Archives de catégorie : Politique

Politique pour la Cité vs politique politicienne, par Terence

On ne se rend pas toujours compte à quel point les politiciens sont préoccupés par des questions personnelles très éloignées des enjeux de fond, et pourtant paradoxalement ces questions personnelles et ces enjeux de fonds sont, in fine, totalement liés.

A quoi peuvent et doivent penser nos dirigeants pendant que la planète brûle ? Souvent à sauver leur peau politique, à augmenter leur pouvoir, à se défendre contre les attaques, à neutraliser la concurrence. On pourrait le leur reprocher mais in fine, ils sont esclaves des nécessités du pouvoir et du système…

Ainsi le politicien doit faire de la politique petit “p”, de la politique politicienne, y compris et peut-être surtout au sein de son propre parti, dont il doit garder, si pas la maîtrise, au moins le soutien. Pourquoi ? Tout simplement pour “accéder et se maintenir au pouvoir”. Le plus grand concurrent d’un politicien par rapport à un poste de pouvoir qu’il convoite n’est pas toujours quelqu’un issu du parti le plus éloigné. Souvent il s’agit d’abord du collègue du même parti qui convoite le même poste. Ensuite il s’agit de celui du parti le plus proche (en poids électoral ou en positionnement idéologique) qui convoite le même poste. Pour accéder et se maintenir au pouvoir intermédiaire, on doit recueillir le soutien de sa base, de la base du parti et l’adoubement du top du parti. Pour accéder et se maintenir au sommet du parti (ou de l’exécutif), il faut aussi le soutien de sa base, de la base du parti et … faire le vide autour de soi, constamment.
Continuer la lecture de Politique pour la Cité vs politique politicienne, par Terence

Partager :

Les “efforts sur la dépense publique” de Xavier Bertrand, par Alexis Toulet

Je note la volonté exprimée par Xavier Bertrand de “baisser de moitié les impôts de production pour améliorer la compétitivité de la France”. Ce qui appelle au moins deux remarques :

1. Payer moins d’impôts, qui serait contre sur le principe ? Seulement voilà, les maths sont une discipline implacable : sauf à vouloir faire du déficit – ce que Bertrand refuse – ou à augmenter d’autres impôts – ça n’a pas l’air d’être son idée non plus – il va bien falloir tailler dans les dépenses. Monsieur Bertrand veut “des efforts sur la dépense publique”, ce qui est une jolie formule, mais pour trouver 33 milliards d’ “efforts” parmi des charges au budget général de l’Etat qui se montaient à 344 milliards pour 2020 voté avant covid (voir page 5), soit une réduction de quasi 10%… il va falloir en réduire de l’Education, de la Santé, de la Défense, de la Recherche, de la Justice etc.

J’aimerais bien entendre monsieur Bertrand sur les moyens précis par lesquels il compte réduire de 10% les dépenses de l’Etat. Qui veut quelque chose en veut les conséquences… à moins que monsieur Bertrand préfère se taire sur le sujet ?
Continuer la lecture de Les “efforts sur la dépense publique” de Xavier Bertrand, par Alexis Toulet

Partager :

La twittosphère politique en France

(Pour agrandir, ouvrir dans un nouvel onglet – click droit de la souris).

En rapport avec ma vidéo de ce matin : la twittosphère politique en France. Il y a beaucoup de terrain à reconquérir sur l’extrême-droite, avis aux journaux qui me confiaient des chroniques, aux émissions de radio et de télévision qui m’invitaient autrefois et qui sont tombés dans un ronron qu’ils imaginent sans doute consensuel (à moins qu’ils ne soient carrément muselés par l’un ou par plusieurs de leurs bailleurs de fonds lorgnant vers l’extrême-droite) : il y a péril en la demeure !

Projet Politoscope, CNRS Institut des Systèmes Complexes Paris Ile-de-France (ISC-PIF), Chavalarias D, Panahi M., Chomel V, 2021.

Partager :

Quinzaines – Orwell Socialiste malgré lui, le 15 mars 2021

Quinzaines me fait l’honneur de titrer sur mon Orwell Socialiste malgré lui.

Orwell publiait en 1946 un article intitulé « Politics and the English Language », la politique et la langue anglaise, une dénonciation de la manière dont les intellectuels britanniques écrivent leur langue, qui se terminait par une liste de recommandations visant à éviter leurs travers.

L’année suivante, en 1947, « loin de la foule déchaînée » sur l’Île de Jura en Écosse, Orwell entreprendrait la rédaction de Nineteen Eighty-Four (1984), qui paraîtrait en juin 1949.

La fameuse dystopie est complétée d’un appendice intitulé « The principles of newspeak », les principes de la novlangue, cette forme abâtardie et corrompue de l’anglais qu’un régime totalitaire a su imposer en Oceania avec pour objectif l’élimination du crimemental (« thoughtcrime »).

Continuer la lecture de Quinzaines – Orwell Socialiste malgré lui, le 15 mars 2021

Partager :

François Ruffin : Le Blog de PJ est en campagne !


Vincent Burnand-Galpin :

Aujourd’hui j’ai suivi François Ruffin sur un déplacement à Tours. Visite de la ville et d’un foyer pour jeunes travailleurs, conférence de presse sur la bataille de la 5G avec le maire de la ville et finalement réunion publique ! Le matin François me demande : « T’es à l’aise avec quoi dans le bouquin [Comment sauver le genre humain] ? », je lui réponds l’économie de guerre.

Partager :

Vie quotidienne – Traits physiques et orientation politique

Gretchen Whitmer, gouverneur Démocrate du Michigan

Comment ça marche ? Quand je vois apparaître dans l’actualité politique américaine un visage qui m’est jusque-là inconnu, je me pose la question : “Sympathique ou antipathique ?”

Je fais l’exercice depuis 6 mois / un an. Quand le visage m’est sympathique, il y a 9/10 chances que la personne s’avère être Démocrate ; pareil pour antipathique : 9/10 chances que la personne soit Républicaine.

Question : nos opinions politiques sont-elles étroitement liées à des traits physiques ?

Partager :

Le gendre idéal – du moins pour quelqu’un comme moi ! (François Ruffin)

Je ne sais plus exactement comment le dialogue s’est établi entre François Ruffin et moi. Je crois me souvenir qu’il m’avait demandé mon adresse postale pour m’envoyer des petits fascicules qu’il rédigeait sur une variété de sujets. Et c’est à la même époque que Grégory Maklès a voulu faire de lui un personnage dans La survie de l’espèce (Futuropolis 2012) que nous concoctions ensemble : le personnage d’un insolent qui pose les questions que ne posent pas les gens bien élevés (au sens de ne pas moufter quand cela risque de vous causer des ennuis), or vous savez que j’aime bien les insolents (une stratégie de survie dans mon cas).

François m’invitait dans sa cuisine le 24 mars et c’est très volontiers que je l’ai aidé à ranger un peu. Avant-hier, c’est moi qui l’ai invité chez moi, mais pas dans ma cuisine (un intellectuel respecté n’est pas censé se mettre en scène devant un tel b***l).

François est une personnalité qui monte. Voyez vous-même sur ce sondage Ipsos. Je l’ai situé par rapport à Emmanuel Macron.

En jaune : Emmanuel Macron ; en vert, François Ruffin

Si vous voulez le situer par rapport à d’autres personnalités, n’hésitez pas à le faire : l’outil le permet (je ne suis là pour provoquer la bagarre). Je ferai quand même à ce propos, la remarque que j’ai faite hier, à quelqu’un qui me reprochait d’avoir voulu torpiller en 2017 un certain parti :

Nous échangeons, Ruffin et moi depuis 2011, 6 ans avant que LFI ne se rallie à sa candidature dans la Somme.

Wikipédia : “Lors des élections législatives de 2017, il est élu député dans la première circonscription de la Somme, sous la bannière « Picardie debout », avec le soutien de plusieurs partis de gauche radicale, dont La France insoumise et le Parti communiste français.”

C’est de personnes comme lui que nous avons urgemment besoin à la direction des affaires : ni le délire mégalomane de certains, ni la suffisance propulsée à l’arrogance de classe comme carburant de certains autres, ne sont à la hauteur des défis qu’il nous faut relever aujourd’hui. Ce qu’il nous faut, c’est des gendres idéaux – du moins pour quelqu’un comme moi ! – le coeur sur la main et les pieds sur terre.

Partager :

À propos de la décision de Paul Jorion de relayer la vidéo de Vincent Lindon, par Catherine Ouvrard

Mercredi, à la demande de plusieurs d’entre vous, j’ai relayé ici la vidéo publiée ce jour-là par Vincent Lindon, l’ayant regardée, et passant outre à la mise en garde d’un futur invité de PJ TV.

Conscient que les gens de gauche ne ratent jamais une bonne occasion de s’écharper entre eux plutôt que de s’en prendre à leurs vrais adversaires, je publie néanmoins volontiers, au titre de “droit de réponse”, un courrier qui m’a été envoyé tout à l’heure. Ouvert aux commentaires.

Si un mail du peuple a pu vous faire éditer la vidéo de Vincent Lindon, un autre mail du peuple pourra peut-être vous inciter à la dépublier.

Continuer la lecture de À propos de la décision de Paul Jorion de relayer la vidéo de Vincent Lindon, par Catherine Ouvrard

Partager :

À propos de « Se remettre en question, moi le premier », par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

Concernant cette phrase de l’intervention présidentielle hier « il est nécessaire de préparer l’après et de se remettre en question, moi le premier », j’ai personnellement une position agnostique. Je ne pars ni du principe comme quoi ce ne serait forcément que poudre aux yeux, ni du principe comme quoi Emmanuel Macron aurait trouvé son chemin de Damas – cela peut encore être en bonne partie de la communication, ou de simples velléités qui ne dureront pas. Continuer la lecture de À propos de « Se remettre en question, moi le premier », par Alexis Toulet

Partager :