LA GRÈCE PLONGE, LES CRÉANCIERS SONT AUX CHAMPS, par François Leclerc

Billet invité.

Une étude des intentions de vote au référendum de demain donne des résultats impressionnants : le « non » est largement majoritaire chez les électeurs grecs de moins de 55 ans, et écrasant chez les moins de 34 ans. Lors du meeting de la place Syntagma, dans un discours en défense de « l’Europe démocratique et solidaire », Alexis Tsipras a exhorté à « ne pas prêter attention aux sirènes de la peur », à ne pas y céder. Celle-ci l’emporte néanmoins chez les plus âgés et plus vulnérables.

Continuer la lecture de LA GRÈCE PLONGE, LES CRÉANCIERS SONT AUX CHAMPS, par François Leclerc

Partager

Référendum grec et retour à la rationalité du bien commun, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité.

Dans le débat que l’annonce du référendum grec a mis sur la place publique européenne, les positions apparaissent inconciliables non parce que les uns et les autres ont des buts antagoniques mais parce que chacun voit la réalité commune avec ses seules lunettes. Il est évident, naturel et logique que la Grèce appartiennent à la communauté de l’euro. Mais il faut pour que l’évidence se réalise se mettre d’accord sur le fonctionnement de l’euro et sur l’expression des finalités de cette monnaie multinationale.

Continuer la lecture de Référendum grec et retour à la rationalité du bien commun, par Pierre Sarton du Jonchay

Partager

Grèce : BERLIN CHOISIT LA SORTIE DE L’EURO, par François Leclerc

Billet invité.

À ses homologues qui jouent la victoire du « oui » en multipliant les pressions, espérant ainsi relancer les négociations, Wolfgang Schäuble vient de couper l’herbe sous le pied. « Les Grecs peuvent faire une demande d’ouverture des négociations, mais celles-ci auront lieu « sur une base complètement nouvelle et dans un contexte dégradé ».

Continuer la lecture de Grèce : BERLIN CHOISIT LA SORTIE DE L’EURO, par François Leclerc

Partager

UNE VICTOIRE À LA PYRRHUS ? par François Leclerc

Billet invité.

Profondément divisés, les Grecs penchent alternativement selon les derniers sondages du côté du « oui » ou du « non » (pour le dernier, voir Bloomberg). Le référendum va se jouer à peu de votes près. Tous ceux qui, comme Jean-Claude Juncker, Martin Schulz et Jeroen Dijsselbloem multiplient les pressions sur l’électorat grec ne vont toutefois pas en récolter de quoi pavoiser, car la motivation des Grecs qui vont voter « oui » est que la Grèce reste dans l’euro, craignant le pire, et non pas que de nouvelles mesures d’austérité s’ajoutent aux précédentes. Parier sur leur résignation est osé.

Continuer la lecture de UNE VICTOIRE À LA PYRRHUS ? par François Leclerc

Partager

Il y a 50 ans, les Provos

imageIl y a 50 ans, les Provos sur lundimatin

Le mouvement Provo, qui a 50 ans aujourd’hui, m’a fait lire à l’époque, les bons auteurs.

Merci encore à Roel van Duijn et a Simon Vinkenoog (1928 – 2009) qui, à l’été 1967, ont accordé – sans y réfléchir un instant – leur amitié à un étudiant en sociologie qu’ils ne connaissaient ni d’Ève, ni d’Adam. Probablement parce qu’ils devinaient que nous pensions la même chose sur les mêmes choses.

Partager

LA CRISE GRECQUE HORS CONTRÔLE, par François Leclerc

Billet invité.

Le résultat du référendum de dimanche polarise l’attention et cela masque la suite de la crise grecque. Un nouveau sondage donne une légère avance au « oui », mais celle-ci se situe dans la marge d’erreur, apportant comme information que les résultats sont tangents. Les scénarios pour les lendemains commencent à circuler mais s’en tiennent à ce qui est finalement anecdotique. Car quel que soit le résultat du référendum, la situation ne sera politiquement et financièrement pas sous contrôle et tous les efforts vont consister à tenter de le masquer.

Continuer la lecture de LA CRISE GRECQUE HORS CONTRÔLE, par François Leclerc

Partager

LA MACHINE INFERNALE DE LA DETTE GRECQUE, par François Leclerc

Billet invité.

Le FMI vient de jeter un gros pavé dans la mare en rendant public un « avant-projet d’analyse de la viabilité de la dette » de la Grèce daté du 26 juin dernier. De ce document de 23 pages très denses, il ressort que le 3ème plan de sauvetage de la Grèce devrait être d’un montant de 52 milliards d’euros pour couvrir ses besoins de financement jusqu’à la fin décembre 2018. Mais cela ne tient pas compte de l’annulation des 16 milliards d’euros qui est intervenue suite à l’absence d’accord entre les créanciers et le gouvernement grec, ce qui porte son montant à 68 milliards d’euros.

Continuer la lecture de LA MACHINE INFERNALE DE LA DETTE GRECQUE, par François Leclerc

Partager

FUITE EN AVANT DES CRÉANCIERS, par François Leclerc

Billet invité.

Faudra-t-il attendre de nouvelles fuites en provenance des écoutes de la NSA pour savoir ce que se sont dit ce matin par téléphone Angela Merkel et François Hollande ? Les détails d’une conversation de cette dernière avec l’un de ses conseillers, datant de 2011, ont en effet été dévoilés par Wikileaks… Quoi qu’il en soit, François Hollande a ensuite dû publiquement reconnaitre en mangeant son chapeau que « si c’est le oui, la négociation peut très facilement s’engager, si c’est le non, on entre dans une forme d’inconnu ».

Continuer la lecture de FUITE EN AVANT DES CRÉANCIERS, par François Leclerc

Partager

EuropeLE VER EST DANS LE FRUIT, par François Leclerc

Billet invité.

Les dés sont jetés, l’Eurogroupe a remis toute nouvelle négociation aux lendemains du référendum de dimanche prochain, et François Hollande en est pour une mise en demeure sans effet immédiat. Le « non » tient la corde dans les sondages, mais même un retour du « oui » ne changera pas la donne. Ce n’est plus le sort de la Grèce qui est en question, mais celui de l’Europe. Les gouvernements allemand et français ont divergé publiquement, François Hollande ne pouvant plus biaiser.

Continuer la lecture de EuropeLE VER EST DANS LE FRUIT, par François Leclerc

Partager

TROISIÈME COUP DE THÉÂTRE ! par François Leclerc

Billet invité.

Le plan de sauvetage de la Grèce a expiré, et avec lui ce qui y était attaché. Mais la réunion de l’Eurogroupe, suspendue, va reprendre demain matin. Des informations non confirmées en provenance d’Athènes font état d’une suspension du référendum de dimanche par le gouvernement, si les négociations reprennent. D’autres rumeurs annoncent qu’il appellerait à voter « oui » si le prêt précédemment demandé au Mécanisme européen de stabilité était accordé. Une lettre d’Alexis Tsipras est attendue à Bruxelles. Un report du versement au FMI a enfin été demandé auprès de celui-ci, en application d’une disposition de sa charte.

Partager

DEUXIÈME COUP DE THÉÂTRE ! par François Leclerc

Billet invité.

Afin de ne pas être en reste et être celui qui dit non, Alexis Tsipras demande non plus une extension du plan de sauvetage mais un troisième plan de deux ans assorti de la couverture complète de besoins financiers de la Grèce et d’un reprofilage et d’une restructuration de la dette (un aménagement et une réduction) Il s’agirait d’obtenir un financement de 29 milliards d’euros et une restructuration des prêts consentis par le Fonds européen de stabilité financière (FESF). Une extension du plan actuel est requise le temps de mettre en place le troisième. Une téléconférence de l’Eurogroupe va avoir lieu à 19 heures de Paris. Angela Merkel a confirmé vouloir attendre le référendum pour reprendre la négociation.

Partager

COUP DE THÉÂTRE POUR LA GALERIE, par François Leclerc

Billet invité.

L’amitié de Jean-Claude Juncker s’apparenterait-elle à un baiser qui tue ? Il n’a cessé de manifester son amitié aux Grecs et a joué lundi le grand air de la trahison, mais il n’en reste pas moins l’ancien premier ministre luxembourgeois qui a prétendu ignorer que son pays était un paradis fiscal. Se retrouvant président de la commission alors que son pays a été l’un des membres fondateurs de l’Union européenne, la boucle est bouclée.

Continuer la lecture de COUP DE THÉÂTRE POUR LA GALERIE, par François Leclerc

Partager

UN VILAIN CHANTAGE RENVOYÉ À SES EXPÉDITEURS, par François Leclerc

Billet invité.

La BCE n’a pas fait tomber le couperet, laissant aux dirigeants politiques le soin de trouver une issue, mais laquelle ? Ne pouvant plus espérer l’annulation du référendum grec, les créanciers peuvent-ils favoriser la victoire du « oui » afin que leurs exigences soient acceptées sans avoir à assumer un déni de démocratie ? C’est la porte de sortie que l’équipe de Syriza a laissé ouverte, laissant à Angela Merkel le soin de la franchir, comme l’a encore rappelé Yanis Varoufakis.

Continuer la lecture de UN VILAIN CHANTAGE RENVOYÉ À SES EXPÉDITEURS, par François Leclerc

Partager

CELA NE FAIT QUE COMMENCER… par François Leclerc

Billet invité.

Le référendum grec aura bien lieu dans une semaine, le Parlement l’a décidé ainsi, et Alexis Tsipras a appelé à y voter « non », afin que la Grèce bénéficie d’une position de négociation plus forte. Le Conseil des gouverneurs de la BCE examine la situation et une nouvelle réunion de l’Eurogroupe a été convoquée pour cet après midi, signe que tous les boulons sont loin d’être vissés. Hier, il avait fallu longtemps attendre le point de presse de Jeroen Dijsselbloem, qui est arrivé très en retard.

Continuer la lecture de CELA NE FAIT QUE COMMENCER… par François Leclerc

Partager

LES ARROSEURS ARROSÉS, par François Leclerc

Billet invité.

Quoi qu’il arrive, les créanciers européens ont déjà perdu sur un tableau, celui de la communication. Comment prétendre au beau rôle lorsque Wolfgang Schäuble déclare faute de mieux que les Grecs ont mis fin « unilatéralement aux négociations » et que Jeroen Dijsselbloem tient le même discours ? C’est trop tordre le cou aux faits : le gouvernement grec était face à un ultimatum et a choisi de consulter les Grecs afin qu’ils l’acceptent ou le rejettent. Peut-il être blâmé pour cela, comme le vice-chancelier Sigmar Gabriel l’a reconnu ? Alexis Tsipras a confirmé la tenue du référendum dimanche en huit depuis la décision de l’Eurogroupe de ne pas prolonger le plan de sauvetage de quelques jours.

Continuer la lecture de LES ARROSEURS ARROSÉS, par François Leclerc

Partager

LA RÉPONSE DU BERGER A LA BERGÈRE, par François Leclerc

Billet invité.

« Le peuple doit décider hors de tout chantage » a déclaré Alexis Tsipras à la télévision grecque en annonçant la tenue d’un référendum le dimanche 5 juillet prochain.

Continuer la lecture de LA RÉPONSE DU BERGER A LA BERGÈRE, par François Leclerc

Partager

« Ah les cons ! », par Zébu

Billet invité.

« Ah les cons ! », c’est en ces termes peu amènes qu’Edouard Daladier s’est exprimé lorsqu’il descendit de son avion revenant de Munich, s’attendant à être insulté et à recevoir des tomates après avoir signé l’accord du même nom, sidéré par l’accueil exalté que fut celui des foules pensant recevoir le sauveur de la paix.

Continuer la lecture de « Ah les cons ! », par Zébu

Partager

Penser tout haut l’économie avec Keynes, le 2 septembre 2015

Un extrait du Chapitre 4 – Keynes, un socialiste loup solitaire

jorionKeynes n’est pas un révolutionnaire : la représentation qu’il se fait d’une société viable est une société, sinon du consensus, du moins du dissensus minimal : où l’on est parvenu à minimiser le volume du ressentiment global. Sa méfiance envers les révolutions s’alimente des conclusions auxquelles il aboutira dans les recherches qui débouchèrent en 1921 sur son Treatise on Probability, à savoir qu’il est extrêmement difficile de prévoir l’avenir.

Continuer la lecture de Penser tout haut l’économie avec Keynes, le 2 septembre 2015

Partager

LE COMPROMIS QUI NE SE TROUVE PAS, par François Leclerc

Billet invité

Une nouvelle rencontre d’Alexis Tsipras avec Christine Lagarde, Mario Draghi et Jean-Claude Juncker précédera demain la huitième réunion de l’Eurogroupe consacrée à la Grèce. Pierre Moscovici souhaite y présenter « les paramètres d’un accord », mais l’on assiste de tous côtés à un raidissement.

Continuer la lecture de LE COMPROMIS QUI NE SE TROUVE PAS, par François Leclerc

Partager

GrèceLE BRAS DE FER N’EST PAS TERMINÉ, par François Leclerc

Billet invité.

A quelles conditions un accord va-t-il pouvoir être trouvé, à la suite d’une journée tumultueuse faite de rencontres bilatérales et de réunions au sommet ? Comment pourra-t-il être reçu en Grèce ? Impossible de répondre en raison de la volonté d’obtenir encore plus de l’équipe de Syriza. Les propositions grecques sont « un bon point de départ » a reconnu Angela Merkel, « Les bases d’un accord sont réunies » a conclu François Hollande, elles représentent « une avancée majeure » pour Jean-Claude Juncker, mais encore…

Continuer la lecture de GrèceLE BRAS DE FER N’EST PAS TERMINÉ, par François Leclerc

Partager