Archives de catégorie : Economie

Economie

Vidéo – Bourse : Le petit gars a perdu

La Bourse n’est pas faite pour les pauvres
Robin des Bois a trahi les manants

P.S. Je n’arrête pas de dire “Gameshop” au lieu de “Gamestop”

Partager :

Trends-Tendances – Le terreau où Trump a poussé et fleuri, le 28 janvier 2021

Le terreau où Trump a poussé et fleuri Si les prochains jours devaient être sans histoire, la tentation apparaîtrait rapidement…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

rfi – Paul Jorion : « Nos gouvernants ne règlent pas les problèmes de la population », le 26 janvier 2021

rfi – Paul Jorion: « Nos gouvernants ne règlent pas les problèmes de la population »

Paul Jorion, analyste des systèmes financiers, anthropologue, et professeur associé au département d’éthique de l’université catholique de Lille, livre son analyse sur la relance possible de l’économie mondiale en pleine pandémie mondiale.

Partager :

Vidéo – Liège, Solidarités renforcées : mon intervention, le 11 octobre 2019

50 ans de Laïcité à Liège. Personne n’a regardé ça ! Pourtant, tout y est dit !

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

Victoire des multinationales par K.O. sur l’establishment ?, par Thomas Saupique


Arnold Schwarzenegger fut d’abord un banal migrant autrichien. A force d’efforts il deviendra d’abord Mister Universe puis acteur hollywoodien. Mais comme Reagan en son temps, ce ne fut pas tout. Il surprendra par son désir de devenir politicien. Lorsque l’on connait l’ingratitude de la fonction, il fut désigné sans surprise facilement par ses pairs et ses fans, gouverneur de la Californie deux mandats durant. Considéré comme un républicain modéré, affirmant être conservateur sur les questions fiscales mais progressiste concernant les question sociales, Schwarzenegger est toujours actif sur les réseau sociaux, lui qui, s’il était né sur le sol américain, aurait certainement convolé vers une présidence des Etats-Unis, parfaisant cette image de “l’American Dream”. Arnold donc, a publié une video récemment sur Twitter qui a accumulé déjà plus de 38M de vues. Evoquant l’histoire de la Nuit de cristal (1938), il rapproche ce tragique évènement de l’insurrection menée le 6 janvier contre les représentants siégeants alors au Capitole, en rappelant qu’une identique abondante propagande mensongère fut le carburant de ces 2 expressions historiques différentes de violences populaires. Au delà de son indignation face à l’attitude des certains élus de son parti Républicain, Schwarzenegger reprend dans sa video une métaphore qui a le mérite de parler d’elle même. Il compare la démocratie à une épée que le ferronnier plongerait dans l’âtre brulante, martèlerait coup à coup puis tremperait dans l’eau glacée pour la rendre toujours plus robuste, tranchante, indestructible. Cet épisode marquant de l’histoire du début du XXI ème siècle des Etats-Unis auquel nous venons d’assister donnera-t-il raison à ce fervent défenseur de l’idéal américain ? En somme, la démocratie va-elle ressortir plus forte d’un tel épisode ? Je pense personnellement que oui, sur le moyen terme. Mais je pense aussi que cette violence est symptomatique de la transition difficile a opérer entre une phase néo-libérale finissante du capitalisme où la règle d’or était le recherche à tout prix du profit. Et une phase montante dite “responsabilisante” ou “consciente” encouragée par un duo inédit Biden / Harris.     

Continuer la lecture de Victoire des multinationales par K.O. sur l’establishment ?, par Thomas Saupique

Partager :

Mon séjour dans l’Île de Houat V. Les prix

J’ai signalé, quand j’ai évoqué la mort de Claude Le Roux qui était intervenue alors que je venais de m’installer dans l’île, que les Houatais s’étaient organisés peu de temps auparavant en une coopérative : le « Groupement des Pêcheurs-Artisans Houatais ». La comptabilité du bateau était jusque-là de la responsabilité de son patron qui, soit était embarqué seul, soit avait à ses côtés un équipage de trois ou quatre matelots ou mousses, constitué, pour ce qui touche à Houat, essentiellement de membres masculins de sa famille : fils, jeunes frères ou beaux-frères (j’ai expliqué de manière détaillée la dynamique de ces équipages dans mes livres : Les pêcheurs de Houat [1983], La transmission des savoirs [1984 ; avec G. Delbos] et Le prix [2010]). Dans la pratique, la comptabilité était l’affaire le plus souvent de l’épouse ou d’une fille aînée, et était généralement assez rudimentaire, or la gestion de la coopérative nécessitait des données de meilleure qualité. Le Crédit Maritime, qui soutenait l’initiative, fit imprimer des formulaires à remplir au retour de chaque pêche, où devaient être mentionnés le poids des prises par espèce, le type d’engins utilisés et, dans le cas des casiers, leur nombre, ainsi que le prix obtenu à la vente. On recherchait un volontaire qui distribuerait les formulaires et en ferait ensuite la récolte. Ce fut moi.

Continuer la lecture de Mon séjour dans l’Île de Houat V. Les prix

Partager :

Covid-19 : Est-ce que je “juge opportun d’épargner” ?

Un article dans Le Monde, par Mathilde Damgé : Confinement et économie : huit graphiques qui montrent l’onde de choc depuis mars, le 30 octobre 2020.

Les graphiques sont intéressants pour ce qu’on y voit. Les explications qui en sont données apparaissent plutôt elles comme de l’association libre : “Qu’est-ce que je pourrais bien dire à la vue de ce diagramme ?”

Exemple (graphique ci-dessus) :

La frilosité des différents acteurs économiques se ressent aussi chez les ménages qui préfèrent mettre de côté, en ces temps incertains : leur taux d’épargne a bondi depuis le début de l’année. Et le bas de laine ne devrait pas maigrir puisque ceux qui jugent opportun d’épargner sont plus nombreux de mois en mois, selon l’Insee.

“Les ménages préfèrent mettre de côté, en ces temps incertains…” ? Bon, réfléchissons un instant. Je donne cours à Lille. Mes frais de transport et d’hébergement me sont remboursés. Donc en principe, cela me coûte autant d’être à Vannes, mon lieu de résidence, ou d’être à Lille. Sauf que… quand je suis à Lille, je ne cuisine pas dans ma chambre d’hôtel : je vais au restau, que quand je bois une bière place Rihour après mon cours, je ne la sors pas de mon réfrigérateur après l’avoir achetée en promotion à Carrefour, que quand le train arrive en retard à Montparnasse (incroyable mais vrai !), je dois prendre un taxi pour ne pas rater ma correspondance en gare du Nord (le métro va plus vite que le taxi ? ah oui ? on marche combien de temps de la gare Montparnasse à la station Montparnasse-Bienvenüe de la ligne 4, tapis roulant même tenu en compte ?), de même quand j’arrive à Lille-Europe et qu’il pleut des cordes, etc.

En ce moment je donne mes cours, je fais mes conférences, je participe à des séminaires, aux réunions de l’équipe, le tout en distanciel. Est-ce que je “préfère mettre de côté, en ces temps incertains” ? Non ! je ne fais pas preuve de “frilosité”, non je ne “juge pas opportun d’épargner”, j’exerce la même activité qu’avant le confinement, mais dans un nouvel environnement où cela me revient bien meilleur marché. C’est tout.

Partager :

Illustrations de ma vidéoconférence L’Après-Covid 19 – 5. L’Europe et la France – Rétablir la vérité

Dans mon billet Illustrations de ma vidéoconférence L’Après-Covid 19 – 5. L’Europe et la France, j’ai reproduit un graphique de l’article dans Le Monde du 14 octobre 2020, Covid-19 : la France jugée en « position intermédiaire » dans sa gestion de la crise sanitaire.

Voici ce graphique :

L’un d’entre vous a voulu mettre les points sur les “i” pour ce qu’il en est de cette « position intermédiaire ». Voici ce que cela donne une fois la vérité rétablie :

Partager :

La Banque Centrale Européenne prend conscience de l’importance des enjeux !

Tout n’est pas perdu : la Banque Centrale Européenne prend conscience des enjeux.

Extrait d’un entretien dans le journal Le Monde : Christine Lagarde : « Les nouvelles restrictions pèsent sur la reprise », le 19 octobre 2020 :

La BCE doit-elle contribuer à la transition écologique ?

[…] C’est une question fondamentale, et je vais tenter d’entraîner le Conseil des gouverneurs à au moins accepter de s’interroger sur l’action légitime d’une banque centrale pour participer à la lutte contre le changement climatique. […] Nous devons prendre en compte les questions climatiques, car elles ont un impact sur la stabilité des prix, notre mandat premier.

Non, le Blog de PJ n’est pas Le Gorafi, je vous assure que c’est vrai. Les bras vous en tombent ? Rassurez-vous, c’est le cas pour moi aussi !

Partager :

Quelle différence entre le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et moi ?

Quelle est la différence entre les politiques économique, monétaire et fiscale que recommandent le Fonds Monétaire International, la Banque Mondiale et moi ?

Aucune : nous préconisons exactement la même chose !

Y a-t-il toutefois une différence ? Oui : depuis 2007, le FMI et la Banque Mondiale n’ont pas cessé de changer d’avis sur tout et n’importe quoi, reconnaître les bourdes monumentales qu’ils ont commises, etc. alors que je n’ai fait depuis cette époque dans mes chroniques dans Le Monde, L’Écho et Trends-Tendances qu’étayer davantage, illustrer par de nouveaux exemples tirés de l’actualité, les politiques économique, monétaire et fiscale que je prône imperturbablement depuis bientôt quatorze ans.

Merci à ceux qui m’ont donné la parole et me la donnent toujours : je suis fier qu’ils n’aient jamais eu à rougir de me l’avoir donnée !

==================================
Le Monde : Le FMI prévoit une reprise économique mondiale « longue et difficile », par Julien Bouissou, le 13 octobre 2020

The Financial Times : Global economy: the week that austerity was officially buried. The IMF and World Bank are urging richer countries to spend their way out of the pandemic, although some developing nations face cuts, par Chris Giles, le 16 octobre 2020

Partager :

Trends-Tendances – Le mécanisme délicat que révèle la pandémie, le 1er octobre 2020

Le mécanisme délicat que révèle la pandémie

Nous mesurons la richesse d’une nation par son Produit Intérieur Brut (PIB), à savoir la somme des « valeurs ajoutées » : la différence entre le prix auquel une chose a été vendue et ce qu’elle a coûté, ce que nous appelons d’habitude les bénéfices ou le profit. Tout cela, additionné, constitue le PIB. La condition pour que se constitue la « richesse nationale » est donc qu’existe à tout moment un nombre considérable de personnes prêtes à payer pour une chose davantage que ce qu’elle a coûté, et à alimenter ainsi la richesse nationale. On ne s’étonne pas suffisamment que dans les conditions ordinaires cette condition, à savoir la génération de profits considérables, soit si facilement remplie.

Continuer la lecture de Trends-Tendances – Le mécanisme délicat que révèle la pandémie, le 1er octobre 2020

Partager :