Les blogs sur la finance sont-ils de la finance ?

Extrait de « Les blogs sur la finance sont-ils de la finance ? », par Jacques-Olivier Charron

La crise de 2007-2008 a créé une situation nouvelle où tout à coup toutes sortes de gens qui n’étaient ni insiders ni boursicoteurs ont voulu y comprendre quelque chose. Combinée avec la crise de légitimité qui affectait déjà les médias traditionnels, c’est cette situation qui a sans doute fait le succès, dans le web francophone, du blog de Paul Jorion et de quelques autres comme celui d’Olivier Berruyer, laissant loin derrière, en termes d’audience, des professionnels comme un Georges Ugeux pourtant hébergé sur le site du Monde. En même temps, aussi bien l’anthropologue de Countrywide (et de bien d’autres expériences) que l’actuaire lyonnais, infatigable pédagogue, sont largement sortis du domaine de la finance ces dernières années. Le premier a fait de son blog un quasi-média doté de contributeurs réguliers et abordant un éventail de sujets de plus en large ; il est vrai qu’il s’appuie pour cela sur une expérience de chercheur à la fois longue, riche et diversifiée, ajoutée à une curiosité et une capacité d’empathie peu communes. Le blog de Paul Jorion est devenu aussi, en fait, son gagne-pain, faute de position institutionnelle à plein temps, et une sorte d’outil de travail qui lui permet de collecter des idées et aussi d’en tester auprès d’un public d’habitués, qui ne rate pas la chronique vidéo hebdomadaire « Le temps qu’il fait », chaque vendredi. Olivier Berruyer, quant à lui, s’est trouvé un nouveau cheval de bataille en polémiquant contre le traitement médiatique dominant des soubresauts qui ont agité l’Ukraine ces derniers temps.

Quid des chercheurs en études sociales de la finance dans cet espace de débats ? A ce jour, leur seule réalisation notable est le site socializing finance, où s’expriment essentiellement Daniel Beunza et des chercheurs qui lui sont intellectuellement apparentés (Yuval Millo, Juan Pablo Pardo- Guerra), Martha Poon y jouant plutôt un rôle de « veille ». Il rend compte des activités et des points de vue d’une partie importante de ce champ, mais est loin d’en représenter toute la diversité.

En attendant que d’autres courants de recherche en sciences sociales s’expriment sur la finance dans la blogosphère, il est tout de même possible de trouver quelques sites à la fois bien informés et capables de regarder le monde de la finance avec un regard extérieur et/ou critique : outre Naked Capitalism et le blog de Paul Jorion déjà cités, celui de Jean- Michel Naulot (hébergé par Mediapart) ou le blog d’Ann Pettifor, Debtonation, sont des cas intéressants : l’un d’un ex-professionnel et régulateur, l’autre d’une économiste critique qui a mis la question de la dette et de la monnaie au centre de sa réflexion.

Partager

L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Paul Jorion : « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner »

28 juin 2015 19:43

Celui qui avait prévu la crise des subprimes n’est pas rassurant. « La situation est détonante. Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner. C’est une situation très mal maîtrisée. » Presqu’à la Lehman Brothers, avoue le détenteur de la chaire « Stewardship of Finance » à la VUB.

Continuer la lecture de L’Écho – Paul Jorion: « Il y a un million de choses qui peuvent mal tourner », le 28 juin 2015

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 JUIN 2015 – retranscription

Le temps qu’il fait – aujourd’hui – le 26 juin sera en ligne vers 12h30.

Retranscription de Le temps qu’il fait le 18 juin 2015 : la contribution de la finance au PIB. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le jeudi 18 juin 2015. Et d’habitude, vous le savez, je fais ces petites vidéos, « Le temps qu’il fait », je les fais le vendredi, mais là, demain matin, je serai dans le train à l’heure où je fais d’habitude la vidéo, et en plus, je ne sais pas dans quelles conditions je pourrais enregistrer ma vidéo, parce que je ne sais pas encore où je dormirai ce soir. On m’a promis le gîte après l’exposé que je ferai en compagnie de Sophie Wahnich dans le cadre du « Lavoir moderne parisien », conférence organisée par La plate-forme qui, comme vous le savez sans doute, est le mouvement qui se crée autour de Messieurs Montebourg et Pigasse. Alors, voilà, si vous êtes à Paris, venez ! Ça se passe donc dans le 18ème, un petit peu au nord de la Gare du Nord, précisément. Venez nous écouter, ça peut être intéressant, ça peut être certainement intéressant, un débat entre Sophie Wahnich et moi. Nous avons déjà eu l’occasion de parler en compagnie : une fois, c’était à « Ce soir ou jamais » et une fois, je crois que c’était dans le cadre d’un débat sur la révolution, mais dans ce cas-là, nous n’étions pas seuls, parce qu’il y avait également Monsieur Nicolas Baverez. Venez donc nous écouter.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 18 JUIN 2015 – retranscription

Partager

Crédits structurés Dexia : Lâche soulagement !, par Marc Le Son

Billet invité.

Au constat que 80% d’entre elles (soit 676/850) auraient déposé un dossier au fonds de soutien, le secrétaire d’Etat chargé du Budget voit la preuve que « les collectivités ont choisi de faire confiance au gouvernement ». (Les Echos, 22/06/2015).

Chamberlain racontait qu’il eut peur d’être maltraité par la foule qui se pressait devant son avion de retour de Munich avant de ressentir « un lâche soulagement » quand il comprit qu’elle l’acclamait pour avoir écarté la guerre : ce lâche soulagement était partagé par cette foule apeurée qui, finalement, ne fit qu’ajouter la honte à sa souffrance.

Continuer la lecture de Crédits structurés Dexia : Lâche soulagement !, par Marc Le Son

Partager

L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Les créanciers européens de la Grèce auront consacré ces quatre derniers mois à escamoter toute discussion sur la viabilité de la dette grecque et à focaliser l’attention sur des mesures présentées comme allant en permettre le remboursement. Et ce n’est pas fini ! Seul le FMI a finalement fait discrètement entendre une petite musique, dans le fil des interventions qui avaient abouti à sa restructuration précédente, mais sans insister pour ne pas déranger.

Continuer la lecture de L’INSOUTENABLE LOURDEUR DE LA DETTE, par François Leclerc

Partager

Trends – Tendances, « … Chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas : on compte », jeudi 4 juin 2015

Nous devons à Ronald Harry Coase (1910–2013), Prix Nobel d’économie en 1991, l’idée que si nous voulons résoudre les problèmes écologiques causés par le sans-gêne de notre espèce à la surface du globe, il faut privatiser le peu de biens communs qu’il nous reste encore : en poursuivant leur intérêt, les entreprises se chargeront de remettre les choses en ordre, bien mieux que la bonne volonté brouillonne des États cherchant à résoudre les problèmes qui se posent à coups d’interdictions, lesquelles finissent par faire plus de tort que de bien, les conséquences non-maîtrisées des meilleures intentions du monde étant en nombre potentiellement infini.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, « … Chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas : on compte », jeudi 4 juin 2015

Partager

Le temps qu’il fait le 8 mai 2015

Ouvert aux commentaires.

Envisager les choses « d’un point de vue purement commercial »

Alain Supiot présente Bossuet, De l’éminente dignité des pauvres, 2015

Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, 2015

Isabelle Sorente, Addiction générale, 2011

Gary Becker (1930 – 2014), Prix Nobel d’économie 1992

Partager

Du pouvoir ou de l’absence de pouvoir des comités consultatifs

Je n’entends pas interférer par des indiscrétions avec le bon fonctionnement du Haut comité pour l’avenir du secteur financier en Belgique. Je ne m’abstiendrai cependant pas d’en tirer des enseignements globaux et de vous en faire part.

Ainsi, une série d’échanges ce matin m’a fait penser à la chose suivante qui me semble intéressante et potentiellement importante : le ministre sera entièrement libre d’ignorer la liste entière de nos recommandations, et en ce sens, nos travaux pourraient s’avérer a posteriori comme une totale perte de temps et d’énergie, mais sera-t-il entièrement libre de prendre des mesures qui contrediraient nos recommandations ?

Partager

À propos du billet de Bruno Colmant « Allumer les grands phares sur la crise », par Guy Weets

Billet invité, en réponse au dernier billet du blog de Bruno Colmant, « Allumer les grands phares sur la crise »

Monsieur Colmant, vous nous livrez là un excellent résumé des aspects financiers de la crise, mais la finance n’est-elle pas qu’une représentation de moins en moins fiable de l’activité économique réelle ?

Voici une piste de réflexion qui va dans le sens de votre billet, mais vu sous un angle différent.

La richesse produite par l’activité humaine chaque année varie peu, elle est partiellement corrélée à la démographie et à la productivité qui évoluent lentement.

Allumer les grands phares sur la crise, c’est aussi admettre que cette richesse doit servir trois objectifs :

1) entretenir et développer les infrastructures servant à produire des biens et services, ce qui comprend entre autres la formation, le transport, l’extraction de ressources non renouvelables et bien d’autres encore ;

2) restaurer les écosystèmes détruits par l’activité humaine et lutter contre le changement climatique ;

3) améliorer les biens et services aux personnes.

Continuer la lecture de À propos du billet de Bruno Colmant « Allumer les grands phares sur la crise », par Guy Weets

Partager

Dans l’Écho, les coulisses de la rédaction, le 2 mai 2015

Les coulisses de la rédaction

Petit cours de langues.

Mercredi, le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, a présenté le groupe d’experts chargé de réfléchir à l’avenir du secteur financier belge. Un groupe composé de Belges francophones et néerlandophones, et même d’un Néerlandais. C’est donc sans doute cette parité que le ministre a souhaité mettre en avant dans son communiqué de presse en indiquant: « Le groupe d’experts est mis sur pied à l’initiative du Ministre des Finances, mais dispose….. « . On n’en saura pas plus dans la langue de Molière puisque le communiqué se poursuit en néerlandais. Et donc ce groupe « krijgt alle ruimte om onafhankelijk te functioneren« . Un petit « couac » dans le communiqué ou le ministre entend-il relancer les capsules d’apprentissage de la langue de Vondel « Spreek met ons mee »?

Le mercato est ouvert.

Ce groupe d’experts qui va plancher sur l’avenir de la place financière (un de plus, ricaneront certains) est composé de personnalités aussi diverses qu’André Sapir (ULB) qui en assure la présidence, Luc Coene (ex-gouveneur de la BNB) ou Paul Jorion (chaire Stewardship of Finance à la VUB) qui a des vues parfois très iconoclastes en matière de finance. Le groupe sera co-présidé par Geert Noels (Econopolis) qui n’a pas non plus sa langue en poche. C’est le même Geert Noels qui vient de réaliser un beau transfert en attirant dans sa société Bart Van Craeynest, l’économiste en chef de Petercam, ainsi que Maarten Geerdink, autre Petercam-boy.

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 1er MAI 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 1er mai 2015. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi premier mai 2015. Et je vous ai déjà expliqué, en fait, ce qui a fait le plus gros de l’actualité de ma semaine. Enfin, je n’ai pas parlé de l’exposé à Louvain, je n’ai pas parlé de l’exposé pour les lycéens de Schaerbeek, mais enfin, bon, j’ai parlé de la convocation de ce comité de sages ou d’experts sur l’avenir financier de la Belgique. J’ai fait une petite vidéo à ce propos-là.

Et je vais continuer, évidemment, de me poser la question de savoir si ça sert à quelque chose, l’impact que ça peut avoir, mais en tout cas, sur la question de savoir si je me trouve immédiatement au cœur du réacteur, la réponse est claire : c’est oui ! Aussitôt la réunion terminée mercredi, eh bien, des mails du groupe de travail ont commencé à s’échanger, et je vais vous donner un exemple. C’est un cas hypothétique, mais ça nous permettra de réfléchir.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 1er MAI 2015 – (retranscription)

Partager

Haut comité pour le futur du secteur financier en Belgique (retranscription)

Retranscription de Haut comité pour le futur du secteur financier en Belgique. Merci à Olivier Brouwer ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour, nous sommes mercredi 29 avril 2015. Et je vous avais annoncé, dans la dernière vidéo que j’avais faite : le Temps qu’il fait de vendredi dernier, que j’allais vous parler de quelque chose qui se passerait aujourd’hui. Et effectivement, il y a eu une conférence de presse à midi au Ministère des Finances, en Belgique.

Et vendredi, je devais être encore sous le coup d’une certaine stupéfaction, parce que, vous le savez, sur le blog – le blog existe depuis huit ans maintenant – je vous ai souvent fait part de ma légère frustration du fait que, eh bien, nous discutons entre nous, nous avons un blog avec pas mal de monde qui regarde, très bonne contribution des commentateurs, mais aussi, très bons billets qui sont écrits par certains d’entre vous. Il y a des gens qui sont apparus comme cela, à l’horizon, et qui ont commencé par écrire pour le blog et qui sont maintenant des gens dont on entend parler, dont on connaît le nom. De ce côté-là, ça marche, mais, je disais : ça ne percole pas, je veux dire ces idées, il y a des élites qui nous dirigent, et puis, eh bien ça ne passe pas. La communication, en réalité, n’a pas lieu, alors pourquoi le faire, faut-il changer de style dans la manière dont on fait les choses ?

Continuer la lecture de Haut comité pour le futur du secteur financier en Belgique (retranscription)

Partager