Archives de catégorie : Finance

Wirecard : Les limitations [rires !] de l’autosurveillance

Quand je vous ai résumé avant-hier ce qui s’était passé chez Wirecard, expliquant la faillite de ce gestionnaire d’opérations de cartes de crédit et l’embarras du gouvernement allemand devant une escroquerie de près de 2 milliards d’euros, pas même subtile mais du type le plus élémentaire, je vous ai dit que la réputation de la BaFin, le régulateur des marchés financiers allemands, était compromise.

Eh bien, pas du tout ! Pourquoi ? Parce qu’en réalité la BaFin sous-traitait la surveillance comptable des entreprises à un organisme privé (Financial Reporting Enforcement Panel – FREP, créé en 2004) constitué des firmes d’audit elles-mêmes.

[Est-ce qu’on ne vit pas une époque formidable ?] J’ai écrit la phrase qui précède juste pour vous donner le temps de vous relever après être tombé.e de votre chaise. Continuer la lecture de Wirecard : Les limitations [rires !] de l’autosurveillance

Partager :

Trends-Tendances – Davos 2021, une édition révolutionnaire ?, le 25 juin 2020

Davos 2021, une édition révolutionnaire ?

Klaus Schwab, ingénieur et économiste, est le patron du World Economic Forum, le « sommet de Davos », qu’il fonda en 1987. Il définit chaque année un nouveau thème pour ce rendez-vous de janvier des « gens qui comptent » dans le monde des affaires, dont on sait qu’il se conçoit comme la source légitime de la décision politique éclairée.

Le thème du sommet annuel n’est pas toujours très imaginatif. Ainsi, pour marquer le nouveau millénaire : « De nouveaux débuts. Faire la différence ». Ou « Un nouveau contexte global » en 2015. Le thème pour 2021 contient cependant un élément de radicalité : « Le temps de la Grande réinitialisation », en anglais « The Great Reset ».   Continuer la lecture de Trends-Tendances – Davos 2021, une édition révolutionnaire ?, le 25 juin 2020

Partager :

L’Écho : L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin, le 2 juin 2020

L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin

Il ne restait plus qu’à attendre que l’Allemagne endosse son habit de puissance hégémonique bienveillante. Un arrêt de sa Cour constitutionnelle le 5 mai lui en a offert l’occasion…

Remontons de huit ans dans le temps, et souvenons-nous du reproche que Jens Weidmann, déjà à la tête de la Bundesbank, adressait en juillet 2012 à Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne.

Que s’était-il passé ? Draghi avait affirmé que sous sa présidence, tout serait fait pour qu’aucun pays ne sorte de la zone euro, ce qui avait effectivement assuré le sauvetage de celle-ci aussitôt. Ce sur quoi, Weidmann lui avait vertement rappelé qu’il n’était pas le président élu de l’Europe, ni même son Trésorier en titre. Ce qui traduit, voulait dire que ce n’était pas à un banquier de définir des politiques économique et financière, que c’était là le rôle d’un gouvernement.

Continuer la lecture de L’Écho : L’Allemagne, à la hauteur des espérances de Keynes, enfin, le 2 juin 2020

Partager :

À propos de Ruffin hier chez Ruquié : « Les règles comptables ! », par Jean-Baptiste Auxiètre

Ouvert aux commentaires.

Pourquoi n’allons-nous pas vers une transition écologique ? Pourquoi n’avons-nous économiquement que des politiques de droite, toujours la même, quels que soient nos élus ? Pourquoi Mitterrand à t-il dû renoncer à une politique économique de gauche ? Certains médisants ou cyniques pensent que c’est juste parce qu’il a toujours été de droite. Mais alors pourquoi a-t-il pris ce cap de gauche jusqu’en 1983 ? Ça ne tient pas debout.

Continuer la lecture de À propos de Ruffin hier chez Ruquié : « Les règles comptables ! », par Jean-Baptiste Auxiètre

Partager :

rfi, Le Monde d’après : Paul Jorion se fâche !, le 9 mai 2020

Ouvert aux commentaires.

J’étais l’un des trois invités de Jean-Pierre Boris sur Eco d’ici Eco d’ailleurs. Mes deux premières interventions (celles où j’étais vraiment furax !)

1ère intervention :

C’est le moment de porter un autre regard sur les choses. Vous avez mentionné un de mes livres paru il y a quelques années. Le livre le plus récent, écrit avec Vincent Burnand-Galpin, s’appelle : « Comment sauver le genre humain » et traite directement – alors qu’il est sorti quand même quelques jours avant la crise – de ce type de problèmes. Mais le moment est venu de poser les questions, justement, sur la croissance, le PIB, etc. Tout ça, ce sont des conventions et ce sont des conventions qu’il est temps de remettre en question.

Qu’est-ce que c’est que le PIB ? C’est une somme de valeurs ajoutées. Qu’est-ce que c’est que des valeurs ajoutées ? C’est le résultat d’opérations comptables. Je ne dis pas que ces opérations comptables n’ont aucun rapport avec la réalité mais ce sont des conventions : on peut faire ça d’une manière ou d’une autre, etc.

Continuer la lecture de rfi, Le Monde d’après : Paul Jorion se fâche !, le 9 mai 2020

Partager :

L’aviation civile ? Warren Buffett n’y croit plus : « Le monde a changé ! »

Ouvert aux commentaires.

Quelqu’un qui tousse dans un avion :

À la tête de son conglomérat Berkshire Hathaway, Buffett avait une participation importante dans les quatre principales compagnies aériennes américaines : il possédait 11 % de Delta Air Lines, 10 % d’American Airlines Co, 10 % de Southwest Airlines Co et 9 % de United Airlines.

Il faut en parler au passé : il a tout vendu. Ce qui représente des sommes considérables. Cela fera des vagues, de très grosses vagues, sur les marchés boursiers durant la semaine qui débute dans quelques heures.

Pourquoi cette vente brutale ? À mon avis il a dû voir la simulation ci-dessus, qui circule depuis quelques jours, de quelqu’un qui tousse dans un avion.

Pour rappel, quelqu’un qui éternue dans un avion :

Partager :

Prix du pétrole : On ne devrait pas rire parce qu’en réalité, c’est triste !

Prix du baril de pétrole sur le marché à terme : -86,32%.

Vous voyez, tous ceux qui nous bassinent depuis des années : « décroissance ! », par-ci, « décroissance ! », par-là. Alors qu’il suffisait d’attendre que les marchés s’occupent de régler ça.

Bon d’accord, avec l’aide d’un bon petit « fléau » comme on disait autrefois. Mais on aurait dû se souvenir que nous sommes mammifères dans un monde bourré de microbes (les bêtes fauves ? nous en avons fait maintenant nos animaux de compagnie, cf. Tiger King, ci-dessous).

Partager :

À propos de Quand la gauche essayait encore de François Morin

Ouvert aux commentaires. François Morin, qui fut conseiller au cabinet de Jean Le Garrec dans le gouvernement Pierre Mauroy de…

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :