Archives de catégorie : Royaume-Uni

Ah ! Je dis n’importe quoi depuis des mois à propos du Brexit ?

Comment se fait-il alors que l’éditorial du Monde affirme ce soir avec beaucoup de solennité ce que je répète depuis le vote de juin 2016 ?

D’accord, ils déclarent « le Royaume-Uni est pratiquement revenu à la case départ », alors que j’écrivais ici hier soir « Theresa May […] est renvoyée à la case zéro », la nuance mérite en effet d’être relevée 😀 .

28Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

À ceux qui n’imaginent pas que le Brexit puisse être à l’origine d’un effondrement généralisé

Vous êtes quelques-uns à faire la moue quand je pose la question ces jours-ci, et en particulier dans ma chronique du 10 janvier dans Trends-Tendances : Brexit ou effondrement d’une nation ?, si le Brexit ne pourrait pas être à l’origine d’un effondrement généralisé.

Deux commentaires allant dans mon sens :

88Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’histoire en train de se faire

… toujours là pour vous tenir au courant de l’histoire en train de se faire…

[j’écoute Mme Theresa May religieusement avant de vous dire ce que j’ai cru entendre]

Une chose pourra être dite à propos de cette dame : elle ne manque pas de courage.

Elle attaque violemment et très ironiquement Corbyn sur les contradictions du Labour et les siennes en particulier : pour ET contre le Brexit, pour ET contre un second referendum.

Voici sur quoi le vote va se faire :

Que cette Assemblée approuve, aux fins de l’article 13, paragraphe 1, point b), de la loi de 2018 sur le retrait de l’Union européenne, l’accord de retrait négocié déposé devant l’Assemblée le lundi 26 novembre 2018 sous le titre « Accord sur le retrait du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord de l’Union européenne et de la Communauté européenne de l’énergie atomique » et le cadre pour les relations futures présenté à l’Assemblée le lundi 26 novembre 2018, intitulé « Déclaration politique établissant le cadre des relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni ».

La déroute prévue – et redoutée par May : MPs reject May’s Brexit plan by 432 by 202 – a majority of 230

Theresa May demandera la confiance demain. Quoi qu’il en soit elle est renvoyée à la case zéro.

Jeremy Corbyn au nom du Labour souligne qu’aucun gouvernement britannique n’a jamais subi une telle défaite. Il refusera la confiance demain à un gouvernement ayant fait la preuve de « son incompétence flagrante », en présentant une motion de censure.

Le Parti National Écossais (SNP) refusera lui aussi la confiance.

Le président de la chambre, John Bercow, réprimande l’un des présents, exprimant sa consternation qu’un « ministre de la Couronne » hurle pour empêcher de parler la députée Travailliste Yvette Cooper.

Donald Tusk, Président du Conseil européen

Traduction : « Si un accord est impossible, et que personne ne veuille d’une absence d’accord, qui aura finalement le courage de dire quelle est la seule solution positive ? »

0Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Brexit : aujourd’hui ça passe ou (selon les sondages) ça casse

Vous avez sans doute vu ma chronique publiée le 10 janvier dans Trends-Tendances, intitulée Brexit ou effondrement d’une nation ?, qui parle en fait des journées d’hier et d’aujourd’hui.

Et c’est bien aujourd’hui que cela passe ou cela casse. Or les sondages auprès des députés retournent tous le même pronostic : ça va casser.

Que restera-t-il comme options ? Celles dont je proposais la liste :

soit, un retrait « no deal », sans aucun accord, à mettre sur pied de préférence dans l’ordre, les visions d’un retrait désordonné étant apocalyptiques : pénuries de produits de première nécessité et de médicaments, chaos à Douvres en particulier et dans les ports dans leur ensemble, soit, un accord de type « Norvège + », c’est-à-dire une relation avec l’Union européenne pour le Royaume-Uni, comme celle de la Norvège aujourd’hui, équivalant, affirment les critiques, à un statut de membre de seconde classe : sans droit de vote dans les décisions de l’UE, soit enfin, dernière option, un nouveau referendum, pouvant déboucher sur le souhait désormais des Britanniques si l’on en croit les sondages : 52% remain, un vote qui renverserait celui de juin 2016 : 52% leave.

D’accord, on en reparle ce soir !

11Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

« Françaises, Français, je ne vous ai pas compris ! » *

Ouvert aux commentaires.

Quelques ajustements à l’intérieur du même cadre fossilisé. Aucune tentative même modeste de remise à plat des grandes questions comme le travail ou la concentration de la richesse. Sans parler même d’un quelconque pas en avant pour ce qui touche à  l’environnement.

Les Gilets jaunes seront-ils satisfaits et les manifestants pour le  climat resteront-ils désormais chez eux ?

Poser la question, c’est y répondre.

Continuer la lecture de « Françaises, Français, je ne vous ai pas compris ! » *

233Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le navire sombre de la fière Albion, le 16 novembre 2018 – Retranscription

Retranscription de Le navire sombre de la fière Albion, le 16 novembre 2018. Merci à Éric Muller !

Bonjour, nous sommes le vendredi 16 novembre 2018, et mon exposé d’aujourd’hui aura un titre un peu pompeux mais tout à fait d’actualité et adéquat : « Le navire sombre de la fière Albion. »

Je parle assez souvent du Brexit, en particulier dans des textes sérieux, dans les chroniques que je consacre au sujet dans le journal Le Monde, chroniques reproduites en Belgique dans l’Écho et aussi dans le magazine du milieu des affaires belges qui s’appelle Trends-Tendances, j’ai l’occasion de parler du Brexit. Quand j’en parle sur le blog, à part reproduire ces textes, c’est davantage sur un mode ironique. Continuer la lecture de Le navire sombre de la fière Albion, le 16 novembre 2018 – Retranscription

12Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Brexit : La prophétie qui m’aura donné le moins de souci

Ouvert aux commentaires.

Ma prophétie sur une grande crise du capitalisme qui résulterait des prêts subprime, j’étais sûr de mon coup, mais quand même ! Celle de la fin du capitalisme enclenchée en 2009 par le quantitative easing, je me doutais que ce serait lent, et vous seriez justifiés de me dire : « On attend toujours ! ». C’est celle, faite au lendemain du vote, que le Brexit n’aurait jamais lieu (vu A. le retour impossible d’une frontière dure en Irlande + B. le cataclysme économique que ce serait pour le Royaume-Uni) qui m’aura donné le moins de souci.

Le Monde : En direct : deux ministres britanniques démissionnent après l’accord sur le Brexit

Le Monde : Brexit : « Les démissions rendent plus probables un “no deal” catastrophique pour l’économie »

Pièce à conviction B (cataclysme économique).

Le cours de la livre contre le dollar ce matin

Pièce à conviction A (retour impossible d’une frontière dure en Irlande).

Dominic Raab, Ministre démissionnaire du Brexit : « Je suis convaincu que le régime réglementaire proposé pour l’Irlande du Nord constitue une menace très réelle pour l’intégrité du Royaume-Uni. »

Continuer la lecture de Brexit : La prophétie qui m’aura donné le moins de souci

7Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un non-Brexit, mais le pire de tous ? le 10 juillet 2018 – Retranscription

Retranscription de Un non-Brexit, mais le pire de tous ? le 10 juillet 2018. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, mardi 10 juillet 2018 et une petite vidéo, juste un supplément à ma vidéo d’hier : Un Brexit en forme de non-Brexit – j’ai fait ça hier matin et je vous annonçais qu’il y aurait sûrement des événements dans la journée. J’envisageais même la possibilité d’une démission de M. Boris Johnson, le Ministre des affaires étrangères, en lui recommandant de ne pas le faire… il l’a fait quand même, dans l’après-midi.

Continuer la lecture de Un non-Brexit, mais le pire de tous ? le 10 juillet 2018 – Retranscription

5Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Un Brexit en forme de non-Brexit, le 9 juillet 2018 – Retranscription

Retranscription de Un Brexit en forme de non-Brexit, le 9 juillet 2018. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le lundi 9 juillet 2018 et vous le savez sans doute, ma réputation aux yeux du public est liée à un livre assez épais – 250 à 300 pages, je ne sais plus [254 pages] – consacré à prévoir une crise du capitalisme qui serait due à un secteur relativement mineur dans l’économie américaine qui est le secteur des titres subprimes . Mon manuscrit – ça a été répété partout, mais c’est vrai – était prêt en 2006, non pardon en 2005, écrit en 2004-2005 et a trouvé un éditeur : La Découverte, au mois de janvier 2007. Il a paru au mois de janvier 2007. La crise, à proprement parler, a débuté le mois suivant, au mois de février et le grand écroulement a eu lieu un peu plus d’un an plus tard en septembre 2008.

Continuer la lecture de Un Brexit en forme de non-Brexit, le 9 juillet 2018 – Retranscription

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le point de vue du Guardian sur Donald Trump en Grande-Bretagne : c’était le visiteur venu de l’enfer

Ouvert aux commentaires.

Éditorial
Theresa May aurait dû comprendre que ce président américain est un ennemi de la stabilité en Europe. Elle devrait tirer maintenant les leçons de son erreur.

ven 13 juil 2018 17.11 BST © The Gardian

Il se peut que cela ait été, mais si brièvement, une bonne idée d’inviter Donald Trump en Grande-Bretagne. Mais pour Theresa May, tout s’est transformé en une visite de l’allié venu de l’enfer. Pour ne rien arranger, c’était entièrement de sa faute. Et pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, il se peut qu’un bien inattendu soit sorti de la visite de Trump.

Continuer la lecture de Le point de vue du Guardian sur Donald Trump en Grande-Bretagne : c’était le visiteur venu de l’enfer

2Shares
Recommandez par mail Recommandez par mail