LA CICATRICE GRECQUE N’EST PAS PRÈS DE SE REFERMER, par François Leclerc

Billet invité.

Il a fallu sept heures aux ministres membres de l’Eurogroupe pour se rendre à l’évidence qu’ils ne parviendront toujours pas à un accord à propos de la dette grecque. Ils remettront donc le couvert lors de la réunion de la dernière chance du 15 juin prochain. Donnant toute la mesure de sa flexibilité, Wolfgang Schäuble a une fois de plus bloqué la discussion, la renvoyant à la fin du plan de sauvetage en cours, en 2018.

Continuer la lecture de LA CICATRICE GRECQUE N’EST PAS PRÈS DE SE REFERMER, par François Leclerc

Partager

La Restauration Macron, par Paul Arbair

Billet invité

Alors que le nouveau président de la République entame son mandat, l’attention se focalise sur sa volonté de « rénovation » et de « recomposition » de la vie politique française. Plus fondamentalement, c’est pourtant plutôt à une tentative de « restauration » du régime politique du pays que se livre Emmanuel Macron, une tentative vraisemblablement appelée à tourner court.

Continuer la lecture de La Restauration Macron, par Paul Arbair

Partager

Hégémonie et unité : à propos des législatives à gauche, par François Fièvre

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Préambule : je fais partie de la France insoumise et je ne m’en cache pas, mais je tiendrai pour nul et non avenu le fait qu’on me dise que je défends ici un point de vue idolâtre et sectaire, vu que je me pense encore capable d’esprit critique, que ce soit à l’égard de Jean-Luc Mélenchon ou de quelque autre homme politique.

Continuer la lecture de Hégémonie et unité : à propos des législatives à gauche, par François Fièvre

Partager

LE BRÉSIL PLONGE DANS L’INCONNU, par François Leclerc

Billet invité.

Le jeu de massacre continue au Brésil avec l’ouverture par la Cour suprême d’une enquête pour « obstruction à la justice » visant le président par intérim Michel Temer. Celui-ci s’est faute de mieux déclaré « victime d’un complot », tandis que les rues des grandes villes du pays retentissaient du slogan « Fora Temer ! » (Dehors Temer).

Continuer la lecture de LE BRÉSIL PLONGE DANS L’INCONNU, par François Leclerc

Partager

Ce à quoi même les révolutionnaires n’ont pas le droit de toucher

Les nouvelles frasques de M. Trump révélées hier par le Washington Post, c’est donc que lors de la visite du ministre russe des affaires étrangères, il avait communiqué à celui-ci, accompagné de l’ambassadeur russe à Washington, des informations relatives au terrorisme, qu’une tierce nation avait transmises aux États-Unis sous le sceau du secret. Continuer la lecture de Ce à quoi même les révolutionnaires n’ont pas le droit de toucher

Partager

Le mode de scrutin idéal pour une présidentielle

Pour ceux d’entre vous qui ne lisez pas tous les commentaires de tous les billets

Il faudrait bien entendu une présidentielle à 4 tours :

1er tour : se débarrasser des représentants des « partis de gouvernement », tous corrompus et déconsidérés parce qu’ils ne pensent qu’à une seule chose : leur ré-élection

2d tour : se débarrasser de la candidate représentant les fous furieux, les paranoïaques, les xénophobes, les admirateurs de l’obtus Poutine…, seule capable de l’avoir emporté contre les « Tous pourris ! »

3e tour : se débarrasser du candidat ultralibéral, seul capable d’avoir rassemblé un Front antifasciste au 2d tour

4e tour : se débarrasser du candidat de la gauche « autoritaire », seul capable de l’emporter au 3e tour contre le candidat ultralibéral

Ou alors… changer les choses ailleurs que dans les urnes…

P.S. : Continuer la lecture de Le mode de scrutin idéal pour une présidentielle

Partager

Le président Macron : Napoléon ou Bonaparte le Petit ? par Jean-Michel Servet

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

La diffusion de l’Ode à la joie de Beethoven au Louvre le soir de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence peut être comprise comme un symbole d’adhésion à l’Union européenne. Ce choix contrastant avec la multitude de drapeaux tricolores qui étaient agités pendant que cet hymne était diffusé et que le président élu marchait seul vers la tribune où il allait s’exprimer in vivo face à ses supporters. Continuer la lecture de Le président Macron : Napoléon ou Bonaparte le Petit ? par Jean-Michel Servet

Partager

LE PIÈGE EUROPÉEN DE MACRON SE REFERME, par François Leclerc

Billet invité.

Les marges de manœuvre européennes du nouveau président français sont étroites. Les titres de la presse font avantageusement état d’une embellie économique qui pourrait lui profiter, mais celle-ci tient plus d’une modeste reprise conjoncturelle, qui demande à être confirmée, que d’une relance significative. Dans ces conditions, comment les obligations européennes de réduction du déficit budgétaire en dessous de 3% du PIB pourront-elles être respectées cette année ou la suivante ? D’ores et déjà, Jean-Claude Juncker dénonce l’importance des dépenses françaises pour ne pas prêter le flanc aux critiques de mollesse en provenance d’Allemagne…

Continuer la lecture de LE PIÈGE EUROPÉEN DE MACRON SE REFERME, par François Leclerc

Partager

COURT ÉTAT DE GRÂCE, par François Leclerc

Billet invité.

L’état de grâce va être de courte durée. Dès le lendemain de l’élection du nouveau président, une manifestation parisienne s’est opposée à son programme de réformes, dans l’espoir prématuré d’amorcer un grand mouvement de protestation. Outre-Rhin, passé le temps des félicitations d’usage, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, haut-parleur de l’establishment, a refroidi sans attendre ses espoirs de négocier avec Berlin un nouveau cours de la politique européenne.

Continuer la lecture de COURT ÉTAT DE GRÂCE, par François Leclerc

Partager

Deux petites leçons à tirer + une autocritique, par Gilbert Chabian

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Trois petites leçons à tirer de ces élections :

1/ Le ressort de ce système d’élections à deux tours a été mis à nu. Bien plus qu’en 2002, la situation particulière du passage au 2d tour d’un candidat « honni » ou justifiant un « isolement politique » amène à un déni de démocratie. Le président élu ne sort pas d’un affrontement « à la loyale » mais d’un avantage dû au « devoir républicain » (selon la terminologie du jour : république équivaut à démocratie dans l’esprit de la République des droits de l’homme).

Continuer la lecture de Deux petites leçons à tirer + une autocritique, par Gilbert Chabian

Partager

UN PRÉSIDENT PAR DÉFAUT, par François Leclerc

Billet invité.

Le nouveau président français a été élu par défaut. Au premier tour, il a bénéficié du rejet de François Fillon, au second de celui de Marine Le Pen. Voilà à quoi tient son exceptionnel succès vanté le long d’une soirée électorale plus consacrée aux prochaines législatives qu’à sa victoire, signe que l’essai doit encore être transformé.

Continuer la lecture de UN PRÉSIDENT PAR DÉFAUT, par François Leclerc

Partager

Le pouvoir est nu et le vide immense, par Dominique Temple

Billet invité.

Le taux d’abstention de ces dernières élections témoigne de la résistance populaire à la rhétorique libérale : hors le système capitaliste point de salut. C’est le contraire qui est vrai : hors du capitalisme est le salut. L’abstention n’est pas une solution, certes, mais c’est un symptôme de la disposition du peuple à tourner la page aussitôt que le principe d’une économie post-capitaliste sera reconnu de tous, et approuvé par une nouvelle Constitution.

Continuer la lecture de Le pouvoir est nu et le vide immense, par Dominique Temple

Partager

De quoi Macron est-il le nom ? par Zébu

Billet invité.

Emmanuel Macron, cet extra-terrestre politique de 3 ans d’âge, construit par et pour les puissants, les médias, ceux qui appartiennent aux précédents, seule raison revendiquée permettant d’éclairer les causalités de l’échec, comme déni intellectualisé de la réalité …

Continuer la lecture de De quoi Macron est-il le nom ? par Zébu

Partager

M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur

Ouvert aux commentaires.

M. Macron a eu raison de dire dans l’entre-deux-tours que ce n’était pas le moment de changer de programme car ç’aurait été trahir la confiance de ceux qui avaient voté pour lui au premier tour. Il a également eu raison d’affirmer qu’il allait de soi que certains électeurs voteraient pour lui au second tour qui n’approuvaient pas pour autant son programme puisque c’était là la règle du jeu dans une élection présidentielle à deux tours, et qu’il n’y était donc pour rien.

Continuer la lecture de M. Macron a eu quinze jours pour mettre les choses au point, il est désormais au pied du mur

Partager

Le nazisme était-il un anticapitalisme ? LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 MAI 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 5 mai 2017. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 5 mai 2017 et la semaine dernière, en pensant à la vidéo que je ferais aujourd’hui je vous ai dit que je ne manquerais pas de parler de l’actualité. Et en fait, je ne vais pas le faire. Je disais que je vous parlerais de l’actualité parce que nous sommes à deux jours du second tour de la présidentielle, en France. Je vais vous dire deux petits mots sur l’actualité et puis, je passerai à autre chose.

Continuer la lecture de Le nazisme était-il un anticapitalisme ? LE TEMPS QU’IL FAIT LE 6 MAI 2017 – Retranscription

Partager

Mots du débat et dévoilement de l’imaginaire, par Timiota

Billet invité.

J’écoutais un peu distraitement le début du fameux débat-duel (sans images). J’entendais M. Macron répondre à la violence de son opposante par des « mais » ou des « non » ou des « ne pas/n’est pas » et … ça ne portait pas.

Continuer la lecture de Mots du débat et dévoilement de l’imaginaire, par Timiota

Partager