Occident vs. Orient : la main invisible du marché vs. la main la plus visible possible de l’État

Le Shanghai composite index, l’indice boursier chinois le plus en vue se situait il y a un an au niveau 2.100. Vint la bulle qui lui fit prendre son envol. À la mi-juin, il valait plus de 5.100. Le 8 juillet, il retombait à 3.500. Ce soir il vaut 3.663. Il n’est tombé dans la journée que de 1,7%, après une chute lundi de 8,5%.

Continuer la lecture de Occident vs. Orient : la main invisible du marché vs. la main la plus visible possible de l’État

Partager

« Esprit, es-tu las ? » Une lettre à l’Élysée, par Zébu

Billet invité

Faut-il que l’Europe soit en si mauvaise posture qu’il faille en appeler aux mânes des grands ancêtres ?

Dans une tribune publiée au Journal du dimanche, Monsieur le Président de la République, vous rendez hommage à Jacques Delors, qui, il y a 30 ans, relançait la construction européenne, notamment avec l’idée d’un marché puis d’une monnaie unique. Ce serait l’insuffisance d’Europe, et non l’inverse, qui serait délétère selon vous. Vous proposez donc que la France soit à l’avant-garde, avec d’autres nations européennes, d’une intégration plus poussée de l’Europe, proposition que vous reprenez à Jacques Delors : parlement et gouvernement de la zone euro gérant un budget fédéral.

Continuer la lecture de « Esprit, es-tu las ? » Une lettre à l’Élysée, par Zébu

Partager

La finance de marché, obstacle principal à la transition raisonnée vers des modes de fonctionnement plus durables, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Peu d’observateurs attentifs de notre monde contestent aujourd’hui la responsabilité de la finance globalisée dans le déclenchement de la crise actuelle. Mais peu de responsables politiques s’inquiètent de la remettre à sa place, qui est d’être au service de la collectivité ; la majorité d’entre eux font même au contraire tout leur possible pour la rétablir dans sa splendeur parce que ce serait la seule façon d’éviter un cataclysme financier systémique, et de renouer avec une croissance qui tarde à se manifester avec la vigueur qui permettrait de résorber un sous-emploi de plus en plus difficile à dissimuler dans les circonvolutions de la langue de bois des statisticiens et des commentateurs complaisants, parce qu’il n’est pas conjoncturel, mais résulte de la révolution du traitement de l’information, et de la mise en concurrence fiscale et sociale sauvage des états nations au nom de la « compétitivité » des entreprises.

Continuer la lecture de La finance de marché, obstacle principal à la transition raisonnée vers des modes de fonctionnement plus durables, par Jean-Paul Vignal

Partager

« Penser tout haut l’économie avec Keynes », en librairie le 2 septembre

jorion
Comment reconstruire la réflexion économique après la crise de 2007 et la débâcle d’une « science » aux ordres de la finance ? En quoi la lecture de Keynes peut-elle nous y aider ?
====================================

La crise grecque de 2010

La prime du Credit-default Swap s’exprime comme un pourcentage du montant de l’emprunt sur lequel porte le CDS, somme à verser annuellement. Un paiement initial a lieu à l’ouverture du contrat, la prime est ensuite renouvelée périodiquement, généralement trimestriellement. Un CDS court sur un certain nombre d’années, généralement cinq.

Continuer la lecture de « Penser tout haut l’économie avec Keynes », en librairie le 2 septembre

Partager

Yanis Varoufakis : notre combat pour sauver la Grèce

Traduction de Pierre Sarton du Jonchay et Lazarillo de Tormes.

Yanis Varoufakis interviewé par Harry Lambert du « New Statesman », le 13 juillet 2015. Première interview depuis sa démission du poste de ministre des Finances grec.

Harry Lambert : Alors comment vous sentez-vous ?

Yanis Varoufakis : Je suis aux anges. Je n’ai plus à vivre cet emploi du temps hallucinant, totalement inhumain, effarant. J’ai dormi deux heures par jour pendant cinq mois. Je suis aussi soulagé de ne plus avoir à porter cette pression incroyable d’une négociation sur une position difficile à défendre, même si j’ai tout fait pour y amener mes interlocuteurs, si vous voyez ce que je veux dire.

Continuer la lecture de Yanis Varoufakis : notre combat pour sauver la Grèce

Partager

« Penser tout haut l’économie avec Keynes », en librairie le 2 septembre

jorion
Comment reconstruire la réflexion économique après la crise de 2007 et la débâcle d’une « science » aux ordres de la finance ? En quoi la lecture de Keynes peut-elle nous y aider ?

====================================

Le « multiplicateur » aura un bel avenir : il deviendra un outil économique standard. Le multiplicateur budgétaire mesure l’impact sur le Produit intérieur brut d’une réduction du budget de l’État ; un multiplicateur inférieur à 1 signifie que si l’État diminue ses dépenses d’un euro, le PIB baissera de moins d’un euro, supérieur à 1, il signifie que si l’État diminue ses dépenses d’un euro, le PIB baissera de plus d’un euro.

Continuer la lecture de « Penser tout haut l’économie avec Keynes », en librairie le 2 septembre

Partager

L’Écho – La finance est-elle réglée par des principes qu’on ne peut qu’enfreindre ?, le 14 juillet 2015

Mes chroniques pour Le Monde paraissent simultanément en Belgique dans L’Écho. Celle-ci n’a pas paru dans Le Monde, le cahier Économie ayant été supprimé pour faire de la place à un débat sur la Grèce… auquel, à ma connaissance, je n’ai pas été convié non plus 😉 .

Lorsque les marchés financiers s’effondrèrent en 2008, le mot d’ordre « moralisons la finance » s’imposa quelque temps, avant de rejoindre à nouveau rapidement le magasin des accessoires.

Continuer la lecture de L’Écho – La finance est-elle réglée par des principes qu’on ne peut qu’enfreindre ?, le 14 juillet 2015

Partager

COMBINAISON CHINOISE D’UNE BULLE ET D’UN ENDETTEMENT, par François Leclerc

Billet invité.

L’endettement et le trop plein de liquidités sont des problèmes mondiaux, ainsi qu’en témoigne le krach boursier chinois qui est en cours, et comme ses mécanismes le démontrent. A Shanghai et Shenzen, les deux principales places boursières, les principaux indices ont plongé d’un tiers en moins d’un mois, et les conséquences ne sont pas calculables.

Continuer la lecture de COMBINAISON CHINOISE D’UNE BULLE ET D’UN ENDETTEMENT, par François Leclerc

Partager

Rencontre avec Paul Jorion : « L’extrême-droite économique, une menace pour la démocratie », Foire du Livre Politique de Liège, le 8 novembre 2014

Un entretien avec Steve Bottacin. Cela date d’il y a quelques mois, mais ce n’est peut-être pas tout à fait 😀 sans lien avec l’actualité.

Rencontre avec Paul Jorion :
« L’extrême-droite économique, une menace pour la démocratie »,
Foire du Livre Politique de Liège, (8 novembre 2014),
à l’initiative des Territoires de la Mémoire

STEVE : En Belgique, avant-hier, [le 6 novembre 2014], une grande manifestation a réuni à Bruxelles 120.000 personnes contre les propositions du nouveau gouvernement. Celui-ci a annoncé qu’il était ouvert au dialogue mais qu’il importait de maintenir son programme. Ça m’a rappelé quelques souvenirs de manifestations monstres et de grèves générales en Grèce, notamment entre 2009 et 2011 : 13 grèves générales à ce moment-là… et une austérité qui est maintenue contre vents et marées par le gouvernement. Est-ce que j’ai raison de faire ce parallèle entre l’austérité à la grecque et, maintenant, l’austérité à la belge ?

PAUL : Oui, parce qu’il faut savoir que l’austérité, c’est un programme politique davantage qu’économique. C’est une façon de situer le politique comme étant par nécessité dicté par une logique économique, qui ferait qu’il n’y a qu’une seule approche possible des problèmes. C’est le fameux « There is no alternative » de Madame Thatcher (je prends même son accent involontairement en le disant)…

Continuer la lecture de Rencontre avec Paul Jorion : « L’extrême-droite économique, une menace pour la démocratie », Foire du Livre Politique de Liège, le 8 novembre 2014

Partager

Le garrot est serré, par François Leclerc

Billet invité.

Toute la journée aura été marquée par la large victoire du « non » au référendum. A Athènes, Alexis Tsipras avait convoqué ensemble tous les partis politiques sauf les nazis d’Aube Dorée, afin de faire une démonstration d’unité. Un texte commun a été finalement adopté, qui met l’accent sur le fait que le résultat du référendum ne doit pas être interprété comme un message de rupture. Il soutient les efforts « pour atteindre un accord socialement juste et économiquement viable », qui doit inclure des moyens de combattre le chômage de masse, de soutenir les entreprises et d’engager des discussions a propos de la viabilité de la dette publique. Dans toute l’Europe, les déclarations des responsables ont au contraire souligné une forte désunion.

Continuer la lecture de Le garrot est serré, par François Leclerc

Partager

Une modeste proposition, pour l’Europe et pour la Grèce, par Zébu

Billet invité.

Tous les commentateurs le serinent : le résultat, massif, du référendum grec ne pourra pas passer à la trappe comme auraient pu l’escompter certains, qui pariaient sur un ‘oui’, voir sur un faible ‘non’ qui aurait permis d’imposer les termes d’un rapport de forces quasi inchangé au peuple grec.

Aujourd’hui, ces comptes d’apothicaires ont été soldés.

Continuer la lecture de Une modeste proposition, pour l’Europe et pour la Grèce, par Zébu

Partager

Le monde réel, par Michel Leis

Billet invité.

La stupeur doit être grande dans les instances dirigeantes européennes. Quoi ? Malgré les pressions exercées directement sur le peuple grec, malgré un engagement de nombreux dirigeants européens à voter « oui », malgré surtout une propagande intensive et un matraquage médiatique sans pareil sur les catastrophes qui ne manqueraient pas de suivre un vote « non », les voilà désavoués par le monde réel, celui des citoyens. Ceux-ci sont en première ligne de la crise, ils ont déjà multiplié les sacrifices ces dernières années, sans autre résultat qu’un fragile excédent primaire, et on voudrait leur en demander plus ! Le monde réel est à bout et les dirigeants européens n’en sont absolument pas conscients.

Continuer la lecture de Le monde réel, par Michel Leis

Partager

Les blogs sur la finance sont-ils de la finance ?

Extrait de « Les blogs sur la finance sont-ils de la finance ? », par Jacques-Olivier Charron

La crise de 2007-2008 a créé une situation nouvelle où tout à coup toutes sortes de gens qui n’étaient ni insiders ni boursicoteurs ont voulu y comprendre quelque chose. Combinée avec la crise de légitimité qui affectait déjà les médias traditionnels, c’est cette situation qui a sans doute fait le succès, dans le web francophone, du blog de Paul Jorion et de quelques autres comme celui d’Olivier Berruyer, laissant loin derrière, en termes d’audience, des professionnels comme un Georges Ugeux pourtant hébergé sur le site du Monde. En même temps, aussi bien l’anthropologue de Countrywide (et de bien d’autres expériences) que l’actuaire lyonnais, infatigable pédagogue, sont largement sortis du domaine de la finance ces dernières années. Le premier a fait de son blog un quasi-média doté de contributeurs réguliers et abordant un éventail de sujets de plus en large ; il est vrai qu’il s’appuie pour cela sur une expérience de chercheur à la fois longue, riche et diversifiée, ajoutée à une curiosité et une capacité d’empathie peu communes. Le blog de Paul Jorion est devenu aussi, en fait, son gagne-pain, faute de position institutionnelle à plein temps, et une sorte d’outil de travail qui lui permet de collecter des idées et aussi d’en tester auprès d’un public d’habitués, qui ne rate pas la chronique vidéo hebdomadaire « Le temps qu’il fait », chaque vendredi. Olivier Berruyer, quant à lui, s’est trouvé un nouveau cheval de bataille en polémiquant contre le traitement médiatique dominant des soubresauts qui ont agité l’Ukraine ces derniers temps.

Continuer la lecture de Les blogs sur la finance sont-ils de la finance ?

Partager

L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Paul Jorion : « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner »

28 juin 2015 19:43

Celui qui avait prévu la crise des subprimes n’est pas rassurant. « La situation est détonante. Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner. C’est une situation très mal maîtrisée. » Presqu’à la Lehman Brothers, avoue le détenteur de la chaire « Stewardship of Finance » à la VUB.

Continuer la lecture de L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 JUIN 2015 – retranscription

Le temps qu’il fait – aujourd’hui – le 26 juin sera en ligne vers 12h30.

Retranscription de Le temps qu’il fait le 18 juin 2015 : la contribution de la finance au PIB. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le jeudi 18 juin 2015. Et d’habitude, vous le savez, je fais ces petites vidéos, « Le temps qu’il fait », je les fais le vendredi, mais là, demain matin, je serai dans le train à l’heure où je fais d’habitude la vidéo, et en plus, je ne sais pas dans quelles conditions je pourrais enregistrer ma vidéo, parce que je ne sais pas encore où je dormirai ce soir. On m’a promis le gîte après l’exposé que je ferai en compagnie de Sophie Wahnich dans le cadre du « Lavoir moderne parisien », conférence organisée par La plate-forme qui, comme vous le savez sans doute, est le mouvement qui se crée autour de Messieurs Montebourg et Pigasse. Alors, voilà, si vous êtes à Paris, venez ! Ça se passe donc dans le 18ème, un petit peu au nord de la Gare du Nord, précisément. Venez nous écouter, ça peut être intéressant, ça peut être certainement intéressant, un débat entre Sophie Wahnich et moi. Nous avons déjà eu l’occasion de parler en compagnie : une fois, c’était à « Ce soir ou jamais » et une fois, je crois que c’était dans le cadre d’un débat sur la révolution, mais dans ce cas-là, nous n’étions pas seuls, parce qu’il y avait également Monsieur Nicolas Baverez. Venez donc nous écouter.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 JUIN 2015 – retranscription

Partager

Crédits structurés Dexia : Lâche soulagement !, par Marc Le Son

Billet invité.

Au constat que 80% d’entre elles (soit 676/850) auraient déposé un dossier au fonds de soutien, le secrétaire d’Etat chargé du Budget voit la preuve que « les collectivités ont choisi de faire confiance au gouvernement ». (Les Echos, 22/06/2015).

Chamberlain racontait qu’il eut peur d’être maltraité par la foule qui se pressait devant son avion de retour de Munich avant de ressentir « un lâche soulagement » quand il comprit qu’elle l’acclamait pour avoir écarté la guerre : ce lâche soulagement était partagé par cette foule apeurée qui, finalement, ne fit qu’ajouter la honte à sa souffrance.

Continuer la lecture de Crédits structurés Dexia : Lâche soulagement !, par Marc Le Son

Partager

L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Les créanciers européens de la Grèce auront consacré ces quatre derniers mois à escamoter toute discussion sur la viabilité de la dette grecque et à focaliser l’attention sur des mesures présentées comme allant en permettre le remboursement. Et ce n’est pas fini ! Seul le FMI a finalement fait discrètement entendre une petite musique, dans le fil des interventions qui avaient abouti à sa restructuration précédente, mais sans insister pour ne pas déranger.

Continuer la lecture de L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Partager