Les intellectuels « dérivent »-ils, ou bien la dérive observée est-elle d’un autre ordre ?

L’article n’est pas tout à fait récent, il date de janvier, il est intitulé L’inquiétante dérive des intellectuels médiatiques, et il est de la plume de Gisèle Sapiro, sociologue, directrice d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Continuer la lecture de Les intellectuels « dérivent »-ils, ou bien la dérive observée est-elle d’un autre ordre ?

Partager

Combat de coqs, par Michel Leis

Billet invité.

À gauche, dans le combat de coqs qui oppose les intellectuels pour imposer leur point de vue, les uns et les autres abusent des arguments d’autorité. Là où ils se considèrent comme des experts, il n’y a plus de discussion possible, il n’y a d’autres choix que d’être pour ou contre. Celui qui n’est pas un expert, qui n’a pas les références culturelles ou qui ne bénéficie pas d’une assise médiatique solide se sent illégitime ou finit par abandonner un débat où il ne peut faire entendre sa voix.

Continuer la lecture de Combat de coqs, par Michel Leis

Partager

Genèse de la responsabilité, par Dominique Temple

Billet invité.

Depuis que la science a reconnu que l’univers se produisait à partir de deux dynamismes antagonistes, qu’elle appelle la matérialisation et la dématérialisation de l’énergie [1], donnant à la vie une importance égale à l’entropie, elle appuie sans réserve l’idée que l’individu se présente comme la forme ultime de la vie [2]. Selon cette cosmologie, la responsabilité devrait être postulée comme la forme la plus différenciée de la vie puisqu’elle est une propriété essentielle de l’individu qui apparaît au sommet de son évolution.

Continuer la lecture de Genèse de la responsabilité, par Dominique Temple

Partager

L’individuation du Sujet, par Dominique Temple

Billet invité.

Dès les premiers mots de la Bible, il est dit que l’homme donne un nom à toutes choses, le ciel, la terre, les oiseaux, les poissons… mais lorsqu’il veut se nommer, toutes ces connaissances ne lui sont d’aucune aide. C’est dire qu’il est en face de lui-même devant une énigme. Il trouve l’aide, que ne peuvent lui donner ses représentations objectives, dans une opération nouvelle, l’entraide (la réciprocité) à partir d’un être pris de son côté, de lui-même : cette moitié provoque son étonnement sinon son anxiété car l’étrangeté de la femme n’est pas la différence d’un oiseau et d’un poisson, mais elle est relative à lui puisqu’elle est tirée de lui. Contradiction donc entre le sujet et l’objet, mais aussi entre l’identité et la différence, qui pourrait l’immobiliser dans l’impossibilité de savoir quoi faire, pour ou contre (dans un sens ou dans l’autre), mais qui trouve sa solution dans la parole. L’homme crie de joie parce qu’il se reconnaît non pas de ce qu’il peut nommer objectivement mais d’une parole dont le sens se soustrait à l’objectivité de ses représentations pour se révéler sur un autre plan que celui de la nature : celui d’Elohim. Partout dans leurs mythes, les Guarani comme les Hébreux, les Jivaros ou les Hottentots… les hommes se disent à l’image, ou fils des Dieux !

Continuer la lecture de L’individuation du Sujet, par Dominique Temple

Partager

Le coût social des inégalités ou Pour un bancor social, par Timiota

Billet invité.

Quel est le fluide mystérieux qui lie une société et qui induit un duo vertueux de respect et d’amélioration dans l’usage qui est fait des biens, publics ou privés ? Outre les mécanismes purement financiers qui font qu’on « ne prête qu’aux riches », l’inégalité s’auto-renforce dès que des différences de statut deviennent insurmontables à l’échelle des espoirs des uns ou du mépris des autres. En ce sens, ce fluide social partage certaines propriétés du prix, dont le niveau dépend du rapport des statuts dans la proposition aristotélicienne que Paul Jorion explique bien mieux que moi ici. Mais  on pourrait poursuivre : Au-delà d’un certain seuil, lorsqu’un cadre est créé où l’inégalité semble insoluble, on a un mécanisme analogue à celui du prix spéculatif, qui ne pense plus qu’une transaction analogue se reproduira : le fluide social est utilisé par son côté corrosif, et plus par son côté lubrifiant.

Continuer la lecture de Le coût social des inégalités ou Pour un bancor social, par Timiota

Partager

Gaston Bouthoul : « L’homme est son propre prédateur », par Isabelle Joly

Billet invité.

Je me rappelle de mon soulagement, lorsque j’ai lu le « Traité de polémologie » de Gaston Bouthoul. Il avançait une théorie très simple en réponse à ma perpétuelle question : « Pourquoi les êtres humains s’entretuent-ils avec un entrain toujours renouvelé ? » : l’homme est son propre prédateur.

Continuer la lecture de Gaston Bouthoul : « L’homme est son propre prédateur », par Isabelle Joly

Partager

La parole religieuse, par Dominique Temple

Billet invité.

  1. Les Deux Paroles

On doit à Claude Lévi-Strauss une réflexion décisive sur la naissance de la Parole. Cette réflexion est menée dans un contexte anthropologique. C’est en effet le face à face entre deux bandes nomades de Nambikwara (Indiens du Brésil occidental), qui lui sert d’exemple. Lorsque deux groupes humains qui s’ignoraient se rencontrent pour la première fois, ils s’immobilisent à une certaine distance ; si l’homme était un animal, il fuirait par crainte ou s’associerait comme les brebis dans un troupeau. Rien ne se passe de ce genre : le désir et la crainte se neutralisent et engendrent une affectivité de plus en plus angoissée jusqu’à ce qu’elle puisse se dissiper dans la Parole.

Continuer la lecture de La parole religieuse, par Dominique Temple

Partager

La réciprocité symétrique et le respect, par Dominique Temple

Billet invité.

La liberté naît de toutes les structures de réciprocité puisque celles-ci créent une conscience commune réfléchie sur elle-même à partir de la conscience de l’un et de celle de l’autre ; mais pour être libre de façon complète, la conscience commune requiert une réciprocité où la contribution de chacun soit égale à celle de l’autre, sinon le sentiment qui en est issu se représente selon l’imaginaire particulier qui caractérise cette inégalité, et qui diffère de l’un à l’autre.

Continuer la lecture de La réciprocité symétrique et le respect, par Dominique Temple

Partager

Le double effet Kiss Cool de la novlangue néolibérale, par Roberto Boulant

Billet invité

Comme l’a démontré Stéphane-Samuel Pourtalès dans son billet à propos de la dernière « saillie drolatique » de l’inénarrable M. Macron, « La vie d’un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d’un salarié », le néolibéralisme glorifie le nouveau chevalier des temps modernes : l’Entrepreneur ! Celui qui se bat avec courage contre l’adversité, qui n’a pas peur de retrousser ses manches pour innover, et qui non seulement crée de nouveaux produits et services, mais tel Dieu le père, est capable de faire apparaitre de nouveaux écosystèmes ! Continuer la lecture de Le double effet Kiss Cool de la novlangue néolibérale, par Roberto Boulant

Partager

La classe moyenne disparaît : illustration, par Michel Leis

Billet invité. Ouvert aux commentaires

L’hebdomadaire Marianne a cru bon de dénoncer dans son édition électronique une possible fraude de la ministre Christiane Taubira qui aurait loué un appartement social de 96 m2 plus terrasse et parking dans le XVIIe arrondissement de Paris au prix extraordinairement avantageux de 2.196 € par mois, charges comprises, soit en dessous des prix réels du marché qui se situeraient aux alentours de 2.600 € par mois, charges comprises. Libération nous rappelle utilement que ce n’est pas un immeuble social, mais un immeuble à loyer plafonné compte tenu d’avantages fiscaux (loi Borloo), construit pour loger la « classe moyenne »… Et c’est bien là que le sujet devient vraiment intéressant. Continuer la lecture de La classe moyenne disparaît : illustration, par Michel Leis

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 27 NOVEMBRE 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 27 novembre 2015. Merci à Cyril Touboulic !

Bonjour, nous sommes le vendredi 27 novembre 2015, et avant de dire ce que j’ai envie de dire aujourd’hui, je vais faire une petite entrée en matière en parlant d’autre chose.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 27 NOVEMBRE 2015 – (retranscription)

Partager

Les classes moyennes, une supercherie politique, par André Fontaine

Billet invité.

Les « classes moyennes » sont actuellement la tarte à la crème des journalistes, des politiques et des sociologues. Les derniers, plus conséquents, s’efforcent d’en donner des définitions dont ils reconnaissent eux-mêmes l’équivoque. On se demande donc à quel objectif peut bien correspondre l’engouement présent.

Continuer la lecture de Les classes moyennes, une supercherie politique, par André Fontaine

Partager

Attentats de Paris : Le moment est peut-être venu de poser une question qui fâche, par Anton Klimm

Billet invité.

Les individus ayant commis les attentats de Paris ont globalement le même âge que les personnes qu’ils ont visées et assassinées : tous appartiennent en effet essentiellement à la tranche des trentenaires. N’est-il pas légitime de se demander pourquoi certains se retrouvent du « bon » côté et d’autres, du « mauvais » ? Leur histoire personnelle est-elle sans lien aucun avec la tragédie qui a eu lieu ?

Continuer la lecture de Attentats de Paris : Le moment est peut-être venu de poser une question qui fâche, par Anton Klimm

Partager

Réciprocité simple et réciprocité complexe, par Dominique Temple

Billet invité.

Reconnaître les structures sociales de base – les relations de réciprocité qui sont les matrices des différentes valeurs éthiques – c’est évidemment distinguer la valeur spécifique dont chacune est la matrice de façon à ce qu’elles ne se confrontent pas arbitrairement mais se complètent. L’harmonie d’une organisation sociale complexe est à ce prix car la cité se crée lorsque les structures de réciprocité s’entrecroisent, se redoublent, s’articulent les unes avec les autres.

Continuer la lecture de Réciprocité simple et réciprocité complexe, par Dominique Temple

Partager

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 14 AOÛT 2015 – (retranscription)

Retranscription de Le temps qu’il fait le 14 août 2015. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 14 août 2015. Et je fais souvent des vidéos dans des chambres d’hôtel, dans des conditions un peu difficiles, mais toujours avec un Wifi. Alors là, ici, on a une première : ce n’est même pas sur l’iPad, c’est sur mon téléphone et il n’y a pas de Wifi ! Alors, j’espère que vous allez voir ça un jour quand même. Je fais une tentative.

Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 14 AOÛT 2015 – (retranscription)

Partager

Comptes futuristes, par Jacques Seignan

Billet invité.

Imaginons que la population d’une Belgique du futur atteigne 120 millions d’habitants. Est-ce possible ? Oui… sous certaines conditions.

Il faut d’abord construire des villes-silos comme les Chinois en produisent industriellement ; ou comme on le fit dans l’Europe de l’après-guerre, des ‘barres d’immeubles’, mais cela à bien plus grande échelle. Pour les villes d’Art & d’Histoire, il faudrait toutefois ériger ces nouvelles tours de logements en périphérie de leurs superbes centres historiques car ce sont évidemment des ressources touristiques précieuses pour la balance commerciale belge. Ah que les Parisiens seraient jaloux de contempler Bruges et ses canaux enchâssés au milieu de tours culminant à des hauteurs de plus de 300 m, comme celles d’Abou Dhabi, de Shanghai, de toutes les villes où la désirable modernité triomphe enfin ! Certains des gratte-ciel brugeois pourraient être de style néogothique, tels de nouveaux beffrois. Imaginez aussi le plaisir de contempler (avec une longue-vue) la Grand-Place de Bruxelles depuis le sommet d’une tour équivalente à la Burj Khalifa [828 m, à Dubaï] !

Continuer la lecture de Comptes futuristes, par Jacques Seignan

Partager

Les monnaies locales peuvent-elles être un rempart contre le capitalisme financier ?, par Dominique Temple

Billet invité.

Il faut bien reconnaître que la monnaie dominante actuellement ne fonctionne que comme monnaie de libre-échange. Elle n’est comptable que des productions qui fournissent des profits.

Continuer la lecture de Les monnaies locales peuvent-elles être un rempart contre le capitalisme financier ?, par Dominique Temple

Partager

Pourquoi la théorie de la réciprocité est-elle ignorée de ceux qui se réfèrent à l’éthique ?, par Dominique Temple

Billet invité.

Pourquoi la théorie qui permettrait de construire l’alternative attendue à l’ère du post-capitalisme est-elle volontairement ignorée notamment de ceux qui convoquent l’éthique alors que manifestement chaque jour qui passe montre que l’éthique n’est pas capable d’endiguer l’idéologie du libre-échange qui subjugue toutes les activités économiques, productrices comme consommatrices au profit de l’accumulation du capital, de la croissance d’un pouvoir aveugle sur ses finalités et qui met de plus la planète en péril ?

Continuer la lecture de Pourquoi la théorie de la réciprocité est-elle ignorée de ceux qui se réfèrent à l’éthique ?, par Dominique Temple

Partager