Archives de catégorie : collapsologie

Chine : les déluges de juillet, par Marc

Cher Paul, mon TGV est passé là deux jours avant ce déluge du 20 juillet, de retour de trois semaines dans le centre du pays et le long du Yangtse. Xi’an, Chongqing, Trois Gorges, Wuhan, retour par Zhengzhou donc.

Ici grande solidarité, courage individuel pour secourir des inconnus, et une réaction de la puissance publique efficace, cela ne vous surprendra pas.

Pour le reste cela fait tout de même beaucoup de catastrophes naturelles autour du monde cet été comme vous l’avez publié sur votre blog ces dernières semaines. Pas de déni ici, mais de la sidération pour une journée de pluie de 900 millimètres sans comparaison de mémoire de Chinois, depuis mille ans.

En 2018 j’avais cherché en vain les paysages du Nord-ouest canadien que j’aimais tant dans les années 80. Déjà, feux de forêts de Vancouver à Calgary, Jasper ~ Banff méconnaissable. Éden de ma jeunesse défiguré.

Bon anniversaire bien sûr ! mais aussi mes condoléances trop tardives pour les victimes belges de juillet.

Amitiés,
Marc à Beijing

Partager :

La faute du GIEC et de la communauté scientifique, par Terence

© Hervey

Des inondations extrêmes : le Giec les annonçait en 1990, rappelle Jean-Pascal Van Ypersele (rtbf.be)

La tragédie de la condition humaine, le mythe de Cassandre, le prophète de malheur, Philippulus (Tintin), le messager de mauvais augure, etc.

Sur cette séquence, il assume le rôle de l’intellectuel en ne se cachant pas derrière la réserve scientifique. Il sort sur la table les rapports du GIEC de 1990, et les suivants. Tout est écrit noir sur blanc. Paraphrase : “- Est-ce lié au réchauffement climatique ? -Je ne peux pas le prouver mais après 40 ans de carrière, oui je pense que c’est à cause du réchauffement climatique”. van Ypersele est un héros et un homme d’Etat.
Continuer la lecture de La faute du GIEC et de la communauté scientifique, par Terence

Partager :

Le moment Pearl Harbor du réchauffement climatique, par Cédric Chevalier

© Hervey
Un article intéressant d’une Américaine qui évoque le concept de “moment Pearl Harbor” que vous avez évoqué dans votre ouvrage :
Our climate change turning point is right here, right now | Rebecca Solnit | The Guardian

Avons-nous observé, observons-nous, allons-nous observer un “moment Pearl Harbor” qui définira un point d’inflexion dans la trajectoire de l’humanité ? Il y a une course entre les forces de destruction et les forces de métamorphose, pour le moment, la destruction gagne. Et comme il y a des irréversibilités et des seuils, une quantité de destruction est déjà enregistrée et sera prochainement enregistrée. Comme un avion en train de descendre en flamme, on n’a pas encore engagé la procédure d’atterrissage d’urgence. L’avion continue à accélérer.
Continuer la lecture de Le moment Pearl Harbor du réchauffement climatique, par Cédric Chevalier

Partager :

60 ans d’échec de l’alarme scientifique : l’ethos scientifique est-il rationnel ?, par Terence

L’affaire de la fuite dans les médias du brouillon du rapport du GIEC sur le climat pourrait être l’illustration d’une des principales causes de l’échec le plus patent de l’histoire de la communauté scientifique : ne pas être parvenus à sonner une alarme écologique effective pour l’humanité, suffisamment tôt et clairement pour engendrer une prise de conscience et une mobilisation générales. Pour qu’un message passe d’un émetteur à un récepteur, il faut établir un canal de communication, coder et décoder le message en neutralisant les bruits parasites. Et quand bien même un message est correctement émis et reçu, il n’appartient qu’au récepteur d’agir en conséquence. Il serait donc injuste d’attribuer à la seule communauté scientifique l’échec des alarmes répétées depuis plus d’un demi siècle, vu l’adversité et l’autisme auxquels ils ont dû faire face. Néanmoins, tant que cet échec demeure et malgré une apparence trompeuse de “prise de conscience”, il reste pertinent de proposer une critique radicale des pratiques de la communauté scientifique par rapport à l’urgence écologique. Continuer la lecture de 60 ans d’échec de l’alarme scientifique : l’ethos scientifique est-il rationnel ?, par Terence

Partager :

Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence

© Hervey

Pour les gens qui s’intéressent à la collapsologie, nous sommes passés de la théorie et de la prospective au journalisme et à la statistique. Le réel est ce qui résiste, les faits sont têtus. Il suffit de prolonger ce que nous observons pour en tirer les conclusions qui s’imposent. Après, il reste encore une foule de différents scénarios, même si les pires semblent les plus probables, vu notre historique.

En voyant les températures à Vancouver au Canada, qui connaît certes des été chauds (mais pas à Vancouver), je rebondis un peu sur la dernière vidéo de Paul sur son blog, qui se demandait :

    • – si tout ne s’était pas joué dès 1780 (Lumières volet “domination et maîtrise de la nature par la raison instrumentale”, début de la révolution industrielle, début de l’exploitation des combustibles fossiles) ;

Continuer la lecture de Moi qui pensais que Waterworld et Mad Max étaient de la science fiction…, par Terence

Partager :

Aurons-nous l’opportunité d’un « moment Pearl Harbor écologique » pour déclencher un Etat d’Urgence écologique et la transition ?, par Cédric Chevalier

L’actualité nous montre des images d’apocalypse par le feu en Californie, rappelant celles que nous avons vu au Brésil récemment et précédemment, en Australie. Pendant que des rapports nous annoncent que l’Humanité est en train d’exploiter et détruire la nature à une échelle jamais vue.  L’année 2020 pourrait devenir la plus chaude jamais mesurée. Bref, il semble que le concept « d’effondrement » sorte de la catégorie des concepts théoriques pour devenir un questionnement pratique sur notre réel, le où et le quand nous vivons tous.

Comme pour la catastrophe de Fukushima, nous évaluons déjà très mal les risques et l’incertitude liés aux événements rares de grande ampleur, mais nous évaluons encore plus mal l’interaction des risques (conjonction-amplification-rétroaction), et en particulier la conjonction des risques de grande ampleur (perfect storm en anglais, soliton pour Paul Jorion).

Continuer la lecture de Aurons-nous l’opportunité d’un « moment Pearl Harbor écologique » pour déclencher un Etat d’Urgence écologique et la transition ?, par Cédric Chevalier

Partager :

Vidéo – 4 doom scenarios

4 sénarios collapsologiques. Pourquoi en anglais ? Parce que demain, en compagnie de Vincent Burnand-Galpin, nous nous adressons à la nouvelle promotion de l’ESSEC. J’improvise pour découvrir de quoi j’aurais envie de parler 😉 .

P.S. À l’appui de ce que je dis là : ceci.

Partager :

La panique de la surpopulation libère les riches de la crise climatique qu’ils alimentent, par George Monbiot

The Guardian – Population panic lets rich people off the hook for the climate crisis they are fuelling, par George Monbiot, mercredi 26 août 2020 (Traduit avec DeepL)

L’augmentation de la consommation par les riches a un impact environnemental bien plus important que le taux de natalité dans les pays pauvres

Lorsqu’a été publiée le mois dernier dans le Lancet une étude importante montrant que la population mondiale va probablement atteindre son maximum puis s’effondrer largement plus tôt que ne l’avaient supposé la plupart des scientifiques, j’ai naïvement imaginé que les habitants des pays riches cesseraient enfin de mettre tous les problèmes environnementaux du monde sur le compte de la croissance démographique. J’avais tort. Au contraire, la situation semble avoir empiré.

Continuer la lecture de La panique de la surpopulation libère les riches de la crise climatique qu’ils alimentent, par George Monbiot

Partager :

Courrier reçu : Le pôle Nord libre de glaces… avec 15 ans d’avance

Bonjour, en avant-première, une photo historique prise par un drone embarqué sur le navire océanographique Polarstern (Allemagne): le Pôle Nord très exactement avant-hier 19 août 2020. La grande couverture de glace a disparu !

Donc les prévisions que le “Pôle Nord serait libre de glaces vers 2035” sont hélas largement dépassées (car la fonte en ce lieu va durer jusqu’à fin-septembre au minimum …).

Heureux weekend quand même !

Partager :