le pire mais aussi de ne pas savoir comment et quand il surviendra.

Continuer la lecture de LA GUERRE SANS FIN DES MONNAIES, par François Leclerc

Partager