Archives de catégorie : Royaume-Uni

Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation – Retranscription

Retranscription de Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation. Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le 12 juin 2018 et je vous parle d’une cellule au monastère de Ganagobie – à l’Abbaye de Ganagobie, dans le Midi – où j’ai été invité à venir évoquer pendant 2 jours – avec les économes des abbayes cisterciennes et bénédictines – de l’économie et en particulier de l’avenir de l’emploi et du travail.


Continuer la lecture de Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation – Retranscription

35Shares

Brexit / Corée du Nord – Le monde entre dans une grande bifurcation

Brexit : « Machine-arrière toute ! »

Erich Fromm : les pervers narcissiques

Blog de Paul Jorion : Le 12 juin 2018 : Quand un pervers narcissique rencontre un autre pervers narcissique…

4Shares

Brexit – Nos lecteurs nous demandent – Petit récapitulatif

M. O. une lectrice belge du Blog m’écrit à l’heure du déjeuner :

Monsieur Jorion, pourriez-vous nous expliquer pourquoi Boris Jonhson est tellement engagé pour le Brexit ? Je subodore 😉 mais j’aimerais avoir confirmation.

Chère M.O., je ne peux malheureusement mieux faire que de vous citer un extrait de ma vidéo Le temps qu’il fait le 9 juin 2017 :

« Je reprends l’histoire un petit peu au début : il y a M. David Cameron qui est Premier ministre en Grande-Bretagne et appartient au Parti conservateur, et il y a des gens autour de lui, à l’intérieur de son parti, qui sont des emmerdeurs. Et comme cela a été très bien mis en évidence dans un article du Financial Times, tout ça c’est des querelles entre « old boys » : tout ça c’est des querelles entre étudiants à Eton et puis ensuite à Oxford. Continuer la lecture de Brexit – Nos lecteurs nous demandent – Petit récapitulatif

13Shares

Le non-Brexit – Dernières nouvelles !

Le Monde : Royaume-Uni : le ministre des affaires étrangères, Boris Johnson, craint un « effondrement » du Brexit, le 8 juin 2018

Evoquant Bruxelles, le ministre parle d’« ennemi », d’après The Times« Nous allons combattre l’ennemi, tout à fait. Nous devons et nous allons le faire. » Mais « vous devez accepter le fait que cela puisse s’effondrer maintenant. OK ? Je veux que personne ne panique durant cet effondrement. Pas de panique. Pro bono publico, pas de foutue panique, tout va bien se passer à la fin », a-t-il ajouté, rapporte BuzzFeed. Selon M. Johnson, le Brexit sera « irréversible », mais « il risque de ne pas être celui que nous voulons », poursuit-il, fataliste.

Retranscription de Paul Jorion pense tout haut l’Europe le 30 octobre 2016.

… pour avoir travaillé dans la finance, je sais qu’un retour en arrière par rapport à une structure comme l’Union européenne ou une structure comme l’euro, ça coûte trop cher. Ça coûte trop cher ! On n’est plus assez riche pour faire des choses comme ça. L’Angleterre est en train de le vivre en ce moment, d’essayer de faire machine arrière… leur paradoxe, évidemment, c’est qu’ils ont maintenant des politiciens, des politiques qui sont là et qui vont dire : « Oui, eh bien, on va le faire ! », et qui sont dans la situation qu’on connaît à la sortie des bars : « Retenez-moi ! Retenez-moi ! », voilà, ils ne peuvent pas le faire, ça coûte trop cher le Brexit.

Continuer la lecture de Le non-Brexit – Dernières nouvelles !

6Shares

« Nice chap! »

Le Monde : Mariage du prince Harry et de Meghan Markle.

… en l’absence de son père […] « Mlle Meghan Markle a demandé à Son Altesse royale le prince Charles de la conduire à l’autel » de la chapelle Saint-George au château de Windsor, a indiqué un communiqué. « Le prince de Galles est ravi de pouvoir accueillir Mlle Markle de cette façon dans la famille royale.

Mon mentor à Cambridge, et directeur de thèse à une époque, Sir Edmund Leach, était par ailleurs provost de King’s College, un poste prestigieux qui lui valut d’être le « professeur d’anthropologie » du prince Charles. Il m’expliqua un jour qu’être « le professeur » de quelqu’un d’aussi haut placé dans la succession au trône consistait essentiellement en quelques conversations en tête-à-tête et à bâtons rompus.

Malgré la très haute estime en laquelle le tenait l’establishment britannique, Leach était essentiellement un iconoclaste qui n’avait pas, en particulier, une très haute opinion de l’aristocratie et, me rapportant un jour les conversations qu’il avait eues avec le prince Charles, il me dit, comme s’il s’agissait là de quelque chose d’assez surprenant : « Il fait preuve d’un très grand bon sens ! « , et de conclure : « Nice chap! », un brave type !

Ce dont nous aurons donc, une fois de plus, la preuve demain.

2Shares

Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? le 7 avril 2018 – Retranscription

Retranscription de Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ?. Merci à Marianne Oppitz et à Catherine Cappuyns ! Ouvert aux commentaires.

Bonjour. Nous sommes le samedi 7 avril 2018 et aujourd’hui je ferai une petite causerie dont le titre provocateur est : « Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? ». Et si vous suivez un petit peu mon actualité, vous vous doutez d’ores et déjà qu’il s’agit de réflexions dans le sillage de la table ronde qui a eu lieu il y a exactement une semaine à Paris, à la Sorbonne, où j’étais interrogé en compagnie de Madame Catherine Simon qui est une spécialiste de la robotique, de Monsieur Raja Shatila qui représente la recherche en intelligence artificielle en France et nous étions interrogés par Madame Maylis Besserie. L’émission est visible sur l’internet – le podcast également maintenant – et elle est passée en direct en fait entre 14 heures et 15 heures, hier vendredi sur France Culture.

Continuer la lecture de Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ? le 7 avril 2018 – Retranscription

10Shares

Chris Wylie, lanceur d’alerte, sur une élection truquée au Royaume-Uni

Chris Wylie est ce jeune Canadien (déjà mentionné à plusieurs reprises ici) qui, dans une déposition de quatre heures (+ plusieurs heures d’audition à huis clos) nous a révélé à la manière d’un Edward Snowden (si ce n’est qu’il bénéficie lui de la protection des gouvernements dont il a dénoncé les dysfonctionnements), comment nos sociétés marchent vraiment, en particulier la façon dont en 2016 les élections présidentielles américaines et le référendum britannique du Brexit ont été manipulés par des officines d’extrême-droite exploitant les données personnelles des utilisateurs de Facebook.

Dans un article publié hier dans The Guardian, il pose quelques questions de bon sens :

Si cela s’était produit au Kenya ou au Nigeria, un nouveau vote serait exigé par les observateurs internationaux. Si cela se produisait dans une circonscription locale, une nouvelle élection partielle serait organisée. La démocratie britannique est certainement assez mûre pour réagir quand quelque chose semble avoir mal tourné, surtout quand les enjeux sont aussi élevés. Le référendum a été remporté par moins de 2 % des voix. Cela aurait-il pu faire la différence ? Le stratège en chef de Vote Leave [appel au Brexit] affirme que ce fut le cas : dans une citation – désormais effacée – pour le site Web d’AggregateIQ [le bureau d’étude ayant travaillé pour Vote Leave].

Je suis un eurosceptique progressiste. J’ai soutenu Leave [quitter l’Union européenne]. Il ne s’agit pas de « remords tardif ». Il s’agit de faire respecter la règle de droit. Le Royaume-Uni est sur le point d’entreprendre le changement le plus profond de son règlement constitutionnel depuis une génération. Nous devons être absolument certains que cela se fait sur une base juridique appropriée. Ce sont là des faits inconfortables et des questions difficiles. Mais la Grande-Bretagne ne doit pas se cacher derrière un « c’est la faute à Facebook ». Le déni n’est pas la réponse appropriée.

23Shares

Les temps qui sont les nôtres : Le chien est intelligent mais l’homme l’est-il ?

Ouvert aux commentaires.

Nous sommes très intelligents … et très manipulables

France Culture, Forum « Les révolutions de l’intelligence » en public à la Sorbonne, le 31 mars de 2018

The Washington Post : A new study suggests fake news might have won Donald Trump the 2016 election, par Aaron Blake, le 3 avril 2018

Selective Exposure to Misinformation: Evidence from the consumption of fake news during the 2016 U.S. presidential campaign, par Andrew Guess, Brendan Nyhan, Jason Reifler, le 9 janvier 2018

Fake News May Have Contributed to Trump’s 2016 Victory, par Richard Gunther, Paul A. Beck, Erik C. Nisbet, le 8 mars 2018

Paul Jorion : Principes des systèmes intelligents, Masson 1989 ; Le Croquant 2012

2Shares

Un grand moment de vérité au parlement britannique !

Il arrive souvent dans les discussions entre gens d’affaires et intellectuels et autres idéalistes que les premiers fassent soudain une pause puis déclarent sur un ton quelque peu excédé qu’ils vont expliquer à des gens qui se croient intelligents, comme les seconds, mais qui sont en réalité totalement à côté de la plaque, « comment les choses se passent vraiment ». J’ai connu cela à plusieurs reprises, et au sein même de ma propre famille où se côtoyaient ces deux variétés du genre humain.

Continuer la lecture de Un grand moment de vérité au parlement britannique !

13Shares

Les temps qui sont les nôtres : L’affaire du défecteur Sergueï Skripal, le 14 mars 2018 – Retranscription

Retranscription de Les temps qui sont les nôtres : L’affaire du défecteur Sergueï Skripal. Merci à Pascale Duclaud !

Bonjour, nous sommes le mercredi 14 mars 2018 et je vais vous parler de cette affaire ténébreuse de la tentative de meurtre sur le défecteur russe Sergeï Skripal et sa fille Youlia.

Continuer la lecture de Les temps qui sont les nôtres : L’affaire du défecteur Sergueï Skripal, le 14 mars 2018 – Retranscription

19Shares

Trends – Tendances, Brexit et Catalogne : quelle est la taille idéale de l’« entre soi » ?, le 30 novembre 2017

Brexit et Catalogne : quelle est la taille idéale de l’« entre soi » ?

Le Brexit, déjà considéré comme une catastrophe par ses promoteurs mêmes, pris à contre-pied par le « Oui » à 51,9% au referendum du 23 juin 2016, n’a pas cessé de générer des effets de plus en plus désastreux.

Continuer la lecture de Trends – Tendances, Brexit et Catalogne : quelle est la taille idéale de l’« entre soi » ?, le 30 novembre 2017

11Shares

Brexit, pourquoi l’UE demande-t-elle autant d’argent – et pourquoi les négociations vont échouer, par Alexis Toulet

Billet invité

Combien l’Union européenne exige-t-elle du Royaume-Uni en guise de « solde de tout compte » pour le Brexit, pourquoi ce paiement, pourquoi le gouvernement britannique est-il si embarrassé et agité – et pourquoi l’échec des négociations débouchera très probablement sur un Brexit « dur » sans accord commercial.

Continuer la lecture de Brexit, pourquoi l’UE demande-t-elle autant d’argent – et pourquoi les négociations vont échouer, par Alexis Toulet

7Shares

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 11 AOÛT 2017 – Retranscription

Retranscription de Le temps qu’il fait le 11 août 2017, Merci à Marianne Oppitz !

Bonjour, nous sommes le vendredi 11 août 2017 et contrairement à ce que j’ai fait ces semaines récentes, je ne vais pas parler de l’avenir à long terme de l’humanité en parlant de choses comme le transhumanisme ou bien du risque d’extinction, mais je vais vous parler du risque d’extinction beaucoup plus immédiat parce que la géopolitique reprend le dessus. Continuer la lecture de LE TEMPS QU’IL FAIT LE 11 AOÛT 2017 – Retranscription

0Shares

Big Brother mangera son chapeau !